Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Little world

Un monde rêvé, un monde inventé, elle ne pensait pas y retourner, elle l'avait presque oublié... Le destin ne l'a pas laissé... Il l'attendait pour revivre, même si il avait continué pendant son oubli, il lui manquait une partie de lui même...


Ses yeux lui font mal, son corps est engourdi, elle est ici depuis longtemps, enfin, il lui semble que ça fait un moment déjà... Il faisait noir, mais, il semble que cela s'illumine doucement... Recrocquevillée sur lui même, son corps s'étend lentenment sous la douce lumière qui pointe ses rayons sur elle... Elle ouvre doucement ses yeux, pour ne pas être éblouie, elle papillonne des paupières... Devant elle du vert. Elle se redresse lentement, regarde autour d'elle, que du vert. Si, là, une pierre debout, seule sur une petite colline. Elle léve doucement, chancelle, mais tiens bon, il y a longtemps qu'elle n'a pas bougé, ni même vécue. Elle marche doucement, à petit pas, ses jambes ne sont pas solides, et ne sont plus habitué à cet exercice, elle a dormi tant de temps. Elle arrive enfin, après une montée pénible, face à la pierre grise. Elle pose ses doigts dessus, juste le bout, elle tourne autour de cette pierre, cherchant ce qu'elle navait pas trouvé il y a si longtemps que ses souvenirs ne sont plus que lambeaux. Ses doigts effleurent la roche, là, oui, là, elle regarde ce qu'ont trouvé ses doigts. Un cercle de petites fées qui dansent gravé, ici sur ce rocher. Elle appuye sa main entière dessus, la roche s'ouvre de haut en bas, la fissure s'agrandit assez pour que sa frêleur passe. Dans l'ouverture, des couleurs se mélangent, fusionnent, c'est joli, elle les regarde un moment... Puis entre enfin son corps décharné entre dedans, les couleurs la happent. Cela ne fait pas mal, au contraire, une impression de pureté la transporte, une fraicheur vivifiante parcourt son être... Elle est aspirée... Les couleurs en fusion prennent soudain fin, laissant la blancheur aveuglante finir ce voyage... Elle met ses bras devant elle pour protéger son visage, et ses yeux nouvellement ouverts... Elle fait un pas, sort de la lumière qui disparait comme le brouillard... Elle baisse ses bras et...


La tour

Ses yeux s'agrandissent. Le vent doux et chaud souffle dans ses cheveux et s'engrouffe avec délice dans ses vêtements... Le soleil éclaire la clairière où le passage de la pierre l'a emmené... L'herbe verte est tachée par les couleurs chatoyantes des fleurs, les arbres sont hauts et majestueux... Elle se retourne, ses doigts effleurent à nouveau la pierre, qu'elle abandonne... Elle avance avec prudence et douceur, les herbes se couchent sur son passage, lui montrant le chemin... Elle suit le sentier, doucement, ses jambes reprennent un peu de vigueur... Les arbres, il y en a deux, là, juste devant elle, qui forment une arche avec leurs branches... Ces arbres sont dorés, des racines aux feuilles... Elle passe dessous, en les touchant du bout des Ses mains... Il y a tellement de temps qu'elle les avaient passé dans le sens contraire... Elle essaye de se souvenir, mais sa mémoire part en fumée... Les herbes se couchent... Elle les suit en touchant avec précaution le tronc des arbres autour d'elle... Une autre arche apparaît au détour d'un chêne... Elle débouche dans un verger, les arbres sont en fleur... Toujours fébrilement elle marche... Elle lève les yeux... La tour est là, comme dans ce souvenir furtif qui vient de passer... Elle se dresse ici, seule... Elle arrive à la porte, sa main gauche attrape la poignée, la droite s'appuie sur le bois, elle colle son oreille... Pas un bruit, elle pousse la porte, qui s'ouvre lentement dans Un léger grincement... Elle entre, ses pieds nus se posent sur les dalles froides, ils soulèvent un peu de poussière... Elle ne s'attarde pas, elle avance doucement en touchant les murs, toujours du bout des doigts... Ses yeux regardent la grande salle, l'écho d'un rire et d'un chant résonne dans sa tête... Elle monte les marches de pierres, l'escalier est en colimaçon... Elle se tient au mur... Elle doit monter sans se préoccuper des couloirs qui s'ouvrent parfois soudainement dans le mur... L'Ascension est longue, lente, non, pas pénible, juste lente... Elle se souvient les avoir monté ces marches... Personne n'y est venu depuis le jour où elle avait passé l'arche qui mène à la pierre... Elle pousse la porte, entre... Elle détourne vivement la tête face à cette clarté soudaine... Le dôme de verre est là, toujours intacte après tant de temps... Elle se dirige tout droit, comme avant, elle se colle contre le verre, les mains à plat... Elle écarquille les yeux, soupire de soulagement, un sourire de tendresse se dessine sur sa bouche... Son regard se pose au loin, et cri d'émerveillement s'échappe de ses lèvres devant...


Redécouvre

Devant, ce monde... Comme avant, il n'a pas changé, enfin pas vraiment... Au nord les plateaux venteux aux couleurs de lande sont traversé par un chemin qui par du nord du verger, conduit aux montagnes, hautes et enneigées, d'où part le grand fleuve qui traverse la forêt, qui passe près de la tour et cotinue vers le sud, vers la mer... Vers cette mer, se trouvent les collines verdoyantes et les plaines ensoleillées... Elle voit aussi, collée à sa paroie de verre, l'arche ouest du verger en pleine floraison, le chemin tracé à travers les arbres et qui conduit aux pierres des celtes... L'arche conduit à un jardin au couché de soleil permanant... Il y a d'autres arches qui mènent à bien des endroits, mais toutes ne sont pas connues... Elle constate avec plaisir que les gens d'ici vivent bien, et se sont débrouillés sans elle... Des petites bourgades se sont construites ça et là, un port à l'activité constante apporte de nombreux voyageurs... Des routes aux auberges chaleureuses dessinentleurs courbes vers la tour, du sud au nord, de l'ouest à l'est, des arabesques posent leurs esquisses... Elle sourit... Elle se recule, quitte cette vision de son monde qu'elle avait quitté... Elle sort de la pièce, descend les escaliers, comme avant... Elle sort dehors, le soleil se couche... Elle s'adosse à un arbre et attend la nuit et sa surprise... A mesure que le jour tombe, les fleurs s'illuminent, et éclairent de points de couleurs la nuit étoilée... Elle décide de s'annoncer, de dire qu'elle est revenue... Elle se lève, tend ses bras vers les ciels et murmures des invocations... Des d'étoiles lumineuses sortent de ses mains, elle éclate de rires et des étincelles jaillissent et montent dans le ciel, pour exploser en gerbes de lumières colorées... Dans le jardin, une ombre s'éveille et court vers la tour... Les gens regardent les feux dans la nuit, et des sourires s'épanouissent sur leurs visages... Elle rit, rit encore et encore... Elle est de retour... L'ombre s'arrête devant ce spectacle, reste un moment à regarder et avance silencieusement...


Ombre

L'ombre glisse, elle ne marche pas. Elle étend ses pans de cape sombre... Les fleurs s'éteignent sur son passage... Elle avance silencieusement, invisible, ou presque, s'arrête de temps en temps pour regarder encore celle qui rit... Elle s'approche... Plus près, plus près... La jeune femme voit son rire et son cri à peine sorti éttoufés par une main chaude sur sa bouche... Il fait noir, elle a si peur, elle tremble... Deux yeux aux couleurs changeantes apparaissent devant elle, puis tout un visage, sur lequel roule une larme, sur lequel flotte un sourire... Elle le reconnaitrait entre mille autres semblables... Elle l'avait presque oublié, comme le reste... Elle frissone toujours autant... Cette fois il le remarque, et l'enveloppe de ses bras, dépose des baisers...
Dans la forêt une fée joueun rythme langoureux sur un violon... Une danse commence... Les gestes se font doux et tendres... Des baisers d'amour retrouvés sont échangés, des caresses esquissées...
Le violon est rejoind par quelques percussions, une guitare, une flûte... Un air joyeux plane sur le pays, un air de douceur et de paix... Dans le verger, dans les jardins cachés, dans les montagnes, dans les collines, dans les plaines, sur les cotes, les notes s'envolent et tourbillonnent, comme la dernière pensée de quelqu'un qui s'endort... Les anciens peuples sortent, et dansent aussi, les lumières de la nuit ont autant d'éclats que celle des rayons joyeux du soleil... Mélange d'autre mondes, croisée des chemins, fusion de féerie et de magie, libre sont ceux qui viennent ici...
Un monde retrouvé, presque oublié pendant un temps...
My little world...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (0)
Publié le 22 septembre 2005
Modifié le 19 septembre 2005
Lu 653 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲