Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Lolita-casting

Elle brisa sa fleur dans le battement incessant des flots, inconsciente d'un instant de bonheur...


Elle balayait de son regard d'immenses ombres projetées dans la vapeur du matin. Rien n'était laissé au hasard. Elle déguisait le présent reflet dans ses yeux en un sentiment mouillé d'espoir. Il fut récompensé. Là où commençait l'histoire peu commune d'une déesse improvisée. Sur un bâteau fendant le vague désir d'aborder bientôt, elle se tenait sur le pont, son visage ambré encore par une matinée aux couleurs délicates. Je l'abordais déjà de mon regard indiscret. Elle portait sur elle le juste nécessaire pour couvrir sa poitrine turgescente. Je m'empressais de la découvrir dans la lumière pâle, impatient. Une jupe fendue que tu portais se prolongeait dans ta fente, porte à ouvrir au bonheur suprême. Etourdi, mon coeur s'emballa, mes jambes tremblaient des caresses du vent sur ton corps à demi nu. Tu le savais. Rien ne pourrait être comme avant. Un homme inondait tout ton être du plaisir qui émanait de lui. Sa délivrance t'envahissait.


L'empire des sens

Le drap de brume s'estompait lent et voltigeur. Ma main, désireuse enfin de palper l'inconnue. Cette très jeune femme presquencore une enfant, lissait ses lèvres de ses doigts, impatiente de connaître un premier baiser. Cette douce venue d'un paradis, m'ensorcelait. Je ne pouvais calmer mes désirs empressés. Bientôt le matin blème se métamorphosait en chaleur torride. Je sentais monter en moi l'explosion de mes instincts. Tu baissas la tête. Ma main se tendit vers toi, vers ton innocence improvisée. Je m'émerveillais. Là, immobile et coquine, tu rayonnais. Fasciné par ta beauté, les yeux écarquillés, mon âme t'appela sublime. Guidé par une effervescence aboutie, je m'inclinais devant une déesse de l'amour. Peinte dans les plus beaux paysages, la scène du baiser déployait ces détails flous d'actions enivrées.


L'envol simultané

Mes yeux se projetaient et tourbillonnaient autour de l'élue. Le bâteau battait les flots en cadence. Le corps parfait de la belle vibrait en accord. Dans son regard, un brin d'amour s'échappait et me prenait. Je la serrais très fort. Ses doigts crispés sur ma chair, d'une petite voix, elle émit un cri ! Et puis l'envol d'une mouette méconnue à l'approche du rivage. Voici l'histoire d'une douce caresse, apprivoisée par toi, jeune inconnue. Et la page se tourna...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (5)
Re: HA haha
Posté par kmi888 le 25/06/2006 12:45:17
loool, non vraiment faut avoir l'idée... " Elle portait sur elle le juste nécessaire pour couvrir sa poitrine turgescente." "mon âme t'appela sublime" "l'envol d'une mouette méconnue"!!!!!!! Non c'est trop marrant! La mouette méconnue looooool (je suis actuellement en train de me faire pipi dessus)
HA haha
Posté par nnipduort le 12/06/2006 11:43:05
Vraiment lamentable, quelques bouquins de poésie mal digérés et un gros éteron putride.
TROUDPINN
Re: Lolita-casting
Posté par luly le 11/06/2006 13:34:59
moi j'aime bien c'est sympa. je ne trouve pas le style "pompeux et ampoulé", c'est beau.
Re: Lolita-casting
Posté par chaminou le 09/06/2006 20:18:43
& après ?!

Petit détail : je crois que "bateau" ne comporte pas d'accent circonflexe...
Re: Lolita-casting
Posté par tchit le 09/06/2006 14:51:33
Je trouve le style très très pompeux et ampoulé, ça donne un effet artificiel du plus mauvais effet...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (5)
L'auteur : Sylvestre Lecoz
54 ans, Forcalquier (France).
Publié le 09 juin 2006
Modifié le 13 avril 2006
Lu 1 599 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲