Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Marie-Antoinette

Histoire d'un navet rose bonbon. Ou macaron, en l'occurrence.


Autant l'annoncer d'emblée : je vais paraître grossière. Parce que c'est être artistiquement incorrect, ces temps-ci, que de ne point s'extasier béatement devant le talent de Mademoiselle Coppola, parce que c'est faire preuve d'un blâmable mauvais goût et d'un perfectionnisme désuet que de ne pas s'enthousiasmer outre mesure devant les anachronismes, même imbéciles, d'une estimée et prétendue prodige de la réalisation. Anchronismes qui caractérisent de manière particulièrement pénible la récente réalisation de la cadette Coppola : Marie-Antoinette.




L'affiche annonce littéralement la couleur du film : du rose, et du mauvais. La police des caractères du titre figurant dans l'affiche, bien fuschia, laisse quant à elle présager le pire en matières d'anachronismes : du jeunisme à coup sûr lamentable. Cette désagréable impression est promptement confirmée : une bande son singulièrement médiocre en raison d'une voix éraillée et d'accords de guitares qui ne brille que dans la banalité. De la pop-rock pitoyable en somme, qui réussirait presque à faire passer les membres de Tokio Hotel pour des génies de la musique. Un jeunisme si déphasé et tellement imposé qu'il tombe dans le consensuel le plus plat : plus tard, des converse couleur bleu-violet trôneront effrontément auprès de quelques merveilles de la Haute Chaussure tandis que des parisiens du dix-neuvième siècle danseront allègrement sur la même pop-rock dérangeante. De grâce, ne qualifions pas ces maladresses lamentables de "décalages" et d'"audace", ne serait-ce que par respect pour ceux qui en usent réellement avec habileté et justesse.


L'introduction est plate à souhait, en cela elle introduit fort bien le déroulement des actions du film : une incessante suite de scènes répétitives, muettes, parsemées néanmoins de rares dialogues inintéressants et insipides. Une stérilité émotionnelle exceptionnelle qui enfonce le spectateur dans une léthargie chronique, dont il n'est tiré que pour s'extasier devant la beauté de Kirsten Dunst, ou au contraire, pour pester contre la jeune actrice, qui semble avoir abandonné ses livres d'histoire au profit d'une préparation auprès des jouvencelles à peine pubères des agences de mannequinat. Des acteurs lisses comme du marbre, fades comme des huîtres sans citron qui, au lieu de sauver la platitude du scénario, l'enfoncent sans une once de ménagement. Car aucun fait ne marque, en lui-même : seul le détail inlassablement réitéré y prétend, au même titre que le désintérêt culturel des scénaristes. Si vous pensez que l'histoire de Marie-Antoinette comporte moult faits passionnants (tels la guillotine, le procès, l'avant-procès, la manipulation viennoise dont elle était victime à Versailles même, la révolution française), permettez à Miss Coppola de vous détromper. De la vie de la reine, vous n'êtes censés retenir que les pâtisseries, les chaussures et la frustration sexuelle. Ou comment préférer les minauderies adolescentes à l'aspect historique infiniment plus intéressant du contexte. Une mièvrerie et un simplisme américains grandioses - veuillez excuser la redondance. * Ce film est une évocation de la vie d'une Marie-Antoinette peinte telle une Paris Hilton du dix-neuvième siècle - la levrette en moins. Un retour inintéressant sur les coulisses de Versailles, avec le professionnalisme rétrospectif que l'on connaît aux magazines People.

Enfin, cerise sur le navet : les erreurs historiques. Extrapoler des rumeurs, ne pas maîtriser ses cours d'histoire et spéculer sur l'intimité d'une reine sont d'une irresponsabilité rare, à l'heure où le désintérêt de la culture se fait de plus en plus cruel et où les films deviennent des références de vérité pour une jeunesse de plus en plus abrutie. Depuis quand le sacre a-t-il lieu à Versailles ? Qui prouve que Marie Antoinette a bel et bien eu une relation avec Axel de Fersen ? De même, depuis quand la grâcieuse Madame du Barry, qui charma Voltaire lui-même, est-elle une immonde rustre aux manières barbares ?


Points négatifs

Ressources système insuffisantes.


Points positifs

Les images sont splendides et les costumes exceptionnels. Or, quand on se permet de louer Versailles, le mérite est-t-il réellement présent ? Autrement, ce film est un excellent somnifère. Sofia Coppola, au-delà des limites que fixent la réalisation, ne s'est pas contentée de retranscrire avec exactitude l'ennui de la jeune reine, mais a également tenu à créer un lien empathique entre Marie-Antoinette et le public : il s'ennuie.


Après Lost in Translation, Sofia Coppola assume l'amour ostentatoirement sensible qu'elle semble porter à l'ennui ; Et s'y distingue quand il s'agit de le filmer. Elle réussit avec ce dernier "opus" à créer un film caractéristique d'une jeunesse qui se surestime, mais qui manque cruellement de culture et de subtilité. Magistral.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (24)
Re: Marie-Antoinette
Posté par tchit le 25/05/2009 22:18:40
bricopascher : mais je comprends parfaitement ton avis ou celui de banzaii ;)
Re: Marie-Antoinette
Posté par bricopascher le 25/05/2009 21:40:05
ben tant mieux... pas du tout de ton avis donc, but be it.
Re: Marie-Antoinette
Posté par tchit le 25/05/2009 03:10:12
Plus j'y repense plus je trouve ce film extraordinaire... Ma vision a pas mal evolue depuis 2007.
Pas rate du tout a mon gout. Et pas du tout leger ou desinvolte. Au contraire je le trouve plus profond que l'immense majorite des films d'epoque. Presque violent. En tout cas ca m'oppresse quand j'y repense. J'ai pas honte de dire que je crois que c'est un grand film.
Et la critique le lui a heureusement tres bien rendu !
:$
Desole j'avais besoin de reagir avec mon opinion.
Re: Marie-Antoinette
Posté par bricopascher le 25/05/2009 00:36:44
ouais, alors juste: 18ème, pas dix-neuvième... on peut pas casser autant un film pour son manque de fond sans... bref

en revanche je suis complètement d'accord: de mon point de vue c'est un navet pour confettis. c'est simple, de ce film je ne me souviens de RIEN. je garde juste une vague image de bonbon vert lavande ou rose praline, à gerber.
je crois que ceux qui ont aimé sont ceux qui ont été "embarqués" par l'esthétique légère et désinvolte du film. why not après tout. coppola fille garde quand même un certain intérêt. j'avais rien vu de tel que "lost in translation", que j'ai trouvé génial parce que pour le coup je me souviens d'un nombre de scènes phénoménal, et ai été marquée par certaines ambiances. dans la chambre. le karaoké. ses visites solitaires du pays. la gêne dans l'ascenseur. faut admettre qu'il y a quelque chose...

celui-là était raté, mais limite je trouve ça bien qu'elle puisse un peu s'égarer. du moment qu'elle lit les critiques...
Re: Marie-Antoinette
Posté par tooa ta gueule le 27/02/2008 20:43:37
lamiss2692 : Normal, Sofia Coppola est une fabrique artisanale de navets : elle en fait pas beaucoup, mais purée, qu'est ce qu'ils sont forts !
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (24)
L'auteur : Save a brain, kiss a Raxi !
28 ans, Paris v (France).
Publié le 12 août 2007
Modifié le 07 août 2007
Lu 1 464 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)

Commander sur Amazon.com
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲