Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Mon suicide

Tu es étais ma vie, tu étais mon coeur, tout s'est éteint lorsque tu es parti, me laissant en pleurs. Mon meilleur ami on avait dit pour la vie, mon amour on avait dit pour toujours...


Cela faisait quatre ans qu'on partageait la vie l'un de l'autre. Tu étais bien plus que mon meilleur ami, tu étais ma force de vivre. Tu me connaissais plus que quiconque, mieux que mes géniteurs eux-même. Ca nous mettais en rogne que les gens disent que l'amitié entre les filles et les garçons ne pouvaient pas durer parce que l'un ou l'autre voudrait aller plus loin. Mais jamais nous ne sommes sortis l'un avec l'autre. On s'aimait, d'un amour trop fort pour sortir ensemble. Cet amour, peu de personnes peuvent le comprendre. Ce n'est pas l'amour comme certain l'entende, avec ses baisers, ses sorties main dans la main, c'est l'amour dans son simple appareil : un garçon, une fille, qui sont complètement nus l'un devant l'autre, chacun connaît les moindres détails de la vie de l'autre. On s'adorait, il ne se passait pas une journée où on ne délirait ensemble, rien que tous les deux. Les autres ne comprenaient pas ce lien si fort qui nous liait, cette étincelle qui brillait dans nos yeux quand on se voyait, et ils ricanaient, jaloux, voulant à tout prix nous caser ensemble. Mais ils ne comprenaient pas qu'on ne pouvait pas. Que c'était impossible. Que, même si on s'aimait, on ne pouvait pas une seule seconde songer à être dans les bras de l'autre en temps que couple. C'était bien plus qu'inimaginable : c'était impossible. Chacun des deux savaient extactement ce qui se déroulait dans la vie sentimentale de l'autre, sans la moindre jalousie, au contraire, on voulait le bonheur de l'autre...


Ce matin-là, je me suis réveillée, un frisson parcourant mon corps. J'avais un étrange pressentiment. Celui qui vous fait froid dans le dos, celui qui vous glace le sang, celui que votre cœur refoule.

Ce matin, j'ai ouvert la fenêtre,
J'ai senti quelque chose d'étrange dans l'air...
J'ai levé les yeux vers le ciel,
J'ai vu la pluie tomber,
Et j'ai compris que quelque chose avait changé.


Soudainement, on se réveille en sentant que quelque chose en soi à changer. Que quelque chose est arrivé, mais on a beau cherché, on ne sait pas quoi, et on prend peur. Le nœud dans votre ventre se resserre plus les secondes passent. On se sent fiévreux, sans savoir pourquoi on se sent si mal, en détresse.

Je ne sais pas pourquoi,
J'ai tout de suite pensé à toi,
J'ai attrapé le téléphone,
Composé ton numéro,
La peur au ventre.


Quand l'impression persiste, on la sent réelle. Elle est là, elle nous terrorise, elle est peut-être vraie ? Le pressentiment devient un doute, puis une affirmation. Et on se dit que ce n'est rien, un mauvais rêve, une mauvaise journée. Mais on y pense et on y repense, cette pensée reste gravée dans notre tête. Elle ne veut pas s'en aller.

J'ai attendu que tu décroches,
Mais tu ne l'as pas fait...
J'avais un mauvais pressentiment,
je sentais quelque chose d'étrange,
Des larmes coulaient le long de mes joues,
Je ne comprenais pas pourquoi je me mettais dans cet état,
Car il n'y avait rien de concret,
Juste ce mauvais pressentiment...


Et quand tout vous laisse à penser que ce pressentiment est vrai, vous n'arrivez plus à réfléchir normalement. Votre cerveau s'est comme éteint. Vous vous sentez seule au monde. Tout était pourtant parti que d'une sensation étrange. Puis, notre cerveau se remet à fonctionner, lentement, il nous dit quoi faire. Alors on passe un, puis deux coups de fil. Attendant une réponse, sans savoir d'où partait la question.

Je t'ai appelé une fois, deux fois, trois fois...
Tellement de fois,
Mais tu n'as jamais décroché...
J'ai fini par appeler ta mère,
Je lui ai demandé ce qu'il se passait,
Pourquoi tu ne décrochais pas,
Elle a commencé à pleurer,
J'ai compris que je ne m'étais pas trompée...



A ce moment précis, nos jambes s'écroulent sous le poid lourd de la douleur et du désespoir. Notre vie s'arrête comme une cassette, à la différence qu'on ne peut pas rembobiner. On se sent partir, on se sent fiévreux, on crie, on hurle, on pleure, mais pourtant rien n'y fait...

Elle m'a dit que, la nuit dernière, tu avais été renversé,
Par un chauffard, bourré...
Elle m'a dis que tu étais tombé dans le coma,
Et qu'ils ne savaient pas si tu allais te réveiller...
Je n'avais plus la force de parler,
J'ai dis que je rappelerais et j'ai raccroché.
Tout autour de moi s'est écroulé !


On sent sa tête tourner, les yeux brouillés par les larmes, on revoit sa vie dérouler dans sa tête. Les rires, les larmes, la joie, le bonheur qu'on ne retrouvera jamais. Cette simplicité de vivre qu'on ne vivra plus. Ce sourire que je te faisais que je ne referai plus. Car jamais plus je n'aurai d'occasion de te regarder dans les yeux, de te toucher, de rigoler avec toi, de parler des problèmes d'adolescents, de critiquer les vieilles séries et de refaire le scénario de notre vie. Car notre scénario a été bien court et douloureux.

J'ai repensé à tous ces moments,
Tous ces souvenirs,
Tous nos délires...
Tu étais mon rayon de soleil,
Mon meilleur ami, on avait dit pour la vie...
Mon amour, on avait dit pour toujours...
Je suis allée à l'hopital,
Je suis restée deux semaines à ton chevet,
Je passais mon temps à pleurer, à te regarder,
A espérer...


Assise au chevet d'un garçon entre la vie et la mort. Lui parler comme s'il vous regardait de ses magnifiques yeux, à écouter ce que vous lui dites, comme s'il n'était juste de passage dans l'hôpital. Une souffrance intérieure, qu'on ne peut extérioriser devant sa famille, sa mère qui pleure son unique fils. On regarde tous ces gens pleurer l'un des leurs. Moi je pleure ma chair, mon sang, ma moitié, ma vie.

Mais ton coeur a fini par arrêter de battre,
Les infirmières, les médecins s'agitaient autour de toi,
Essayant en vain, de te faire revivre...
Je suis sortie de cette chambre,
Je marchais sans but dans ce couloir blanc,
Les larmes brouillaient ma vue.


On se sent mourir une seconde fois, on sent son corps se transporter, son âme se fâner, plus rien n'a d'importance. Nos yeux se ferment, se ferme sur cette vision d'horreur, sur cet instant qu'on ne pourra jamais oublier.

Je suis arrivée à cette fenêtre, on était au cinquième étage...
J'ai regardé une dernière fois derrière moi,
J'ai vu ton corps sans vie sur le lit que poussait l'infirmière,
Je n'ai pas réfléchi, j'ai ouvert cette fenêtre,
Et je suis partie...
Je ne pouvais pas vivre sans toi :
Tu étais mon rayon de soleil,
Mon meilleur ami, on avait dit pour la vie...
Mon amour, on avait dit pour toujours...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (53)
Re: Mon suicide
Posté par off 182 le 29/05/2005 13:54:08
et je ne souhaite à personne de vivre la perte d'un etre aussi cher que celui ci..........
gors bizoox a toi et a ts ceux ki soufre
Re: Mon suicide
Posté par off 182 le 29/05/2005 13:52:54
wow les larmes coulent sur mes joues abondament sans que je puissent les arété
g vécu a peut près la meme histoire mais je n'ai pas pu le voir une derniere fois ni lui dire aurevoir une derniere fois....
il me manque sa me bouffe personne le sais ma joie de vivre n'est qu'une facade.........
j'en ai marre je n'est que 14 ans presque 15 et je suis dépressive, méprisée et je me sens terriblement seule malgrès le monde autour de moi...... la je pleure ma mere est a coté et elle s'en fou completement
je ne c pas pk je raconte sa c seulement la verité
je n'ai personne a qui parlé......c'est triste
je veux m'en allé
Re: Mon suicide
Posté par ninoone le 06/04/2005 11:49:33
je viens de finir de lire ton article, je n'ai pô les mots... ils se refusent à sortir tellement l'émotion est là..Mais je tenais tt de même à t'écrire un petit mot..cette histoire m'a réellement bcp touchée.
je t'embrasse très fort.
Re: Mon suicide
Posté par stefloca le 02/03/2005 07:25:47
looool
en tt cas raz tavais raison pour les commentaires, c'en devient marrant. Pour ma part chui un pe avec tout le monde, ce genre de texte est peut etre repetitif et repandu, il n'empeche que j'aime bien.( voyez y une sentimentaliste refoulee). Nan plus serieusement g un meilleur cop qui est aussi mon ptit copin (lol contrairement a ce ke g pu lire, " je ne pourrai jamai sortir ac lui, c plus fort", c pa une critique juste de lincomprehension ) et c vachement cool. jve pa imaginer cki se passerai sil creve, en tt k il ma demande detre heureuse.(et oui on y pense deja...) Chui dacor pour lhistoire des rimes qui sont pas... excellentes on va dire mais je fais pas bocou mieux. L'auteur a bien du courage de poster un message ici, pke keskon se fait descendre !!! lol sur ce, jvai me balader sur le site ,histoire de me marrer un peu sur les forums...
Re: Mon suicide
Posté par ninon le 27/02/2005 20:13:29
je m'excuse pow d'avoir offesé ton esprit en écrivant en sms, je ne pensais pas que cela te choquerait autant... mille pardons! ;)
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (53)
Publié le 19 février 2005
Modifié le 24 janvier 2005
Lu 2 684 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲