FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Mon vertige

Dans la pénombre de mon vertige, dans ma mémoire embrouillée. J'ai la trouille, c'est con à dire, j'ai la trouille. C'est pas toi que j'attendais. Alors j'tai detesté. Y'a des p'tits bouts de lui partout. Dans la pénombre de mon vertige, dans ma mémoire embrouillée.


Tu parles, je me raccroche à ta voix tu sais.
Tes mots. C'est encore tous ce que j'ai pour rester à la surface, aussi douleureux soient-ils.
Mais j'y peux rien, ça continue de tourner autour de moi.
Je cherche ta main dans l'obscurité de mon délire.
L'alcool, la fumée, les rires, et tes mots, tes putains de mots.
Je cherche ta main, comme avant.
Je fais comme si c'étais pour de vrai.
Comme si t'étais encore là, parceque j'entend ta voix, je te promet, je l'entend.
Dans la pénombre de mon vertige, dans ma mémoire embrouillée.
Je fais comme si c'étais comme avant.
Je cherche ta main, ta voix ne suffit plus à reprendre ma respiration.
J'ai le souffle court.
Tout tourne encore.
Putain, ils sont loin.
J'entend presque plus leurs rires.
C'est moi qui suis loin.
J'ai la trouille, c'est con à dire, j'ai la trouille.
Je perd le contrôle, tes larmes se mêlent à ma respiration haletante.
C'est tes larmes pas les miennes.
T'a qu'à me tendre la main putin.
Je cours à bout de souffle, je trebuche, je me casse la gueule.
Je sais plus bien où je suis.
Rien a foutre.
J'ai juste mal.
J'ai juste envie de te hurler du peu de force qu'il me reste comme j'ai mal.
Je sais plus bien si ça pleure en dedans ou en dehors.
Rien a foutre.
J'ai juste mal.
Je sais plus bien qui je suis, 7 ou 17 c'est du pareil au même.
Rien à foutre.
A tâton dans le noir.
Agenouillée, une môme.
Je cherche un point de repère.
Quelque chose qui me retienne à vous.
Et puis il y a lui.
C'est pas toi que j'attendais, t'aurais pu faire ton chemin.
Rien ne t'obligeais à t'arrêter.
C'est pas toi que j'attendais.
Alors j'tai detesté.
Je suis trop loin, vous approchez pas.
Putain j'tai detesté.
J'veux être seule, laisse moi ma douleur.
C'est tout ce qui reste de moi ce soir, laisse moi ma douleur.
C'est pas toi...
Tu t'obstine à me tirer de là bordel.
Alors un instant t'es mon point de repère
J'essaye de remonter j'te jure, j'essaye.
Mais ça tourne, et j'comprend pas tout.
J'entend sa voix, je sent son parfum.
Y'a des p'tits bouts de lui partout.
Partout.
Peu à peu je reprend le contrôle.
Il faut maîtriser la douleur, pour qu'on me la laisse, il faut la maîtriser.
Dans la pénombre de mon vertige, dans ma mémoire embrouillée.
On fera comme si c'étais pour de faux
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (4)
Re: Mon vertige
Posté par erza le 02/07/2007 03:01:22
j'ai aimé...décidément tes textes arrivent à retenir mon attention au point de vouloir donner mon avis!! bravo!
Re: Mon vertige
Posté par chaton le 03/06/2007 12:51:12
Je trouve ce texte fort et poignant. J'aime le coté un peu violent mais je trouve la vulgarité mal utilisée. Le choix des phrases courtes et donc d'une lecture haletante est bien vu puisque c'est un vertige, donc un souffle coupé. Mais la violence, je pense, peut être écrite sans forcément utilité la vulgarité surtout que dans un texte comme celui là (c'est mon avis perso, après l'auteur fait se qu'il veut), l'esthétique des mots est importante donc je trouve que ça "gache"..
Re: Mon vertige
Posté par lost child le 27/05/2007 19:49:25
J'aime. Je crois que ces seuls deux mots se suffiraient à eux-mêmes. J'ailme. Parce que j'aime les phrases courtes, haletantes, frissonantes. J'aime parce que c'est exactement ce qui me touche, des petites phrases piquantes, qui se mêlent, se démêlent, s'enlacent, se délassent. Et puis parce que j'écris un peu comme ça parfois, alors je comprends et ça me touche droit au coeur.
C'est beau, c'est spécial, c'est suggéré.
J'aime :)
Re: Mon vertige
Posté par ushiwa.sasuke le 23/05/2007 16:01:00
très spéciale mais pas mal...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (4)
L'auteur : Camille Xxxxxxx
26 ans, ...là où le regard ne porte pas.... (France).
Publié le 19 mai 2007
Modifié le 09 mai 2007
Lu 631 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143