Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Murena : Le Sang des bêtes

Un récit épique dans une Rome où la cruauté règne en maître...


"Massam, l'esclave chargé des basses oeuvres de l'impératrice Poppée, a reçu l'ordre d'exterminer le gladiateur Balba, l'ami de Lucius Murena, et sa compagne Evix qui osa vaincre Néron à la course de chars. Déterminés à venger l'assassinat de Britannicus, ils sont considérés comme de dangereux ennemis de l'empereur. Les deux colosses finissent par s'affronter et Balba l'emporte sur Massam.
Au palais impérial, tandis que Néron projette de construire une Rome nouvelle, Poppée se prélasse en compagnie de ses suivantes. L'une de ses plus intimes, Arsilia, est invitée à rejoindre secrètement le poète Pétrone dans un quartier populaire de la ville. Elle s'y retrouve en présence de Murena dont elle s'était éprise au temps où celui-ci était l'un des proches de l'empereur. Murena est persuadé qu'Arsilia est complice de l'enlèvement de la seule femme qu'il aime et qu'elle sait où elle a été emmenée. Toujours aussi éperdument épris et résolu à retrouver son aimée, Murena décide ainsi de partir en Gaule à sa recherche. Balba et Evix acceptent de le suivre à la condition qu'au retour, il les aide à éliminer Néron, le tyran et l'assassin de Britannicus. L'aboutissement de ce projet semble maintenant facilité par la disparition de Massam. Laissé pour mort, celui-ci se remet pourtant de ses blessures et Poppée veille personnellement à ce qu'il redevienne l'implacable tueur qu'il était... " (Présentation Dargaud)


Le sixième tome de la désormais célèbre série BD antique continue le récit du destin de Lucius Murena, avec toujours le même souffle épique. Cet album constitue le deuxième volet du second cycle de la série, celui de "l'épouse" placée sous le signe de Poppée (qui a remplacé Agrippine). Ce cycle dépeint une Rome fastueuse mais traversée par de multiples complots.


Le rythme du scénario est bien maîtrisé. Le souffle épique de la série ne s'affaiblit pas dans ce sixième album notamment dans le combat entre l'esclave de Poppée et le gladiateur ou encore dans le final guerrier. Le Sang des bêtes se nourrit de luttes à mort, d'intrigues, et de relations charnelles. Aucun personnage, même Murena, n'apparaît complètement blanc et lisse dans cette histoire. Pas de gentil héros dans ce sixième tome, mais un homme dont la vengeance sera certainement terrible.


Mais ces effets scénaristiques n'empêchent pas une rigueur implacable. La trame de fonds se base sur des éléments historiques évoqués avec justesse. D'ailleurs plusieurs historiens reconnaissent le travail important de document effectué pour cette série.


Le dessin de Delaby oscille subtilement entre classicisme et modernité. Son attention au détail en ce qui concerne les décors et vêtements lui permet de dépeindre une Rome et une Gaule plus vraies que nature. L'aspect parfois un peu froid de l'album s'avère parfaire pour retranscrire ce monde sans concession...


Pour ceux qui veulent entrer encore plus en avant dans l'univers de cette série, une édition spéciale du sixième tome est tirée avec un DVD. Le film Chantal Notté et Nicolas Lourosa nous font découvrir les auteurs et leur travail.


Série : Murena
Titre : Le Sang des bêtes
Auteurs : Dufaux – Dalaby
Editeur : Dargaud
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (0)
L'auteur : Lorna Lorna
33 ans, Angers (France).
Publié le 18 juillet 2007
Modifié le 14 juillet 2007
Lu 999 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)

Commander sur Amazon.com
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲