Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Ne dis rien...

Brise moi le coeur, j'en meurs je crois


Je ne croyais plus en l'amour, je l'avais bannit de ma vie. Et lui est arrivé, une présence, un sourire et mon coeur s'emballe.
Des mois à ignorer ce mal qui me ronge le coeur et que je tais, malgré son insistance, ses sourires, sa prestance.

Le coeur prit d'une chaleur douloureusement agréable, ton corps qui m'émeut, tes yeux qui me cherchent, qui me parlent.
Et un jour tu te lance, moi sauvage, indomptable qui te laisse approcher.
Aurais-je été moins triste si je t'avais tenue à distance de mon coeur déjà glacé ? Une douloureuse chaleur vient cristalliser tout mon être, je suis touchée, perdue, émue.
Et l'on se voit, toi, moi, nous... Tu me dis les mots qu'aucun autre n'a su dire, pas de promesse, juste ton coeur à nu, ton histoire ta vie, tu me plais tu es si... Vrai ???


Le coeur qui palpite

J'ai le coeur qui palpite quand je t'aperçois, des papillons dans le ventre ? Non, si ce n'étais que sa, mais c'est autre chose. Je t'aime j'en ai mal dans tout le corps, c'est l'esprit qui est touché, sans baiser, sans caresse, juste un chaste baiser sur le front qui m'rend folle, et me fais t'espérer.

Mon coeur s'est emballer, tu dis que tu tiens à moi, que tu veille sur moi, que tu es la ! Mais où es-tu ? J'ai besoin de toi, mon mal est physique, psychique, je suis folle de toi.

Tu me fais mal au coeur, il faut que je te parle, je t'attends sous la pluie, je suis tremper, toi aussi, tu essayes de me réchauffer, je n'ai pas froid, j'ai juste besoin de toi mais je ne sais comment te le dire, et toi tu as peur de nous ! Alors comme deux enfants gênés ont s'éloigne l'un de l'autre, mon sourire interdit, c'est sa ton effet sur moi : tu me désarmes, totalement ! Je ne sais même plus qui je suis, je sais juste que c'est toi. Tu t'approches, tes lèvres se posent sur les miennes pour la première fois... Je n'avais jamais ressentie cette plénitude, ce bonheur, un baiser c'est si fort ? Est-ce la pluie qui donne à tes baisers ce gout d'interdit ?


So sad

Tu as peur de t'attacher à moi alors tu t'en vas après 6 mois, tout ce temps tu dors près de moi sans me toucher, juste ta main qui cherche la mienne, toute la nuit.
Tu dis que tu me respecte, que tu aimes passer des moments avec moi, mais qu'il ne faut pas...
Mais c'est finit, je ne peux plus me passer de tes bêtises, de ta voix, de ton sourire, de ta main qui cherche la mienne toute la nuit. Je ne veux pas oublier tes mots qui ont créés mes maux.
Le coup de foudre sa fait mal, après 8 mois tu pars, tu me laisses, tu me dis que tu ne veux pas me faire souffrir, c'est déjà fait. C'est ton corps contre le mien qui a finit de m'achever. Ce sont tes yeux qui me fixent le matin quand je me réveille, tes bras qui m'enlacent, ta bouche qui me dis que tout ton être à besoin de mon affection.
C'est ma bouche qui dans un souffle incontrôlable murmure : "je t'aime", ce sont tes yeux qui se plantent dans les miens quand ta bouche me souffle : " moi aussi" !
Mon coeur s'emballe, tu dois mentir, mais tu refuses de répondre. C'est un message le soir même qui m'annonce que tu as dit une bêtise, tu ne veux pas que je m'attaches à toi, quand tu me vois tu as encore plus envie de me voir et pour sa tu me quittes...

4 mois sont passés mes larmes n'ont cessés de couler mais tu n'en saura rien je respecte ton choix, ta liberté... Juste pourquoi m'avoir tant chercher pour ça ? Me faire souffrir le martyre, ma douleur insurmontable, l'attente, j'essaye d'oublier, j'y arrive, j'y suis presque : je dors la nuit ! J'arrive à penser à autre chose et tu reviens...
Tu dis que c'est trop dur de me voir sans pouvoir me toucher, tu dis que tu es bête, que tu es passé par un moment de grand vide, que tu as envoyer boulet tout le monde... Mon coeur t'attendais, il sourit, je ne veux pas, va t'en mais mon coeur meurtrit s'auto-cicatrise.

Je sombre pour toi, tu sais à quel point je t'aime, oui tu feras des efforts, des ballades à moto au clair de lune, mes mains sur ton torse.
Aujourd'hui pour la première fois on sort, toi et moi en tête à tête, mais la tienne est ailleurs, un crissement de pneu, un camion qui déboite, nos coeurs qui s'accélèrent, je n'ai pas peur pour moi, juste pour toi, il n'y avait que toi dans ma tête à ce moment la ! Plus de peur que de mal, une chance folle, toi qui me demande 10 000 fois si je vais bien. Et cette phrase qui marque la fin de tout : "je n'arrive même pas à te protéger, je ne pourrais pas me le pardonner", tu es énervé, blessé, tu t'endors dans mes bras... Et je ne te reverrai jamais... Tu me manques, et je n'arrive même pas à t'en vouloir. Mon amour est plus fort que ma haine légitime...
Tes yeux mon coeur m'ont marqués, TU me manque, ma vie est triste et sans couleur, mais je survivrai le coeur à nouveau glacé...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (0)
L'auteur : Junne Romane
30 ans, Saint-julien (France).
Publié le 09 octobre 2013
Modifié le 03 octobre 2013
Lu 1 707 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲