Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Pampa : lune d'eau

Quand le rideau s'ouvre sur le dernier acte, passion et vengeance sont à leur comble...


"Le sanguinaire Cirilo Parra a tué l'homme-puma pour expier les pêchés de son défunt père. En vain : si le fantôme errant a retrouvé le chemin de la tombe, la malédiction d'une indienne frappe toujours ses enfants. Leur salut viendra peut-être du voyage de Bartolomé, le jeune oracle dont les visions ont jusqu'alors guidé les pas des gauchos maudits. Parce qu'il ne veut pas finir comme la lune " qui voit dans l'obscurité mais reste seule ", Bartolomé part vers la mer. Tout en suivant les pas d'une femme rêvé par son parrain, il va à la recherche de la femme réelle. Sous la plume de Jorge Zentner et les pinceaux de Carlos Nine, le rêve tutoie la réalité, qui elle-même flirte avec les mythes et les légendes. Leur écriture lapidaire a la puissance des rêves, celle de nous transporter ailleurs, d'éveiller en nous un écho sans que l'on comprenne réellement pourquoi. Passion et vengeance sont les deux mamelles de ce conte fantastique aux résonances terriblement humaines. Car le chemin de Bartolomé, qui quitte la mère Pampa pour aller quérir la mer de ses rêves, est celui de tous ici-bas. Son parcours est celui du lecteur, qui chemine vers le bout de l'histoire, et apprend progressivement à discerner la réalité qui se cache au cœur des images oniriques." (Présentation Dargaud)

Un peu plus de deux ans après la sortie du premier tome Lune de Sang et un an après celle de Lune d'Argent, Jorge Zentner et Carlos Nine nous offrent le troisième et dernier volet de leur trilogie. Cet acte final, Lune d'eau, nous plonge à nouveau dans ce conte fantastique mettant en scène un véritable drame humain du à une malédiction implacable. Les auteurs développent un univers tout à fait particulier où les passions se déchaînent. Mais je ne saurais mieux décrire l'atmosphère de cette BD que son scénariste, Jorge Zentner : "Nous voulions évoquer l'Argentine réelle, un univers de passion, où se mêlent merveilleux et monstrueux. C'est la vie de tous les jours au dix-neuvième siècle : histoire de famille, violence des indiens, répression sauvage des militaires, viols, amour... Mais des forces étranges, aveugles et aveuglantes sont aussi à l'oeuvre, comme souvent dans notre pays. " (BoDoï, n°62 avril 2003) L'intérêt de Pampa réside dans ce mélange entre réalisme et merveilleux : la violence, les fureurs sont décuplées par la force de la légende.


Du point de vue pictural, cette BD est vraiment un cas particulier. En ouvrant Pampa, il ne faut pas s'attendre à un graphisme classique, type ligne claire. Le graphisme du dessinateur Nine se rapproche plus de la peinture. Beaucoup de cases font toute la largeur de la page et pourraient devenir ainsi de véritables tableaux autonomes. Cette dimension picturale s'explique par les autres activités du dessinateur : en effet, Nine a étudié à l'Ecole Nationale des Beaux Arts de Buenos Aires, puis a travaillé notamment comme illustrateur, peintre et sculpteur. On peut retrouver plusieurs de ses références picturales dans Pampa, puisque les visages déformés des personnages évoquent tour à tour Goya, Munch ou encore Daumier qu'il apprécie particulièrement.


Par l'utilisation de la couleur directe et de pastels assez sombres, Nine met brillamment en images cet univers où s'entremêlent les forces aveugles qui sont en nous. Son dessin rend compte de toute la puissance du récit. La composition dynamique renforce la violence de l'histoire. Les gros plans sur les personnages révèlent aussi les passions qui animent chacun d'eux.


Une autre caractéristique est à souligner puisqu'elle est assez rare en BD : le lecteur perçoit ici la matérialité du dessin. On peut voir le grain du papier utilisé par le dessinateur (et même parfois la marque CANSON !) ainsi que tous les traits de pastel qui ne sont aucunement lissés. Par contre, les auteurs n'ont pas intégré directement les bulles au dessin. Elles semblent donc collées par dessus, même si leurs formes sont travaillées.


La langue poétique du scénariste Zentner donne à ce monde son aspect mystérieux, avec ses mots qui forment comme une incantation magique. Alors laissez vous prendre par cette magie du conte...


Série : Pampa
Titre : Lune d'eau
Auteurs : Zentner - Nine
Editeur : Dargaud
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (0)
L'auteur : Lorna Lorna
33 ans, Angers (France).
Publié le 21 juillet 2005
Modifié le 24 juillet 2005
Lu 1 410 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)

Commander sur Amazon.com
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲