Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Peter Pan, le film

Ceux qui me suivent un peu sur ce site l'auront compris, j'aime et adore Peter Pan. Quelques articles ont été écrits sur lui sur ce site, dont un sur le film de 2003. Celui-ci ne me plait pas trop... C'est pourquoi j'écris un article sur ce film.


Je vais épargner aux quelques lecteurs qui s'aventurent ici tout le blabla préliminaire (Peter Pan a été réalisé en... Par... Avec...).
Je vais simplement faire ma "petite critique" qui se veut modeste !
Dire que le film Peter Pan reprend bien les thématiques du livre Peter Pan (J. M Barrie), c'est vrai... Et bien sur faux !
La parfaite adaptation N'existe PAS ! Et ça, il faut se le buriner dans la tête ! (CF les nombreux films de Harry Potter pour lesquels Rowling a donné sa bénédiction, sinon son accord.)
Pour toute la partie merveilleux, les nuages roses, la foret sauvage... Je suis d'accord, tout est génial et conforme à l'esprit de Barrie, quoi que...
Il y a un petit truc qui ne va pas !
Quand vous avez vu ce film pour la 1° fois, je suis sure que vous vous êtes dit "Ah tiens, c'est bien joli, on aimerait bien y vivre !! ", ET POURTANT, dans Peter Pan, c'est tout sauf un endroit où il fait bon vivre : c'est un endroit purement inquiétant ! Et pas seulement à cause des pirates conduits par le terrible Crochet : les animaux sauvages, les indiens qui chassent... [J'avais déjà fait un article sur Peter Pan, mais pour ceux qui ne l'ont pas lu, un petit schéma : ]

Animaux sauvages => Indiens => Pirates => Enfants perdus (qui cherchent...) => Peter Pan/Wendy/John/Mickael

C'est une chasse perpétuelle ! Sans parler bien sur des sirènes qui ne sont pas aussi sympas que dans le film Hook (Robin Williams / Dustin Hoffman...)
On n'en parle pas trop dans le livre de Barrie, mais tout ce que l'on sait c'est qu'elles sont extrèmement sauvages, et personnellement je les verrais bien être comme les sirènes d'Ulysse, peut-être mangeuses d'homme...


Ensuite, voyons les acteurs

Bon là, je n'ai rien à dire, ils sont parfaits, tous.
Le fait de choisir Jason Issacs en double rôle (Crochet / père de Wendy, John et Mickael) est assez ingénieux sur la symbolique de l'adulte.
Mais bon, il ne faut pas non plus en abuser, ai-je envie de dire... J'espère que sans cette "aide" de la part du réalisateur les spectateurs auraient compris le thème de l'ADULTE dans Peter Pan...
A part cela, le rôle du père de Wendy, John et Mickael est super mal joué : en aucune façon le père se montre spontané ("Au diable les dépenses ! " dans le film VS tout est calculé, les moindres deniers dans le livre). Je ne critique pas l'acteur, mais le scénario.
Quant à la tante je ne sais plus comment, elle n'apparait pas du tout dans le roman ! Enfin bon, elle a son role : représenter la haute société londonniene, soucieuse de son apparence.

Parlons du scénario (cf image)
Cette image est prise à la fin.
Lors du combat final, Crochet se rend compte que Peter "a des sentiments, des sentiments pour Wendy". Il le détruit en lui disant que celle-ci va le quitter, quitter le Pays de l'Imaginaire, pour aller vivre sa vie, se marrier avec un autre que lui, avoir des enfants, grandir... Peter est psycologiquement atteint là, il cesse de voler pour s'écraser vaincu.
Wendy se penche donc et l'embrasse.
"Pan... Tu rougis ?? " dit le capitaine et **HOP** Peter est fin heureux, s'envole et terrasse une fois pour toute Crochet

Voilà à quoi ressemble la fin. A cela je réponds : QUOOOOOOOOOOOI ?


Peter n'a pas de sentiments

Etre embrassé, il s'en fout et encore pire : il ne connait pas et ne veut pas connaitre ce que c'est ! Il préfère en rester au stade du dé à coudre.
Cette fin est ridicule et même offensante !!!
L'article dont je parle implicitement (qui concerne le film Peter Pan), fait tout un laïus sur les sentiments des enfants, et il prend pour cela PETER. Or Peter n'a pas de sentiments, il aurait mieux valu prendre Wendy pour illustrer cela : tiraillée entre l'ENVIE de rester enfant et l'OBLIGATION de devenir une femme.
L'auteur de cet article se contente ici de parler du film, mais quand on parle "d'aspects philosophiques" comme il le fait, on attend de lui qu'il prenne appui sur le fondement : le roman !!
Disney, on peut bien sur le "flinguer" sur bien des trucs concernant Peter Pan, mais pas sur cela ! Regardez cette image, elle est conforme à l'idée de Barrie ! [Bon; qu'ensuite il devienne rouge quand Lili la tigresse l'embrasse... PAREIL, ça n'a pas de sens ! ]

Par conséquent, je dirai que la vision de Peter Pan que nous offre ce film est diablement et tristement édulcorée ! Il semblerait que très peu des réalisateurs qui se soient aventurés à transposer Peter Pan à l'écran aient vraiment eu le courage d'être fidèle envers Barrie.
Ce Peter Pan, celui de Disney et Hook sont géniaux en tant qu'oeuvres indépendantes, mais infidèlement dépouillées en tant que transposition / adaptation. Je ne suis pas 100% contre ce genre de film, bien au contraire, je les ai et je les adore, mais encore une fois, je les regarde en tant qu'oeuvres indépendantes. Il faut cependant remarquer l'énorme effort de la part de Hogan pour être quelque peu fidèle : le printemps et l'hiver qui ne suivent aucune logique, si ce n'est celle de Peter, le médicament empoisoné de Crochet, "Je veux que les fées existent... "...
J'ajoute le film Neverland (Kate Winslet, Johnny Depp) qui retrace l'écriture de Peter Pan. Il s'agit d'un film très intéressant... Mais là encore, la vision de Neverland est assez... édulcorée (cf la fin) mais si enchanteresse et si bien placée que j'ai envie de fermer les yeux :) - je dis cela aussi pour tous les autres films de Peter Pan : bien que peu fidèles, ce sont des merveilles, je le concède =) -
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (8)
Re: Peter Pan, le film
Posté par mr bibi le 19/08/2008 22:23:50
C'est parce que tu es très fan de l'oeuvre originale, ce qui est infiniment respectable. Et aussi que cette adaptation, au delà de l'aspect amour, à l'air de toute façon très mauvaise. Il y a d'autres adaptations qui ne reprennent quasi-rien de l'original et qui forment pourtant des oeuvres magistrales ; pour Peter Pan par exemple, il y a la bande dessinée de Loisel qui est un vrai petit bijou ; et au diable le peu de ressemblance avec l'original, ce n'est pas ce qui compte, une oeuvre d'art doit être jugée pour elle même, pour ce qu'elle apporte, et non pas par rapport à un référent.
Re: Peter Pan, le film
Posté par ginger_bread_woman le 19/08/2008 19:15:38
Je suis désolée, je ne suis pas d'accord. Sur les petits détails OK, mais pas sur un truc aussi fondamental que le sentiment de l'amour, c'est vraiment le truc le + important ! Sinon, autant réinventer un autre truc qui ne s'appelle pas Peter Pan et qui traite de l'envie de ne pas grandir.
On prend tout ou on ne prend rien (pour moi négliger un truc aussi important que le sentiment d'amour) c'est du sal boulot.

Je vois qu'on est pas d'accord, et je pense pas qu'on le sera...
Re: Peter Pan, le film
Posté par mr bibi le 19/08/2008 18:59:26
Tu continues de raisonner en fan refusant qu'on puisse toucher à l'oeuvre de Barrie ou à son esprit, j'aime pas me répéter. Faire à sa sauce ou adapter au XXème siècle, on s'en fiche, ça ne sert à rien. Tu ne juges la fin du film que d'après l'oeuvre de Barrie, c'est ça qui est ridicule.
Quant aux sentiments, Peter les ressent tous peu ou prou, la haine, la joie, la peur, surtout la peur qui est omniprésente tout au long du roman. Seul l'amour est d'emblée exclu, car l'amour est un sentiment d'adulte, et que Peter rejette tout ce qui à trait à l'adulte ; en cela le dernier chapitre est d'ailleurs magnifique (oui oui je l'ai lu, bien sur ; par contre je n'ai pas vu le film dont tu parles ici).
Tout ce que je veux te dire c'est qu'il faut juger une adaptation que sur ses propres critères, peu importe les détails stupides comme le fait que ce soit transposé au XXème, que Peter pan soit noir ou asiatique ou que la fée clochette soir un homme (j'invente en exagerant tu vois :p) et peu importe que les thèmes et l'esprit soient différent, le réalisateur serait le dernier des cons s'il se contentait de faire un copié/collé sans y mettre son âme, son esprit, ses thèmes, ses envies. Et si le résultat est fondamentalement mauvais, ce n'est pas parce qu'il n'est pas conforme à l'original, c'est parce qu'il est mauvais de par lui même (cf les adaptations de Harry Potter que tu cites plus haut).
Re: Peter Pan, le film
Posté par ginger_bread_woman le 19/08/2008 18:05:39
Eh bien, tu réponds à ta propre question "qu"est ce qu'une "adaptation parfaite ?""... Ca n'existe pas. Je le sais, il ne faut pas croire.
Mais, quand un réalisateur a la certaine prétention de reprendre un classique comme Peter Pan, on essaie de respecter non pas des détails insignifiants (comme l'invention de la tante), mais l' ESPRIT de l'oeuvre !!!
Certes, on peut la faire à sa sauce (genre adapter le conte au XX° siècle , pourquoi pas) MAIS il faut toujours garder en tête l'esprit et les caractéristiques principales de l'oeuvre originale.
Ce n'est pas présomptueux comme tu le dis de dire que Peter n'a pas de sentiment. Je le souligne ENCORE une fois ici. As tu lu l'oeuvre originale ?
Dans celle ci, il est clairement dit que Peter ne ressent pas d'amour, ni même de fatigue, il n'a pas de mémoire (ce n'est PAS un petit garçon normal)... S'il ressent quelques sentiments (comme la haine par exemple) il n'est JAMAIS question d'amour et c'est CE sentiment qui est le plus important quand on touche à Peter Pan !! C'est pourquoi je juge cette fin de film ridicule et contraire à l'oeuvre orignale dont elle s'inspire. Bref, Machin a fait valser LE truc, LE plus important truc.
Par ailleurs, tu dis que PP ne serait pas humain... Ca c'est une réplique assez facheuse car je n'en ai pas la réponse et je ne suis meme pas sure qu'elle puisse exister...
Re: Peter Pan, le film
Posté par mr bibi le 19/08/2008 17:23:51
En effet, tu réagis assez tard, va falloir que je relise l'article pour me souvenir pourquoi j'ai dit ça.

...

Bon voilà qui est fait. Il y a principalement deux choses qui dépotent ; les mêmes que dans tes autres articles en fait ; il s'agit de la conception de l'adaptation en tant qu'oeuvre subordonnée.
Premièrement tu dis "La parfaite adaptation N'existe PAS ! Et ça, il faut se le buriner dans la tête !", comme j'aime pas les coups de burin dans le crâne, je vais éviter de me graver des conneries pareilles dessus, ça pourrait faire mal. Bon déjà je te trouve très présomptueuse de pouvoir affirmer de ce qui existe et n'existe et de vouloir imposer cette vision à coup de burin, même si la métaphore est amusante. Donc je te pose la question, qu'est ce qu'une adaptation parfaite ? voilà une épineuse question qui en a vu beaucoup se casser les dents. Comment définir la perfection d'une adaptation ? qui d'ailleurs pourrait être en mesure de mesurer cette perfection ? ou alors s'agit-il de similitude ? une adaptation parfaite serait une adaptation qui colle en tout point à l'original à la virgule près ; ne monnayant sa différence que le biais de la technique utilisée ? ici le passage du livre au film par exemple ; une adaptation parfaite serait un copié/collé en somme. Sauf qu'il y a deux objections majeures, un tel procédé serait à la fois absolument inutile et n'aurait absolument aucune valeur artistique. Ou plutôt il aurait la même valeur artistique que ces posters représentant des tableaux célèbres sur papier glacé, une sort de copie de l'original bon marché ; bref nada. Quant à son intérêt, quel serait-il ? si tout est déjà su par l'être humain moyen qui a déjà lu le livre ou connait déjà l'histoire, il n'y a plus ni suspens, ni intérêt scénaristique, et ne déclenche donc aucune réflexion sur des thèmes autres que ceux déjà connus et abordés. Bref, ce genre d'adaptation n'a aucun intérêt.
Donc qu'est ce qu'une adaptation parfaite ? la réponse est simple, on ne peut pas le définir, et si on ne peut pas définir une chose, alors comment nier son existence ; une adptation parfaite n'existe pas dis-tu, mais une adaptation n'a pas à être parfaite, ce film n'est pas l'oeuvre de Barrie réalisée et portée à l'écran par Machin (je connais pas le réalisateur en fait et tu ne l'as pas nommé dans l'article, alors nous le nommerons machin), c'est l'oeuvre intégrale de Machin, qui s'appuie bien entendu sur une précédente oeuvre, en l'occurrence, le Peter Pan de Barrie. Donc il ne faut pas rechercher les thèmes de Barrie dans cette oeuvre, mais ceux de Machin, c'est son oeuvre à lui, rien n'a a être conforme avec l'esprit ou l'univers de Barrie, tout a à être conforme avec l'esprit de Machin.
On en arrive donc au deuxième point, la phrase finale assénée en majuscule avec la même suffisance que si elle aussi devait se graver au burin. Pourquoi le Peter de machin n'aurait-il pas de sentiments (j'ai cru comprendre que tu parlais uniquement de sentiments amoureux, car Peter a bien des sentiments, il ne serait pas humain sinon, c'est juste l'amour qui est étranger à l'enfant qu'il est) ? parce que ce n'est pas en conformité avec l'esprit de l'oeuvre de Barrie ? on vient de voir ce-dessus que cela importait peu, Machin développe des thématiques différentes et explore des facettes différentes. ici que les sentiments, et en particulier le fait de protéger une personne que l'on aime permet de se dépasser, ce qui permet à Peter de battre Crochet. on peut juger ça aussi bateau que nul (ça l'est), mais ne juger qu'en prenant en compte la différence à l'original est un non sens.

En bref, tu peux comparer une adaptation à un original, voir les différences, les ressemblances, préférer l'un ou l'autre ; mais juger une adaptation uniquement par le degré de respect de l'original est un non-sens parfait, un auto aveuglement (qui empoisonne l'esprit de ce qu'on nomme vulgairement "fan", quelque soit l'oeuvre considérée) qui ne savent voir que les différence et les pointer du doigt, sans jamais chercher à comprendre ce qu'a voulu faire ou dire celui qui a adapté.

Ce à quoi les fans me répondront surement qu'ils ne supportent pas qu'on touche à cette oeuvre qu'ils aiment tant pour la rendre si différente ; et je leur répondrais tout simplement : "si cette oeuvre vous plait déjà tant telle qu'elle est, contentez vous d'elle, elle est unique, et ignorez le reste si ça ne vous plaît pas, mais ne méjugez pas avec de tels préjugés.

Sinon je réitère ce que j'ai dis la première fois, c'est un bon article, pas trop court, pas trop long, pertinent sur la plupart des points et amusant dans le ton.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (8)
L'auteur : Clochette La rétameuse
27 ans, Neverland _ second star to the right etc (France).
Publié le 31 mai 2008
Modifié le 04 août 2008
Lu 4 644 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)

Commander sur Amazon.com
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲