Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Planètes (3)

3eme épisode de mon histoire. A vos claviers !!...


Il est là, mon père. Derrière lui, un monstre le tient par les main. Puis, il le jette dans ma cellule. Mon père, fatigué, à bout de force, tombe à genou dans la pièce mal éclairée.
Et alors, lorsque la bête est partie, ce sont les retrouvailles. Il se relève péniblement, me sourit, et moi, je me rue vers lui pour l'aider à se tenir debout et lui demander des nouvelles de ma famille et de la planète. Là, il m'explique que nous n'avons pas quitté le pays, qu'il a été capturé parce qu'il sait où nous nous trouvons et que les envahisseurs ne voulaient pas qu'il dévoile ce secret. Ebahie par cette nouvelle alors que je me croyais à des années lumière de ma maison, je le questionne sur ma famille. Il m'informe que ma mère a aussi été capturée car elle refusait de se soumette. Ma soeur, d'après lui, a réussit à se mettre à l'abri dans une cachette que lui avait indiqué mon père et qui ne risquait pas d'être découverte bientôt. Les personnes qui sont encore en vie et en liberté sont celles qui se sont soumis aux ennemis ou celles qui ont trouvées des cachettes suffisament intelligentes pour ne pas être vues. Mais ces derniers ne survivront pas longtemps sans eau ni nourriture, je le crains. J'ai peur pour ma soeur. Avant, j'avais peur pour mes parents, mais maintenant que mon père et là et que je sais que ma mère est dans la même situation que nous, je m'inquiète plus pour ma soeur. Je ne sais pas où elle est, ni comment elle va.

Est-elle morte ?
C'est la question que je me pose souvent.
Ils arrivèrent un matin, apparemment de bonne heure, car nous étions encore en train de dormir. Je me réveille en sursaut et il est devant moi. Un enfant. Enfin, un enfant de leur espèce. Il me regarde et m'observe sous tout les angles. Je n'ose rien dire, et je tremble. Voyant ma peur, il ouvre la bouche comme pour dire quelque chose, et la referme. Et, à ma grande surprise, il se met à parler notre langue. Il me demande si je vais bien et depuis combien de temps je suis ici. J'acquiesque, encore un peu sonnée, et lui répond que j'ignore depuis combien de temps je suis ici, mais surement plus d'une semaine. Mon père, qui s'était réveillé juste avant, réctifit que ça ne fait que deux jours qu'ils m'ont enmenés avec eux. Puis, la main sale du monstre s'approche de mon bras, et comme un reflex, je m'écarte. Il me regarde comme si j'avais commis un crime et sous ses yeux pleins de reproches, je m'excuse. Il me prend le bras et je ne bronche pas. Je lance un regard à mon père qui m'encourage à le suivre. Je le suis donc, mon père sur les talons. Il nous entraînent vers un porte sombre. Je lui demande où nous allons et il me répond :
"plus tard, vous verrez..."
J'envoie un regard interrogateur à mon père qui hausse les épaules. Nous nous mettons à courir et je manque de me cogner contre les murs à chaque virage. J'ai l'impression d'être dans un hopital : les murs sont blanc, les salles presque vides et cette odeur... c'est une odeur tellement familière à l'hopital.
Puis nous arrivons à la sortie de ce grand batiment blanc. Je ne sais pas par où nous sommes sortis, car ce batiment est invisible vu de l'extérieur pour les personnes normales. La lumière du soleil m'aveugle tandis que la jeune créature m'entraîne vers la forêt noire.
C'est une forêt tellement sombre que personne n'y va jamais, de peur de se perdre. Certains prétendent y être déjà allés et avoir vus des choses étranges, mais après ce séjour passé dans un de ces batiments, plus rien ne me paraît étrange.


Arrivés au coeur de cette forêt, nous nous arrêtons d'un coup, ce qui me fit trébucher. La bête m'entraîne doucement vers des branchages isolés. Il soulève les feuilles, et là, je vois, assise en tailleur à boire de la soupe comme si rien d'anormal n'était en train de se passer dans le pays en ce moment, ma soeur, parlant tranquillement avec ma mère. Je leur saute dans les bras pour les embrasser et me relève pour remercier notre guide provisoire.
"Pourquoi vous avez fait ça ?
-Je ne suis pas de leur clan, je n'appartiens pas à leur tribu, j'ai réussit à m'infiltrer dans ce batiment en me faisant passer pour un des leurs.
-Je vous en remercie beaucoup et j'espère pouvoir faire quelque chose pour vous en retour.
-Ce que vous pouvez faire, c'est nous aider à chasser les Nabjörgs d'ici, car nous, nous ne vous voulons aucun mal, contrairement à eux. Ils ont aussi envahient notre planète et nous voulons nous en débarasser."
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (2)
Re: Planètes (3)
Posté par alal le 20/08/2004 07:56:16
l'histoire est vraiment bien !!!
mais la syntaxe est à revoir et il faudrait que tu essayes d'éviter les répétitions.
c'était deux petits conseils pour que tu t'améliores, pas des reproches =)
biz ++
Re: Planètes (3)
Posté par cyrilya le 20/08/2004 07:56:16
ze veu la suite !!! viiiiiteeeeeeeee
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (2)
Publié le 10 février 2004
Modifié le 10 février 2004
Lu 728 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲