FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Pourquoi les Etats-Unis ne sont pas un pays démocratique ? (suite)

Voici quelques citations, quelques discours et quelques chiffres accablant d'inhumanité pour la grande puissance Américaine !!


A la suite de mon premier article ("Pourquoi les états unis ne sont pas un pays démocratique"), j'ai décidé d'en écrire un nouveau qui complémente le premier par des exemples, des témoignages et des faits !!!

Je commencerais par une citation :

« L'Amérique est aujourd'hui à la tête d'un mouvement mondial anti-révolutionnaires pour la défense de ses propres intérêts. Elle est désormais ce que Rome fut jadis. Dans toutes les communautés étrangères tombées sous son joug, Rome soutenait les riches contre les pauvres. Les pauvres étant depuis toujours et partout dans le monde bien plus nombreux que les riches, la politique romaine créait forcement de l'inégalité et de l'injustice. Elle défendait le bien-être d'une minorité au détriment de celui du plus grand nombre. »

Arnold Toynbee.


Tous d'abord quelques paroles et quelques discours de certaines personnalités et certains dirigeants américains :

- En 1988, parlant, en tant que vice-président, de l'avion civil iranien abattu par un navire américain (290 victimes) George bush a dit à des reporters du « newsweek » :
« Je ne demanderai jamais pardon au nom des Etats-Unis d'amerique.
Je me fiche des faits qu'on nous reproche. »
Cette phrase a été reprise par son fils quelque années plus tard !!

- En 1996, pour les bombardements après la guerre contre l'Irak le général de brigade US William Looney a dit a des reporters du « Washington post » :
« Qu'ils essayent seulement d'allumer leurs radars et nous faisons exploser leurs foutous SAM ! Ils savent que leur pays nous appartient. Leur espace nous appartient... C'est nous qui décidons comment ils doivent parler et vivre. Voilà ce qui est génial pour les Américain aujourd'hui. C'est une bonne chose, d'autant plus qu'il y a plein de pétrole là-bas et que nous en avons besoin. »

- Au cours d'un échange télévisé désormais fameux (lors de l'émissions « sixties minutes » du 12 mai 1996) entre Madeleine Albright et le reporter Lesley Stahl, ce dernier, parlant des sanctions contre l'Irak, demanda à celle qui était alors l'ambassadrice US aux nations unies : « On nous dit qu'un demi-million d'enfants sont morts. Je veux dire, c'est plus que le nombre d'enfants morts à Hiroshima. Et... et vous savez, est-ce que ça vaut ce prix-là ? »
Albright répondit : « Je pense que c'est un choix très difficile. Mais le prix... nous pensons que ça vaut ce prix-là. » !!
Peu de temps après, Albright a été nommés secrétaire d'Etat !!!

- En 1999, Le général Wesley Clark, commandant en chef suprême des forces alliées en Europe, pour la conduite du bombardement de la Yougoslavie par l'OTAN (dirigé par les Etats-Unis) avec un fanatisme presque sadique.... « Il surgit de son siége et tape sur la table. « Je dois obtenir la violence maximum pour cette campagne; maintenant ! » (Washington Post, 21 septembre)

- En 1920, H.l Mencken declara :
Tout le but des pratiques politiques est de maintenir la populace dans l'inquiétude (et donc demandant la sécurité), sous la menace d'une succession infinie de croque-mitaines, pour la plupart imaginaires. »

- En 1957 le général Douglas MacArthur, a propos de l'important budget du pentagone déclara : « Notre gouvernement nous a maintenus dans un état de peur perpétuelle, de ferveur patriotique continue, prétextant la gravité de « l'urgence national ». Il y avait toujours quelque mal terrible... qui devait nous engloutir si nous ne le suivions pas aveuglément en lui fournissant les fonds exorbitants qu'il demandait. Mais, rétrospectivement, ces désastres semblent ne s'être jamais produits, semblent n'avoir jamais été tout à faits réels. »

- Le lieutenant-général Michael Short, commandant de la guerre aérienne de l'OTAN, déclara :
« Si vous vous réveillez le matin et que vous n'avez pas d'électricité dans la maison, ni gaz pour le poêle, et si le pont que vous prenez pour aller travailler est démoli et gît dans le Danube pour les 20 ans a venir, je pense que vous pouvez commencer à demandé : « Hé ! Slobo, qu'est ce qui se passe ? On va devoir supporter jusqu'à quand ? »Le général Short, expliquait le « New York Times », « espère que la détresse des yougoslaves sapera leur soutien aux autorités de Belgrade »

- En septembre 1996, devant l'insistance persistance de groupes populaires et religieux, le Pentagone rendit publics sept manuels en espagnol utilisés à la SOA (school of the Americas, une école militaire) jusqu'en 1991. Un éditorial du « New York times » déclarait : « Les Américains peuvent maintenant lire par eux-mêmes quelques-unes des leçons nocives que l'armée des Etats-Unis a enseignées à des milliers de policiers et de militaires d'Amérique latine pendant les années 80 à la SOA. Un manuel d'instruction publié par le pentagone recommandait des techniques d interrogatoire : torture, exécutions, chantage, arrestations des proches de ceux qui sont interrogés. »

Dictons américains : « Un terroriste est quelqu'un qui possède une bombe mais n'a pas d'armée de l'air »Voici tous les pays bombardés par les États-Unis pour des raisons économiques ou de guerre sans que le pays attaqué ne riposte en aucune manière :
(Ces bombardements causèrent la mort de quelques millions de personnes !!)

- Chine (1945-46)
- Corée et Chine (1950-53)
- Guatemala (1954)
- Indonésie (1958)
- Cuba (1959-61)
- Guatemala (1960)
- Congo (1964)
- Pérou (1965)
- Laos (1964-73)
- Vietnam (1961-73)
- Cambodge (1969-70)
- Guatemala (1967-69)
- Salvador (1980)
- Nicaragua (1980)
- Grenade (1983)
- Liban (1983-84)
- Syrie (1983-84)
- Libye (1986)
- Iran (1987)
- Panama (1989)
- Irak (1991)
- Koweit (1991)
- Somalie (1993)
- Bosnie (1994-95)
- Soudan (1998)
- Afghanistan (1998)
- Yougoslave (1999)
- Afghanistan (2001)

- Jimmy carter ancien président des Etats-Unis après avoir quitté la Maison-Blanche déclara :
« Nous avons envoyé des marines au Liban et il suffit d'aller au Liban, en Syrie ou en Jordanie pour constater de première main la haine intense que beaucoup de gens éprouvent pour les États-Unis parce que nous avons bombardé et tué sans merci des villageois totalement innocent- femmes, enfants, fermiers et ménagères-dans les villages autour de Beyrouth...résultat... nous sommes devenus une sorte de Satan dans l'esprit de ceux qui ont un profond ressentiment. C'est ce qui a précipité les prises d'otages et quelques-unes des attaques terroristes. »

Et je finirais par cette phrase qui nous concerne tous :
« Nul n'est plus désespérément esclave que celui qui se croit libre à tort. »
Goethe.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (85)
Re: Pourquoi les Etats-Unis ne sont pas un pays démocratique ? (suite)
Posté par jacquesv le 22/01/2007 12:37:59
voici mes sources j'en ai aissi les memes en anglais



http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/sciences/sciences_h umaines/20061011.OBS5364/irak_655.000_morts_de_trop.html



Nouvel Observateur | 14.12.2006 | 13:12



À la Une < Sciences < Sciences humaines





Depuis l’intervention des Etats-Unis et de ses alliés en mars 2003, plus de 500 décès supplémentaires sont survenus chaque jour en Irak. Des chercheurs américains et iraquiens publient aujourd’hui une nouvelle estimation de la surmortalité depuis l’invasion de l’Irak, de mars 2003 jusqu’à juillet 2006. Ils estiment à 655.000 le nombre de morts supplémentaires d’Iraquiens –soit 2,5% de la population- par rapport à la période antérieure.

Le taux de mortalité était de 5,5 pour mille avant mars 2003 contre 13,3 pour mille depuis cette date, écrivent les chercheurs de l’Université John Hopkins (Baltimore) et de l’Université Al Mustansiriya (Bagdad).

Gilbert Burnham et ses collègues, qui publient ces travaux dans la revue médicale The Lancet, n’ont pas compté les corps à la morgue pour calculer la surmortalité. Ils ont enquêté auprès de 47 ensembles, répartis sur tout le territoire, contenant chacun 40 foyers. Ils ont recensé le nombre de naissances et de décès par foyer entre 2001 et 2006. Ils ont ensuite extrapolé les résultats à l’ensemble de la population iraquienne.

Ces chercheurs avaient déjà publié une première analyse en 2004, affirmant que 100.000 décès supplémentaires étaient imputables à la guerre en Iraq entre mars 2003 et septembre 2004. Leur méthode avait été critiquée, notamment à cause de sa trop grande part d’incertitude.

Cette nouvelle enquête confirme les chiffres publiés en 2004, expliquent aujourd’hui Burnham et ses collègues. La violence est la cause de 92% des décès, selon leur enquête, qui ne distingue pas les civils des personnes engagées dans le combat, quel qu’il soit. Les hommes âgés de 15 à 44 ans représentent 59% des cas de morts violentes. La part des morts imputables à la coalition menée par les Etats-Unis est en diminution, notent les chercheurs, elle est passée de 31 à 26%.

Burnham et ses coauteurs appellent de leurs vœux la création d’un corps international indépendant pour calculer la surmortalité due à la guerre en Irak. Le seul bilan clairement établi est celui des pertes militaires de la coalition : 2.717 soldats américains ont été tués (à la date du 8 octobre 2006), 119 du côté britannique (à la date du 3 octobre).

Cécile Dumas
(11/10/06)

=============================================



http://www.unicef.org/french/newsline/pr/1999/99pr29.htm




Page d'accueil| Activités de l'UNICEF | Dossiers | Information et publications | Cartes de vœux, cadeaux et dons | Coin des médias | La voix des jeunes | A propos de l'UNICEF






Une étude en Iraq révèle une «urgence humanitaire »

New York - Bagdad, 12 août : Les premières études depuis 1991 sur les mortalités infantiles et maternelles en Iraq révèlent que dans le sud du pays, à forte densité de population, ainsi que dans la région du centre, le nombre de décès d'enfants de moins de cinq ans est deux fois plus élevé qu'il y a dix ans. La Directrice générale de l'UNICEF, Carol Bellamy, affirme que ces constatations font état d'une situation d'urgence humanitaire.

Les études, publiées aujourd'hui par l'organisation de protection de l'enfance, décrivent également la situation dans la province autonome du nord de l'Iraq. Elles ont été menées entre février et mai 1999 par l'UNICEF, en collaboration avec le gouvernement iraqien des régions méridionales et centrales et les autorités locales dans la région autonome du nord. L'OMS a fourni un appui technique pour ces deux rapports. En conclusion, l'UNICEF recommande la mise en œuvre des propositions spéciales contenues dans les rapports du Secrétaire général des Nations Unies et du Groupe d'assistance humanitaire du Conseil de sécurité.

Certaines de ces propositions sont :

- La communauté internationale devrait fournir des fonds supplémentaires pour l'aide humanitaire en Iraq.

- Le gouvernement iraqien devrait mettre en œuvre, de toute urgence, des programmes ciblés d'alimentation.

- Le gouvernement iraqien et le Comité des sanctions des Nations Unies devraient donner la priorité aux approvisionnements ayant un impact direct sur le bien-être des enfants.

Les études révèlent que dans le centre et dans le sud de l'Iraq (régions où sont concentrés 85 % de la population), la mortalité des enfants de moins de cinq ans a doublé, passant de 56 décès pour 1000 naissances vivantes (1984-1989) à 131 décès pour 1000 naissances vivantes (1994-1999). En outre, la mortalité infantile (définie comme la mort de l'enfant dans sa première année) a augmenté considérablement, en passant de 47 pour mille à 108 pour mille, pour la même période de référence. Les études indiquent que le taux de mortalité maternelle dans le sud et dans le centre du pays est de 294 décès pour 100 000 naissances vivantes pour la décennie 1989-1999.

Mme Bellamy a souligné que si la réduction substantielle de la mortalité infantile en Iraq dans les années 80 avait continué dans les années 90, il y aurait eu un demi-million d'enfants de moins de cinq ans décédés de moins dans ce pays entre 1991 et 1998.

En guise d'explications partielles, tout en présentant un rapport publié en mars par le Groupe des Affaires humanitaires du Conseil de Sécurité , elle a signalé que même si la souffrance en Iraq n'est pas seulement imputable aux facteurs extérieurs, telles que les sanctions, le peuple iraqien n'aurait pas dû subir tant de privations sans les conséquences de la guerre et sans les mesures prolongées par le Conseil de Sécurité.

L'UNICEF, en tant que membre de la famille de l'ONU, reconnaît que les sanctions économiques sont un instrument élaboré par la communauté internationale pour promouvoir la paix et la sécurité, a ajouté Mme Bellamy.

« Mais notre inquiétude concerne les sanctions et la façon dont elles ont été imposées ; elles auraient dû être définies et mises en œuvre afin d'éviter un effet négatif sur les enfants. Les études sur la situation des femmes et des enfants sont essentielles pour l'observation en cours de la situation humanitaire là-bas. »

Mme Bellamy a rappelé que les révélations contenues dans ces études ne peuvent pas ne pas tenir compte d'une volonté de la part de l'Iraq de s'opposer aux sanctions de l'ONU.

«L'étendue des échantillons statistiques (près de 24 000 foyers sélectionnés au hasard dans toutes les circonscriptions du sud et du centre, et 16 000 dans le nord) a permis de réduire la marge d'erreur sur la mortalité infantile dans les deux études. Un autre facteur important est le fait que, dans l'étude menée dans le sud et le centre de l'Iraq, toutes les personnes qui faisaient passer les entretiens étaient des femmes ayant appartenu au corps médical. Dans l'étude menée dans la région autonome du nord, plus de 80 % du personnel attaché à l'enquête étaient des femmes (chaque équipe comptait au moins une enquêtrice) et tous avaient une formation d'agent de santé.»

L'UNICEF s'est impliqué dans les différents volets des deux études, de la conception au compte rendu analytique. L'organisation avait un accès direct aux dossiers sur papier des enquêteurs et un accès constant à l'ensemble des données informatiques.

« Nous sommes satisfaits de la qualité de ces études. Elles ont été révisées par un groupe d'experts indépendants et aucun problème majeur n'a été découvert dans les résultats ou dans la façon dont ces études ont été menées. » a déclaré Mme Bellamy.

L'UNICEF a fait remarquer que l'on assiste à une augmentation dramatique de l'alimentation artificielle infantile. Faisant porter la responsabilité des taux élevés de malnutrition et de mortalité infantile à ce type d'alimentation, l'UNICEF prie instamment le gouvernement iraqien de remplacer dans les rations les substituts du lait maternel par des éléments nutritionnels additionnels pour femmes enceintes ou qui allaitent. L'UNICEF a également demandé au gouvernement de promouvoir une politique nationale en faveur uniquement de l'allaitement maternel.

Par ailleurs, le Fonds pour l'enfance insiste sur le besoin de réhabiliter complètement le secteur iraqien de l'éducation, et encourage vivement toute initiative visant à améliorer la qualité de l'éducation, la modernisation des infrastructures et à assurer une planification à long terme.

En outre, concernant le sud et le centre de l'Iraq, il ressort du rapport que :

- Le taux actuel de la mortalité des moins de cinq ans (aussi bien garçons que filles) montre que les filles sont plutôt moins touchées (125 décès pour 1000 naissances vivantes) que les garçons (136 pour mille).

- Le taux de mortalité des enfants vivant en milieu rural est plus élevé que celui des enfants vivant en milieu urbain : 145 décès pour 1000 contre 121 pour 1000.

Dans la région autonome du Nord, la mortalité des moins de cinq ans a progressé, passant de 80 pour mille pour la période 1984-1989 à 90 pour mille au cours des années 1989-1994. Entre 1994 et 1999, il a diminué jusqu'à 7,2 %. Il en va de même pour les taux de mortalité infantile.

Actuellement, le taux de mortalité des moins de cinq ans (de l'ordre de 131 pour mille) dans les régions méridionales et centrales de l'Iraq est comparable à ceux constatés en Haïti (132) et au Pakistan (136).

Veuillez envoyer vos commentaires ou demandes d'information par courrier électronique à media@unicef.org, sous la référence CF/DOC/PR/1999/29






Page d'accueil | Activités de l'UNICEF | Dossiers | Information et publications | Cartes de vœux, cadeaux et dons | Coin des médias | La voix des jeunes | A propos de l'UNICEF
Re: Pourquoi les Etats-Unis ne sont pas un pays démocratique ? (suite)
Posté par jacquesv le 21/01/2007 20:44:08
Découvert cet excellent article bien trop tard:-s
je suis impardonnable
Re: Pourquoi les Etats-Unis ne sont pas un pays démocratique ? (suite)
Posté par caroline.figeac le 20/08/2004 07:47:54
je suis assez d accord ac toi sokaris l amerique nous entoure et c pas parce que 1 pelerin va arreter d acheter americain que ca va changer quelque chose alors a moins de sensibliser les gens de facon resonnable(par ex ma musique m en fous quelle soit americaine v pas changer!) mais pour la bouffe et tt je suis d ac!faut acheter le moins possible americain mais pas du tt mnt c trop tard!
Re: Pourquoi les Etats-Unis ne sont pas un pays démocratique ? (suite)
Posté par someone else le 20/08/2004 07:47:54
lol ça me fait bien rire moi... je suis d'accord mais au lieu de debattre vous derviez regarder tout ce que nous avons d'americains autoir de nous... c con mais c la vie...
McDo, Coca, Windaube et tous les produits Micro$oft, vos calcullettes vos pompes, vos fringues, la musique que vous ecoutez en ce moment meme a la radio, le dernier ou prchian film que vous allez voir au cinema, etc...
y a plus de solutions... certaines reactions des amerloques sont stranges, et leurs actes abominables...
que faire plutot que d'en discuter entre nous ? avous de voir... je ne sais guere...
Re: Pourquoi les Etats-Unis ne sont pas un pays démocratique ? (suite)
Posté par vinch le 20/08/2004 07:47:54
et encore en afghanistan c est plus de 30 000 morts qu ils ont fait avec leurs bombardements et leurs armees au sol!!!
entre 3000 et 30 000 ou est l erreur??!!
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (85)
Publié le 08 août 2002
Modifié le 08 août 2002
Lu 1 724 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143