FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Prise d'une citée byzantine en 12 leçons

Vous êtes grands maintenant et désiré légitimement vous emparer d'une cité quelconque. Mais votre statut social vous oblige à vous emparer d'une cité douée d'un système défensif élaboré, nos regards se posent à ce moment là, c'est normal, sur une cité byzantine, dont la renommé défensive n'a d'égal que la splendeur des édifices qui la compose...


Leçon 1 : Leçon de base quand aux armées

Prenons les choses à la base, la prise d'une ville exige un minimum de moyen, aussi si vos conditions actuelles d'existence ne vous permettent pas d'investir, abandonnez rapidement cette idée...
Certains préfèrent avoir affaire à des mercenaires, personnellement j'aime l'uniformité d'une armée et n'apprécie guère les fortes têtes, cependant Takhul, célèbre commandant Slave, a réussi, grâce à un système de recrutement efficace, à mettre au point un rassemblement d'hommes de toute nationalité qu'il a conduit au sommet de la gloire. Ainsi l'utilisation de mercenaires nécessite une grande culture guerrière et peut s'avérer dangereuse et extrêmement coûteuse. Mais si comme moi vous préférez une corporation formée par vous-même, faite preuve de courage et de caractère, car la motivation des hommes se travaille tous les jours, aussi des moments tels que le repas sont souvent propice à une mise au point quant à l'activité quotidienne des guerriers, mais peut également devenir un moment propice à la préparation d'émeutes ou de rébellions !


Leçon 2 : Le choix de la combinaison guerrière

Pour la prise d'une cité, le choix de quels armés vous allez prendre reste un des moments les plus importants, en effet le peu de campagnes que vous avez mené ne vous a conduit qu'a monté une armée basique essentiellement constituée d'une seul sorte d'unité, la prise d'une ville entourée, vous vous en doutez, de tonnes de granit nécessite une diversité de force de frappe conséquente. Mon ami et néanmoins ami le chinois Ty-Sö-Liî est adepte lui d'une combinaison bélier-catapulte-cavalier-fantassins, le choix de cette combinaison devient généralement définitif à la fin du rodage (voir leçon suivante.)


Leçon 3 : Le rodage de l'armée

Avant de vous acquitter de cette cité qui hante votre esprit toutes les nuits, je vous conseille massacrer quelques innocents dans les villages alentours (n'oubliez surtout pas de brûler les huttes, en effet le symbole du feu joue un rôle prépondérant dans la tête de vos hommes.) Ce rodage doit s'effectuer discrètement et devrait permettre d'instaurer un climat de victoire au sein de vos troupes...


Leçon 4 : L'annonce du combat

Dans un élan évident de lucidité, vous n'avez bien sûr nullement annoncé le but final que représente la prise d'une cité byzantine aux personnes qui composent votre potentiel offensif. Et bien est venu maintenant le moment de l'annoncer ! Il vous faudra alors faire preuve d'éloquence et oublier un instant votre glaive pour brandir votre langue : CE MOMENT EST PRIMORDIAL ! En effet si vous présenter ne serait-ce qu'une once de doute, les conséquences seraient irréversibles...
Il existe des règles essentielles è suivre pour faire un discours :
- Dire la vérité n'est pas envisageable ! Ne dite surtout pas que le combat sera rude et que les morts vont pleuvoir (d'autant plus si la famille des guerriers est présente !)
- Il est fortement conseillé d'utiliser un vocabulaire incompréhensible ! La réaction de vos hommes sera d'autant meilleure que votre discours sera incompris, ils se sentiront mené par une force surhumaine...
- Il faut surtout et c'est le plus important crier et clamer des mots ayant un sens clair et fort ! Le mot le plus côté actuellement est "victoire", qui n'est pas très loin de "gloire" et "richesse".
Voilà donc pour le discours, la diction, cela va de soi, devra être claire quand cela est dans votre intérêt et dans tous les autres cas, disons, moins clair...


Leçon 5 : Le plan de l'attaque

La charge, sans réflexion aucune, vers la cité est une attitude peu envisageable si vous désirez rester vivant plus longtemps que vous ne le laissez penser. Aussi la mise en place d'un plan de la ville est obligatoire. Tout d'abord envoyé un imbécile de cavalier aller recueillir des informations quand aux différentes positions des archers sur les murailles, et également pour prendre conscience de la structure générale de la ville. A son retour, et après avoir dit à vos hommes que c'était bien ce que vous pensiez, rejoignez votre tente discrètement, en feignant d'aller méditer, et suivez la leçon suivante...


Leçon 6 : Au cas ou...

L'issue de la bataille ne sera pas forcément l'issue souhaitée, et malgré tout les conseils que j'aurais pu vous adresser... Aussi la préparation d'un possibilité de fuite est conseillée ! Un cheval, quelques vivres et une armes devrait suffire... Soyez extrêmement discret (pas besoin de vous dire pourquoi...)


Leçon 7 : La mise en place des troupes

Alors là, c'est très dépendant de la combinaison guerrière choisie, en tout cas il existe là encore des règles essentielles à suivre quoi qu'il advienne :

- Les catapultes ou autres armes de sièges à distance ne chargent pas ! La cavalerie en revanche pourra charger...
- Mais les armes de sièges peuvent tirer sur les murs de la ville. C'est même fortement conseillé de faire cela avant de conduire les cavaliers se viander sur le mur, euh pardon vers la victoire.
Evidemment la charge sera menée par un de vos bras droits (si vous êtes droitier bien sûr...), un bras de préférence assez gênant ou un peu trop ambitieux...


Leçon 8 : La charge

En échec, se sont les blancs qui commencent, en guerre, ce sont les attaquants qui commencent, alors il faut y aller, c'est le seul moment ou il ne faut surtout pas réfléchir, au risque, vous vous en doutez, de revenir sur sa décision...


Leçon 9 : Pronostiques

Une habitude peut connue, et bien réelle cependant, consiste en ce que les chefs des armées respectives se retrouvent sous une tente bien gardée pour soumettre leurs pronostiques. Il existe très précisément deux pronostiques (ceci est une précision numérique de haute volée !) : celui du vainqueur et celui du nombre de mort (pour celui-ci, le pronostique le plus proche remportera les mise). Les deux pronostiques ayant évidemment la même valeur.


Leçon 10 : Sur le champ de bataille...

Alors que vous observez, à l'aide de votre longue-vue achetée 100F chez Gaston (chez Gaston, les prix sont toujours ronds !!), l'orientation que prend le combat, vos hommes se battent, eux. Le combat peut prendre plusieurs formes :

- Celle de la boucherie : reste alors à déterminer de quelle sorte de boucherie il s'agit (boucherie Sanzot ou demi-boucherie), si c'est une boucherie Sanzot, c'est à dire une boucherie carnage, barrez-vous en courant et aller retenter l'expérience sur une autre citée avec une autre armée et avec un autre nom (ne surtout pas négliger le changement d'identité...), s'il s'agit en revanche d'une demi-boucherie, patientez pour connaître l'issue du combat...
- Celle de la désertion : là encore deux sortes de désertion : la désertion à la Blutch, alors là pas la peine d'essayer de retrouver vos hommes, ils sont déjà en train de relancer leur commerce abandonner lors de leur enrôlement à l'armée (enrôlement généralement malencontreux...) et la demi désertion et dans ce cas... patientez pour connaître l'issue du combat !


Leçon 11 : Discours d'après – combat

Si vous perdez la bataille, suivez les instructions expliquées plus haut ou alors abandonnez tout et allez aider les déserteurs à relancer leurs commerces... Si l'issue de la bataille est positive : Prenez alors place sur une estrade quelconque (par exemple un amoncellement de cadavres) pour prononcer votre discours post mortem (c'est le cas de le dire). Soyez magnifique, insistez sur le fait que le mérite revient aux joueurs présents sur le terrain, qu'il faut prendre les combats les un à la suite des autres, mais qu'il est vrai que l'issue du combat reflète le travaille d'arrache-pied (bon OK, j'arrête avec les jeux de mots...) effectué durant toute la saison (procédez à un repiquage des discours de Didier Deschamps, ce sera parfait).


Leçon 12 : Le partage du butin

Bienvenue dans le vrai combat ! J'espère que vous avez de la poudre, parce que y'a plus d'équipe, y'a plus d'honneur, c'est chacun pour soi et j'espère dieu pour vous !

Si vous aimez l'absurde et le non-absurde consultez réguliérement mon site : www.ifrance.com/tv12
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
Re: Prise d'une citée byzantine en 12 leçons
Posté par sanada le 20/08/2004 07:52:48
Merci beaucoup pour ces conseils que je m'empresserais d'applique... Le maître stratèe Jean sans terre ne les aurait pas dénigrés...
Mais je crois que tu ne précises pas quelques subtilités tactiques :
-La charge avec les engins de siège a un bon effet de diversion. Bon OK l'effiicacité est moyenne mais ça seme le doute chez le commandant adverse.
-Il faut penser au partage du butin avant d'entrer dans la cite (en fait espérer que ce sera une demi--boucherie a son avantage...)
Re: Prise d'une citée byzantine en 12 leçons
Posté par dams69666 le 20/08/2004 07:52:48
po rigolo il marche po le lien ouiiiiinnnn bon c peut etrer la fote a mon pc tout bidon ossi !!
bon en tout cas l'article c n'importe quoi et assez sri-lanka(Ex -ceylan)
tchô
Re: Prise d'une citée byzantine en 12 leçons
Posté par silverblack le 20/08/2004 07:52:48
Ahaha les cités byzantines, gare à vos *** Superbe article j'adore vive le non sens !!!
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
Publié le 11 octobre 2003
Modifié le 11 octobre 2003
Lu 630 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143