Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Quand le foot business tue le foot

Il devient trop frequent actuellement que le footbusiness eclipse le foot. Et ce n'est pas les supporters Bordelais, auxquels on veut arracher leur idole Pauleta, qui me contredirons...


Quand j'étais petite je pensait que les joueurs des Girondins, comme les joueurs amateurs, payaient le club pour jouer.
Et puis un jour quelqu'un a eu la bonne idée de me dire la vérité : qu'en fait les joueurs étaient payés pour jouer au foot.
Et puis ensuite j'ai découvert que les grands clubs de foot n'étaient depuis longtemps plus gérés par des passionnés de foot mais plutôt par des businessman qui, dans le meilleur des cas n'y connaissaient rien au foot et dans le pire, n'en avaient rien a faire...
J'ai ainsi découvert qu'en plus d'être un sport, le foot était une formidable machine a faire des sous...
Et là je peut vous dire que ça m'a fait un choc :
Je ne peut plus voir un joueur jubiler après avoir marqué un but sans me demander si qu'il est heureux parce qu'il va peut être permettre a son club de gagner, ou si il n'est heureux que parce que la prime que ce but va lui rapporter va lui permettre de se payer une nouvelle voiture ?
Je ne peut plus entendre un président de club parler d'un joueur sans me demander si il connaît le prénom de ce dernier (ben oui, si c'était le cas il n'aurait qu'a l'appeler par son prénom plutôt que par son nom...) ou si il s'en tient pour toute information au prix que le joueur a coûté et a ce qu'il rapportera quand on le revendra.
Je ne peut plus aller au Stade sans me dire que si les sponsors paraissent si heureux de nous voir, nous supporters, c'est surtout parce qu'on contribue a gonfler les recettes du Club...

Alors peut être que je suis parano et que je dramatise un peu...
Mais pourtant les faits me donnent raison.

En septembre 2000, un nouveau joueur fait son entrée dans l'équipe des Girondins de Bordeaux. Il s'appelle Pedro Miguel Carreiro Resendes (plus connu sous le nom de Pauleta) et est quasiment inconnu du public. Mais dès son premier match il marque 3 buts et devient ainsi rapidement le chouchou des supporters bordelais.
Apres 3 ans sous les couleurs des Girondins il comptabilise 91 buts toutes compétitions confondues, est élu deux années de suite meilleur joueur du Championnat et deux fois deuxième meilleur buteur. Et pourtant a la fin de la saison 2003, tout le monde annonce son départ. Jusque la rien de très original, c'est même une chose très fréquente que le départ d'un joueur, même adulé du public...
Mais là ou "l'affaire Pauleta" tourne a l'absurde c'est que ce si Pauleta part c'est parce qu'il considère (a juste titre d'ailleurs) que la politique sportive des dirigeants du club est nulle, que le manque d'ambitions est flagrant, et que tous les moyens ne sont pas mis en oeuvre pour donner a Bordeaux la dimension qu'elle mérite.
Alors a la fin du dernier match de la saison, le buteur des Girondins vient, en larmes, saluer son public qui a fait de lui une idole et il lui dit a quel point il est désolé de devoir partir (ce que tout le monde lui pardonne, considérant qu'il est tout simplement le meilleur et que Bordeaux -et surtout ses dirigeants- ne le méritent même pas) et surtout a quel point il pense que le public mérite mieux que ce que Bordeaux lui apporte et continuera de lui apporter dans le futur par la faute de ceux qui dirigent.
Tout cela il le dit sans langue de bois (fait rare dans le milieu), avec une émotion non dissimulée...
Alors bien sur tous les supporters supplient Pauleta de rester malgré tout, veulent se mobiliser pour faire virer les dirigeants, pour pousser l'actionnaire principal a verser l'argent dont il est si avare... Mais cela fait bien longtemps maintenant que ceux qui décident ne sont plus ceux qui aiment...
Les supporters peuvent toujours hurler, quand l'argent est en cause, il éclipse tout !
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (1)
Re: Quand le foot business tue le foot
Posté par nofear le 20/08/2004 07:52:30
Evidemment, l'argent eclipse tout, c'est connu mais il faut dire que les dirigents ont de bons arguments.
Pour les reprendre, ils expliquent que les 10 dernieres années le football a connu un essor enorme et que les salaires des joueurs ont explosé. Mais de nos jours, le football est en crise, suffit de voir l'italie ou des grand club comme valence se voit retrograder en L2 parce qu'ils ont trop de dette. Et pour reprendre une phrase des dirigents "il faut que les joueurs se fassent a l'idée qu'il ne peuvent pas etre payé aussi cher qu'l y a 5 ans".

En fait cette declaration concernait caneira et savio, 2 moteurs de bordeaux, qui ne vont pas etre acheté faute de moyen. Pauleta a dit que c'etait surtout le manque d'ambition du club et il a un peu raison. Avec un potentiel comme le sien, il pourrait devenir une star, alors pourquoi rester a bordeaux, si c'est pour etre dans une equipe qui se contente de faire bien
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (1)
Publié le 28 mai 2003
Modifié le 28 mai 2003
Lu 1 865 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲