FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Quelques gouttes de sang

Beaucoup moins gore qu'il n'y parait, beaucoup plus plat qu'on le voudrait... L'Homme effraie, l'Homme fascine ?


Il pleut. Il est dimanche soir. La nuit commence à venir je le sens. La bète nocturne que je suis désire déjà m'échapper. L'heure de la Liberté arrive, amie, patiente encore quelques minutes.
Quel temps parfait pour la chasse. La chasse à l'Homme... C'est étrange. Une sorte de chat : une proie, un chat, une souris. J'ai toujours aimé ce jeu, quand j'étais chasseur. Ai-je aimé cela avant ? Je ne m'en souviens plus.
J'ai aussi aimé être une proie. La proie des chasseurs aux crucifix. Dans mes souvenirs j'étais et proie et chasseur. Un cercle vicieux... C'était souvent un combat à la vie à la mort. Mais les Hommes sont insignifiants face a ma race. Pourtant ils possèdent des moyens et des armes terrifiantes. Et leurs traditions aussi. A chaque siècle sa nouvelle ère. Mais de l'Homme ou de la bète, c'est toujours la bète qui garde l'avantage du combat, de la force et surtout de la peur.
JE n'ai pas toujours été comme ca. Ai-je toujours été comme ca ? Ai -je toujours eu peur avant ? Sans doute... J'ai du croire mon heure arrivée un jour. Ai-je eu le temps de m'en apercevoir au moins ? Peu importe, ce n'était qu'une renaissance...

Calme toi, mon Amour, tu es tellement pressée. Ô combien je l'étais moi même de te transformer. Mais tu as refusé.. Ô mon cher Ange - il pleurait de douleur maintenant, pauvre démon solitaire - les monstres ne supportent pas les Ordres. J'aurai du te le dire, tu aurai du le savoir. Tu t'es tuée indirectement, par mon biais... Pourquoi m'as -tu désobéi ? Pourquoi t'es tu débattue ? J'aurai du t'obliger, mais je t'aimais trop. Je n'en ai pas eu le courage. Et maintenant ton sang qui a coulé dans ma gorge assoifée et sèche vit dans mes veines, mon Amour. Tu vis en moi, et par moi, nous ne somme plus qu'Un...

J'ai tellement faim mon Amour. La lune Rousse est pleine, a présent nous pouvons sortir. La chasse est ouverte. *niiih * - Son sourire s'illumina sous la sombre lumière des néonts. Il émit un cri de satisfaction. Déja il sentait le sang couler dans le sie, la femme saigner, l'implorer de l'épargner. Non : Il n'y avait plus de pitié ! Ce soir il devait s'amuser. S'amuser pour oublier. Faire souffrir pour oublier sa propre souffrance.
Pauvre homme aux cents visages ! Pauvre démon invulnérable au coeur d'Homme ! Dragon aux milles âmes ! Terrifié par la nuit dans laquelle il vivait, par des souvenirs d'homme fuyant ses actions et ses sentiments.
Pauvre créature troublante qui lui avait volé tout ce qu'il possédait. A ce moment il en voulait à la terre entière et surtout à cette femme. Elle lui avait refusé la virginité de son âme, alors, par amour pour elle et pour qu'elle ne l'accorde jamais à personne d'autre, il l'avait tuée.
Mais elle vivait... Oh oui, combien elle vivait. Il le sentait, partout dans son corps : là dans sa main, ici dans son doigt... Mais surtout dans son annuaire gauche où la vie devait passer pour rejoindre son coeur.
Et cette bague qu'il aimait à porter... Elle avait voulu lui voler, il lui avait repris. Il ne la quittait plus jamais maintenant. Elle était comme lui : Immortelle... En argent, elle n'avait jamais rouillée. Elle lui rappellait combien son amour était fort et combien le souvenir de sa mort était vif. Mais si cette bague possédait, comme lui l'immortalité, alors elle devait s'etre lassée de son doigt, tout comme lui de la vie.
A présent l'Eternité lui paraissait extremement longue, surtout depuis qu'Elle n'était plus là.

Elle il en avait eu besoin, de la posséder, de lui infliger cette douleur de sentir la vie la ie la quitter, tandis que lui s'appropriait son souffle avec un plaisir et un bien être indescriptible et pourtant quelque peu sadique ?
Il l'avait aimée, oui... Aimée au point de la tuer pour ne plus avoir à la partager jamais. Il avait d'ailleurs réussit... Il revenait victorieux, il l'avait possédée jusqu'à l'extase, possédée jusquà la mort. Une extase mortelle. Une mort extasique sans doute...
Avait -elle eu autant d'amour à donner qu'il lui en avait demandé ? S'étaient -ils aimés sur un pied d'égalité ? Dieu seul le sut.
"Mais je crois qu'en effet, sa mort lui avait procuré un plaisir intense, trop intense. Je l'ai senti ce plaisir, quand son sang coulait dans mes veines. Oh oui, oui elle avait aimé mourir comme ca. Une mort lente mais tellement rapide, douloureuse mais si paisible, douce et brutale à la fois... "
Quelle quiétude le sang de sa bien-aimée lui procurait quand il coulait dans ses veines. elle n'était pas mrote en fait. IL le savait. A chaque pas qu'il fisait, son sang lui ordonnait de la laisser partir. Il tuait pour faire taire ce sang trop pur, apeuré par tant de monstruosités. Oh non, non, elle n'était pas morte et elle continuerai à vivre tant que lui même vivrait. Elle n'avait, en fait, fait que se liquéfier pour mieux se fondre en lui, pour qu'ils s'unissent mieux.

"Je savais parfaitement ce que cette garce, mon aimée... Oh non, elle n'était pas une garce, elle était loin d'en être une, de ces garces... Elle était Dieu à elle seule. Elle avait donné sa vie, pensant que son sang, plus pur que le mien, calmerait mes pulsions meurtrières... Peine perdue... Et maintenant, je la maitrisais... Quelle ironie !
Je voulais lui rendre cette vie, mourir pour lui rendre cette liberté de son sang damné à présent, souillé du mélange avec le mien. Mais quand on est déjà mort, on ne peut pas mourir plus. Et je ne pouvais pas l'aider... Même avec ma force démoniaque et mes sentiments humains.

Il s'éffondra devant ces pensées trop douloureuses, devant l'impulsif instinct qui l'avait poussé à la tuer. A présent tous ses souvenirs rejaillissaient, des éclats de larmes et de lames le transpercaient de toutes parts.
Le sang et le poul qu'il n'avait plus s'accélérèrent.

Lui et la femme n'étaient plus qu'un maintenant. Une vraie fusion, un cri charnel de désespoir, dans ses yeux devenus pluie, lui résigné à une condition de mutant et elle, tombée devant la faiblesse de l'Humanité.
Combien de temps il resta par terre, souffrant pour elle, et son sang à elle souffrant pour lui... Ils ne vivaient plus que pour un, c'était lui qui vivait pour elle. Il ne se nourrissait plus par faim, ne vivait plus parce qu'il le fallait. Il mangeait pour nourrir Son sang, vivait pour faire vivre Son corps... Tout l'intérieur de cet homme lui appartenait. On lui aurait dit de mourir, il l'aurait fait. Mais il prenait soin d'Elle, elle qui n'était plus que quelques gouttes de sang, dans un corps où tellement d'autres se mélangeaient.
Mais cela lui importait peu.
C'était lui et elle, elle et lui...
Soudés par les liens du sang et de la mort, pour l'éternité.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
Re: Quelques gouttes de sang
Posté par ogmios le 20/08/2004 07:49:11
Le contenu de l'histoire est bon mais le style n'est pas très fluide... j'apprecie cependant enormement....
Re: Quelques gouttes de sang
Posté par perfectblue le 20/08/2004 07:49:11
C UNE HISTOIRE ASSEZ JOLIE MAIS DEUX TROIS PETITS TRUCS:
1:ça fait un peu vu et revu dans des dizaines de bouquains ton histoire d'amour vampire-humain avec la mort entre les deux.
2: les autres ont raison tu veu trop faire parfait et tu te perd un peu dans la redondance.
3:c quand même beau!
Re: Quelques gouttes de sang
Posté par arthemis le 20/08/2004 07:49:11
j'ai rien contre les vampires, mais y a deux choses que je peux pas blairer : le romantisme, sous toutes ses formes :
mièvres ou violentes
et quand en plus on étale son vocabulaire, j'aime pas trop
l'idée est bonne mais j'aime mieux les style "épure" à l'écrit. La c'est lourd, y a trop d'adjectifs !!!
mais continue quand meme, au départ je faisais comme toi. On s'arrange quand on comprend que le but c'est pas de raconter mais de faire ressentir
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
Publié le 26 janvier 2003
Modifié le 26 janvier 2003
Lu 690 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143