Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Qui a dit que les jeunes ne demandaient que le retrait du CPE ?

Le Contrat Première Embauche n'est qu'une goutte d'eau dans un océan de réformes libérales visant à démonter les acquis sociaux que nos parents et grands-parents ont réussi à obtenir à la suite de leurs combats.


Il a été l'élément déclencheur du mouvement, mais un élément parmi tant d'autres, composant d'une politique que les jeunes refusent. Diminutions des budgets de la recherche, de l'éducation, de la santé, réductions des effectifs dans ces mêmes domaines ; Contrat Nouvelle Embauche, Loi d'Egalité des chances, Lois Sarkozy sur l'immigration, etc., etc. ; ce à quoi s'ajoutent les désormais habituels plans de restructuration dans les entreprises et autres délocalisations. Autant de valeurs chères à la France, bafouées, piétinées. Les Français ne sont pas dupes, ils voient bien que tout est fait pour casser leurs droits, pour rompre avec les anciennes politiques sociales, au nom de la "modernité" et de la flexibilité. C'est cela que les jeunes rejettent, et non simplement le CPE qui fait partie d'un grand tout.
En ce sens, notre combat est assez lié aux émeutes de décembre, malgré les images des journaux télévisés et les interventions des politiciens qui tentent d'opposer les gentils manifestants pacifistes aux méchants casseurs spécialement venus des "quartiers" pour brûler des voitures et casser des vitrines. Après la révolte des jeunes de banlieue, c'est aujourd'hui les étudiants et les lycéens, qui sous une forme différente font évacuer leur "trop plein" et manifestent ouvertement leur colère pour répondre aux attaques méprisantes d'un gouvernement effronté. Alors que les premiers extériorisaient leur sentiment d'impuissance face à une sorte d'emprisonnement social et identitaire, les seconds se débattent avant qu'on ne les enferme dans la précarité. Les deux ne voient que trop distinctement le triste horizon qu'on leur dessine.


Les médias anti-précaires ou anti-villepin ?

Le CPE a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase mais son retrait n'a jamais été notre seule revendication : c'est le retrait du CNE et de toute la Loi d'Egalité des Chances, dont le CPE est un échantillon, que nous exigeons. Seulement la communication a été mal faite. A qui la faute ? A nous-mêmes, mais alors que maintenant nous avons réaffirmé clairement nos revendications, celles-ci ne paraissent pas partagées, ou en tout cas pas affichées par le reste du mouvement. Pourquoi ? Il y a plusieurs réponses. D'une part les représentants syndicaux, à l'image de Bruno Juliard le président de l'UNEF, que les médias ont unanimement choisi comme représentant des étudiants grévistes, ont décidé de se borner au seul CPE, renonçant à mener la bataille sur les autres fronts. Ils ne sont vraisemblablement pas plus choqués que cela par le passage à une école "générale" obligatoire jusqu'à 14 ans au lieu de 16, ni par la légalisation du travail de nuit pour des gamins de 15 ans. Mais finalement, le vrai responsable de cette implication "à moitié" des représentants syndicaux (les syndicats de travailleurs comme la CGT et la CFDT ont attendu un mois avant de se décider à nous rejoindre dans le mouvement), et à la fois le gagnant, c'est le gouvernement : en enchaînant les lois comme il le fait, et en les faisant passer en force si besoin est, il ne laisse à la population et à ses représentants ni le temps ni les moyens de s'y opposer en totalité. On doit alors choisir ; aujourd'hui c'est le CPE qui a été retenu. Est-ce bien suffisant ?


Une résistance qui s'amorce aujourd'hui...

Il est vrai, c'est indéniable, que les chances de victoire sont largement réduites en demandant plus que le simple retrait du CPE. Mais devons-nous nous arrêter devant un obstacle érigé par le gouvernement lui-même, dont le but précis est de nous rendre la tâche impossible ? Ne serait-ce pas, ou bien se soumettre à ces tactiques viles, ou bien reporter le problème à plus tard ? Car en effet ce qui sera accepté à contrecœur maintenant pourrait faire l'objet de nouvelles protestations à l'avenir. Pour ma part il me paraît difficile qu'une loi comme celle d'Egalité des Chances soit retirée après plusieurs mois d'application ; alors puisque le virus est là, pourquoi attendre, tuons-le tout de suite avant qu'il ne contamine le pays, qui est déjà bien assez malade !
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (16)
Re: Qui a dit que les jeunes ne demandaient que le retrait du CPE ?
Posté par ericounez le 14/04/2006 21:58:41
raxi---> dans l'idéal, tout le monde veut des CDI avec un I=infinis, mais ce n'est pas réaliste je crois. (moi, désabusé ? :o)

La question est donc : comment réduire la précarrité, et sur le CPE: CPE à la place de CDI (ce qu'avance la gauche je crois) ou CPE à la place de chomage (plutot la droite) ?
Re: Qui a dit que les jeunes ne demandaient que le retrait du CPE
Posté par [--adrien--] le 14/04/2006 17:42:14
Lol raxi et si un salarier n'effectue pas son taff correctement ? Comment peut tu être sur qu'une entreprise va durée, comment peu tu convaincre un chef d'entreprise de s'installer en France, si c'est beaucoup plus simple pour lui de s'installer en Angleterre ? Comment veut tu faire avancer un pays sans reforme ? Croit tu toujours que le peuple a raison sur les reformes a entreprendre ? Pourquoi ne pas faire des fois confiance au gouvernement et c'est reforme ?
Re: Qui a dit que les jeunes ne demandaient que le retrait du CPE
Posté par raxi le 14/04/2006 16:25:14
Personellement, je n'ai que 13 ans mais je suis intérrésser par ce débat, car j'était ABSOLUMENT contre le cpe et je trouve que nous avons été écouter car kle gouvernement a fait une loi pour les jeunes en difficulté pour lmes embaucher + en CDI donc trés bien pour eux.
Et pour les jeunes diplomés, il pensent a mettre + pour les universités qui sont pour l'instant a la ramasse par rapport au classes préparatoires, donc cool aussi.

Je sais, qu'il ont parler de l'apprentissage a 14 ans et tout je trouve aussi que c'est abérant car je connai des jeunes qui sont en difficultés et je les verai mal aller en aprentissage a leur age, ils ne sont même pas encore construi et mature.

Personnellement, si je suis gauchiste, pour le parti socialiste et j'aimerai qu'ils soient au pouvoir, car c'est le parti qui n'est pas trop communiste et pas trop capitaliste, pour trouver un juste millieu en gardant les aquis sociaux.

Pour ceux qui disent que les aquis sociaux devraient être suprrimer, je vous répons NON, car si un chef d'entreprise embauche ses salariés en CDI, c'est que le chef est sur d'avoir l'argent et que son entreprise va durer..
Mais le probléme, c'est qu'il n'y a pas assez d'entreprise qui embauchent en CDI, il faudrait que l'état donne des aides au entreprises qui veulent le faire.
Re: Qui a dit que les jeunes ne demandaient que le retrait du CPE ?
Posté par ericounez le 12/04/2006 11:13:06
seraf ====> Juste une remarque dans ce discours si souvent entendu (si, je t'assure, et je suis sincère) :

*"(...)lesquels sont illégitimes ( et oui! va travailler fainéant de geux qui profitent du système avec ses 600 euros par mois...) alors que les PDG d'Axa, Air France, Natexis et Total, les dirigeants de Suez, Atlantis ou autre Caisse d'Epargne peuvent à leur guise se "primer" fusionner, déréguler et concentrer"
=> les opérations économiques que tu évoques sont LA SIMPLE CONSEQUENCE du droit de propriété. Pour illustrer un peu, quand tu as une maison, tu peux la vendre, la louer ou encore (comme dans tes exemples) absorber le terrain de ton voisin avec le tien ou, en allant plus loin, mettre en commun vos deux terrains, détruire vos maisons et en construire une troisième supposée être mieux réussie.

Tu peux toujours vouloir interdire cela pour divers motifs (notamment la protection des salariés), mais ne perd pas de vue que c'est toucher au droit de propriété. Et pour quel résultat ? Peut etre que si ces fusions-absortions ne se faisaient pas, l'entreprise perdrait en compétitivité donc en clients, donc finalement arriverait au dépot de bilan, ce qui n'est pas particulièrement positif pour les salariés.

PS: je n'habite pas dans le XVIème, mon père est salarié et ma mère aussi, etc...
Re: Qui a dit que les jeunes ne demandaient que le retrait du CPE ?
Posté par windowman le 10/04/2006 18:05:15
D'accord avec toi seraf... Espérons que les idées font leur chemin et qu'à force de les entendre on finit par les écouter, les comprendre puis les défendre...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (16)
Publié le 06 avril 2006
Modifié le 05 avril 2006
Lu 556 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲