FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Renaissance

Il arrive parfois que l'on pense que la vie autour de soi est un échec. Alors on commet la pire des erreure: le suicide...


"Si la naissance est la prise de consience de la valeur de la vie, combien sont morts avant d'avoir vécu?"

La lame de rasoir frôle la peau de mon avant-bras, lentement. D'un coup sec, je fais s'enfoncer l'acier froid dans la chaire de mon poignet, un sourire aux lèvres. Je ne peux plus reculer maintenant. C'est fait. Suis-je fou ? Non, désespéré. Cette vie me rongeait petit à petit, me rendant chaque jour un peu plus prisonnier des délires qu'elle me faisait subir. Alors, tu vois, ce sang qui coule à flots le long de mon bras et qui rougit le carrelage de la salle de bain, c'est ma liberté. Finie la vie, finie la torture, je part de ce monde rempli de salauds, de crétins et de tortionnaires sans laisser d'autre traces que celle de mon sang. Les minutes défilent, lentement. Trop lentement. Le rouge n'est finalement pas ma couleur préférée.
Soudain, je me sent mal. J'ai la tête qui tourne. Je suis épuisé. Des taches rouges s'impriment devant mes yeux. Mes oreilles bourdonnent, masquant le flic-floc du sang qui ruissèle maintenant dans la baignoire. Je tombe à genoux et vomis. Ca met trop longtemps, j'ai mal... Je m'effondre et dans ma chute me cogne la tête contre le métal de la baignoire. Le bruit sourd retentit jusque dans les moindre recoins de mon cerveau. Pas que dans mon cerveau, a priori, puisque c'est grâce à ce même bruit que ma mère me trouvera quelques secondes plus tard...

Je me réveille dans une chambre d'hôpital avec une perfusion et un énorme bandage de coton et de gaze autour de mon poignet. Oui, je me rappelle de tout. Non, ça ne me plaît pas. Je n'aurais pas la force de recommencer. Pas de la même manière en tous cas.
Puis tout s'enchaîne très vite. Après une semaine d'hôpital sous surveillance constante, je me retrouve dans un centre psychiatrique où travaille un de mes oncle. Les pleurs de ma mère laissent la place aux leçons de morale. Mais ce que je déteste le plus, ce sont les rendez-vous avec les psychiatre du centre. Ils ne comprennent rien à ma vie, mais se sentent tellement supérieurs à moi ! Ils me feraient presque pitié s'ils ne s'acharnaient pas autant ( -Parle-moi de ton enfance. -Non.
-Je vais te poser des questions alors d'accord ? -(soupir)
-Tu t'entends bien avec ta mère ? -Non.
-Te bat-elle ? -Non.
-Dis moi ce qui ne te plaît pas dans ta vie. Te sens-tu inférieur aux autres ? Combien de fois as-tu essayé de te suicider ? Quel soulagement pensais-tu trouver dans la mort ? ect...).

Je suis assis dans l'herbe du parque, en train de broyer du noir. Ma mère vient de partir. Mon oncle traverse la pelouse et se dirige vers sa voiture. Que fait-il ? Il travaille à cette heure-ci d'habitude.
-Où vas-tu ?
-La bonne question serait : Où allons-nous ?
-Nous ? Non, moi je reste ici.
-Je ne peux pas te forcer à me suivre. Mais c'est mon dernier effort. Si ça ne marche pas, je te promet de ne plus essayer de te faire entendre raison et je te laisse tranquille.
Vraiment ? je n'aurais plus à subir ces interminables discours sur le cadeau merveilleux qu'est la vie, ni la lecture de ce fabuleux livre religieux dont je n'ai absolument rien à faire et qui me condamne à brûler en enfer si je tente d'y mettre fin? je ne me fais pas prier, attrape ma veste et monte à l'avant de la voiture.
Une demi-heure plus tard, nous arrivons à la porte d'un hôpital. Mon oncle passe la porte sans dire un mot. Sans s'adresser à l'accueil, il prend un couloir, puis un ascenseur. Il a l'air de connaître les lieux ; ses pas sont rapides, il regarde droit devant lui. La partie suivante de l'hôpital est silencieuse, vide. La lumière des néons éclaire faiblement le couloir que nous empruntons. Un flash, encore un mauvais souvenir, très douloureux. Le jour de mes huit ans, je suis venu dans un endroit semblable. Pour assister aux derniers instants de mon père. Mon oncle se retourne. Je me suis arrêté sans m'en rendre compte. D'un signe de tête, il m'intime l'ordre de le suivre. Il est froid tout à coup, et distant. J'avance difficilement jusqu'à une vitre, au milieu du mur. A travers, je découvre une chambre d'hôpital, au milieu, un petit garçon chauve est étendu sur un lit trop grand pour lui, les draps froissés à ses pieds. Il a des perfusions aux deux bras et est relié à toutes ces machines qui me font si peur depuis des années. Il nous a entendu arriver et entre-ouvre les yeux avec peine, de petits yeux brillants de fièvre au milieu d'un visage d'un blanc spectrale aux traits tirés. Je ne comprend pas pourquoi je suis ici. Je cherche le regard de mon oncle, pour qu'il m'explique, mais lui a les yeux fixés sur l'enfant. Je me demande avec amertume si son but en m'amenant ici était de me faire du mal. Il rompt le silence le premier. Son ton est cassant, sa voix est sèche.
- Regarde le bien. C'est un petit orphelin, atteint d'une leucémie. Je m'en charge depuis quelques temps. Depuis que sa maladie s'est déclarée, en fait, et je l'ai assisté pendant la période de sursit qu'il a gagné grâce aux médicaments. Mais aujourd'hui, elle touche à sa fin. Il ne lui reste plus que quelques heures à vivre et il n'a personne à ses côtés pour lui tenir la main, il est seul. Pourtant, il s'accroche. Toi, tu as une famille, des gens qui t'aiment, qui pensent à toi, qui te soutiennent, mais tu ne te préoccupes que de toi, de tes petits soucis, tu es plus qu'égoïste, tu n'es qu'un gosse gâté par ses parent, et tu gâche ta vie sans une pensée pour ceux qui souhaitent rester dans ce monde et qui donneraient n'importe quoi pour être à ta place, pour avoir la chance que tu as. Alors cesse de regarder ton nombril ! Des personnes vivent autours de toi ! Tu n'es pas seul ! Je me suis même demandé si on aurait pas du te laisser crever, dans ta salle de bain, peut-être que tu aurais compris que la mort n'est pas un jeu. Mais tu vois, je n'aurais pas pu te laisser y rester sans te faire comprendre l'inconscience de ton geste.


J'en reste bouche bée. Les caprices d'un gosse ! C'était ça pour lui mon suicide ? moi qui suis si triste et incompris ! la vie m'a toujours détesté, je n'y peut rien ! Je ne mérite pas ce qui m'arrive, je n'ai...
Mon regard se pose sur ce petit garçon, cet enfant qui souffre... Et plus je le regarde, plus j'ai l'impression qu'il va mourir par ma faute, pour racheter mon geste... Les battements de son coeur vont s'espacer de plus en plus, son souffle deviendra imperceptible, ses yeux se fermeront et les lignes rouge sur l'écran posé à son chevet s'aligneront dans un « biiiiiiiip » ininterrompu, signant son passage vers l'au-delà... Mes yeux s'emplissent de larmes et des sanglots me montent dans la poitrine. Je me laisse glisser contre le mur et me roule en boule, la tête posée contre les genoux. Mon oncle s'accroupit à côté de moi et dans un murmure me répète ce qu'il m'explique depuis mon arrivée dans son hôpital et que, jusqu'ici, je n'avais pas voulu entendre. Ses paroles, douces et chaudes, coulent jusqu'à mon oreille et se gravent dans mon esprit. J'arrête de pleurer. Les soucis de mon ancienne vie me semblent lointain. Je décide de me reprendre.
Lorsque nous passons la porte de l'hôpital, le soleil m'éblouit. C'est un signe pour moi ;La vie m'offre une seconde chance, à moi de la saisir...
Le coeur gonflé de joie et d'espoir, je traverse la rue presque en courant. Un bruit de klaxon. Je me retourne, comme au ralenti. J'ai a peine le temps d'entendre mon oncle hurler et de voire une voiture foncer sur moi. Un choc fait vibrer tous les os de mon corps. Un souffle froid se répand de l'extrémité de mes doits jusque dans mes poumons, jusque dans mon coeur.
Puis, le trou noir...



Ta vie commence quand tu le décide. Profite-en car le jour ou tu te rends compte qu'elle vaut vraiment la peine d'être vécue, il est trop tard.
Rappelle-toi, tu n'es pas maître des battements de ton coeur. Ne te replie pas sur toi même ; le jour ou tu t'aperçoit de la présence des autres, tu ne te réveilles que pour sombrer à nouveau dans le néant...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (10)
Re: Renaissance
Posté par tina00 le 20/08/2004 07:54:44
micii, mais di moi, le fait de souvrir le ventre ne te tue pas forcement...si??et tu compte pratiker le sepuku??
Re: Renaissance
Posté par knoxville le 20/08/2004 07:54:44
le sepuku c un rituel de suicide japonais, pratiquée par les samourais, hara kiri si tu préfére c pareille, en gros et sans aller dans les detail, paske c'est assez compliker et ya tout une simbolique qui va avec, tu t'ouvre le vente de haut en bas avec un sabre...
Re: Renaissance
Posté par tina00 le 20/08/2004 07:54:44
johnny knoxville {a fon ds jackass ;)lol} qu'est-ce que le sepuku???
Re: Renaissance
Posté par sallyann le 20/08/2004 07:54:44
j'ai écris, enfin plus précisément je suis en train d'écrire une histoire presque semblable, sauf que plus longue, avec 8 tentatives avant de comprendre...
Re: Renaissance
Posté par knoxville le 20/08/2004 07:54:44
belle article mais sa ne menlevera pa mon objectif, et pi g choisi une methode plus radical ki ne me laissera ocune chance de survie et ki bcp plsu digne : le sepuku...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (10)
L'auteur : Jill Sarai
28 ans, Bordeaux (France).
Publié le 27 février 2004
Modifié le 27 février 2004
Lu 925 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143