Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Renaître pour mourir

Cette article est la suite de "Un amour qui laisse des marques", une suite noire où je me replonge dans ce que je suis entrain de vivre, une chute sans main pour me rattraper, une plongée au coeur d'un soi détruit, un lieu d'où l'on ne remonte jamais indemne.


Cela faisait maintenant trois mois qu'ils ne s'étaient pas vus, une centaine de kilomètres les séparait, mais il pensait chaque seconde à elle : Marine, la fille qu'il aimait, qu'il chérissait plus que la vie elle-même. Son existence était devenue maussade depuis son départ de Quinson, bien sur il lui parlait souvent sur Internet, bien sur de temps en temps il lui téléphonait mais c'était pas pareil, il avait besoin de la voir, de sentir son parfum, c'était devenu une nécessité, pour l'instant il ne vivait plus, il survivait. Cette absence se ressentait à l'intérieur de son être, il était devenu nihiliste, il n'avait plus fois en rien, en personne, il pensait que tout le monde se moquait de lui, que ses amis lui mentaient et qu'elle prenait un malin plaisir à l'utiliser, mais l'éloignement marquait aussi son aspect physique. Il pleurait...
presque quotidiennement devant son écran d'ordinateur, il pensait aux bons moments qu'ils avaient vécus ensemble, il souriait mais dans le même temps, un hiver glacial s'emparait de son cœur, il se sentait dépérir, elle n'était pas là, alors il pleurait en murmurant le nom par lequel il l'appelait, il pleurait autant que faire se peut juste parce qu'elle lui manquait, et ce phénomène s'accentuait le week-end, les deux seuls jours de la semaine où elle n'était pas chez elle, alors tout les vendredis soirs, il se demandait s'il allait réussir à survivre à ce week-end qui serait pour lui interminable, mais cette douleur avait laissé des séquelles plus dures à effacer : ses mains... Ses mains étaient balafrées, cela ne lui suffisait pas de pleurer, il fallait qu'il se fasse mal, qu'il frappe et frappe encore cette armoire où se déversait sa haine, son mal-être, jusqu'à ce que sur les bandes qu'il s'était enroulées autour des mains, apparaissent des points rougeâtre, que ses phalanges deviennent bleus et que la douleur soit insoutenable, alors seulement il s'écroulait en tenant fermement ses mains contre son corps. Personne n'était au courant de se qu'il se faisait subir, Marine savait que quelques fois il pleurait mais il ne lui aurait jamais dit pour ses mains, il avait trop peur, peur qu'elle finisse par avoir peur de lui ou qu'à l'opposé, elle ne s'inquiète un peu trop pour lui, il ne voulait pas qu'elle se fasse du souci pour lui, alors il lui cachait la vérité.
Et comme si sa ne suffisait pas, les seul moments où ils se parlaient sur le Net, étaient juste là pour alimenter leurs disputes, des disputes insensées qui prenaient appui sur le fait qu'il analysait sous toutes les coutures ce qu'elle lui disait, pour arriver à la comprendre, à savoir ce qu'elle pense de lui en bien mais surtout en mal, il se persuadait qu'elle se moquait éperdument de lui, de ce qu'il ressent pour elle et cette sensation s'accentuait avec le temps, le temps et les discussions, ces discussions où elle lui parlait de ses ex-conquêtes alors que lui n'en avait jamais eu mais ce n'était pas cela qui le gênait, il s'avait que des fois elle avait besoin de parler de ses problèmes de cœurs, alors pour lui faire plaisir et pour la soulager de ses fardeaux, pour que plus jamais se visage qu'il aimait temps arbore les couleurs de la tristesse, il l'écoutait parler, c'est dans ses moments qu'il s'infligeait la plus grande des souffrances morales et physiques, son noyau, son cœur qui était le refuge de tous ses maux se tordait de douleur et criait en même temps sa rage et sa peine au travers de ses yeux, mais il l'écoutait se confier parce qu'il se disait que peu être cela aller aider à rendre moins triste la vie de celle qu'il aimait, elle avait beau lui avoir dit de ne pas la laisser parler de ça, si elle ne s'arrêtait pas, il ne l'aurait pas fait pour elle, elle, elle, toujours elle, c'était devenu le centre de son monde, sa vie ne comptait plus, il l'avait tellement élevé celle pour qui son cœur battait parmi les étoiles que lui était resté en bas, dans le noir, la froideur de l'âme et elle était en haut, entourée de milles étoiles sans se douter de qui l'avait porté jusque là.
Bien sur c'était sa vision des choses, la vie de Marine été loin d'être parfaite loin de là, et lui pensait naïvement qu'il y changerait quelque chose et puis après tout que risquait-il à ne pas l'écouter, dans les deux cas, il sombrerait, si il y a une entité supérieur en haut, si on appelle supérieur quelque chose qui abandonne froidement ceux qu'il a crée, elle ne l'avait jamais aimé, alors il se disait que si cette fois encore il devait tomber se serait pour la dernière fois que plus jamais il ne voudrait se relever, pourquoi vivre si c'est pour souffrir, autant en finir, il s'était juré que la prochaine fois qu'il tomberait, il ne se relèverait plus, il se l'été promis.
En attendant, il l'écoutait, il se rappelle d'une fois sûrement la plus douloureuse où elle avait parlé d'un amour entre elle et un de ses ex, il pensait naïvement être la première personne qui l'aimerait, il l'aurait souhaité de tous son cœur, de toute son âme, mais il s'aperçut à ce moment là que son rêve ne se réalisera jamais, il dessellait dans ses paroles une sorte de nostalgie, c'était plus qu'il ne pouvait en supporter. Un message parti de son cœur en direction du clavier, une sorte de dernière chance pour lui de dire qu'il l'aimait, pour essayer de lui faire toucher, de lui faire comprendre la force de ses sentiments, il lui dit que c'était quand il sentait son cœur criait comme dans se moment là qu'il savait qu'il l'aimait plus que tout au monde, pour le calmer, elle lui montra la photo du lieu où il s'était rencontrés : Q...
Malheureusement pour eux cela eu l'effet inverse, une vague de douleur s'empara de lui, jaillissant de lui comme le sang jaillit d'une blessure mortelle, car c'était cela, elle venait de lui assener un coup mortel, une dague chauffée semblait l'avoir frappé en plein cœur, des larmes coulaient sur le clavier, son pouls ralentissait et ses mains trembler malgré cela il réussi à lui dire ce qui était en train de se passer en lui, en réponse il obtint qu'un calme pesant, elle s'était déconnectée, laissant derrière elle une phrase qui la rendait coupable de son malheur à lui, il eu beau l'appeler toute la soirée, en vain, à se moment là, il l'imagina assise au bords de sa fenêtre et d'un seul coups sans crier gare, elle se laissait tomber du haut de ses six étages, alors il se dit que si il ne rêvait pas, si elle avait décidé de partir, et que demain elle n'était pas là, qu'elle ne serait plus là, alors il se dit qu'en fin de compte ce n'était pas grave, de toute manière, demain... Il la rejoindrait.

Je tiens à dédicacer la suite de mon article à toutes les personnes qui ont commenté celui d'avant et à ceux qui m'ont écrit en particulier, comme je l'ai dit en commentaire de mon précédent article, ne croyez pas que j'ai les solutions à tous les problèmes, j'en ai aucune pour les miens, j'ai juste un conseil à donner : faites pas comme moi, vous prenez pas la tête si l'amour n'est pas partagé mais que vous croyez en lui, battez-vous, si il l'est alors profitez-en, faite tout pour le faire perdurer, et dans les deux cas sachez que quoi que vous pensiez, si c'est fait avec le cœur, sa sera toujours la meilleur solution, et pour ceux qui recherche l'amour, courage la lumière est au bout du chemin. Ne perdez jamais espoir... Ne perdez jamais confiance en l'autre.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (18)
Re: Renaître pour mourir
Posté par naughtyangel le 20/08/2004 07:54:58
halloz
bravo sniper pour cet excellent article ki ma troooo toucher!
gros coup de gueul att ce ki pensent du mal de marine pcke si vs croyer ke c facil de subir ce kelle subi c ke vs revez pcke ce kil lui arrive je sui en train de le vivre osi( mai en bocou moins ort et bocou moin grave) et je voudrez vs dire ke c vraiment horible kan un ami est telement amoureux de vs kan c pa reciproke!
sniper je ne pe pa te demander de tt oublier c facil a dire mai un peu tro dificil a fair! mai je te conseil d essayer de penser a otre choses en meme temp pour sinon tu finiras par perdre la raison
ps: si t a besoin de parler a qlq 1 envoi moi un e mail et surtou ne t enferme pa pcke je il y a un ami d ecole ki c suicider pcke kil aV tro de probs et kil n avai personne a ki se pleindre et c vraiment horrible!
voici mon e mail: poison_girl26@hotmail.com
Re: Renaître pour mourir
Posté par sadangel le 20/08/2004 07:54:58
Juste une petite question que je pense jamais à te poser : pourrais-tu m'expliquer le sens de ton titre ? J'avoue que j'ai du mal à faire le rapport entre le titre et le texte... Merci à toi !
Re: Renaître pour mourir
Posté par aluman le 20/08/2004 07:54:58
Ma sensibilité m'a encore une fois touchée en lisant ton article, une fabuleuse histoire qui finalement me donne l'espoir de vivre ce dont j'ai toujours rêvé: un amour partagé, passionné, sans failles....sniff c beau!
En clair, des sentiments que tout le monde voudrait atteindre ms les clés du paradis sont difficilles à trouver!
En tout cas, et ça tout le monde te l'a dis, tu as réussi à faire passer une telle force dans l'expression de tes sentiments que c'en est extrèmement touchant, le coeur est la première cible!
J'ai aimé cette histoire, encore bravo Sniper 2610, et ça c vrai comme verru de verrat (pour ceux qui connaisse)
@+
Re: Renaître pour mourir
Posté par sniper2610 le 20/08/2004 07:54:58
en reponse a HoHo.. je pense ke son histoire apeu etre mal debuté mais franchemen en tan ke grand ami a lui et connaisseuse de l'histoire je peut lui affirmer kel se terminera bien. seulemen fo kil arive tout deu a se comprendre et c pa le plu facil.. sa je le sais.
peu etre ke vou avez raison, peu etre ke je ne le merite pa mai une chose et sur c ke me servir de toi c la derniere chose ke je ferai !!! je te di un truc (t'en fai ce ke tu veu) mai ecoute ton coeur et fai ce kil te di de faire. arete de te morfondre pour une file come moi (ki nen vau vraimen pa la pein) seulemen je conteste et je contesterai toujours un truc c kon dise ke je te pren pa interet!! j'ai dotre person a ki je peu parler kome avec toi (ne le pren pa mal) alor franchemen ya a ki devrai reflechir avan de parler..
sur ce a biento
Re: Renaître pour mourir
Posté par sniper2610 le 20/08/2004 07:54:58
merci a tou spr vos commentaire et vos conseil sa ma tro fé plaisir jai écouter certin dentre vou et jen ai ignorer dotre (dsl) a chak foi ke jécri larticle dan les jour ki suiv ma vi pluto listoire ke je raconte change dun bou a lotre donc on pe en déduire ke cet istoire pren une bonne tournure pensez vou ? et voui cet istoire pren une tré bonne tournure et je sui pa pré de laisser partir cetn amour apré lekel je cour dsl pr certain dentre vou je voi la lumière au bou du chemin apré cet longue traversé et je c ke ce ki maten sera a la auteur des épreuv ke jai affronter
merci a tous
@+
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (18)
Publié le 06 novembre 2003
Modifié le 06 novembre 2003
Lu 1 794 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲