Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Rupture inattendue

Je l'aime !!! C'est mon premier, mon vrai, très belle histoire d'amour entre deux jeunes amoureux mis dans un nouveau monde, un nouveau sens à leur vie, sentiment perturbant qui se transforme en profondes blessures.


Je l'aime !!! C'est mon premier, mon vrai, très belle histoire d'amour entre deux jeunes amoureux mis dans un nouveau monde, un nouveau sens à leur vie, sentiment perturbant qui se transforme en profondes blessures et violences envers soi-même et envers l'autre, en reproches et des auto violences en voyant ce qu'on a pu faire à celui qu'on aime. Pourquoi ne peut-on pas nous rendre compte qu'on aime dés la première fois ? Un garçon peut-il oublier son premier amour même s'il la voit presque chaque jour sans oser se parler ?


Ma vie avant lui

J'ai presque mes 20ans, et durant toute ma vie, j'ai pas été du genre à toujours desespérer (même si des fois il m'arrive d'avoir le moral à zéro) ni du genre à croire en l'existence du mot impossible. Pour mon adolescence, je m'opposais à l'idée de connaître quelqu'un ou de sortir avec un garçon, en général aux histoires de fille et garçon, fille réservée, n'aimant pas trop sortir (voire du tout : pas même en famille) mais qui aime prendre soin de sa forme et que tout soit parfait (le parfait n'existe pas, mais faire de son mieux), dieu merci je dirai pas que j'étais vraiment brillante mais j'ai toujours pris une bonne voie côté études, j'aimai tout ce qui était dur et je le prenais comme défit (j'ai toujours détesté me sentir faible ou incapable), ceci a toujours été ainsi jusqu'à obtention de mon bac.
Là j'ai choisis de continuer mes études dans une autre ville, pas très loin de mes parents (j'aime beaucoup ma famille et tous mes proches), j'ai loué une petite maison à coté du lieu d'étude. La première semaine après la rentrée qui était le 15/9/04, je me suis mal entendu avec quelqu'un de ma classe, ce n'est pas de mon genre d'avoir cette d'attitude, mais je voulais le mettre à sa place suite à quelques conduites. La semaine d'après, un mercredi après-midi où on avait pas cour, une amie à moi depuis le lycée qui faisait partie de la même classe lui a proposé de nous faire visiter la ville vue que c'est là où il vit.


C'est là où tout a commencé

On est sortis, longtemps parlé, et surtout sympathisé après une semaine et quelques de guerre. J'ai eu de l'effet mais je savais pas le définir et en même temps je le refusais (je m'étais toujours dite qu'on n'aime que son mari et ayant terminé ses études, sinon tout est passager, donc pourquoi se faire marquer par une relation ou une histoire juste parce qu'on a envi). On nous a divisé en deux classes pour le premier semestre, c'était dur pour moi, j'attendais impatiemment l'inter cour pour le voir venir vers moi, lui aussi impatient de me voir, je n'arrivais plus à suivre la suite du cour si le professeur ne nous donne pas de pause (où plutôt quand je ne le vois pas), là je me sentais triste avec une envie de pleurer des fois, je me demandais souvent ce que c'était, mon amie me disait souvent que je l'aime mais je refusais ce fait me disant que c'est beaucoup trop tôt, et que j'ai pas le droit puisqu'il n'est rien pour moi. On se parlait chaque jour, mais je ne tardais jamais à rentrer chez moi une fois le cour est terminé. Le 29/9 il m'a proposé de sortir avec lui après avoir pris l'avis de mon amie vue ma façon de penser, j'ai refusé, il n'a pas baissé les bras, il me l'a proposé 3 fois après, un jour j'ai lu son cahier de cour, j'ai vus qu'il ne suivait plus son cour, il écrivait des poèmes, il exprimait sa souffrance, je voyais que lui aussi ressentait quelque chose de vraiment sérieux mais il ne faut pas et en même temps il me connaissait peu. Le 15/10 il m'a dis qu'il peut pas rester en tant qu'ami, on avait pas cour ce jour là et on était sorti (pour la dernière fois), j'a fini par accepter pour ne pas le perdre, je voyais aussi qu'il était fou : il s'était assis en plein milieu de la rue pour que je redis mon accord.


Enfin ensemble

Petit à petit, je me suis attachée à lui, mai je n'ai jamais rien montré, en tout cas pas les premiers mois, et par la suite pas vraiment. Mais c'été comme même une très belle histoire d'amour et aux yeux de tout le monde à la fac, sauf qu'on me disait toujours ce qui pourrait me plaire en lui, que je méritais beaucoup mieux, possible, mais c'est lui que je voulais et personne d'autre, je l'ai imaginé en tant que mari, je voyais en lui le père de mes enfants. On a passé 8mois et quelques ensembles, je disais tout à ma mère depuis le début. Un jour, quand ma mère a vu que j'ai refusé un autre sérieux et à son goût pour l'autre (toujours ne sachant pas que c'été de l'amour ce que je ressentais ni ce que cela peut signifier ou représenter) elle m'a obligé à me séparer de lui ou sinon j'arrête mes études et elle le dit à mon père, en parallèle, quelques personnes ont collaborés un plan pour me montrer qu'il ne cherche qu'à profiter de moi et à lui que je le prend comme passe-temps et que je le trompe (on était sortis en groupe de 3 parce qu'une amie se sentait mal et pour pas longtemps, elle est soi-disant partis appeler quelqu'un et seule, et on attendait qu'elle reviennent moi et l'autre garçon qui était avec nous). De même, quelqu'un l'a di à mon père bien décoré avec de nombreux mensonges.
J'ai rompu sans expliquer mes raisons, je voulais qu'il ne me cherche plus, qu'il m'oubli, pensant que j'ai passé du bon temps et maintenant c'est fini.


Séparation inattendue

Depuis je n'ai fait que souffrir, j'ai enfin pu définir et m'avouer ce que je ressentais, lui de même, et jusqu'à présent. J'ai su par la suite que j'étais vraiment sa première expérience à lui aussi. J'ai essayé de reprendre lui parlant 4fois sans résultat, il me di qu'il m'aime plus. En même temps, je le vois souffrir, l'effet qu'il a quand un garçon qu'il connaît pas ou ancien admirateur me parle. On a tous les deux foiré nos études durant l'année qui suit. Je suis sorti avec celui que ma mère me voulait, je l'ai détesté par la suite et me suis détesté encore plus donc j'ai pas tardée à rompre, et avec un autre essayant d'ouvrir une nouvelle porte, j'ai essayée de l'aimer et rien, cela n'a fait que rendre plus fort mon amour envers l'autre, j'ai lu des livres psychologiques, je me suis isolée de tout le monde, j'ai changé, mais toujours rien, ça n'a fait qu'augmenter ce que je ressens pour lui. Pour lui, il a essayé de me séparer de celui avec qui je suis sortis en dernier étant dans la même fac, je lui ai dis que c'est du sérieux, je le voyais souffrir et ça me tuait, j'ai rompu avec le dernier et décidée de ne plus sortir avec personne, en tout cas pas avant de savoir vraiment ce que je veux. Pour celui que j'aime, j'ai su par quelques membres de sa famille que je connaissais pas quand on était ensemble qu'il m'aime toujours et qu'il ne veut personne d'autre mais en mm temps dit qu'il a trop souffert après notre rupture. De même il leur dit que je mérite mieux, qu'une relation saine sera mieux pour moi alors qu'il est dur de résister quand on s'aime à ce point, aussi il n'est plus sorti avec personne, en tout cas c'est ce que je vois et quand on se voit dans la rue, il est seul ou avec son pote. Maintenant, j'ai perdu celui que j'aime, ma santé, côté études ça va très mal, moral aussi, et je me suis isolée par rapport aux gens. Là je trouve plus de solutions. Mais j'ai toujours espoir de vie, qu'il y a possibilité qu'on redevient ensemble ou que j'aime une autre fois. En attendant, j'essais d'oublier mais il me hante et je me fait beaucoup de mal.


Aidez-moi, s'il vous plait

S'il vous plait, j'attend vos suggestions.
Un garçon peut-il oublier son premier amour ?
Que dites vous de cette question ?
L'auteur : Meriem Assban
29 ans, Casa (Maroc).
Publié le 17 février 2007
Modifié le 23 janvier 2007
Lu 1 068 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲