Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Se faire enlever à l'âge de trois ans

Je vais vous raconter comment à l'âge de trois je me suis faite enlever devant un restaurant.


Les faits que je vais vous confier ne sont pas le fruit de mon imagination, bien que cela aurait été préférable. Et malgrès le fait que cette histoire se soit déroulée alors que je n'avais que trois ans, elle est gravée dans ma mémoire comme si c'était hier, tous les détails sont la dans mon esprit, et je vais tenter de vous les raconter le plus clairement possible.

Je suis née à Sao francisco do Sul au Brésil, il y a de çà 18 ans. Cette histoire s'est passée alors que je n'avais que 3 ans. Ma mère, m'avait emmener manger au restaurant avec un de ses amis. C'était l'été, le restaurant se trouvait à environ dix kilomètres en dehors de la ville, sur le bord de la grande route qui allait vers Rio. Nous le connaissions bien car il appartenait à une très bonne amie à ma mère. Au dessus du restaurant se trouvait l'appartement de cette amie, qui avait des triplettes, trois petites filles de mon âge avec lesquelles je jouais pendant que ma mère discutait. Mes trois petites copines m'emmenaient dans leur chambre et on y refaisait le monde à notre façon. Ma mère n'avait aucune raison de s'inquiéter...
Ce soir là maman avait décidé de rester après la fermeture du restaurant pour discuter avec son amie qu'elle n'avait pas vu depuis plusieurs mois, et pensant que j'étais en train de jouer avec mes copines dans leur chambre elle ne se faisait aucun soucis. Ce qu'elle ne savait pas c'est que mes copines étaient couchées, et que par conséquent moi j'étais partie m'amuser toute seule devant le restaurant.
Au bout d'un moment je commençait à être terriblement assommée par l'ennui, et je voulais rejoindre mes autres copines qui habitaient dans le centre ville, je n'avais aucune notion de la distance qu'il me fallait parcourir, ni de l'heure qu'il était, mais j'étais fermement décidée à me rendre chez elles. A ce moment un homme assez grand et plutôt mince, les cheveux noir coupés court sortit de la nuit, et s'avança vers moi.
-"Qu'est-ce que tu fais là toute seule en pleine nuit ? Me demanda-t-il d'un voix très douce.
- Je vais chez mes copines. Répondis-je déterminée comme jamais.
- Et où est-ce qu'elles habitent tes copines ?
- Là-bas. Je montrait du doigt la direction de la ville dont on pouvait aperçevoir les lumières au loin.
- Viens, je t'y conduis. " Il me tendit la main de manière très sereine comme si c'était la réaction logique à ma requette, et nous partîmes dans la nuit...
Pendant ce temps ma mère dit à son amie qu'elle devait partir car il fallait qu'elle se lève de bonne heure le lendemain et lui demanda s'il était possible de monter me chercher dans la chambre de ses filles. L'amie de ma mère lui répondit qu'il était impossible que je sois là-haut car ses filles dormaient depuis plusieurs heures déjà, et qu'en montant les border elle ne m'avait pas apperçue ; mais qu'elle ne s'était pas inquiétée car elle croyait que je m'était endormie dans la voiture de ma mère comme je le faisait souvent.
Ma mère et l'ami qui l'accompagnait me cherchèrent dans tous les recoins possible et inimaginable sans la moindre piste à suivre.
Maman était terrifiée, elle ne savait plus quoi faire. Par chance son ami était policier et dès qu'ils eûrent remarqués ma disparition il appella le poste de la ville et mit toutes les patrouilles à ma recherche. Sao Francisco do Sul est comme une île, c'est-à-dire que le seul moyen d'en sortir et d'y rentrer c'est de passer par un pont, alors l'ami à ma mère posta des patrouilles de chaque coté du pont et, ils avaient pour ordre de fouiller toutes les voitures qui sortaient de la ville. Les recherches se poursuivirent jusqu'au petit matin...
Je voyais le soleil se lever, je n'avais pas dormi de la nuit et l'homme et moi étions sur la plage, assis en terrasse d'une espèce de petite pagote en bambou, et je mangeais une glace.
A partir de ce moment tout s'est passé très vite. Trois voitures de police débouchèrent du coin de la rue et s'arrêtèrent net devant la pagote. L'ami de ma mère bondit de l'une d'elle. Il courrut jusqu'à la table. Il empoigna l'homme le plaqua contre le capot d'une des voitures, lui mît les menottes et lui infligea un sévère coup de poing dans la figure ; puis il le fît monter dans la voiture qui redémarra au vite qu'elle était arrivée et l'emmena.
Ma mère courrut vers moi en pleure, elle me serrait si fort que j'en avait du mal à respirer et je lui dit :
"- Il est partit où le monsieur ? Il va revenir ? Il était gentil. "


Voilà mon histoire, cet homme ne m'avait fait aucun mal, et je n'en garde (étrangement) qu'un bon souvenir, je ne sais pas ce qu'il est devenu, et malgrès ce qu'il s'est passé j'éspère qu'on ne lui à pas fait de mal. Je sais que cela peut parraître bizare mais c'est comme çà que je le ressens. Cela ne veut pas dire pour autant que ce que cet homme à fait est pardonable, et je sais aussi que j'ai eu beaucoup de chance car les choses auraient pû très mal tourner. Si vous avez des réactions à cette histoire surtout n'hésitez pas à menvoyer un message.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (30)
Re: Se faire enlever à l'âge de trois ans
Posté par âme solitaire le 20/08/2004 07:56:53
Tout à fait d'accord avec Opalisko sur le devoir de réserve. Cependant je me permets quand meme de poser un doute sur la véracité de l'histoire à cause d'un élément : les commentaires sur le ton de la discussion entre elle et l'homme. Ce sont des remarques narratives que l'on ne retrouve dans AUCUNE quelque quelle soit de type autobiographique.
J'aimerais que l'auteur de cet article écrive un post pour répondre à ce doute que je pose, sans pour autant émettre un avis quelconque.
Merci
Re: Se faire enlever à l'âge de trois ans
Posté par proteus le 20/08/2004 07:56:53
D'où justement le principe de précaution... Le personne qui s'est fait vrmt faite enlever ne pourra pas souffrir si elle pense que c'est vrai, que celà le soit ou non, tu comprends ? Tout est question de point de vue... Et je précise bien que ce cas est particulier car le sujet est sensible...
Re: Se faire enlever à l'âge de trois ans
Posté par jerry turner le 20/08/2004 07:56:53
moi je trouve ca tout à fait idiot car si une perso s'est vraiment faite enlever et que ça s'est mal passer elle sera dégoûter de voir que des gens écrivent sur ça pour se ramasser des points ! donc elle risque d'être encore plus blesser que l'auteur qui se recoit disons des insultes !
Re: Se faire enlever à l'âge de trois ans
Posté par proteus le 20/08/2004 07:56:53
Boujour à tous.
Je tiens à écrire ce post car certaines attitudes m'ont un peu choqué. Je ne vise évidemment aucune personne et ne tiens pas à prendre partie dans la discussion... Cependant, n'ayant pas de conseils à vous donner, je me permets néanmoins de vous faire un tit parallèle avec le pari de Pascal. En effet, quel intérêt y-a-t-il à savoir si oui ou non cette histoire est réelle, surtout dans ce cas bien précis ? Dans tous les cas de figures, le fait de l'attaquer peut blesser fortement l'auteur, dans le cas où cette dernière est bien sincère, et également tout quidam s'étant retrouvé dans la mm situation... De plus, imaginez l'attitude de personnes ayant vécu les mm expériences, est-ce-que vous pensez sincèrement qu'elles auront envie de faire partager leurs problèmes afin de trouver une éventuelle aide ? Alors chacun peut avancer ses arguments comme quoi l'âge n'est pas bon, etc,etc... mais là n'est pas le problème vous l'avez bien compris je pense...
Alors pour toutes les personnes qui ont vécu ou qui vivent des situations similaires voires moins heureuses, je pense qu'il est préférable de rester prudent. à bon entendeur...
Re: Se faire enlever à l'âge de trois ans
Posté par serra-partisane le 20/08/2004 07:56:53
pour en revenir aux souvenirs, moi je me souviens qu'à un an j'ai subi ma première prise de sang, jme souviens encore de la couleur du plafond et de la fresque sur le mur, et de la douleur, et aujourd'hui je chiale en voyant une aiguille lol...
quand à la véracité de l'histoire, je prendrai pas position, je me contente de dire que seul l'auteur sait ce qui est vrai et qu'on lui foute la paix avec ça.
sur ce, @+
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (30)
Publié le 10 avril 2004
Modifié le 10 avril 2004
Lu 1 216 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲