FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Sensations

Métro - boulot - dodo. Le train de vie quotidien, ou peut-être pas tant que ça, de nombreux citadins.


Dans une rue pavée, quelques rares passants errent lentement sur le trottoir, les yeux fixés par terre et protégés du soleil par différents couvre-chef.
L'un d'eux, LENNIE, s'arrête devant le volet à moitié fermé d'une épicerie. Son ombre est projetée à l'intérieur. Au bout de quelques secondes, le volet s'ouvre lentement, juste suffisamment pour qu'il entre sans avoir à se baisser. Le volet se rabaisse juste après son entrée.


Ext jour – square

A l'ombre de quelques arbres, des enfants pataugent dans l'eau d'une fontaine. Le soleil est dur. Leurs mères se reposent quelques mètres plus loin, assises sur un banc. L'une d'elle, MARIE, surveille silencieusement sa fille JUSTINE, âgée d'environ sept ans.


Ext jour – rue deserte

LENNIE se trouve sur le pallier de l'épicerie, dont le volet se ferme à demi derrière lui. Il a les bras pris par deux sacs de provisions. Il marche. La rue reste déserte


Ext jour – square

MARIE va chercher JUSTINE, assise sur le rebord de la fontaine. Elle lui pose une casquette sur la tête tandis qu'elles sortent de l'ombre des arbres, puis du square.


Ext jour – bouche de metro

RAY, la trentaine, est assis devant une bouche de métro. Il a une balle à la main qu'il fait rebondir sur un mur en face de lui. Au passage d'une femme élégante dont on ne peut voir le visage caché sous un chapeau, il s'arrête hésitant, se lève, puis entre dans la bouche de métro à sa suite.


Ext jour – rue

Dans les couloirs du métro, RAY se trouve toujours quelques mètres derrière la femme, à la suivre. Ils passent devant quelques musiciens assis sur leur tabouret, qui tiennent leurs instruments posés à terre ; un magnétophone joue à leurs pieds de la musique classique.
La femme, puis RAY, arrive sur le quai sur lequel se trouve déjà une rame de métro. La femme y entre, toujours suivie de RAY.
Elle va s'asseoir sur une place libre (les places à quatre). Il s'assit sur une des deux places qui lui font face. L'autre place est prise par LENNIE en train de dormir, ses deux sacs de provisions à ses pieds.
RAY regarde le visage de la femme : il s'agit d'un homme. Comme à lui-même, il rigole doucement de son attitude, puis détourne son attention. Il regarde entrer MARIE et JUSTINE, qui s'assoient plus loin d'eux ; un VIEUX MONSIEUR est assis en face d'elles. Le métro démarre.
Dans la rame de métro, RAY fait une gentille grimace à JUSTINE. Elle rigole doucement.


Int jour – quai de metro

Sur un quai de métro différent, quelques personnes attendent le métro, qui arrive à quai. Une fois à quai, la femme/homme descend du métro et passe devant une mère et son garçon de cinq ans.
Sur le quai, la mère et son garçon de cinq ans attendent patiemment de pouvoir entrer. Le VIEUX MONSIEUR peine à en sortir. La sirène, qui annonce la fermeture imminente des portes du métro, retentit. Une femme, GRETA la cinquantaine, s'impatiente et marche sur le garçon pour lui passer devant. La mère du gamin le fait reculer de quelques pas, pour laisser passer la dame.
GRETA
Sale petit vaurien !
De l'intérieur, RAY suit la scène du coin de l'œil. GRETA entre tandis que les portes se ferment derrière elle et que le métro redémarre, laissant la mère et son garçon à quai.


Ext jour – bouche d'aeration

Au dessus d'une bouche d'aération de métro, un SDF assis sur un tabouret ouvre les bras pour profiter du courant d'air créé par le passage d'une rame de métro dont on entend le passage au travers des grilles.


Int jour – rame de metro

La rame de métro roule en plein tunnel. Au bout de quelques instants, elle ralentit lentement, puis le train s'arrête complètement. Les moteurs tournent toujours. Soudain, les lumières clignotent trois-quatre fois, puis s'arrêtent sur une luminosité plus faible. Les personnages s'épient discrètement. Lorsque les moteurs s'arrêtent à leur tour, les portes du wagon s'entrouvrent de quelques centimètres. Il n'y a plus aucun bruit. Personne ne parle, et on entend un léger courant d'air.
GRETA est assise seule dans les places à quatre, juste à côté de celles de LENNIE et de RAY. Elle leur jette un regard du coin de l'œil, puis sort lentement un éventail. Elle se tourne vers la vitre, et regarde les murs nus du tunnel.


Int jour – rame de metro

Les vitres sont teintées de vapeurs. Un bruit lointain de rails se fait entendre. MARIE lève le regard vers l'extérieur du wagon ; GRETA lève le regard vers MARIE.
Quelques personnages gesticulent sur leur siège, mal à l'aise.
RAY regarde GRETA s'éventer. Elle s'arrête, l'éventail toujours devant son visage, puis elle le pose doucement sur ses genoux.


Int jour – rame de metro

LENNIE dort toujours, il transpire fortement. GRETA lui jette un bref coup d'œil, que RAY remarque. Il regarde à son tour LENNIE, puis émet un sourire tendre. Quelques instants plus tard, il renifle tranquillement l'odeur de LENNIE. A ce moment, des bruits beaucoup plus forts se font entendre ; il lève la tête. Une rame de métro passe dans le sens inverse. Quelques personnages se regardent éberlués.
Le bruit s'est tu. Il n'y a de nouveau aucun bruit dans le wagon.
JUSTINE tire doucement sur la jupe de sa mère. MARIE lui sourit tendrement, puis sort un mouchoir pour lui éponger le front. JUSTINE lui murmure à l'oreille :
JUSTINE
Maman. Pourquoi le train il est arrêté ?
MARIE
Tu sais, il fait chaud. Lui aussi a besoin de se reposer un peu.
JUSTINE
Oui. Et il va se reposer encore longtemps ?
MARIE
Je ne sais pas ma chérie. Peut-être encore un peu.
JUSTINE repose doucement sa tête contre sa mère, qui lui dégage le front de ses cheveux qui lui collent à la peau.


Int jour – rame de metro

RAY se penche sur LENNIE, il le renifle à nouveau puis pose sa langue sur son épaule. Il se relève intrigué et regarde JUSTINE. Elle a sa balle, qu'elle fait passer d'une main à l'autre. Il regarde GRETA, qui le regarde également, mécontente.
JUSTINE regarde une mouche entrer par une des portes entrouvertes. La mouche se met à voler à l'intérieur du wagon. Elle continue de l'observer tandis qu'on entend le bruit émis par la mouche. Le bruit finit par s'arrêter, en même temps que son regard se dirige soudainement vers le sol ; au même instant on entend un petit bruit sec.
GRETA détourne son regard de RAY vers ses pieds. La mouche se trouve posée sur l'un d'eux. Elle la regarde quelques secondes et plisse les yeux. Sans que son talon décolle du sol, elle tapote un coup du pied, puis deux, pour faire tomber la mouche ; qui ne tombe pas. Elle souffle doucement, mais rien ne se passe. Elle cherche du regard sur le sol. Son regard tombe sur son éventail. Après quelques instants, elle prend lentement son éventail ; elle marque une pause, puis donne un coup sec vers la mouche, qui tombe à côté de son pied. Elle émet un petit sourire satisfait.
De nouveau, RAY se penche doucement sur LENNIE. Ce dernier commence un début de ronflement, mais son ronflement se transforme en reniflement. RAY s'arrête un instant, puis continue de se pencher. Il finit par serrer les dents dans l'épaule de LENNIE, puis tire difficilement sur sa peau.
La mouche fume. On entend des bruits de mastication. Un passager regarde GRETA qui regarde mécontente en direction de RAY, puis le passager regarde en direction ce dernier, puis de nouveau vers GRETA, étonné.


Int jour – rame de metro

GRETA regarde toujours en direction de RAY. Prenant un air hautain, elle invective ce dernier :
GRETA
Vous ne devriez pas manger le bras de ce Monsieur qui dort !
RAY se relève brutalement, puis cherche un instant qui lui parle. La plupart des autres personnages épie les deux interlocuteurs. GRETA lui adresse un sourire satisfait. Sans se lever, RAY s'approche de GRETA. Il lui murmure :
RAY
Oh ... Et le vôtre ... Je peux ... Le manger ?
GRETA (fière d'elle-même)
Non, il m'est utile ! (Elle détourne le regard) Hm !
RAY se détourne aussi. Bientôt, tout le monde finit par regarder ailleurs, désintéressé de la scène.
Tout est calme lorsque les portes se referment complètement. Le métro repart sans aucun bruit. Personne ne réagit.


Noir

On entend les bruits habituels de l'intérieur d'une rame de métro : moteurs, bruits de pas qui montent et descendent de la rame, signal sonore d'annonce de fermeture des portes ; puis bruits du métro en marche.


Int / jour – rame de metro

Sans que l'on puisse identifier des personnages, les gens descendent tous du métro. Les portes se referment ; il n'y a plus personne, ni plus aucun bruit.
Le métro redémarre. Sur le sol, entre quatre places assises, la balle de RAY vient s'échouer sur l'unique sac de provisions de LENNIE restant.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (38)
Re: sensations
Posté par dwigo le 09/06/2007 02:00:25
bilbonec --> Je sais pas, ça sonne faux *-) J'aurai plsu vu que des prenoms americains alors. "Marie" et "Justine" ça me fait bizarre... Mais peut etre est ce parceque j'identifie plus facilement ces deux eprsonnages, a des filles irl du même nom 8-) Enfin je sais pas trop ^o) Osef.

Prendre au jeux ^o) Il fallait jouer ? Mince...
Re: sensations
Posté par bilbonec le 08/06/2007 23:58:35
dwigo > Pour le ton amerloque de certains prénoms, il n'est pas voulu, les prénoms viennent vraiment en fonction de ce que leur caractère m'évoque .. mais est ce vraiment si important que cela ?

Content que tu te sois un peu laissé prendre au jeu ;)

Modifié le 09/06/2007 00:22:16
Re: Sensations
Posté par dwigo le 08/06/2007 00:32:30
bilbonec --> Bonne idée ce scenari de court metrage ;-) Subtil, le flou laisse place rapidement à un environnement absurde et tellement familier que cette bouche de metro... Les personnages réfletent le quotidien, l'originalité de chacun mise à nue en si peu de phrases... On pourrai presque s'y voir dans cette histoire.

Seul hic. Les prenoms +o( Tu as voulu donenr un style mi amerloque mi français, et ça fait vraiment mal aux yeux. C'est un petit point, mais je trouve cela important.
Pour ce qui est des erreurs que je voulais signaler, cerise l'a deja fait ;-)
Re: Sensations
Posté par shoopy le 30/05/2007 10:32:41
bilbonec >>>Mais mais mais ... mais c'est gore ton truc!!! :-|
Re: Sensations
Posté par bilbonec le 29/05/2007 17:29:49
shoopy > Il n'a plus qu'un bras, il ne peut plus porter ses deux sacs, il en reste donc un ;)
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (38)
Publié le 13 mai 2007
Modifié le 30 avril 2007
Lu 558 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)

Commander sur Amazon.com
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143