Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Sevan - Partie 1

Un jeune garcon, qui n'a pas la chance d'être né dans un pays développé, va en payer le prix fort, mais il se vengera.


Il était une fois... Un petit garcon comme un autre, presque comme un autre. En effet, le jeune Sevan n'était pas vraiment un enfant comme les autres. Son père, Atchik Wardanyan, était un jeune militant arménien se battant pour les droits de ses camarades paysans et pour son peuple : il voulait que la Turquie reconnaissent le génocide arménien, qu'elle avait commandité 100 ans plus tôt, en 1915. 1 million et demi d'Arméniens avaient été massacrés, et Atchik voulait mener son combat à bien.

Un jour, Meliné, la mère de Sevan, avait préparé comme d'habitude un repas, avec ce qu'elle trouvait au marché public ou dans les champs voisins, quand son mari arriva et s'asseya, d'une marche dynamique : " Demain je pars, et j'emmene le petit, tu resteras avec Anouch, prépare nos chemises. " Sevan allait quitter sa soeur et sa mère, pour aller voirson père combattre pour l'honneur de son pays, suivre ce père dont il était si fier.

C'était un lundi, quelques heures après l'annonce, Atchik pris Sevan par la main et ils partirent de leur province du Karabagh pour se rendre vers Erevan, la capitale. Le mercredi, ils furent accueillis à Chirak chez une famille, Sevan mangat du pain et put jouer avec les enfants de la famille Badgazian. Atchik et Sevan arrivèrent à Erevan dès le vendredi matin, la marche devait avoir lieu le samedi après-midi.

Ce samedi après-midi, marquant le centenaire de la fin du génocide arménien et l'inauguration du nouveau Monument aux Morts de Erevan, sera une des plus senglantes du XXIe siècle en Arménie. Une révolte éclate et Atchik fut assasiné, par une balle dans la nuque, par 3 turcs irrités par l'attitude du père de Sevan, qui avait brulé un drapeau turc. Sevan tenait la main de son père à ce moment-là, son père lui lanca lors de son dernier soupir : " Va t'en Sevan, Venge toi, Batchig". Monsieur Atchik Wardanyan n'est plus et le petit Sevan, du haut de ses 7 ans, la tête maculé de sang, se perdit dans la foule. Il fut recueilli le lundi matin par un commandant de bord de passage à Erevan.

Histoire à suivre...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (2)
Re: Sevan - Partie 1
Posté par lyne222 le 20/08/2004 07:56:59
Cette histoire pourrait etre celle de mon grand père qui a vecu ce que Sevan a vecu, voir la mort de ses parents sous ses yeux durant le genocide arménien...
Re: Sevan - Partie 1
Posté par antonio.montana le 20/08/2004 07:56:59
c'est une histoire imaginaire, si tu lis bien tu comprendra pourquoi les turcs (ils sont plus que 3 en fait) sont entrée en force à Erevan : pour réprimander les manifestants de cette manifestation pour la reconnaissance du génocide !
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (2)
Publié le 24 juillet 2004
Modifié le 24 juillet 2004
Lu 837 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲