FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Supports d'enregistrement de données : Petits géants

Ceci est un article sur les supports d'enregistrement de données et leur développement.


Celui qui, en tant qu'utilisateur d'un PC essaye de numériser et d'assurer ses données tout à fait personnelles pour les prochaines années, se heurtera rapidement à un problème : Quel support d'enregistrement de données utiliser, pour archiver : les masses de photos non triées, la vaste collection de musique dans le format MP3, les filmes enregistrer avec la caméra numérique et les jeux électroniques les plus nouveau.

Existe-t-il un support d'enregistrement de données qui convient autant pour : vidéo, photo et musique ? Ou est ce qu'il y a pour chaque exigence un support d'enregistrement de données spécial et sont-ils compatible avec son propre PC ? Le temps de la
disquette, dont on pouvait être sûr que le floppy correspondant se trouverait dans chaque ordinateur, est définitivement terminé. Apple et DELL, deux fabricants d'ordinateur dirigeants, ont prédit la fin de cette ère.


Qu'est-ce qui signifie la fin de cette norme ?

Si l'on regarde de plus près les supports d'enregistrement de données offerts, l'on est confronté à une variété confondant de supports d'enregistrement de données différents. Certains on le même aspect, comme p. Ex. Les Flash Card et Microdrive, fonctionnent toutefois d'après des principes techniques complètement différents : l'une puce électronique, l'autre le train de roulement d'un disque durs miniaturisé. D'autres se ressemblent dans la technologie et l'aspect, mais les fabricants ne veulent pas se mettre d'accord sur une norme commune, comme avec les différents types de DVD (DVD Ram, DVD+, DVD-...).


Des supports d'enregistrement de données mobiles

Beaucoup de vendeurs préfèrent le stockage des données électronique sous la forme de cartes-mémoire pour les supports d'enregistrement de données mobiles. Sept formats,
qui se différencie tous par des dimensions et interfaces différentes, qui ne sont pas compatible l'un à l'autre se trouve sur le marché. Le numéro un du marché, la Compact-Flash Card, épais que trois cartes de crédit posez mises l'une
sur l'autre, cependant plus petit. Elles peuvent saisirent jusqu'à un Giga byte, suffisant pour 15 heures de MP3, milles photos (avec 1 MB par image) ou une carte complète de l'Europe pour un système de navigation. Mais chaque appareil, caméra vidéo, appareil photographique, Player MP3 ou bâton de mémoire – chaque fabricant a fait son propre choix et s'est décidé pour des SD-Card, MMC, bâton de mémoire ou des Smart Media Card. La norme standard ? Elle existe dans un Multi-Card-Reader avec différents éventails pour les différentes cartes.


"Il est vrai qu'il existe un standard propre pour chaque application, et les médias ne sont pas compatibles l'un à l'autre. Le plus grand problème est que l'application d'arrière-plan manque de "savoir" pour décider par lui-même quel type de mémoire lui serait optimale. "

Ainsi nous devons essayer de trouver nous-même un guide par les
variété confondant.


Le concepte de base

Il existe quatre concepts de base différents pour les supports d'enregistrement de données. Le premier et le plus vieux principe est celui du stockage mécanique, comme sur les cartes perforées et les bandes perforées des temps anciens du traitement des données. Puis dans les année septante, il suivit le stockage magnétique avec des disques durs et des disquettes. Dans les années nonante, le stockage optique s'y ajoutait alors avec le CD-Rom. La technologie de stockage la plus récente est l'électronique qui a été introduit fin des années nonante avec les cartes-mémoire. Cette procédure a le grand avantage par rapport à tous les autres supports d'enregistrement de données qu'en écriture et lecture des données, aucun mouvement mécanique n'est plus nécessaire. Cela signifie : pas de trains de roulement, pas de têtes de lecture, pas de lasers, mais simplement une puce qui ne perd pas ses informations lorsque l'électricité est mise hors circuit, contrairement aux puces traditionnelles. Par conséquent, les cartes-mémoire peuvent être particulièrement petites et durables.

Prochainement sur le marché une nouvelle Compact-Flash-Card avec 4 GB développé en commun par Memorex. Comme un petit transistor le Flash stocke des données sans alimentation constante. Un petit contrôleur sur la carte assure l'organisation et oriente tous les processus d'écriture. Cela rend le stockage particulièrement effectif et jusqu'à 10 MB par seconde très rapide. Y aura-t-il ainsi à l'avenir que des cartes-mémoire électroniques ?

"Pour les puces semi-conducteurs nous avons depuis longtemps un développement foudroyant de l'augmentation de la capacité de mémoire et aussi dans d'autres paramètres importants. Ce développement se poursuivra encore un moment, ne pourra toutefois pas être continué très longtemps. Pour cela il y a plusieurs raisons : une fois la structure des puces semi-conducteurs doit devenir de plus en plus fine, et là nous arrivons à des frontières pour les fabriquer. "

Et c'est précisément à l'élargissement de cette frontière que l'on travaille au Max de Planck institut à Stuttgart à un support d'enregistrement de données électronique qui n'est plus basé sur la micro puce, mais sur la nano puce (c'est une puce qui a un millionième de millimètre). Mémoires sur des nanotubes : ici un
nuage de nanotubes, se composant de plusieurs millions de nanotubes, par rapport à des cheveux.


De plus les scientifiques de Stuttgart fabriquent leurs propre nanotubes par une condensation de carbone. Cela est possible car les instituts de la physique et de la chimie coopèrent particulièrement étroitement ensemble. Ainsi, une méthode pouvait également être développée ici pour rendre les nanotube électrique soit non électrique, semi-conducteur. Cette qualité est atteinte par un échauffer et une oxydation.


Dissout dans des relations correctes dans l'eau et ensuite on centrifugé, l'on reçoit une certaine densité spécifique de nanotubes. Si on donne une goutte de la solution sur une puce de silicium, les nanotubes s'arrangent sur elle conformément à cette densité. Dans le secteur, des voies de directeur sont alors réunies. Mais comment peut-on manipuler en un tube si minuscule ? Pas du tout ! Par conséquent, les scientifiques dépendent de choisir les puces sous le microscope électronique de trame, sur lesquels les nanotubes se sont disposés conducteur. Ici une disposition particulièrement favorable, sur laquelle un nanotube en travers a le contact avec toutes les voies directeurs.


DVD

De retour aux supports d'enregistrement de données qui sont déjà sur le marché : Sous les supports d'enregistrement de données optiques, les nouveaux Jeux DVD se font particulièrement remarquer.

Les médias optiques ont l'avantage qu'on peut les fabriquer très bon marché comme mémoires de masse et qu'ils peuvent prendre un grands volumes de données. Par conséquent, ils conviennent particulièrement bien à l'archivage et à l'établissement des copies de sécurité et au stockage des films vidéo. Le DVD pourrait-il être le support de données universel et le successeurs de la disquette ? Ce qui ne concerne probablement pas la compatibilité. Certes le DVD peut être lut partout, mais avec les DVDs inscriptibles les communautés s'arrêtent là.

Un DVD enregistrer dans un enregistreur de Panasonic ne peut pas lu des lecteur de Sony. La raison : Panasonic et Sony appartiennent à des consortiums différents qui offrent des
formats d'admission différents. Un consortium de neuf grandes entreprises autour des Hitachi et Panasonic DVD-RAM et le DVD - comme nouveau support de données optique. Pour l'admission d'images mouvementées dans les caméras vidéo et les lecteurs DVD, mais également comme le support d'enregistrement de données moderne et futur pour les données de tous types. Un consortium autour de Sony et de Philips voudrait toutefois entremêler le DVD plus comme type d'état mondial. Une variété confondant reste pour le consommateur. Le DVD sera également considéré probablement bientôt déjà à nouveau comme démodé, car au Japon, depuis quelques mois déjà un nouveau support d'enregistrement de données optique en tant que successeur sur le marché : Les Blu-Ray disque.


Blue Ray - le Laser bleu

Elle a surtout été conçu comme nouveau supports d'enregistrement de données pour vidéo dans un nouveau format de télévision : HDTV High definition television. Télévision
(vidéo) dans une qualité d'image qu'on ne connaît d'ailleurs qu'à partir du cinéma, avec une dissolution beaucoup plus élevée et un taux de répétition d'image plus élevé qu'avec le PAL-Format classique. Depuis janvier 2004 il existe aussi déjà la première chaîne HDTV européenne un (laquel ?) Mais un film dans un HDTV nécessite une quantité triple de place de mémoire comme un film vidéo traditionnel sur DVD. Par conséquent, un laser bleu est utilisé avec la Blu-Ray-Technologie, puisque la lumière bleue a une plus courte longueur d'onde que rouge et ainsi les données sur le Blu-Ray-Disk (plus étroitement) peuvent être écrite et lue largement plus étroitement. Le Blu-Ray disque de Sony atteint une densité qui est deux fois et demi plus élevée quel es DVDs ou CDs traditionnels. De cette manière, la capacité augmente de 23 Gigabyte. Et au cours de l'année prochaine ces données doivent encore être doublées. Toutefois également cette technologie touchera tôt ou tard à ses limites.


Les supports d'enregistrement de données magnétiques restent

Malgré le disparition de la disquette les supports d'enregistrement magnétique ne sont nullement en retraite. Comme remplacement possible Lomega mettra cette année le
Lecteur DCT sur le marché. Le DCT fonctionne comme une disquette réduite, par un nouveau revêtement la capacité est toutefois 1000 fois plus élevé. 1, 5 Gigabyte l'on peut enregistrer sur un DCT d'environ 10 EUROS, pour lesquels le remplacement dans les appareils multimédia portatifs est projetée. L'augmentation foudroyante à une capacité de mémoire avec les disques durs prouve également que des mémoires magnétiques sont d'actualité. Avec le Microdrive IBM/22#Hitachi montre qu'il est possible de le miniaturiser un train de roulement de disque durs de telle sorte qu'il installe au format des Compact-Flash-Card. La transmission de données est également jusqu'ici très rapide avec 12 MB par seconde pour toute mémoires portatif. En outre, le stockage magnétique a l'avantage par rapport à toutes les autres procédures, que la plus grande densité d'information concevable peut effectivement être atteinte. Cela a des raisons physiques : Des qualités magnétiques peuvent théoriquement encore être lues à un seul atome.


Supports d'enregistrement mécaniques

Entre-temps on cherche en vain des supports d'enregistrement de données mécaniques sur le marché. Cette plus vieille forme de stockage de données numériques existait déjà, lorsque il n'y avait pas encore d'ordinateurs : Cartes perforées qui orientaient les premiers métiers à tisser automatiques. Et ici, un cercle se ferme : Depuis les années septante, cette forme de
mémoire est considérée comme définitivement démodée. Et quand même droit de ce secteur vient un support d'enregistrement de données particulièrement innovateur, jusqu'à l'introduction sur le marché sur lequel on ne doit attendre que 10 - 15 ans.

Le Millipede - à mille patte - est un support d'enregistrement de données sur une base mécanique, qui est développé dans le laboratoire de Rueschlikon près de Zurich par IBM : Des aiguilles ultrafins causent des approfondissements minuscules dans une couche de silicone chauffé qui représentent différents bits. Lorsque la couche a refroidi, les mêmes aiguilles peuvent balayer les approfondissements et lire ainsi les données écrites. Les aiguilles de "Millipede" sont si minuscules qu'on ne peut les voir que sous un microscope électronique. Ici, une puce Millipede est examiné au contrôle de qualité. Le Millipede est devenu possible par le progrès technique foudroyant sur le secteur des systèmes
électroniques micromécanique, dans lesquels des éléments mécaniques minuscules sont encastrés directement dans les puce semi-conducteur. Au total, quatre milles aiguilles sont disposées sur la surface de la puce dans un échantillon régulier. Afin que le système puisse fonctionner correctement, toutes les aiguilles doivent avoir la même hauteur : 650 Nanomètres. Mais ce étant si inconcevablement minuscule la frontière de la miniaturisation n'est pas encore atteint pour les scientifiques.

"En principe, nos frontières se trouvent dans la dimension moléculaire. Les trous qu'on poinçonne dans un film polymère, deviendront tôt ou tard aussi petits que les molécules, dont le film lui-même est développé. Ici, la frontière réelle verra son. j'ai C'est cela que nous voyons comme la frontière fondamentale. Nous avons heureusement d'ici là encore un long chemin devant nous ; il y a encore beaucoup de place pour cette technologie pour grandire.


Stockage intensif Et le "Milipede" est maintenant déjà maintenant impressionnant, 10 Gigabyte doit pouvoir stocker le première puce Millipede, quand elle viendra dans un à deux ans sur le marché. Mais les scientifiques sont provisoirement encore entrain d'optimiser le contrôle parallèle des aiguilles. Et seulement si l'environnement électronique visant l'orientation
des puce est miniaturisé, le Milipede en tant que concurent direct avec les Flash cartes-mémoire pourra leur faire concurrence. Mais une chose est déjà clair : le Millipede ne sera également pas un medium pour l'éternité.

La confusion reste. Le support d'enregistrement de données dont nous rêvons tous : Petit, robuste, avec une capacité élevée et une vitesse de lecture et d'écriture élevée, de manière compatible avec tous les autres médias, payable et de durée de vie élevée il n'y en aura pas dans un proche avenir.


Le savoir comprimé

Allons-nous savoir à l'avenir, ce que nous savons aujourd'hui ? Quelles possibilités de mémoire ont les experts et sur quoi les scientifiques travaillent-ils ?


La société de l'information produit de plus en plus de données qui doivent être assurées, sauvgarder. Ainsi, une nouvelle loi prescrit que toutes les entreprises doivent écarter leurs e-mail au moins dix ans à la préconstitution de preuve. Sur quoi garer toutes ces donnés ?

Le supports d'enregistrement de données dans la technologie de stockage qui semble le
plus proche à l'avenir, est l'électronique. Ici, les informations sont stockées sous forme de petites charges électroniques, sur des condenseurs minuscules qui sont disposés par milliards sur des puce de stockage.

Le Milipede - la nouvelle forme, la plus vieille forme de mémoire numérique est le stockage mécanique des données. Celui qui croit que la bonne vieille carte perforée n'est, que quelque chose pour l'historien est sur la mauvaise voie.


Mémoires optiques

Le temps d'accès des supports d'enregistrement de données optiques
comme des CDs ou des DVDs est long. Cela va changer à l'avenir.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (1)
Re: Supports d'enregistrement de données : Petits géants
Posté par maxscientifique le 11/09/2004 13:00:34
T'aurais pu parler de la M-RAM qui se base sur un principe quantique...
La M-Ram est économique en énergie, non-volatile, rapide et a de grandes capacitées de stockage.
Elle réunit tous les avantages des autres types de mémoire...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (1)
L'auteur : Marc B. and so one
29 ans, Lausanne (Suisse).
Publié le 10 septembre 2004
Modifié le 09 novembre 2004
Lu 1 923 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143