FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Terminus dans quelques minutes...

Il l'aime, elle l'aime... personne ne peut aller contre cet amour qui a su surmonter les obstacles les plus fous... Personne ? Et si c'était bientôt fini ? S'il n'en avait plus pour longtemps ? Si cette larmes était la dernière qu'il verserait, la première qu'elle ne saurait contenir...


Elle n'y croyait toujours pas... ça y est elle était enfin dans ses bras... Combien de temps avait-elle attendu cet instant ? Des mois, des mois qui lui avaient paru des ans, des siècles. Il avait fallu qu'elle transgresse des lois, qu'elle affronte le regards des "autres", qu'elle se séparent de sa famille. Elle était musulmane. Il était chrétien. Elle était mineure. Il était majeure. Elle l'aimait. Il l'aimait. C'était d'abord ses amis qui avent tenté de "lui faire entendre raison" comme il dise. De la convaincre qu'il ne peut y avoir d'amour possible entre un majeur et une mineure. Que s'il s'interessait à elle c'était intéréssé. Ils ne le connaissaient pas, elle oui. Elle était confiante, il était si sincère, jamais elle n'aurait pu imaginer un seul instant que ce n'était pas par amour qu'il était avec elle. Puis, les colères de la famille se firent ressentir. Ils ne comprenaient pas pourquoi et n'accèptaient encore moins qu'il ne soit pas musulman. Elle n'avait plus le droit de sortir, de téléphoner, d'aller sur internet. Alors, comme l'amour était plus fort que ces barrières, un jour en rentrant du lycée, elle ne prit pas le même chemin. Ce ne fut pas le bus scolaire qui la rammena. Elle se laissa guider par son coeur et parcouru la route des sentiments jusqu'à arriver à cet appartement où elle était si peu venue. Elle avit mis longtemps à se décider à sonner à l'interphone, observant en silence les ombres dessinaient en ombres chinoises sur les vitres. Puis, elle avait appuyé, il avait répondu, elle avait souris... tout était aller très vite... en quelques secondes elle s'était retrouvée là, dans ses bras, protégée par l'amour, entourait de tous ces rêves... elle était bien, heureuse, vivante. Après de longues minutes dans les bras l'un de l'autre ils discutèrent essayant de faire un bilan objectif de la situation mais ils étaient trop heureux pour se projeter dans le futur. Alors ils se turent et s'embrassèrent. N'était-ce pas la meilleure façon de se dire qu'ils s'aiment, qu'ils étaient heureux ? Mais bien vite leur rêve fut interrompu par de nombreux appels de la famille. Ils étaient inquièt bien sur mais encore plus que ça, ils étaient en colère et ne pensaient qu'à une chose venir la chercher. Il avait beau mentir, nier sa présence les menaces fusèrent... ils seraient là... vite... en colère... pour la reprendre... elle qu'il aimait tant... qu'il ne pourrait plus voir ! Alors sans se poser trop de question il lui proposa de partir. Où ? Il ne savait, mais il fallait s'en aller ne pas rester ici pour risquer d'être une nouvelle fois séparé. Elle ne savait pas ce qui la séduisait le plus, l'idée d'être avec lui, de partir sans aucune certitude, défier la loi et la raison, ... Mais elle le suivit. Ils roulèrent toute la nuit, ils ne recherchaient d'hotels, d'endroits pour se reposer, juste être ensemble face à l'adversaire, face à ces faiseurs de morals, face à ces gens qui ne savaient pas aimer...
*
* *
Cela faisait déjà quelques années qu'ils n'étaient plus en France. Difficile à croire mais ils avaient réussi à échapper à la fin de leur idylle. Ils vivaient heureux. Heureux... ils avaient une notion assez simple de ce terme. Etre ensemble les rendaient heureux, s'aimaient les rendaient heureux, s'embrasser les rendaient heureux... Elle venait de fêter ses dix-huit ans. C'était le moment qu'ils attendaient le plus depuis leur arrivée. Ils allaient pouvoir rentrer sans craindre que l'histoire s'arrête, sans craindre de se voir séparer. Alors le coeur plein de joie, ils reprirent le chemin de la France.
Puis arriva le jour où ils voulurent fonder une famille. Bien sur ils avaient déjà eu des rapports mais cette fois c'était du sérieux, on ne jouait plus. Alors ils décidèrent qu'il était plus préférable qu'il fasse un test de dépistage, comme ça, juste pour être sur. Ils se rendit au centre, on lui fit le prise de sang, il grimaça quand l'aiguille fut introduite dans son avant bras, on le remercia, lui donna une date pour les résultats, il rentra chez lui. Puis vint le jour où il dut y retourner. Ils y allèrent ensemble. Ils ouvrit l'enveloppe médicale. Elle lut par dessus son épaule. Ils tombèrent sur les bancs de la salle d'attente stériles à toute peine, à tout drame comme il venait de se produire. Pourquoi ? Pourquoi lui ? Ils ne comprenaient pas, c'était injuste... C'était impossible... Ils s'étaient trompés, peut être avaient-ils mal lu... alors ils vérifièrent, mais ce fut le même mot qui les agressa une nouvelle fois, en gras en gros, comme pour insister sur leur desespoir, il y avait inscrit "séropositif". Pendant combien de temps a-t-elle pleuré cette nuit là ? Elle ne se souviens plus... Mais là, dans ses bras, comme ce soir où elle l'avait retrouvé, elle prit conscience que rien ne serait plus comme avant dans sa vie, qu'elle ne pourrait plus être heureuse avec la mort en tête, qu'un jour l'home qu'elle aime, l'homme pour qui elle a quitté sa vie mourrait... mourrait... comme ce mot était laid, comme il désignait mal tout ce qui se passait en elle...
Et puis il mourut. Tout se passa comme elle l'avait imaginé... Seule, à coté de son lit d'hopital elle entendit son coeur s'arrêter, ses espoirs disparaitre, ses larmes couler, ... Ca y est, c'était fini... Elle ne vivait plus, elle survivait...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (10)
Re: Terminus dans quelques minutes...
Posté par sadangel le 20/08/2004 07:54:50
aux deux deriners posts : j'aurai très bien acueilli ces critiques si ce n'avait été des vengences... lorsque je critique un texte ou quoi que se soit c'est simplement pour dire ce que je pense... je vais pas lire un truc penser que c'est pas bon et faire la fauxcul en disant "hum ouais ouais c'est trop bien !"... quand c'est bien je le dis... et si c'est vos textes qui ont été critiqué j'en suis désolé mais c'est ce que je pensais et je changerais pas d'avis... maintenant si j'ai fait un contre sens et qu'effectivement vous aimez pas pour des raisons bien determinées et totalement indépendantes des critiques que j'ai pu émettre je suis tout à fait prete pour les écouter !
Re: Terminus dans quelques minutes...
Posté par (o0) le 20/08/2004 07:54:50
J'aime beaucoup les gens qui critiquent et qui ne savent pas aligner deux mots...
Re: Terminus dans quelques minutes...
Posté par cyrilya le 20/08/2004 07:54:50
merci...
Re: Terminus dans quelques minutes...
Posté par mistike le 20/08/2004 07:54:50
je pleure c'ete tres bien..........
Re: Terminus dans quelques minutes...
Posté par lysou38 le 20/08/2004 07:54:50
bonne histoire, pas extraordinaire selon moi, mais bonne quand même.

La fait que la fin soit précipitée ne me gêne pas, ce que j'aurai voulu savoir c'est si, quand ils étaient rentrés en France, ils avaient repris contact avec leurs famille respectives.
Et puis le fait qu'elle soit musulmane et lui chrétien n'embête pas seulement leur famille, mais ces deux religions ont certaines coutumes, fêtes, différentes, donc j'aurais aussi aimé savoir comment " leur vie de couple " s'était déroulée.

Et pour finir, ton texte est beaucoup trop compact, tu aurais dû faire des paragraphes, sauter des lignes.

Article bon quand même, lol !
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (10)
Publié le 28 octobre 2003
Modifié le 28 octobre 2003
Lu 753 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143