Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

TwinssniwT

Bla Bla Bla... Bla bla. Une petite histoire forte.


- Aujourd'hui j'ai 18 ans. Mes parents m'ont organisé une fête grandiose avec ballons multicolores, punch et groupe de rock. Tous mes amis sont là.

- Cette baraque pue le fric. Ces ballons sont à vomir, tous ces gens me débectent. Mais quest ce que je fout là ?

- Apres le repas mon père s'est levé et de son couteau, a frappé son verre, comme pour un mariage, pour attirer l'attention de l'auditoire. Je rougie, désolée pour tout mes potes de devoir supporter ce vieux et son discourt remplis de cliché... "bla bla bla... Tu as toujours été notre fille même si adoptée... Tu as grandis trop vite... Te voir partir... Etc. Etc. "

- Je rentre bientôt en scène. J'ai peur. Peur de rien avoir à lui dire. Peur qu'elle me refuse, qu'elle ne veuille pas de moi dans cette vie de sucre.

- La fin de son discourt m'annonce une énorme surprise. Mais j'ai beau le questionner, c'est muet qu'il me mène jusqu'à ma chambre en me tenant par la main, les yeux émus : "on a quelqu'un à te présenter".

- La voila. Elle rentre dans la pièce toute désolée. Désolée de toute cette mise en scène... Timide.

- Un jeune homme de 18-20 ans est assis sur mon lit, il sourit tendrement. Les traits de son visage sont profonds, durs. Ses yeux ne me quittent pas, je croise son regard. Je suis gênée.

- Je dois paraître tellement stupide à la regarder ainsi. J'ai envi de lui hurler "c'est moi !". Elle reste timide, gênée. Pas moi. J'ai vécue cette scène trop de fois dans mes rêves pour être surpris. Je délecte l'instant. Pouvoir la regarder avant quelle ne me chasse. Elle est si belle.

- Papa à refuser de me dire qui il est. Mais je sais pourtant déjà qu'il est important. Je reconnais en lui des choses que je n'ai jamais vues. Son regard me déstabilise, trop intime.

- On dirait un ange. 18 ans. 18 ans que je ne l'ai pas vue, rêvant de la serer dans mes bras chaque instant de ma vie. 18 années de solitude, d'attente. Mon cœur tremble en moi et pourtant la voix qui sort de ma bouche reste étonnamment calme, rassurante. "viens t'assoire. Que je te dise qui je suis quand même"

- Lui...

- Ça y est...

- Je n'ai besoin d'aucune explication. Je me dirige vers mon lit, m'assoie à ses coté et rapproche mon visage du sien. Il reste sans bouger, paralysé de peur. Son profil est impressionnant de droiture, immobilisé par l'émotion. Une larme naît au coin de son œil. Je pose mes lèvres dessus. On entend les basses étouffées de la musique extérieure mais je me fous de cette fête. Mon cadeau est devant moi. Et après tout si en plus d'être frère et sœur, nous somme jumeaux, c'est son anniversaire à lui aussi. Je serais son cadeau.

- Elle s'est approchée et a embrassée l'émotion qui débordait de moi. Le contacte de sa peau sur la mienne me fais l'effet d'une bombe incendiaire. 18 ans loin d'elle. Plus qu'un frisson, je sens la chaleur parcourir mon corps. Ca part de ma joue et de mon bas ventre et explose mon cœur qui semble à présent se trouver au creux de mon estomac. J'implose.

- Lui. Enfin. Nous, enfin.

- Je dois me contrôler. Je relâche mon étreinte. Ses poignets sont rouge et blanc des traces de mes doigts trop serrés. Ses yeux m'implorent de la reprendre.

- Pourquoi me lâches tu ? ! Ne me laisse pas !

- La folie anime ses yeux, mais je suis plus rassuré qu'effrayé. La chaleur passe de son corps au mien malgré les quelques centimètres qui nous séparent. Plus qu'électrique, plus que chimique, c'est divin.

- "Je t'aime".

- Elle ne me laisse pas le temps de répondre, se lève, marche jusqu'à sa porte et la ferme à clef. Ferme les yeux et se retourne vers moi. Et de là bas, de ces 3 mètres qui nous séparent elle retire son tee-shirt. D'un seul geste, en décroisant les bras par-dessus la tête. Son haut retiré laisse apparaître une poitrine assez forte retenue dans un soutient gorge orange pale. Elle se tien droite, silencieuse, les épaules en arrière et cette poitrine effrontément pointé vers moi. L'ai de dire : je suis à toi. Je te contrôle, mais pour cette nuit, je suis à toi. Pas besoin de mots. Je me lève, Je sais qu'au fond d'elle cette droiture ne tient qu'à un fil. Je la soulève comme une princesse.

- Il me repose. Je colle mon corps contre lui, je voudrais entrer en lui. Je le sert de toute mes timides forces. Ne plus jamais être seule, en tout cas, jamais plus sans lui. Je sens chaque muscle de son corps, ses pectoraux contre la poitrine, ses anches contre les miennes et cette bosse entre ses jambes qui frôle déjà mon intimité. Je suis perdue dans ses yeux... Et dans les siens les miens.

- Plus rien n'existe, plus rien de vrai. Je laisse mes mains glisser sur ses cheveux puis sa nuque, son dos à la colonne vertébrale saillante, ses reins, ses anches... Je ralentis. Elle pose ses mains sur les miennes et avec assurance les descends jusqu'à ses fesses. Elle m'entraîne avec ses doigts à user des miens pour caresser ses formes. Mais pas un instant son regard ne scie.

- Je me sens reine, mais pas au dessus de lui. Je suis SA reine, son présent, sa paie. Mes doigts se glissent, soulèvent l'élastique de son sous vêtement. Lui me soulève alors, et me porte à califourchon jusqu'au lit où il nous étend avec délicatesse.

- Je m'enf (o) uis en elle. J'ai mal et elle me le fait bien sentir ! Je lui rends avec violence l'émotion, les blessure quelle fait ressortir en moi, l'abandon de notre père, puis de maman.

- J'absorbe son mal. Je saigne pour toi.

- Mon dieu, elle doit souffrir. Tout ce sang !... Je ne m'inquiète que par principe, ma soif n'est pas encor étanchée et à la vue de ses yeux, la sienne non plus.

- Mhmmm, extase.

- Elle m'arête, signe que cette fois elle n'en peut plus. S'inquiétant de me décevoir elle me tend ses fesses rondes. Je la retourne et la gifle. Elle relâche la pression, se prends dans ses bras, à bout de force, et se met à pleurer. J'essuie ses larmes, la couche sur le coté et me recroqueville contre elle J'écarte ses bras pour y mettre les miens. Tout deux en posions fœtal, douceur.

- Dis le... Pitié... Dis le...

- "Tu sais, je t'aime aussi... "
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (5)
Re: TwinssniwT
Posté par aznoub le 16/10/2006 17:52:08
heuuu moi c'est rien du tt^^ ...c'est une fixion hein...
Mais sinon oui, ils sont jumeaux...d'où le titre...
Re: TwinssniwT
Posté par ramafille le 16/10/2006 09:41:44
enfin ton jumeau ? c'est sa ?
Re: TwinssniwT
Posté par ramafille le 16/10/2006 09:39:51
ya un truc que je comprend pas, c'est ta jumelle, ta soeur ?
Re: TwinssniwT
Posté par ptit sucre le 15/10/2006 16:48:04
Ca doit faire la vingtieme fois que je lis ton article et je sais toujours pas quoi en penser ...^^
Re: TwinssniwT
Posté par damdam14 le 08/10/2006 10:44:41
Perturbante cette histoire...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (5)
L'auteur : Isab Seym
27 ans, Lyon (France).
Publié le 08 octobre 2006
Modifié le 20 août 2006
Lu 843 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲