Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Un monde de souffrance, de décadence

Entre agressions, amour mal compris et amitiés trompées, il faut pouvoir vivre dans ce monde. Mais comment le vouloir encore...


Je hais cette planète, je hais ce monde. L'humanité me dégoûte, l'espèce humaine ne reflète aucune unité. Elle recèle en elle tant de défauts, de souffrance, de cruauté, en un mot : le mal. Je ne comprends pas pourquoi tant de personnes veulent vivre parmi elle. L'entre aide paraît être une aberration dans l'esprit d'une grande majorité de ses membres. Pour survivre dans ce monde, il faut en fait être habité par le mal soi-même. C'est devenu un concours de cruauté, de malhonnêteté et d'égoïsme. Les esprits novateurs et révolutionnaires des siècles précédents se retourneraient dans leur tombe s'ils voyaient la société de nos jours, alors qu'ils étaient déjà bien loins de la perfection.


Au nom de quoi peut-on prétendre aux notions telles que l'amour et l'amitié au stade où nous sommes arrivés. Essayez donc de comptabiliser tous les divorces ; mais je ne doute pas que vous tomberiez de fatigue avant d'en voir le bout. Et même chose pour les agressions en tout genre. Car la violence fait entièrement partie de nos vies. Si, en suivant le thème du film, "Le huitième jour" dieu avait créé un mongolien après ses merveilles de création les sept premiers jours, alors il est certain que bon nombre d'entre-nous sont des enfants engendrés le dernier jour de sa vie divine.


Je ne sais ce qui m'écoeure avec précision, je crois que c'est un ensemble. En théorie, au cours de notre vie on doit progressivement gagner en maturité. Cela revient à ouvrir les yeux devant cet univers qui nous entoure. Mais les yeux, au lieu d'être éblouis par la magnificence de la vie en s'ouvrant, je le réalise un peu plus chaque jour, ces yeux se mettent à attendre le jour où ils pourront enfin se refermer. Et pour cette raison, les ignorants sont bénis. Car l'horreur subtile entourant chaque être vivant, n'est visible qu'à certains yeux. Ces yeux là ne sont pas aveugles, à leur grand désespoir, et ils brûlent chaque jour en découvrant ce qui les entoure.


L'espoir n'est plus. Depuis trop longtemps il a disparut. Ceux qui y croient encore avancent aveuglément au cœur de ténèbres qu'ils prennent pour de la clarté. Mais la lumière n'est plus non plus. Tout est devenu artificiel. Chaque ampoule qui brille nous mène vers une interprétation erronée sur un chemin où nous sommes constamment trompés. Et au lieu de se mettre à la recherche de la moindre étincelle véritable, l'humanité préfère continuer à marcher sous ces néons blancs ou colorés.


Pourquoi avons-nous été créé si ce n'est pour nous entretuer et meurtrir les esprits des quelques personnes réfléchies ? La maturité qui passe par mes yeux passe par chaque parcelle de mon être et ne fait qu'accroître mon mal-être. Après avoir clamé que je voulais "vivre", je me demande si en fin de compte je ne préfère pas mourir. En moi mon sang bouillonne, mais est-ce pour vivre ou dépérir ? Je ne sais vers quelle voie il m'oriente mais je ne veux surtout pas prendre l'un de ces chemins éclairés, que n'importe quel animal ou être humain a pu emprunter. Je crois que je préfère couper à travers bois et peut-être même tracer ma route à moi. Qui sait si elle ne me guidera pas plus vite au bout du tunnel en m'évitant de nombreuses embûches bien trop cruelles ? Mais "vivre" est un risque à prendre et c'est celui dont on me préserve ou plutôt dont on me prive.


J'ai beau me battre, je suis hantée par la douleur et le passé. La douleur peut se renouveler indéfiniment avec toujours de nouveaux évènements durs à supporter. Il peut nous arriver tant de malheurs à nous ou à nos proches. La violence morale et physique est toujours prête à frapper ; personne n'est à l'abri de se faire agressé. Où qu'on soit, qui qu'on soit, quoi qu'on fasse, si on n'est pas l'agresseur on peut toujours être la victime. Et dans une telle situation, personne ne viendra à notre aide.


Réfléchissez-y bien. Si vous vous faisiez agressé (e) le soir à 5mn à pied de chez vous, à peine 40mn après la tombé de la nuit, par exemple, ne voudriez-vous pas que les personne dont vous voyez l'appart allumé viennent vous aider, ou tout du moins appellent quelqu'un qui est en mesure de le faire ? Que ressentiriez-vous à votre avis si vous appeliez à l'aide, en sachant en plus que quelqu'un vous entend forcément, et que personne ne venait à votre secours ? Ou même, si en vous relevant de votre agression, un passant qui vous voyait traçait malgré tout sa route ? Quelle rage vous habiterait et pour combien de temps ? Resteriez-vous un fervent admirateur de l'humanité ou auriez-vous plutôt tendance à la détester ?


Connaissant une personne qui s'est faite agressée, je peux déjà dire que je ne me mettrai pas à admirez la race humaine. Une des raisons pour lesquelles je la méprise devient tout de suite plus claire. Alors posez-vous toutes ces questions et s'il vous arrive d'entendre un garçon ou une fille appeler à l'aide, n'hésitez pas, ne faites pas comme si vous n'aviez rien entendu, réagissez, appelez quelqu'un ou allez-y. Car la violence, sous toute forme, n'a pas de raison d'être et pourtant elle est partout, dans tous les pays, dans toutes les villes.


Le simple fait que le mot "coupable" ai un jour été créé révèle une anomalie de taille chez l'être humain. Ces individus ne devraient pas exister. Ils reflètent certains défauts poussés à l'extrême de ceux que l'on appelle "citoyens".


Ce qui est désigné aujourd'hui comme "progrès" n'est que le record du sprint à reculons. La technologie nous envahit alors qu'il n'y a plus de place pour la pensée sur la vie en temps réel. Ces notions d'amour et d'amitié auxquelles je faisais allusion au début, perdent de leur sens et de leur importance alors qu'elles étaient déjà tellement abstraites à l'origine.


L'amour ainsi nommé s'est matérialisé et a perdu de sa spiritualité. Son sens est souvent confondu avec l'attirance, le désir et le plaisir. Mais lorsque j'y croyais encore, c'était pour moi tout autre chose, un mélange de sensations insaisissables dans tout le corps et la tête. Demandez-vous si vous avez vraiment connu l'amour. Personnellement, je l'ignore.


Quant à l'amitié, c'est au moins aussi important que l'amour. Ça l'était. Mais tout se meurt. Les amis, les vrais, s'aident, se soutiennent, se parlent. Désormais, tout ça n'existe plus. J'ignore ce qu'il en est pour les mecs mais une fille qui veut aider une amie que ce soit pour un problème grave ou minime, ne peut pas. Trop de gens refusent que leurs amis les aident à affronter des difficultés, ils se bornent et se considèrent comme condamnés à ci ou ça. Soit le défaitisme l'emporte, le paranoïa ou bien la situation leur convient (très bon exemple : une personne qui se drogue pourra, avec de la chance, décliner gentiment l'aide proposée par son ami (e)). Un sentiment d'échec et de culpabilité peut envahir l'entourage de la personne en plus de la souffrance. L'amitié ne veut plus rien dire, car elle est rejetée. Et tant d'autres choses ont perdu leur valeur qu'il est vraiment dur de croire encore aux préceptes de la religion chrétienne. C'est peut-être pour cela que la majorité des français est hâtée.


Quoi qu'il en soit, toutes ces choses devaient être libérées de ma tête et passées par l'écriture au maximum de personne prêtes ou non à les lire. Car ma vie n'est pas finie et comme pour des raisons que je n'arrive pas à comprendre je ne souhaite pas mourir, je me bats pour limiter les dégâts et faire passer mon message. Et comme moi, à cause du monde moisi que je décris, obligez-vous à croire et même à vous démonter que le terme de "fatalité" n'a pas de raison d'exister, pour que votre vie vous appartienne vraiment.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (6)
Re: Un monde de souffrance, de décadence
Posté par damien84 le 09/01/2005 23:01:33
Je ne suis pas tout à fait d'accord.
Oui, il y a des choses affreuses dans le monde, oui, même les plus belles choses de la vie (amitié et surtout amour) finissent plus souvent mal que bien, mais non, le monde n'est pas si pourri que ça...

Il y a des choses des choses qui ne sont pas compréhensible, comme la guerre. Rien ne peut justifier de tuer des innocents. Pour moi, c'est un principe, on ne peut pas tuer des innocents même pour une cause noble, on doit trouver une autre solution pour ça. Si ce principe était respecté et surtout compris de tous les puissants de ce monde, alors ça serait déja un grand pas.

Tu n'as pas l'air de bien apprécier la technologie. Elle est pourtant indispensable, et pratique. C'est clair qu'il y a la technologie du bien, et celle du mal, et apparement, on n'arrive pas bien à faire la différence. Mais je trouve que la technologie est une bonne chose.

Moi, je trouve que le monde n'est pas tout à fait dégueulasse, pourtant, je ne suis pas le mieux lotie des français
Re: Un monde de souffrance, de décadence
Posté par labiche le 09/01/2005 10:43:22
Génial !!! Écoute fatigué de Renaud...
Re: Un monde de souffrance, de décadence
Posté par maty le 06/01/2005 12:45:12
Très interessant ton article,c'est vrai le monde est cruel mais il n'y a pas que ça!!Comme je l'ai déjà dis dans mon article il ne faut pas voir les choses dans ce sens là,car sinon vaut mieux mourir!Mais la vie peux être très belle!!!
Mais je suis assez d'accord avec toi pour la mentalité des gens qui pensent qu'à eux ça m'orripile!!
Re: un monde de souffrance, de décadence
Posté par faerhen le 04/01/2005 21:40:33
"Soit le défaitisme l'emporte"
Je ne pense pas que ce soit systématique, cela dit tu en es le parfait exemple.

"Pourquoi avons-nous été créé si ce n'est pour nous entretuer et meurtrir les esprits des quelques personnes réfléchies ?"
Si tu crois en un Dieu sénile à longue barbe blanche perché sur un nuage, si tu crois que Dieu a crée la femme grâce à la côté d'Adam, alors je peux comprendre cette question. Cependant tu ne parles pas de Dieu dans ton texte, donc je ne pense pas que cette phrase s'y réfère. Alors pourquoi s'obstiner à croire que l'Homme est apparu dans un but précis, et surtout dans le but de faire le bien, d'être bon ? Il y a eu quelques sociétés telles que les Indiens en totale osmose avec la planète, mais c'est un fait rarissime et ils ont été éradiqués...
On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a, c'est à dire avec une nature humaine imparfaite, pas fondamentalement bonne d'après moi. L'éducation est pour beaucoup dans le semblant de paix et d'égalité qu'on a pu instaurer dans quelques pays.
Je ne veux pas dire par là qu'il ne faut pas avoir de grandes ambitions pour améliorer la vie en général, mais que personnellement dans l'histoire je ne vois pas une décadence mais un évolution (je persiste à croire que la télé-réalité n'est pas le fondement de la société actuelle). A la limite, on peut hésiter avec la stagnation, et considérer que cette soit-disant évolution est un déguisement, qu'il n'y a pas de réel changement de fond, uniquement de forme.

Quoiqu'il en soit, je pense que ta pensée est un peu handicapée par le fait que tu n'étends pas beaoucoup ta vision du monde et de l'humanité, qui se borne apparement à la France et à ton cercle de connaissances. Si ce n'est pas le cas, je te propose de donner des exemples plus pertinents que celui de ta voisine de palier. Quant au au JT de TF1, je ne crois pas qu'il soit le meilleur indicateur de l'évolution ou de la décadence humaine.

Modifié le 04/01/2005 21:49:37
Re: Un monde de souffrance, de décadence
Posté par jeronimo le 04/01/2005 20:03:25
très bon article félécitation:
je voudrait faire une critique pas sur ton article (du moin pas encore) mais quelqu'un, quelque chose qui ne va pas plaire a tout le monde mais ptet personne mais vla quant meme sur Dieu tout le monde dit que Dieu est parfait mais si'l serait parfait il n'aurait pas créer l'humannité ou la "méchanceté". comment comprendre cela ? je pense non meme sertain qu'on en aura jamais les reponses. OU peut-etre qu'il savait exactement se qu'il faisait et C'est a nous les humains ces être qui ne savait souvent pas ce qui est bon pour eux, de choisir le bon chemin choisir ce qui est bon ou mauvais, choisir s'il doit aller aider la petite fille en détresse meme si sa vie en dépend, choisire s'il préfère regarder comme ces "Potes" frappe au lieu d'aller dénoncé ou les en enpècher.

Pour ton article: Tu dis que tu hai cette planète et tous les humains sur elle. si se serait le cas (sous entendu que je comprend se que tu veut dire mais il faut m'en excuser j'aime bien enbeter) tu te prendrait la vie (se que je décoseill vivement peut avoir des conscécance néfaste sur la santé) mais juste le fait d'avoir écrit l'article prouve que tu as dja compris une chier sur la vie ce qui devrait te donner l'envie de continuer a vivre et de choisir le bon chemin en parlant de bon connait tu le ying et le ying c'est un simbol chinois et qui représente le bon et le mal: ce singe "explique" que le bon n'existerait pas san le mal et vis versa en d'autre mot comme dire que quelque chose est bon s'il n'existerait pas de mal voila le comble pour qu'il y ai de bonne chose il en faut de mauvaise. Le racisme, la violance, etc... existieront toujours et tout le temps tout ce qu'on peut faire a mon avis c'est de réstreindre toutes ces chose afin de construire un monde meilleur ( si vous etes pres alors je pense qu'on peut faire beaucoup rien qu'en éducant les enfant ds le bon chemin) pour nos enfant et petits enfant. voila j'en ai marre d'écrire alors que j'aurait encore tant de chose a dire mais je pense que j'ai été assez lassant pour en terminé là (pour tous ceux qui on lu jusqu'a la fin)
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (6)
L'auteur : Marie Something
28 ans, Paris (France).
Publié le 04 janvier 2005
Modifié le 27 novembre 2004
Lu 682 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲