FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Un premier amour à 23 ans... Fallait bien que ça m'arrive...

Peut-être mon premier amour, une histoire commune à toutes les autres mais c'est la mienne. Des sentiments étranges que l'on ressent pour la première fois soit-même, un ventre noué, une seule pensée par jour pour cette personne mais cela dure 24 heures.


Le coup-de-foudre, pourquoi cette sensation de soumission et d'amour indescriptible ?
mais pour moi c'est plus qu'un coup-de-foudre passager, il est resté et a évolué...
Cela va faire plus d'un an que tu es entré dans ma vie...
Juin 2006, comme tous les soirs depuis quelques années je travaille la nuit, depuis quelques années je regarde les filles et vis ma jeunesse pleinement. Mais ce soir la ce fut toi Amelie, un regard, un sourire et j'étais déjà aux anges... Étrange, Jamais une "femme" ne m'avait autant perturbé. Tes copines ne m'ont pas aidé à me dire de venir te voir peut-être qu'elle n'aimait pas ton copain je n'en sais rien. Quand il est apparut, je l'enviais celui qui te tenait la main alors que je ne te connaissais même pas. J'aurais tout donné pour être à sa place.
Mon cœur se mettait à s'emballer dès que je t'apercevais, mes mains devenaient moites, mon regard n'arrivait pas à se détacher de toi !
Je pris mon courage à deux mains et qui fut la seule et unique fois de toute ma vie pour te demander ton numéro... Tu m'as répondu que par rapport à ton copain tu ne pouvais le faire mais que je pouvais le demander à quelqu'un d'autre mais je ne me souviens plus le prenom.
C'était la première fois que je te croisais, cela n'a duré qu'une fraction de seconde enfin plusieurs même le temps d'une soirée, mais pourtant je savais déjà que ce serait toi. Alors pourquoi ne pas te chercher ?
Après près d'une semaine de galère et de recherche je me souviens t'avoir vu dans ce club La Dolce Vita et enfin ton prénom m'apparut et ton numéro aussi. Des sms, des jeux de mots, des sms me disant je serai la ce soir si tu veux me croiser... Puis des "Tu es vraiment pas mal du tout" (après la soirée de la villa Rn'B)
Mon départ pour les USA ne m'a pas aider à t'oublier car comme on dit loin des yeux loin du cœur mais ce n'était pas le cas, je pensais toujours autant à toi d'où mes messages sur ton blog et des réponses "j'adore ton sourire... "
Mai 2007, retour en France je te vois, te reconnais dans la seconde même de dos ou 3/4 mais ne veux pa retomber dans cette spirale mais tu m'as vu et l'après midi même tu m'envoies un sms qui me retourne. Une entrevue très rapide avec Gaelle qui montre qu'on a envie de se voir mais il y a ton copain... Toujours la... Le moi de Juin reste un moi de sms mais Juillet silence radio, Aout idem jusqu'à ton appel un soir ou tu me dis "j'ai envie de te voir, envie d'apprendre à te connaitre, on peut se voir ce soir ? " Ce fut le recommencement de la fin pour moi... Puis re-silence radio et tu réapparais encore une fois et depuis tu es toujours là...
Je ne savais pas comment t'approcher, pour moi, tu étais l'inaccessible, ce fruit défendu auquel je voulais goûter, le feu auquel je me serais laissé brûler !
C'était devenu une quasi-obsession et te voir tous les jours si cela m'était possible, c'était à la fois un plaisir mais aussi une atroce souffrance de savoir que j'allais devoir te quitter.
Durant ces mois de silence je me fais une raison, essaye de t'oublier avec une autre, tout se passe bien mais mon visas et toi me hante, je me bride et ne m'accroche pas à elle mais elle ne peut s'empêcher de tomber amoureuse de moi, je la quitte et durant cette semaine on se revoit... Mais ton départ est proche et on n'avance pas, tu repars et me refais une raison et essais de repartir à zéro avec elle mais à ton arrivée tu ne m'aides pas du tout, me dit des mots que je ne voulais pas entendre de ta bouche mais au fond de moi je le souhaitai tant...
Tu me manques, c'est en partant qu'on se rend compte des choses etc. Cela me rendit si heureux mais si perdu à la fois. Tu ne savais rien de moi et de ma relation et je voulais le gérais tout seul sans faire de mal a personne et encore moins à moi !
Je m'éloigne d'elle et me rapproche si vite de toi que je ne vois pas le temps passé mis à part que je devrais attendre 3 semaines pour te voir. Je m'égare et ne vis que pour toi, pense à toi, pense à ce soir quand tu seras sur msn quand on parlera et qu'on se verra a la cam. Mais de l'autre coté je laisse ma copine, la délaisse et ne pense plus qu'à toi et tout ça je les mal gérer...
Mais le cœur a ses raisons que la raison ignore...
J'ignorais tout de toi et pourtant...
Ce soir la tout parti en couille, tout ce sut pour tout le monde et je t'ai perdu, a un moment j'ai u ce petit truc qui fait que tu me disais : tu me manques, j'ai envie de te voir, dès que je suis sur msn j'attends qu'une chose c'est que tu te connectes et ce viens du 13 au 17 il n'y aura pas marion on sera tranquille, ce n'est pas ça l'important, l'important c'est que j'étais devenu important à tes yeux...
Après t'avoir tout avouer et essayer d'effacer les erreurs du passé mais bon depuis quand on est censé savoir tout du premier coup !
Maintenant qu'on s'est retrouvé tu ne sais plus, tu ne veux pas me perdre mais tu réagis à la fois comme quelqu'un qui ne me porte pas d'importance... Et pourtant dé-fois tu me dis des phrases qui me prouvent que tu veux plus mais que tu as peur que cela engendre certaines choses... Mais je ne sais pas si tu as réellement peur de me faire du mal à moi ou de te faire du mal aussi...
Dimanche 23 Décembre à jamais gravé dans ma mémoire.
Tu es magnifique... Je regrette de ne pas t'avoir prise en photo... Tu étais sublime...
Je suis avec toi dans ce restaurant, rien n'existe autour, je t'admire, toi, ta beauté, ta bonne humeur et ton sérieux. Tu m'envoies un sourire, à faire fondre un iceberg, que j'attrape au vol pour te le renvoyer à mon tour.
Tu veux qu'on partage le dessert ensemble ce qui est ENORME pour moi, je coopérai tout en buvant mon verre de vin pour me décontracter car mon cœur voulait sortir de ma poitrine. La fin de soirée arrive et je ne veux qu'une chose, passer le reste de la soirée dans tes bras.
Tu veux voir ton cousin alors je t'emmène le rejoindre car c'est ton seul weekend avant que tu repartes la-bas...
Ce soir là, elle était la... Mon ex... Elle est venue te parler (I DON'T GIVE A DAMN ABOUT WHAT SHE TOLD YOU), faire la fière mais je ne peux pas lui en vouloir au contraire. Mais tu étais mal à l'aise, je le vis dans ton comportement, dans ton regard et tu me le dis...
Pendant tout le trajet du retour j'ai peur, peur de ce qu'il va ou pas se passer, le souffle coupé, la gorge nouée et je tremblais comme une feuille. J'en tremble de nervosité tellement cela me semble important la suite de la soirée, de penser à mal j'essuie pour la première fois une goutte sur le coin de mon œil... Tu me poses sans cesse la question qu'est-ce qu'il y a ? Mais tout va bien, je suis le plus heureux du monde car je suis avec toi, mais j'ai peur de la suite...
Arrivé en bas de chez toi j'arrive plus à te regarder ou lorsque je te regarde je ne peux pas m'obliger de rester bloquer sur toi, je te prends la main et enfin prend mon courage a deux mains et te prend dans mes bras.
Plus qu'un an d'attente pour ce geste si anodin, mais si important à mes yeux, j'y ai mis toute la tendresse que je pouvais, enfin j'avais ton odeur, l'odeur de ta chair, de tes cheveux, sentir ta féminité dans mes bras, ce petit bout de femme qui me faisait chaviré depuis plus d'un an. Puis tu t'approchas de moi... Et tournas la tête me disant je ne peux pas... Je bloque... Pourquoi t'en être approché si tu ne pouvais pas les atteindre... ?

Maintenant on est la veille de ton départ et on a passé la soirée ensemble, j'ai entre croisé ta famille et ton amie, j'espère leur avoir fait bonne impression et que je n'ai pas été de trop... La soirée passe et tu me poses ces questions qui ne se posent pas à n'importe qui ou pour n'importe quelles raisons... , qui c'était ? Elle t'a appelé je l'ai vu sur le portable, tu as même voulu fermé le téléphone mais tu la fais tomber de mes mains, même si c'était en rigolant ces gestes et ces réactions se font pas juste pour me faire croire des choses... Enfin je l'espère !
Maintenant tu es dans un club avec tes cousins et tous ces enculer de sudistes et drogués, (Je les connais c'est mon monde la nuit) ils te regardent, te critiquent en bien ou en mal mais moi je ne suis pas là, je ne te vois pas, je ne peux pas te regarder sourire et danser, je ne voulais pas venir car je ne voulais pas t'étouffer et te sembler trop collant.
Pratiquement 6 ans de nuit, aucune cigarette, aucun verre d'alcool, pleins de vadrouilles pour le boulot, Italie, USA, mexique, Espagne etc. Mais JAMAIS aucune personne ne m'a fait cela...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (5)
Re: Un premier amour à 23 ans... Fallait bien que ça m'arrive...
Posté par karalium le 06/02/2008 15:37:24
article vraiment tres bon.....

mais......

on est pas sur un blog débile ici !!!!!!

"Ce soir la tout parti en couille", "tous ces enculer " ..........
Re: Un premier amour à 23 ans... Fallait bien que ça m'arrive...
Posté par heaven's butterfly le 29/01/2008 22:43:41
puisse la vie raprocher deux coeurs qui s'aiment et ne jamais les séparer
Re: Un premier amour à 23 ans... Fallait bien que ça m'arrive...
Posté par sabrine 10 le 29/01/2008 22:06:51
tant ke t'a tt cet amour pr elle. tu l'aura sois sur et tu m'aura comme une amie si tu vx
Re: Un premier amour à 23 ans... Fallait bien que ça m'arrive...
Posté par moonsunline le 29/01/2008 17:26:00
frenchy>>je suis dans la même situation, mon coup de foudre est venu il y a un an et demi et cela continu, je n'étais jamais tombée amoureuse avt et lui me prouve que je suis bien celle qu'il lui faut
je te souhaite que l'histoire dure et ne s'arrete pas, bonne continuation :-) (f)
Re: Un premier amour à 23 ans... Fallait bien que ça m'arrive...
Posté par mister_cool le 29/01/2008 10:19:03
chienne de vie et pu**** d'amour... Ca détruit une personne
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (5)
L'auteur : Jeffrey Frenchy
32 ans, Toulon (France).
Publié le 29 janvier 2008
Modifié le 31 décembre 2007
Lu 1 155 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143