Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

Une comédie humaine

Pantin aux deux visages, ou vieille femme contrainte de ruser pour survivre dans cette faune urbaine oppressante ? Peu importe, elle était à limage de la société dans laquelle elle vivait. Un monde dapparence et dapparat...


Acte I : Immersion dans la réalité et préparatifs d'enterrement

Un jour, on mapprit par hasard la mort dune parente lointaine, jétais conviée comme il se doit à ses obsèques. Cela devait se faire un jeudi, à proximité du jardin du Luxembourg, parc que la défunte avait toujours chérie. Scrutant lhorizon, du haut de ma tour, je ny voyais là qu'un dérangement, un tracas, une formalité à accomplir, ni plus ni moins. Ajouterai je, que la commande d'une tenue appropriée, lachat d'un cadeau et lenvoie d'une brève missive à la dite famille, m'ennuyèrent au plus au point...
Le matin de lenterrement, je me préparais donc, tenue sobre, maquillage léger. Tout était parfait. Je pouvais maintenant me mouvoir dans cet univers conventionnel et rigide, protégée des remarques et des invectives dautrui par les pans d'un déguisement bien rodé. La comédie pouvait commencer... Quallais je dire à la famille ? Je navais jamais vraiment connue la défunte. Durant le trajet, je dominais finalement mes doutes. Après tout, cette famille lointaine mavait convié à cette réception en connaissance de cause. Je ny étais qu'un simple figurant, un témoin parmi tant dautres... Puis, la cohue du métro me sortit de ma méditation. Le flot d'une marée humaine incessante submergea le wagon. En cette matinée de Juillet, déjà lhumidité et la puanteur d'une ville en perpétuel mouvement, avaient investi les confins du métro. Aux aguets, la grand mère tirée à quatre épingles scrutait lensemble de la populace, sa vieille main noueuse serrée à son sac. Marionnette au faciès trompeur, elle semblait disposer de ressources inépuisables, tant la diversité des expressions arborés au fil des stations changeaient. A larrivée d'un groupes de jeunes, elle saffaissa légèrement, et celle qui métait apparue un instant plus tôt comme rapace et sournoise, arborait alors l'air contrit d'une grand mère sans défense. Le regard dans le vague, les genoux serrés, elle inspirait à la fois pitié et compassion. Puis le danger passé, le groupe de jeunes sétant dirigés massivement vers la sortie, notre vieille femme consciente à présent dêtre seule maître à bord se redressa de toute sa taille, et cest d'un air hautain, quelle toisait alors lensemble du wagon. Un rictus fit ressortir la commissure de ses lèvres, chargée de salive. Pantin aux deux visages, ou vieille femme contrainte de ruser pour survivre dans cette faune urbaine oppressante ? Peu importe, elle était à limage de la société dans laquelle elle vivait. Un monde dapparence et dapparat. Un théâtre où se profilait la plus belle et surprenante des pièces : la comédie humaine.

Je métais résolue, à non pas abhorrer cette comédie aux cents actes divers, mais à lenrichir de mon jeu dacteur. Et cest d'un pas assuré, que je mapprêtais à rejoindre la masse des acteurs par procuration non pas pour mintégrer à la pièce mais pour la façonner de mes propres mains. Après tout si lexistence précède lessence, nest on pas maître de son propre destin ? Au diable, les remords et les regrets, je les avais laissé au guichet. Jétais maintenant décidée à entrer, le rideau était encore baissé mais la salle animée emplie de bruits et de fracas. Cette salle où se côtoyaient les Trois Sœurs, Héraclite et Démocrite, cette salle où tant dautres auparavant avaient figuré, cette salle serait mienne.


J'aperçus alors une connaissance au sortir du métro. Serais je allée vers lui le saluer ? Non, reconnaître mais être reconnu, telle était ma devise. Plutôt singulière mais en accointance avec ma parure du jour, celle de la jeune fille contrite et émue de la mort d'une proche aussi vieille et inconnue soit elle. Il sagissait dès à présent d'observer, de se fondre dans cette masse informe...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
Re: Une comédie humaine
Posté par supernaut le 23/08/2007 01:30:47
Ca a l'air pas mal, en tout cas ça manque pas de style. En attenant la suite.
Re: Une comédie humaine
Posté par cequi le 08/08/2007 20:08:39
mais c'est pas vrai le prof d'ortho dont les biscottos ne lui servent qu'a verifier les fotes et pas à comprendre ce que les autres se fendent à dire a encore frappé.!!!!
Excuses moi mon vieux, mais tes commentaires ont tendance à sacrément m'agacer. Il sont la preuve d'un esprit étroit et stérile. Malheureusement pour toi je pense que c'est sans issue, à ce stade là. :@ :@
Re: Une comédie humaine
Posté par ushiwa.sasuke le 08/08/2007 15:30:26
Spécial mais sympa, y'aura-t-il une suite ?

une petite question sans intérêt...pkoi à certains moments mets-tu les ' et - alors que dans le global tu ne les mets pas...?
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
L'auteur : Red Evil
27 ans, Paris (France).
Publié le 06 août 2007
Modifié le 14 juillet 2007
Lu 440 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲