FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Vamp pire !

Ce sont les vacances d'été. Les fêtes, plus qu'à n'importe laquelle des périodes s'enchaînent à un rythme infernal. L'alcool y coule à flot. On y fait de nombreuses rencontre parfois subversives. Mais êtes vous conscient des risques encourus ? Voilà une histoire qui m'est arrivé et qui peut arriver à n'importe lequel d'entre vous.


"Cui cui cui" fait l'oiseau, qui du haut de son nid semble vous jalouser votre lit. Mais vous vous n'êtes pas d'humeur à ses badineries jalouses et vous vous enfoncez encore un peu plus au fond de votre couche.
"CUiiiiiiiiii CUIIIIIIIIIIIIIIII" accélère et gagne en puissance la musique de votre assaillant auditif !
"CUIIIIIIIIIIII CUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII" Dit il, au fond de votre crâne, vous rappelant à la triste fatalité de l'impossible pérennité de la sérénité.

"Arghhhh..." Feraient vos paupières, en s'ouvrant, si elles pouvaient parler. "Humphgrmmm" dites vous à peu près dans un bâillement tremblotant qui ferait passer l'échelle de richter pour un cure dent.

Ca y est vous pouvez vous considérer réveillé. Et bien que vous puissiez appeler votre père "Gépéto", tant votre gueule semble acculer dans un malaise post traumatique des plus douloureux, il vous semble que vos jambes auraient mieux fait d'être elles aussi en bois ; car vous voilà la tête au sol, vous rampez alors, vous ne savez comment, vous traînant comme un lombric vers la salle de bain la plus proche.

L'eau vient vous caresser le visage comme le fouet caresse les galériens. Sa froideur vous requinque comme la poêle fait frémir le goujon. Vos moindres faits et gestes vous semblent des écartèlements musculaires, n'importe quel bruit, même le plus infime, vous est un martèlement cérébrale.

"Pourquoi me suis-je encore défoncé la gueule hier soir ? A quoi me sert une soirée de plaisir que j'oublie dans la seconde qui suit, si la seule chose qui me reste à l'esprit est cette douleurs infâme qui me vient chaque matin ?" Voilà ce que vous vous dites normalement chaque matin, quand le retour de fête fait passer le retour de flamme pour un pinaillage de grand brûler.

Seulement voilà, moi, je me regarde dans la glace avec comme une envie d'auto flagellation, histoire de voir les ravages de l'alcool et de la fumette sur mon douloureux visage... Et là contrairement à vous je m'aperçois à travers les brumes de mon esprits et la buée de ma glace qu'il n'y a pas que ma mémoire qui a disparue... Mais aussi mon corp... Enfin devrais-je dire, à tout bien y réfléchir, ou plutôt l'inverse, mon reflet.

Me voici titubant dans ma maison, le souffle haletant, l'estomac noué, la peur au ventre, le slip entre les fesses... J'me les tâtes... Elles sont bien là où je les avaient laissées... Mais en plus pointues... j'ouvre ma porte d'entrée et...


Trois mois plus tard. Une nuit comme toutes les autres à Ysios. Le doux frémissement du feuillage dense du grand chêne de l'ermitage vient se mêler aux quelques bruits émit par les badauds qui vont et viennent dans une battisse ou règne la gaieté et l'amitié.
"Allez s'il te plaît !!! Tu veux bien m'en filer ? Questionne un gars branchouille à l'air un peu efféminé.
-Ca va pas être possible, non pas être possible ! Répond le vide ordure... Enfin "videur" comme on dit dans le métier.
-Je parle des invitation à la soirée spécial halloween bien sûr !"
A l'intérieur de la discothèque. La fête bas son plein. Une belle danseuse se déhanche dans une cage, la piste de danse est survolté.
Au dernier plan se trouve un bar, deux silhouettes, une féminine et une masculine, y sont accoudées :
"-Tes yeux exquis s'immiscent dans mon intimité et esquissent pour moi ton infinie beauté... T'a-t-on déjà dit qu'ils étaient d'une magnificence sans égale, je pourrais y plonger des heures sans refaire surface... S'exulte le jeune homme le regard légèrement enfouis, sous le décolté de la concubine convoité.
-Ouais à peu de choses près, je devine que tu veux avoir l'immense chance de toucher ses perles rares ? Lui rétorque cet abusus désabusé.
-Tu lit dans mes pensés. La complimente-t-il jovialement, les bras ouvert, le regard lubrique et le faciès salace, un rictus vicieux au lèvres."

Et pendant ce temps là à l'angle de la 46ème rue du quartier sud de New York. Un clochard allongé, dans un caniveau, de façon très fashion, se cure le nez.
"Je vais l'avoir j'y suis presque" Se renfrogne t'il.

"Bringksctraph" (... à tes souhaits...) Fait un verre comme poussé par une envie de faire du rap allemand. C'est celui que l'homme avait offert à la femme, c'est celui qu'elle lui rend maintenant d'une main furibonde, à son visage, sûrement dans un soucis de réhabilité l'engouement des gens pour les mosaïques.
"Oui enfin je fuis pas tout à fait fur qu'il y était écrit fela..."Précise l'homme au visage néo-baroque.

Puis dans les toilettes de la discothèque, il va pour se faire briller le vitrail, ce passe de l'eau sur la figure pour diminuer les effets de la fille, qui ne la pas chauffé comme il l'espérait.
"Ce n'est pas encore aujourd'hui que je soulagerais paupaule, ou que je ferais pleurer le cyclope... ah mon pauvre t'es pas prêt d'en choper une ce soir." Constate t'il à présent.
"Ne soyez pas si sur de vous. Il se pourrait que l'opportunité de vous vider de votre fluide vitale vous soit donné !" Clame, dans son dos, la voie délicate et sournoise d'une femme."Viens si tu veux découvrir ton coté bestiale" Ajoute la voie de celle-là, qui lui fait signe de la rejoindre dans une ruelle, où elle recule, disparaissant peu à peu dans ses ténèbres. Pour une fois qu'une femme me fait signe autrement qu'avec son majeur je ne vais pas refuser, pense l'homme, qui la suit alors.

Dans la ruelle. La lumière est faible. La femme est de dos. Le narrateur la regarde :
"Humm... Comme tu as de belles fesses bien rebondis et ultra sexies ! Dénote subtilement notre homme.
-C'est pour que tu puisse mieux me voir mon enfant.
-Humm... Comme tu as de bon gros... attributs poitrinaire !
-C'est pour mieux m'équilibrer mon enfant.
-Humm... Comme tu as de grandes dents ?!
-C'est pour mieux te sucer mon enfant !"Rétorque la femme en fondant sur lui, demeuré perplexe, toutes griffes déployées.
"Heu. Je ne suis pas contre les pratiques sado-maso mais je suis assez sensible de mon appendice tumescent et je ne voudrais pas l'écorcher..." à t'il à peine le temps de prévenir avant de ce faire sucer... le sang !!!


Le lendemain matin, cette scène qui m'avait tant marqué, moi, il y a trois moi, mon esprit en plus de mon coup, je la vis se reproduire devant mes yeux. Par ma faute. Le même rituel du retour de fête, le même regard éperdu d'incompréhension instinctive, le même désarrois cruel. Causé par cette femme qui n'était autre que moi.
Et tout autant que je souffris en mon temps de cet ignoble découverte me voilà jubilant devant son abîme naissant.
Et par ce que les hommes souffrent moins quand ils partagent leurs souffrances, que celle ci s'offre plus facilement que la félicité, c'est souvent que les tourbillons de l'horreur nous paraissent plus hospitaliers que la porte du bonheur.
Cette petite anecdote farfelu et fantastique vous fait sourire, vous rappelle un épisode de Buffy mal fini ? Et si la vie était mal fini ? Ce serait rêver que de lui imaginer une chute, ce serait se tromper que de croire qu'en absence de vampire vous ne pouvez vous faire vampiriser.
On m'a vampé, c'est à dire séduit et entraîné de manières provocante et aguichantes, me poussant à l'extrême, à la perte de moi même... je le regretterais toute mon existence. Mais paradoxalement et parce que les victimes deviennent plus facilement bourreaux que toutes autres personnes, je suis devenu à mon tour vamp... une vamp pire !

Trouverons nous une morale à cette histoire ? Ne pas, comme cet homme, ce repoudrer le nez, ne pas comme cette dame boire de trop, ne pas fêter l'inconnu, ne pas se laisser entraîner par les autres au bout de la nuit car seule l'étoile y resplendit... Entre autre peut être... Mais ici pas de morale... Ici rien qu'une constatation : la galère c'est toujours galère, mais plus on est de galérien mieux on avance... vers la mort certes.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (9)
Re: Vamp pire !
Posté par grenouille280290 le 20/08/2004 07:54:03
miss read a raison il es super bien redig ton articl dailleur c rar de trouv 1 articl osi bien fai bravo moi g tou compri alor je ne voi pk tu d fou toi! car je le trouv facil a comprendr
Re: Vamp pire !
Posté par betty boop le 20/08/2004 07:54:03
mouai jvais arrêter de picoler moi...
Re: Vamp pire !
Posté par la fille de saturne le 20/08/2004 07:54:03
Euh moi je le trouve trés clair son article... je vois pas où est le problème
Re: Vamp pire !
Posté par defonchaie le 20/08/2004 07:54:03
Pour le "Bringksctraph" c'est en fait un effet de distanciation comme l'aurait apprécié brecth (en fait il aurait surment craché sur celui là mais n'empeche que c'est de la distanciation...) à savoir une critique implicite (quasi explicite tout de meme) de l'auteur (moi) sur son manque de culture... il... enfin je... n'ai pas réussi à trouver l'honomatopé usité pour l'eclatement d'un verre dans la figure d'un dragueur invétéré.. donc j'ai voulu essayer d'en reproduir la sonorité car quelques syllable faite de beaucoup de consonnes... soit le raprochemment, je vous l'accorde, absurde entre cet onomatopé et un rap allemand.
Ensuite pour le néo-baroque c'est un epu une métaphore fillé si j'ose dire: d'abord on parle de mosaique puis on vire sur le néo-baroque pour parler du visage en morceau et criblé de verre du gentleman salace et on conclu cette image en proposant celle d'un vitrail: il va se laver le vitrail objet tres répandus dans le courant artistique baroque, objet en mosaique.
Enfin ca c'est de l'absurdité contemplative de l'auteur, que je copie un peu a terry pratchett, faut etre habitué à ce genre de galléjade pour en saisir la subtilité (si tant est qu'il y en a une). Mais je ne pense pas que la compréhension de l'histoire en soit plus confuse pour autant, il faiut apprendre à lire autre chose que des journaux explicatif et didactic tout de meme... et oui jeune et jolie, elle, et 20 ans utilise presque tout le temps une écriture épurée et strictement didactique. Car pour ceux qui l'ont trouvé confus cet article me dite pas qu'il est dur de comprendre en revenant un peu quand on a raté l'ellipse.. il y en a deux ou trois tres clair donc ne me dite pas que votre esprit n'est pas capable de telle prouesse... dites plutot que vous avez pas aimé et que vous aviez donc la flemme de comprendre... je trouverais ca bien plus normal. Et je serais rassuré de savoir que vous n'etes pas abrutis au point de ce perdre dans un recit des qu'il est un temps soit peu eliptique. Car il n'y a meme pas de flash back TOUT est chronologique.
Re: Vamp pire !
Posté par miss read le 20/08/2004 07:54:03
moi je pense avoir compris bien le truc principal mais pas les petits détails exemple "Bringksctraph (...) néo-baroque."
mais sinon je crois que j ai compris !
en tout état de cause c 'est super bien rédigé !!!!!!
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (9)
Publié le 31 juillet 2003
Modifié le 31 juillet 2003
Lu 1 059 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143