FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Dissymétrie relative

Je ne me ressemble pas. Etrange sensation. Qui suis-je, être si différent de lui-même ? Comment s'accepter par deux aspects différents ? Brêves discussions sur une assymétrie corporelle.


Peut-être que tout ça arrive à tous ? Peut-être que ce sentiment ambigu de se voir de telle ou telle manière selon l'angle n'est en fait qu'une illusion ? Tout commence simplement : un type, ses deux profils. Le gauche, plutôt beau. Et le droit, plutôt l'inverse.


Tenter d'exposer toujours son soi qui est le mieux, partout, tout le temps. Photos, s'assoir à une table. Lorsqu'on croise quelqu'un dans la rue, lorsqu'on marche, court, ris, joue, parle. Imposer une vision de soi aux autres, celle qui nous valorise un maximum. Le profil gauche. Tout cela est tellement stupide, n'est-ce pas. A quoi sert-il de se voiler la face (droite, en l'occurence) pour en fait en souffrir plus qu'en profiter ? Car il est clair que l'infaillibilité n'est nul part, et vient le moment ou, plus ou moins longtemps, plus ou moins difficilement, avec plus ou moins de réticence et de feinte indifference, ce côté apparait aux yeux du monde. Jugement, regards, pensées... ? Que se passe-t-il dans l'esprit des gens qui voient ? Ne remarquent-ils aucune différence, en voient-ils une mais ne le montrent pas ? Et tout ça pour quoi, en définitive... Pour paraître toujours mieux. A quoi sert-il d'être toujours mieux qu'on ne l'est en réalité, puisque viendra l'instant ou tout ça s'écroulera, pour se reconstruire ensuite. Ou pire, tout ça n'est qu'illusion, et rien de ce que je vois n'est vu de la même façon par les autres.
Je me vois deux fois. Une fois, de gauche, tout va bien. Puis de droite, rien ne va plus. Questions, puis habitudes, se gratter le sourcil droit plus souvent que nécessaire pour esquiver des regards. Tout ça est tellement stupide. Pourquoi ne pas simplement rester soi-même, sans se poser de questions sur l'assymétrie de ce visage ? Peur que ce soit désormais en moi, même si parfois je me fiche de ces éventuels jugements. Et ce texte incompréhensible que j'écris depuis quelques instants déjà, à tel point qu'on se pert dans des phrases dénuées d'intérêt.


Le pire, dans tout ça, c'est qu'en montrant ce côté de soi au monde, on a peur de décevoir ensuite, lorsqu'on se sent réellement bien avec quelqu'un, en devenant vraiment ce qu'on est, ce physique en trois dimensions, cette personnalité sans ces vains gestes de dissimilation devenus machinaux ; sans ces calculs de position dans l'espace, pour être le mieux vis-à-vis de ceux à qui on souhaite le moins montrer notre mauvais côté. Car tout ne devient qu'incessants calculs mécaniques, inconscients qui dirigent nos pas, qui nous fait choisir notre place à une table, dans un groupe. Ces coordonnées corporelles, toujours les mêmes, à longueur de temps, sauf quand, parfois, il arrive que nous soyons trop las pour suivre l'inconsciente procédure, pour respecter l'incontrôlé protocole, alors s'ensuit un moment de légère torpeur indifférente.

Terminons, c'est mieux, sans doute. D'abord, ce regard sur soi, si différent de celui des autres, celui-ci étant ce qui nous importe le plus. Ensuite, cette assimilation confondue de ces deux visions, qui nous pert. Enfin, peut-être, apprendre à discerner les deux, et ne pas mener d'improbables implications de l'une à l'autre. Toujours est-il que c'est un fait, tout cela est plus facile à écrire qu'à faire. Attendons de voir. Et des deux yeux, si possible.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (8)
Re: Dissymétrie relative
Posté par willy03 le 06/05/2006 16:36:55
C'est un principe fondamental de la physique : les "choses" doivent être identiques dans n'importe quelle direction de l' espace : l 'isotropie donc gauche et droite sont strictement équivalents ça vient qu il n' y a aucune réference d' espace dans l'univer : le centre ( ou un point quelconque ) est partout et nul part à la fois .
Re: Dissymétrie relative
Posté par titeju le 06/05/2006 16:29:07
Wow, c'est pile ce que je pense parfois mais en mieux dit!!! Comme quoi un peu de philosophie ça fait pas de mal.
On joue tous un jeu de toute façon mais quand les règles changent trop souvent, c'est là qu'un se perd soi-même.
++
Re: dissymétrie relative
Posté par bubu237 le 11/12/2005 19:06:34
Moi aussi je suis d'accord avec toi...

On a tous plusieurs faces, et toutes n'ont pas les mêmes causes. A mon sens, on a d'une part des faces "que l'on s'impose" et des faces "imposées".

Les faces que l'on s'impose dans un premier temps, ce sont les personnes (comme moi d'ailleurs) qui paraissent docile face à leur chef, car c'est dans leur interêt, et qui pour autant ont un caractère qui les pousserait bien à dire "mais lâche moi, avec tes explication à la con... et laisse moi bosser...." [...] vous vous voyez dire ça à votre boss... bon, voilà. Et ensuite, le mec qui fait le daron devant ses potes pour passer pour un balèze tombeur : "j'ai pécho une zouz de ouf dans la bagnole" qui peut se traduire par elle m'a embrassé en sortant de voiture aprés l'avoir raccompagné.
Bon voilà ce que nous faisons tous les jours, être sérieux avec les parents, être le plus bourrés dans une soirée open bar...
La meilleure façon de s'intégrer dans un groupe, c'est de repérer ses codes, vestimentaires, musicaux, verbaux, etc... et de les copier.

Pour aller plus loin, on peut même réfléchir à comment est-ce que ces personnes voudrait que je sois pour m'accepter. Et là on arrive dans les faces "imposées".

Dans ce cas là, on se crée un personnage bien particulier dans lequel on est enfermé, pris dans son propre piège.

Au sein d'un groupe, il y a toujours un meneur, une tête de turque, un couillon, un beau gosse, un intello, c'était du moins le cas dans mon groupe d'amis dans lequel il y a quelques années je voulais moi aussi prendre une place. Et j'ai finalement réussi, j'ai pris la place de "bouffon", dans le bon sens du terme. Je fais des blagues, et maintenant je suis apprécié pour ca. Et donc maintenant si j'en ai marre d'être celui qui raconte toujours des conneries, je ne peux plus en sortir. Sinon je perds mon statut et je retombe dans l'oubli. Alors je perpétue cette image.
De même dans ma famille, là on me vois comme un garçon modèle, alors je suis obligé de tenir ce rôle avec eux.

On est tous un peu Docteur Jeckil et Mister Hide, moi je vais être un jeune débauché le samedi soir, et modèle le lendemain, euhhh nan.... le lundi (le dimanche, le retour de jeune débauché à jeune modèle peut prendre pas mal de temps, en passant par certains maux de crânes...)

Enfin voilà, comme l'auteur de l'article principal, j'ai plein de facettes, que je cultive et que je subis, dans le but de répondre à un besoin primaire, un besoin social, d'image et d'appartenance à un groupe.

Modifié le 11/12/2005 19:11:55
Re: Dissymétrie relative
Posté par elfteiroh le 10/12/2005 20:11:01
Personellement, je me suis perdu dans ces visions.. J'ai quasiment l'impression d'avoir deux personnes en moi, ou même plus quelques fois.. et je ne sais plus laquelle est vraiment moi.. Suis-je vraiment généreux, ou tout ça est pour attiré l'attention et les mérites pour nourrir mon égocentrisme? Est-ce que j'ai vraiment une bonne intention en voulant aider malgrés l'échec, ou ce raté est une façon de la faire souffir? Suis-je vraiment un passifique ou c'est une ruse pour pouvoir frappé sans que personne ne s'ne rende compte?.. Je me suis tellement posé ces questions ces temps-ci.. Mais bon, j'en suis tombé à une conclusion: Un jour, je verrais ce qui est vrai, car peu importe lequel des deux polarité de ma personalité gagne, si l'une des deux gagne, ce seras moi... et personne d'autre.
Re: dissymétrie relative
Posté par miamety le 10/12/2005 11:22:46
Wah, ça c'est de l'article comme je les aime ^^ Ecrit avec le coeur, sans même avoir réfléchi avant à ce qu'on allait écrire, ça vient ça coule, ça découle, ça libère, ça éclaircit.
Jte comprends. Toujours vouloir paraître mieux. Et sans vouloir, tout le temps, de ne pas y parvenir assez bien.
Je crois aussi aux mille visages. La personnalité humaine est tellement complexe. L'important, je pense, c'est d'avoir conscience de notre polyvalence, des atouts de celle-ci, et de ses failles. Sans notre face la plus mauvaise, on ne serait pas vraiment nous-même. Et puis ça montre que l'on n'a pas qu'un seul côté: imaginez quelqu'un qui réagit toujours extrêmement bien, qui est généreux, sociable, aimable, courageux, fidèle... parfait? J'ai toujours détesté la perfection. Ce qui fait notre intérêt, notre profondeur, c'est ce monde différent, plus sombre peut-être, qui se cache derrière la surface lumineuse de notre apparence. C'est la société qui donne une telle importance à l'image, mais ça ne sert à rien de masquer nos "défauts": ce sont eux qui nous donnent une personnalité véritablement riche et passionante.

"Je te donne toutes mes différences
Tous ces défauts qui sont autant de chances
On sera jamais des standards, des gens bien comme il faut
Je te donne ce que j'ai ce que je vaux,

Je te donne..."
(J.J.Goldman - Je te donne)

- Ai pas pu m'empêcher de penser à cette chanson, je l'ai en tête depuis quelques jours et je sais même pas pkoi ^^" -

Modifié le 10/12/2005 11:26:05
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (8)
Publié le 08 décembre 2005
Modifié le 13 novembre 2005
Lu 1 152 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143