FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







"Jamais d'amour, l'amour ça vous tue. "

Petite histoire perso sur ce fabuleux, merveilleux amour.


Cette phrase que j'ai entendue dernièrement venant d'un ami me parait malheureusement bien adaptée à ce sentiment destructeur qu'est l'amour. A 22 ans, un sentiment mitigé, l'impression d'avoir souvent frôlé cet amour tant recherché. Des regrets ? Si je le savais...
A vrai dire, je me demande si j'ai le droit de parler d'amour, n'étant pas entièrement sure d'avoir connu celui-ci. Etant un homme très passionné, j'ai toujours donné beaucoup de passion à chacune de mes relations. Considérant chaque femme connue comme une reine éphémère de mon royaume des plaisirs. J'ai toujours investi une grande partie de mon temps et ma tendresse dans ces maitresses, qu'elles soient érotiques, timides, endiablées, frigides. Ainsi, je peux dire que chacune de mes relations fut un amour fou, explosif, mais parfois trop court pour considéré cela comme le vrai amour, l'intemporel, dont la température ne baisse jamais. Il est vrai que de ces amourettes, j'ai gardé un souvenir plus grand de certaines. Ces femmes qui nous laissent une empreinte indélébile sont aux nombres de trois chez moi. La première dont je vais parler est Alice, cette belle belgo-polonaise.


Alice est sans doute mon premier amour, avec tout ce que cela m'a apporté de joies, de tendresses, de passions mais aussi de peines, colères et chagrins. Car même si ce fut ma première expérimentation des joies de l'amour réciproque c'est galement à cause de cette première désillusion que je n'ai que rarement réussi à trouver un équilibre dans les relations amoureuses qui allaient suivre. Cette jeune fleur est indéniablement l'un des meilleurs "coups" de ma vie. Fille déjà très expérimentée malgré son jeune âge. Nous avions respectivement 15 ans et nous avions déjà une même passion, le sexe. C'est avec elle que j'ai découvert une forme de sexualité bien plus libertine que ma précédente expérience. Ce mélange de jeunesse, liberté et amour commun nous apportait à chacun une joie de vivre et un épanouissement sexuel rassurant qu'il fut bien difficile d'abandonner, et qu'il est bien difficile de retrouver aujourd'hui. Bien que j'eu de nombreuses autres relations sexuelles par après, comment oublier ce moment si agréable ou pour la première fois elle m'a offert cette gâterie incomparable que j'ai surnommé très vulgairement "la pipe royale". Allongé dans un énorme champ de blé, la chaleur de l'été, le silence et la folie de cette reine qui
avait une manière si extraordinaire de me faire atteindre un état de jouissance suprême à l'aide de ces chaudes et douces lèvres ont fait de ce moment une scène toujours gravé dans ma mémoire, 7 ans après, tout comme une grande partie de nos ébats. S'il est bien difficile d'oublier ce tendre moment, comment faire abstraction de cette après-midi d'automne où nous ressortîmes en sueur de cet agréable petit café désert. Bar, ou nous avions passé la majorité du temps enfermés dans les toilettes, à faire chanter nos corps sur le rythme de notre histoire. Le serveur, en fit une bien drôle de tète quand il vit, après deux heure, ses uniques clients ressortir en sueur de cet endroit où peu de personne s'attardent plus d'une dizaine de minutes. Sans oublier cette soirée d'été où, cachés par les branches d'un arbre nous nous fîmes tout de même surprendre par une vieille passante qui promenait son chien. Et comment oublier cette "pipe royale" à laquelle j'ai eu le droit. Assis dans le fond sombre de la salle de cinéma où était projeté si je me rappelle bien, le premier volet des aventures de Jack Sparrow, "Pirates des Caraïbes".
Est-ce le coté pornographique de notre relation ou les heures passées à discuter de tout et de rien qui m'ont fait adorer ce premier amour ? Je pense que c'est un mélange des deux qui a fait que je n'oublierai jamais cette partie de ma vie. La rupture difficile qui résultat de notre désunion fut aussi un très mauvais moment, très très mauvais moment. J'ai eu du mal à comprendre que cette amour si fort, se soit si vite estompé et que cette fille pour qui j'aurai encore pu soulever des montagnes m'annonce qu'elle veut mettre un terme a cette idylle. Je pense d'ailleurs que cette journée fut aussi celle de la plus grosse cuite de mes 15 ans. Je me rappelle avoir croisé mon voisin en rentrant et qui voyant que je n'étais pas dans mon assiette, m'interrogeât et me proposât ensuite de noyer mon chagrin en sa compagnie car lui aussi avait perdu sa reine il y'a peu de temps. A cause de cette rupture, je perdis une partie de cette insouciance qui fait qu'on attend toujours beaucoup de l'amour sans être sure d rien et je vécus chacune des relations suivantes comme une passion éphémère. L'amour venait de tuer une partie de
moi, la naïveté. Oui, décidément, l'amour vous tue à petit feu...


Est-ce le coté pornographique de notre relation ou les heures passées à discuter de tout et de rien qui m'ont fait adorer ce premier amour ? Je pense que c'est un mélange des deux qui a fait que je n'oublierai jamais cette partie de ma vie. La rupture difficile qui résultat de notre désunion fut aussi un très mauvais moment, très très mauvais moment. J'ai eu du mal à comprendre que cette amour si fort, se soit si vite estompé et que cette fille pour qui j'aurai encore pu soulever des montagnes m'annonce qu'elle veut mettre un terme a cette idylle. Je pense d'ailleurs que cette journée fut aussi celle de la plus grosse cuite de mes 15 ans. Je me rappelle avoir croisé mon voisin en rentrant et qui, voyant que je n'étais pas dans mon assiette, m'interrogea et me proposa ensuite de noyer mon chagrin en sa compagnie car lui aussi avait perdu sa reine il y'a peu de temps. A cause de cette rupture, je perdis une partie de cette insouciance qui fait qu'on attend toujours beaucoup de
l'amour sans être sure de rien et je vécus chacune des relations suivantes comme une passion éphémère. L'amour venait de tuer une partie de moi, la naïveté. Oui, décidément, l'amour vous tue à petit feu...
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (5)
Re: "Jamais d'amour, l'amour ça vous tue. "
Posté par jacquesv le 15/12/2009 14:47:03
et l'amour fait vivre.
Re: "jamais d'amour, l'amour ça vous tue. "
Posté par legendkil le 15/12/2009 13:02:19
L'amour tue, c'est bien vrai...
Re: "jamais d'amour, l'amour ça vous tue. "
Posté par jacquesv le 06/11/2009 21:01:37
lambyna ,
<je suis morte il y a deux jours quand j'ai su qu'il avait une nouvelle copine. Et je lis Baudelaire pour épuiser mon stock de haine , de désabus..>

Il y a mieux à faire quand on a ton age: faut rebondir, ma fille!
Un clou en chasse un autre.

(Non, je n'ai rien contre Baudelaire, au contraire je l'aime bien, par exemple quand Monsieur Hetzel donne son opinion sur le faro ;))

_http://fr.wikisource.org/wiki/Opinion_de_M._Hetzel_sur_le _faro

Modifié le 06/11/2009 21:02:43
Re: "Jamais d'amour, l'amour ça vous tue. "
Posté par jacquesv le 06/11/2009 20:50:05
f_georges ,

Bien écrit!

Si tout est vrai et si cette fille avait tant d'expérience à cet age, tu as eu de la veine de ne pas choper une MST.
Re: "Jamais d'amour, l'amour ça vous tue. "
Posté par lambyna le 05/11/2009 01:08:47
Laisse moi d'abord te complimenter f georges pour cette histoire racontée à la manière d'un roman...
Je vis ce que tu as vécu il y a sept ans malheureusement pour moi. Dans mon cas, c'est la distance qui a tout gâché à ma belle et merveilleuse histoire... j'étais tellement sûre de moi, à 19 ans d'avoir rencontré Celui qui partagerait ma vie , mes sentiments, mes projets d'avenir. Quelle chute monumentale à la fin Août il part à Lyon faire ses études...(je vis à Paris) Je n'avais pas mon mot à dire de toutes façons la distance pour lui c'était hors de question.
Oui l'Amour ça tue: je suis morte il y a deux jours quand j'ai su qu'il avait une nouvelle copine. Et je lis Baudelaire pour épuiser mon stock de haine , de désabus..
Tu disais que ta naïveté a totalement disparue, ainsi la mienne. Je n'ai même pas la force d'imaginer une relation future. Dis moi, comment quelqu'un qui soutient qu'il t'as toujours aimé peut il pour ton bien en arriver à te mentir et décider pour toi ??
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (5)
L'auteur : Paul Jean
28 ans, Strasbourg (France).
Publié le 26 octobre 2009
Modifié le 06 novembre 2009
Lu 3 146 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143