Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     

La brusque explosion d'une poche de gaz a tué les cinq pompiers de Neuilly

Les cinq pompiers morts samedi soir dans l'incendie d'un immeuble de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) ont été tués par l'explosion brutale d'une poche de gaz accumulés dans la pièce où ils intervenaient...


Les premières constatations du laboratoire central de la préfecture de police de Paris (PP) ont permis d'étayer la thèse accidentelle : un "phénomène de combustion lente, pouvant venir de la literie de la chambre vide de l'occupant, (...) a eu pour effet d'accumuler dans la pièce en très grande quantité des gaz imbrûlés portés à très haute température".

A l'ouverture de la porte par les sapeurs-pompiers s'est produit un "phénomène d'embrasement soudain de la poche de gaz avec un effet d'explosion".

"C'est un phénomène bien connu chez nous. On l'appelle +flash-over+. C'est l'appel d'air qui déclenche l'explosion, en modifiant le mélange gaz/air. C'est très difficile à voir : on intervient sous appareil respiratoire isolant, on ne peut pas voir ni sentir le gaz", a expliqué à l'AFP un spécialiste de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) qui a souhaité rester anonyme.

"En principe, soit on intervient avant, quand la chaleur ne s'est pas accumulée, soit après, quand cela s'est déjà embrasé. A Neuilly, ils sont rentrés au mauvais moment", a-t-il ajouté. Et de conclure : "De toute façon, on rentre pour éteindre et seule une porte très chaude peut nous inciter à nous méfier de l'extérieur, mais ce n'est pas évident".

Le lourd bilan humain s'explique selon les spécialistes de la préfecture "par le double effet de brûlure et surtout de +blast+ (souffle) qui provoque des lésions internes irréversibles".

Le laboratoire central de la PP remarque qu'à Neuilly, la configuration des lieux - couloir étroit de 60 centimètres - a provoqué une amplification des effets de ce double phénomène.

"Feu de chambre"

Les pompiers avaient été appelés pour un "feu de chambre", samedi à 18H11, au sixième étage d'un immeuble (qui en compte sept) du 43 de l'avenue Sainte-Foy à Neuilly.

"C'était un petit feu comme on en fait 20.000 par an", a déclaré plus tard un sapeur de la caserne Champerret, d'où provenaient les cinq victimes âgées de 22 à 27 ans. Samedi soir, l'émotion était tangible dans cette caserne, état-major de la BSPP.

Dans la nuit, le président Jacques Chirac a exprimé sa "vive émotion" et le maire de Paris Bertrand Delanoë s'est dit "bouleversé". Le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, ancien maire de Neuilly, ainsi que le préfet de police de Paris, Jean-Paul Proust, se sont rendus sur les lieux du drame.

Après l'explosion, les cinq pompiers, en arrêt cardio-ventilatoire, ont été transportés vers 21h00 à l'hôpital militaire Percy de Clamart (Hauts-de-Seine), spécialisé dans les grands brûlés, où leur décès a été constaté.

La police relève enfin que les investigations menées n'ont détecté ni trace de gaz, ni poudre, ni traces de liquide inflammable, ni bonbonne ou aérosol.

L'enquête, confiée au service départemental de police judiciaire (SDPJ) de Nanterre, sera de toute façon complétée. Des officiers du SDPJ de Nanterre sont restés sur place durant toute la nuit pour effectuer des prélèvements et devaient y retourner pour bénéficier de meilleures conditions de luminosité.

Source : PARIS, 15 sept (AFP)
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
Re: La brusque explosion d'une poche de gaz a tué les cinq pompiers de
Posté par morwenna le 20/08/2004 07:48:25
c t just pr dir k oui cet incendie on en a beaucoup parlé mai l dimanche ki a suivi ds mon immeubl a une demi-h d neuilly il y a u un incendie ki a monopolisé 3 casernes de pompiers =>bcp plus k celui d neuilly g t blokée ds mon appartemn du 6ème étage , j'ai vu la couleur orangatre du feu a traver l'oeil de boeuf, j'ai senti la chaleur du feu ki satakai a ma porte, g t blokée j n pouvai sortir é mon coT d limeubl nè pa o normes dc lévacuation étai kazi impossibl cet incendi a été bcp plus importan k celui d neuilly mai person nen a parlé pourtan j vou jur kil n'y a pa besoin dexplosion ds un incendi pr ki lsoi terifian kan on è coinC dedan ....
Re: La brusque explosion d'une poche de gaz a tué les cinq pompiers de
Posté par miss.monde le 20/08/2004 07:48:25
j'habite à neuilly et g vraiment l'impression que cette histoire a beaucoup fait parlé ! par contre à neuilly j'en ai jamais entendu parlé ...
Re: La brusque explosion d'une poche de gaz a tué les cinq pompiers de
Posté par kabibou le 20/08/2004 07:48:25
j'adore le métier de pompiers, et je voudré d'ailleurs devenir pompier,peut-etre volontaire mais je trouve ke sauver des vies en mettant la ssienne en danger c'est....je trouve pas de mots pour le dire, c'est plus ke courageux!!g une très grande pensée pour les cinq héros
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
Publié le 18 septembre 2002
Modifié le 18 septembre 2002
Lu 1 449 fois

. Cet article est un plagiat?
. Imprimable (pdf/html)
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 56 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲