FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
56 connectés : 0 membres et 56 visiteurs Voir la liste     







Une nuit misérable

Une chose horrible, ou on y pense jamais ou c'est une obséssion, ou on croit que ça n'arrive qu'aux autres, mais on la rencontre le jour ou elle nous prends quelqu'un de cher à nos coeurs...


Le soleil se lève doucement, sous le regard émerveillé d'Inès, elle a passé la nuit à observer de sa fenêtre le ciel étoilé. Elle se disait qu'elle avait de la chance. Ce ciel étoilé, c'est rare de le voir en hiver, puis elle se dit que c'est un cadeau que Dieu lui offre pour apaiser sa peine car désormais son cœur ne connaîtra plus la joie de vivre d'avant. Inès est maintenant seule, face au ciel et au soleil levant.

Inès est née le 15 janvier 1983, vingt ans plus tard, jour pour jour, son père décède. Le seul être dans ce bas monde qu'elle aimait, et lui seul savait comment l'aimer. Il représentait tout pour elle, ensemble, ils pouvaient faire des miracles, rire quand le chagrin ne veut plus céder sa place au bonheur, bâtir quand les autres détruisent, rêver au lendemain meilleur quand tout le monde perd espoir. Leur relation était inhabituelle, il vaut l'avouer, dans notre société algérienne peu de pères entretiennent avec leurs filles une relation paternelle aussi intense.

C'est fou ce que la vie est dure et comment le destin joue avec nous, il ne conduit vers l'incroyance, l'ignorance même.


Et dans ces moments là, milles et une questions traversent notre esprit envahis par le chagrin, mais cette jeune fille assise sur sa fenêtre se pose une seule question, pourquoi mon père ? Après un moment, les questions tombent sur sa tête : Qui viendra ce matin pour voir si elle est réveillée ou pas, qui va partager avec elle le café de midi, avec qui elle va critiquer les infos de treize heures. Toutes ces choses futiles de la vie avec qui elle va les partager ?

Elle n'a jamais eu le courage d'imaginer son père mort, or ce soir, elle se retrouve avec cette unique phrase "Mon père est mort !". Que c'est facile de le dire ! Mais si difficile d'y réfléchir ! De plonger dans les profondeurs de cette phrase. On ne sait guerre ce que signifie la mort, sauf quand elle ose nous prendre un être cher. A ce moment là, on perd complètement nos repères, on oublie nos croyances, on se dit que la vie est injuste, que la mort est horrible, on maudit la mort pendant que d'autres la cherche désespérément !

Les pensées d'Inès ressemblaient à des bulles en savon avec les quelles on jouaient étant petits. Ce soir, ses pensées voyagent et plongent dans les souvenirs.

"Mais pourquoi ? Pourquoi, tu m'as laissé tomber papa ! Tu n'avais pas le droit ! On avait plein de projets, de rêves à accomplir, de jours à savourer, je ne comprends pas comment tu as pu me faire ça !?"


Inès est seule maintenant face au vide que son père a laissé. Elle a mal, trop mal. Elle entends les versets du coran qui raisonnent dans leur maison, elle essaye de se concentrer ou plutôt chercher du réconfort au prés des versets mais elle ne peut point, elle sent juste ses larmes chaudes et salées sur ses joues. De l'autre côté de la maison sa mère pleure à haute voix, les gens rentrent chez eux, d'autres viennent pour les condoléances.

La nuit passée a été épouvantable pour cette jeune fille, elle observait attentivement le silence et le cadre naturel, elle voyageait avec ses pensées loin, très loin...

Elle prends sa tasse de café, fume une autre cigarette et prends un plaisir fou à se détruire et se maudire.

Elle reste un moment à fumer, elle se lève est fait un tour dans la maison. C'est épouvantable ! Sa mère qui pleure, les femmes autour d'elle qui essaye de la calmer avec des paroles du Seigneur, elle essaye de chercher ses trois frères, mais elle ne les trouve pas, alors elle part vite s'isoler encore une fois.

Cherche son paquet de cigarette et fume. Et tout en fument, elle essaye de comprendrez le destin, la mort la vie, ce qu'il lui arrive en ce moment.

Si mon père était resté à la maison ce soir, il n'aurait pas eu cet accident. Et là, elle commence à haïr les voitures, puis les hommes qui les conduisent. Arriver trop loin dans ses pensées ou plutôt à la limites de ces dernières ; elle tombe sur Dieu ! Et là, stop ! Elle repense aux paroles de son père "Quand toutes les portes de la vie se referment sur toi, ton seul issu est le chemins vers Allah" et la voix de son père raisonnée partout dans sa chambre, alors se lève, fait son ablution, prie Dieu et prend son livre du saint Coran et commence à lire.
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
Re: Une nuit misérable
Posté par phoebus le 01/01/2007 00:56:58
Salut! je suis particulièrement touché par votre histoire mademoiselle ! moi qui a connu le visage hideux de la mort très jeune, dans la tendre enfance, quand j'ai fait ma grande perte dans la vie il s'agissait de ma mère qui a rendue l'ame alors que j'avais à peine huit ans . c'etait plus qu'un choc pour moi ,c'etait un traumatisme , un tremblement affectif et sentimental .après vingt deux ans de distance le visage hideux de la mort nous a rendu encore visite l'an dérnier en prenant cette fois ci mon pauvre vieux père qui etait l'exemple dans la bonté et la tendresse malgré son caractère traditionnel et dissimulatoire ! mais la mort de mon père je l'ai connu à l'age adulte c'est différent ! par rapport à la mort de ma petite pauvre mère chérie je l'ai pas encaissé meme jusqu'aujourd'hui!!! je suis particulièrement touché et emu par ton histoire .elle est touchante et authentique mais n'oublier pas que c'est la volonté de Dieu en dernier lieu c'est le lot de consolation qui nous fait accepter l'inaccèptable . je ne vous demande pas d'oublier mais plutot d'accepter la volonté divine surtout lorsque' on a la foie qu' il y a une autre vie dans l'aude-là ou nous allons rencontrer tous ceux que nous aimons et chirissons malgré leur perte qui nous pèse lourd ici-bas! je suis un jeune homme marocain tu as déjà ma sympathie et pour mon sure amitié si vous voulez voici mon email: houatmane@hotmail.com
Re: Une nuit misérable
Posté par myriam.ch le 28/12/2006 11:00:11
merci halloula pour ton com,c tré sympa,n'oubli surtout pas de dire à ton père je t'aime,sinon n'y pense pas trop vit chak jour à fond
Re: Une nuit misérable
Posté par halloula le 27/12/2006 16:06:29
j'ai addore ce que tu as ecris c'est trop touchant moi je suis tunisien et j'entretient une relation aussi fusionnelle avec mon pere et je ne peux pas imaginer un jour qu'il va mourir et la avec ce que tu as ecris tu a fair surjir tous mes demont trop trop beau ce que tu as ecis bravo ça m'a fait pleurer
. Voir tous les commentaires et/ou en poster un (3)
L'auteur : Myriam Maya
32 ans, Annaba (Algérie).
Publié le 25 décembre 2006
Modifié le 26 novembre 2006
Lu 643 fois

Cet article est un plagiat?
Imprimable (pdf/html)
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N°752143