FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
151 connectés : 0 membres et 151 visiteurs Voir la liste     








Aller à :  

Messages | Nouvelle branche de discussion | Répondre | Rechercher
L'amour dans le pré
Posté par spy le 17/02/2016 23:01:04
Au pré

Ils n’avaient tous deux que douze ou treize ans, et leurs parents en vacances en Espagne dans le Pays basque leur avaient demandé de passer l’après-midi au pré à garder les vaches. Situation insolite pour des apprentis touristes, mais qui s’expliquait par le fait que la mère de la petite était d’origine espagnole, et en visite chez ses parents fermiers.

La fille était assez délurée et le garçon en proie aux premiers émois, aux premières attirances envers le sexe opposé. L’été était superbe et dans le champ en pente à l’ombre d’un arbre, au milieu du troupeau, sur une couverture, ils parlaient comme des enfants parlent, de ce monde tout neuf pour eux où ils s’aiguisaient les dents et où ils tentaient d’un air entendu d’évoquer des questions qui les dépassaient.

Mais cette conversation n’était pas ordinaire car la différence de sexe faisait qu’une seule chose prenait de l’importance et une importance croissante avec l’écoulement des heures, c’était le désir indicible, la promesse de bonheurs tout proches mais ignorés, vaguement soupçonnés. Lui se sentait envahir par un trouble délicieux. Il l’observait à la frôler, détaillait sa douceur, son visage pur, ses fines attaches, sa poitrine déjà épanouie et ses jambes fraîches sous la jupe plissée. Il ne savait que faire, comment manifester son intérêt, il n’osait la toucher, mais se sentait défaillir rien qu’en la regardant rire, bouger, gracieuse et enjouée.

Au bout d’un moment ils se mirent à chahuter, à jouer en essayant de s’attraper à tour de rôle à travers le champ. Ils couraient et s’amusaient à effrayer les animaux pacifiques.
Il finit par la plaquer à terre et ils roulèrent tous deux dans l’herbe. Essoufflé, il sentit sa tête tout contre ses cheveux et quand elle se retourna, leurs bouches se frôlèrent. Il ne put résister et tendit ses lèvres vers elle. Cessant subitement de rire de leur jeu, elle se rapprocha et ils s’unirent dans un baiser chaste et délicieux. Il était tout étourdi et réalisa que pour la première fois, il embrassait une fille.

Ils recommencèrent et maladroitement firent durer un peu plus le contact, frottant leurs lèvres et entrouvrant leurs bouches. Bientôt le baiser se fit plus intime, leurs langues se touchèrent et ils burent la salive de l’autre, apprenant leur corps par cette partie pour le moment la plus sensible. Ils passèrent ainsi une heure à s’embrasser sans se lasser, à se goûter comme deux jeunes chiots qu’ils étaient. Elle sentait une langueur troublante l’envahir, son sexe se mouiller, le plaisir descendre dans son ventre. Lui avait une érection toute neuve qui commençait à être douloureuse tellement son sexe était tendu. Ils n’avaient pas oublié les jeux tout proches de leur enfance, les jeux du docteur et de papa-maman. Ses mains se dirigèrent vers la tendre poitrine qu’il caressa doucement à travers la chemisette, puis vers la taille et les hanches encore peu formées, mais il n’osa aller plus loin.

Elle sentit ses seins se gonfler et ses pointes se durcir. Il ouvrit sa chemise et elle se redressa pour dégrafer son soutien-gorge. Les jeunes seins apparurent à ses yeux éblouis, déjà pleins et superbement dressés. Il les caressa à nu, les soupesant l’un après l’autre. Les deux enfants s’allongèrent dans l’herbe pendant qu’il continuait ses caresses. Leurs corps se touchaient et elle sentit contre sa cuisse la forme du sexe du garçon ; ce fut elle qui fit le premier geste et il se raidit en la voyant glisser sa main le long de son corps et se poser sur le renflement de son short. Elle la laissa un instant placée contre le membre chaud qu’elle sentait palpiter à travers l’étoffe, humide de la poussée. Il ne bougeait plus et, au bord de l’extase, il attendait, lui laissant toute l’initiative.
Elle descendit la main pour la remonter sous le tissu du short, contre la chair de sa jambe et contre les bourses gonflant le slip. Elle enserra le sexe à travers l’étoffe et, entre son pouce et trois doigts, commença à le caresser doucement. Il gémit de plaisir et elle s’enhardit passant sur l’extrémité humide du gland. Cependant, gênée par le short et la culotte, elle retira sa main, et lui, fou d’excitation, s’agenouilla devant elle pour se dégrafer, ouvrir la braguette et dégager sa verge du slip qu’il abaissa. Il la lui présenta ainsi dénudée, mouillée et tendue sur ses testicules rétractés. Elle observa le sexe mâle qu’elle voyait aussi bien et d’aussi près pour la première fois, et reprit possession du gland qu’elle caressa en utilisant la mince peau du prépuce pour aller et venir. Il sentit tout d’un coup son sexe se gonfler et émettre, comme une bouteille de champagne secouée, des flots d’un sperme très liquide et bouillonnant.
C’était sa première éjaculation et l’orgasme le saisit avec surprise, il ne comprenait pas ce qui lui arrivait et craignait vaguement un phénomène anormal. Le sperme coulait sur la main de la fille jusqu’à son poignet et son avant-bras, et elle continuait son mouvement, ne comprenant pas très bien elle-même ce qui se produisait. Mais elle prenait un plaisir extrême à tenir cette partie inconnue du corps masculin, à sentir sa chaleur, en même temps que sa douceur et sa fermeté fragile. Enfin le flux s’arrêta et elle cessa son geste, continuant à tenir dans sa paume le sexe calmé. Ils comprirent en même temps ce qui venait de se produire et hésitaient à se regarder, un peu gênés et légèrement coupables. Enfin elle le lâcha, laissant glisser ses doigts le long de la verge et effleurant ses bourses au passage. Elle essuya la semence de son bras contre l’herbe et ils s’allongèrent enlacés, masquant leur malaise par un long baiser.

Ils allèrent ainsi garder les vaches tous les après-midis avec ferveur. Le lendemain, plus assuré, après l’avoir longuement embrassée, il la caressa à nouveau et lui fit abaisser son slip. Il introduisit sa main entre ses jambes écartées et entreprit de caresser son sexe. Il trouva l’entrée et glissa un doigt dans le vagin jusqu’à l’hymen en reproduisant le mouvement de l’amour qu’ils n’osaient faire encore. Elle lui indiqua la place du clitoris lui montrant comment la caresser à cet endroit et la faire jouir à son tour. Ensuite elle le caressait et l’amenait à l’orgasme plusieurs fois dans l’après-midi. Elle essayait de dissimuler à ses parents les traces de sperme sur ses vêtements, lorsque le garçon éjaculait trop fort et l’aspergeait de sa semence. Ils restèrent puceaux mais leurs mains étaient devenues habiles aux caresses. Ses futurs petits amis cette année-là profitèrent de son expérience, et le flirt qu’ils commençaient évoluait très vite vers une caresse plus précise. Elle n’hésitait pas lors d’une boum ou d’un bal par exemple, à l’écart des danseurs, à extraire leurs sexes, dans une chambre ou un couloir pour les masturber avec sensualité et adresse, et provoquer une éjaculation tendue à un partenaire ébloui. Les garçons se repassaient le mot et elle fit une véritable collection de conquêtes masculines, tant elle aimait le contact du pénis et le gonflement annonciateur du plaisir qu’elle donnait.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
La participation aux forums est réservée aux membres du site.
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
  Devenir membre (30 secondes et gratuit)
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N�752143