FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
148 connectés : 0 membres et 148 visiteurs Voir la liste     








Aller à :  

Messages | Nouvelle branche de discussion | Répondre | Rechercher
Le cannabis
Posté par spy le 05/01/2018 11:45:44
Cannabis : 10 usages thérapeutiques avérés ou à l'étude
^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


En France, un médicament à base de cannabis est autorisé (le Marinol, ou dronabinol). Il est prescrit contre des troubles de l'appétit et pour limiter les effets secondaires des chimiothérapies.
Zoom sur les vertus médicales du cannabis, alors que sa légalisation fait toujours débat dans plusieurs pays.


Le cannabis, une substance anticancérigène ?
En France, la question du cannabis reste sensible puisque, selon les estimations, plus de 4 millions de personnes âgées de 12 à 75 ans en auraient déjà consommé. Ce stupéfiant fait l’objet de nombreuses études aux conclusions contradictoires.
Partons à la rencontre de Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et chercheur pionnier dans la détection du cancer du poumon, pour en savoir plus sur cette substance.
De nombreuses études se sont penchées sur l'efficacité du cannabis thérapeutique et de ses composés, dont le THC.
Voici 10 bénéfices du cannabis souvent évoqués dans la littérature scientifique ; notons que tous n'ont pas été formellement démontrés chez l'Homme.

1. Le cannabis préviendrait les crises d’épilepsie
================================

Une étude de 2003 sur des rats a montré que le cannabis pouvait prévenir les crises d'épilepsie. Des composés du cannabis seraient anti-convulsifs.


2. Le cannabis stimule l’appétit
====================

En France, le dronabinol est un médicament autorisé pour lutter contre les anorexies liées au Sida. Le dronabinol contient du delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), un psychotrope du cannabis. La molécule se fixe sur un récepteur cannabinoïde, ce qui augmente l'appétit.

3. Du cannabis contre les effets secondaires des chimiothérapies
Le même médicament (le dronabinol) est prescrit en France pour limiter des effets secondaires des traitements anticancers, à savoir les nausées et vomissements liés aux chimiothérapies.
Le THC diminue les vomissements en se liant aux récepteurs cannabinoïdes de type CB1.

Le cannabinol (CBN) est une molécule psychoactive présente dans le cannabis, tout comme le THC ou le cannabidiol (CBD).

4. Le cannabis serait utile contre la dépression
===============================

D'après une étude de 2015 de l'université de Buffalo, des composés présents dans le cannabis pourraient aider à stabiliser l'humeur et lutter contre la dépression. Mais des travaux sont nécessaires pour confirmer ces résultats chez l'Homme.

5. Du cannabis pour lutter contre les douleurs chroniques
======================================

En janvier 2017, l'académie nationale de sciences, d'ingénierie et de médecine des États-Unis a publié un rapport sur les utilisations thérapeutiques du cannabis. Pour les auteurs, il existe des preuves substantielles de l'efficacité du cannabis médical pour traiter les douleurs chroniques de l'adulte.

6. Du cannabis contre les tremblements de la maladie de Parkinson
============================================

Une recherche israélienne a montré que le cannabis réduit la douleur et les tremblements de patients souffrant de la maladie de Parkinson. Ruth Djaldetti, de l'université de Tel Aviv, a expliqué dans Medpage Today :
« Je recommanderais l'utilisation de la marijuana à mes patients en dernier recours, si rien d'autre ne fonctionnait pour eux ou s'ils avaient de la douleur ».

7. Le cannabis limiterait la progression de la maladie d’Alzheimer
============================================

Une étude de l'institut de recherche Scripps a suggéré que le cannabis réduisait la progression de la maladie d'Alzheimer.
En effet, le THC, présent dans le cannabis, limiterait la formation des plaques amyloïdes dans le cerveau en inhibant une enzyme responsable de leur formation. Ces plaques amyloïdes sont liées aux symptômes des patients et à la destruction de neurones.

8. Le cannabis, efficace contre les douleurs de la sclérose en plaques ?
==============================================

Le cannabis soulagerait les douleurs liées à la sclérose en plaques (SEP). Une recherche parue en 2012 a étudié 30 patients qui souffraient de contractions musculaires douloureuses liées à la SEP. Alors que ces personnes ne répondaient pas à d'autres traitements, leur douleur a été soulagée avec du cannabis. Le cannabis réduirait la spasticité musculaire dans la SEP.

9. Le cannabis serait utile contre le glaucome
==============================

Le cannabis permettrait de réduire la pression intraoculaire dans les cas de glaucome. Dans un petit essai clinique, deux heures après l'administration de composés du cannabis par voie buccale, la pression intraoculaire avait baissé.

10. Le cannabis AURAIT des propriétés anticancers
=================================

Le cannabidiol (CBD) limiterait la progression du cancer en inhibant l'expression du gène Id-1 dans des cellules du cancer du sein. Après un traitement au cannabidiol, ces cellules cancéreuses semblaient moins agressives (recherche parue en 2007).
Pour en savoir plus

Du cannabis thérapeutique à New York
============================
Article de l'AFP - New York paru le 8 janvier 2016
Depuis hier, jeudi 7 janvier 2016, des patients peuvent se procurer du cannabis à usage médical dans l'État de New York. Un centre de production a même été implanté dans le quartier du Queens.
Vu de l'extérieur, ce n'est qu'un entrepôt aux murs fatigués, dont les entrées ont été obstruées à l'aide de parpaings de béton et les fenêtres par des panneaux en bois. Pas d'agent de sécurité ni de policier en vue. Au milieu d'autres entrepôts, sous une autoroute aérienne, ce bâtiment situé dans le quartier du Queens, à New York, abrite pourtant 23.000 mètres carrés dédiés à la culture du cannabis. Il est loué par Bloomfield Industries, l'une des cinq sociétés autorisées à cultiver la marijuana à des fins thérapeutiques dans l'État de New York, et la seule implantée dans « Big Apple ». Les autres ont établi leurs sites de production dans des lieux moins onéreux et surtout moins exposés, dans le nord de l'État.
Des cultures légales existent déjà à Denver (Colorado, centre) ou San Francisco (Californie, ouest), mais il s'agit d'une première aux États-Unis pour une ville de plus d'un million d'habitants. « Nous estimions que nous pourrions constituer la meilleure équipe d'horticulteurs, de scientifiques, de pharmaciens, si nous installions notre site à New York », explique un porte-parole de Bloomfield, qui loue cet espace jusqu'ici vacant et y emploie une centaine de personnes.
Bien que le Parlement de New York ait adopté le texte il y a 18 mois, Bloomfield et les quatre autres sociétés choisies n'ont été officiellement désignées que fin juillet. Elles ont depuis mis les bouchées doubles pour être en mesure de proposer leurs produits à la vente dans les temps.
Le démarrage devrait de toute façon être progressif car les patients ne peuvent s'inscrire que depuis le 23 décembre.
Seules sont éligibles les personnes atteintes de maladies graves, notamment le cancer, Parkinson, la sclérose en plaques et certaines formes d'épilepsie.
Elles ne pourront pas acheter du cannabis à fumer mais uniquement des produits transformés, essentiellement des pilules, des huiles ou des gouttes.
Ce bâtiment, dans le quartier du Queens, est loué par Bloomfield Industries, une des cinq sociétés autorisées à cultiver la marijuana à des fins thérapeutiques dans l'État de New York.

Le traitement sera à la charge du patient
=========================
Selon Nicholas Vita, directeur général de Columbia Care, une autre société retenue, entre 0,5 % et 1,5 % de la population de l'État de New York pourrait être éligible, soit entre 100.000 et 300.000 personnes. Le docteur Stephen Dahmer, responsable médical de Vireo Health (autre laboratoire autorisé pour l'État de New York, incite à la prudence quant aux prévisions. Il cite l'exemple du Minnesota, où Vireo est présent et où la consommation a été moindre qu'anticipée.
Aucune des trois sociétés contactées par l'AFP n'a communiqué ses tarifs mais il devrait en coûter au moins 200 dollars (184 euros au cours actuel) par mois et par malade, selon une source proche du dossier.
La somme sera à la charge intégrale du patient car aucun assureur de santé américain ne prend en charge ce traitement. Nicholas Vita assure que des remises seront accordées à des patients qui ne disposeraient pas des ressources suffisantes pour acquérir ces produits.
Vingt ans après la légalisation du cannabis à usage thérapeutique par la Californie, 23 États et la capitale fédérale Washington ont franchi le pas.
« Les choses bougent dans la bonne direction », estime Stephen Dahmer, tout en observant : « Il y a toujours beaucoup de tabous autour du cannabis ».
Le cannabis et ses produits dérivés ne sont pas soumis au contrôle de l'Agence américaine des médicaments et de l'alimentation (FDA) et les études scientifiques concluantes manquent.
« Beaucoup d'études concernaient jusqu'ici les addictions ou les conséquences négatives de la consommation, mais nous commençons à voir davantage d'études sur les effets positifs », se félicite Stephen Dahmer. Selon un sondage réalisé en mai par l'institut Harris, 81 % des Américains se disent favorables à la légalisation de la marijuana à usage médical.

Ce qu'il faut retenir
>Le cannabis contient différentes molécules psychoactives comme le THC, le cannabidiol, le cannabinol...
>Le cannabis thérapeutique ou médical est autorisé dans de plus en plus de pays.
>Les propriétés antidouleur du cannabis ont été démontrées, ainsi que sa capacité à stimuler l'appétit ou à réduire les effets secondaires liés aux chimiothérapies.


Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: le cannabis pas si innocent
Posté par jacquesv le 06/01/2018 00:38:08
Le Cannabis a en effet des vertus thérapeutiques.
MAIS l'automédication est dangereuse.

Cannabis et schizophrénie : le lien se confirme, e-sante.be


Mise à jour par Dr Philippe Presles le 11/03/2014 - 09h39


Le lien entre cannabis et schizophrénie se confirme encore une fois.
La consommation de cannabis augmente fortement les risques de devenir schizophrène.

Que s'abstiennent les personnes fragiles ou à risque en raison d'antécédents familiaux par exemple !
[Cannabis et schizophrénie : le lien se confirme...]

Le cannabis n'est pas une drogue douce

Il ne s'agit pas de la première étude mentionnant un risque accru de schizophrénie chez les consommateurs de cannabis.

Mais avec un recul plus important, ce risque se révèle plus élevé qu'on avait pu le croire.
De plus, sachant que le cannabis est plus toxique que le tabac, de par l'inhalation plus intense du fumeur de joint et de la plus forte concentration de substances toxiques, cette drogue soit disant "douce" est beaucoup moins inoffensive qu'il n'y paraît.

Le cannabis étant aujourd'hui la drogue illicite la plus consommée chez les jeunes, la prévention ne doit surtout pas se relâcher. Et celle-ci passe par l'ouverture du dialogue notamment entre parents et enfants, et le plus tôt possible, avant que les jeunes ados n'y soient confrontés.
Le cannabis facilite la bascule vers la schizophrénie

On ne peut toujours pas affirmer que le cannabis provoque la schizophrénie. En revanche, il précipite les sujets fragiles vers cette maladie mentale.

Au cours d’une analyse dont les résultats ont été publiés dans le célèbre « Lancet » en 2007, plus d'une trentaine d'études ont été passées en revue. Le risque de développer des troubles schizophréniques était augmenté de 40% chez les jeunes fumeurs de joints par rapport à ceux qui n'en avaient jamais fumé.

Mais ce risque s'élève proportionnellement avec l'intensité de la consommation. Ainsi, les fumeurs réguliers (plus de 100 joints par an, soit environ plus de 2 par semaine) augmentent de 50 à 200% leur risque de souffrir de troubles mentaux (symptômes psychotiques, hallucinations, anomalies de la pensée).

D’autres études encore ont confirmé ce lien depuis. Citons notamment la publication dans Psychiatrie Research en janvier 2014 d’une étude épidémiologique montrant que la consommation de cannabis chez les jeunes a été associée à une apparition plus précoce des premiers signes de schizophrénie.

Le cannabis est également associé à des troubles de la mémoire, de l'attention, de la motivation à l'origine d'échecs scolaires et d'isolement. Et enfin, le tétrahydrocannabinol (THC) est un principe actif qui peut générer des angoisses intenses.
Initialement publié par Dr Philippe Presles le 04/09/2007 - 00h00 et mis à jour par Dr Philippe Presles le 11/03/2014 - 09h39

Zimmat, The Lancet, 27 juillet 2007. Donoghue K. et al., Cannabis utilisation, le sexe et l'âge d'apparition de la schizophrénie : Les données de l'étude Ésop, Psychiatry Res., 4 janvier 2014. MIE: S0165-1781 (13) 00832-9. doi: 10.1016/j.psychres.2013.12.038. Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), Baromètre santé jeunes 2010 http://www.inpes.sante.fr/Barometres/barometre-sante-2010/pdf/baro-jeunes.pdf. Smith M, et al., Cannabis-related working memory deficits and associated subcortical morphological differences in healthy individuals and schizophrenia subjects, Schizophrénia bulletin, publication en ligne du 15 décembre 2014.


jessie:

mon fils a commencé à fumer "des joints" à l'age de 12 ans...a cette époque c'était un garcon adorable ,aimant,respectueux. à l'age de 17ans il a rencontrer une jeune femme avec qui il s'est mis en ménage contre mon avis,je le trouvais trop jeune,trop immature.....mzis je ne me suis pas opposée à lui!!!c'est à partir de là que son comportement a changé du tout au tout. violences verbales envers sa compagne,crises de nerfs suivi de pleurs, tentatives de suicide à répétitions.......au mois d'aout il aura 31ans,il est devenu ingérable,je l'ai toujours aidé financièrement!! dernièrement je l'ai hébergé aisi que sa femme et ses 2 enfants pendant 10 mois mon fils me vouait une véritable adoration!!!!très peu de temps après leurs départ j'ai appris que j'étais atteinte d'un cancer !! je subit une première intervention chirurgicale......après etre rentrée à mon domicile, pour la 1ère fois nous avons eu un différent important et là il a complètement dérapé,il m'a menacé de mort,tenté d'entrer chez moi par la force , a entrainés ses 2 soeurs dans ses délire!!!menaces,intimidations en tous genres.... j'ai dû subir une 2ème opération, j'y suis allée seule sans aucun soutien familial....ils m'empèchent de voir mes petits enfants, aux "joints se sont greffées des drogues dures et l'alcool!! des mois ont passés etils m'insultes encore par sms. des insultes ignobles à caractère sexuel .il s'est livré à une guerre sans merci envers moi comme il en a menés envers des étranger!!!!SUIS-JE AUTORISEE à le faire soigner contre son gré........j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps pour ce petit garcon si gentil devenu grand et révolté contre le monde entier!!!!


A lire aussi
Le Hasch rend dépressif et schizophrène
Mis à jour le 10/12/2002 - 00h00: .http://www.e-sante.be/hasch-rend-depressif-schizophrene/actualite/1387

Le cannabis augmente le risque de devenir dépressif et schizophrène. Plus on commence jeune et plus cette relation est forte !

Quelles solutions si votre enfant fume du cannabis? .http://www.e-sante.be/quelles-solutions-si-votre-enfant-fume-cannabis/actualite/625 Mis à jour le 10/01/2002 - 00h00

Pourquoi les adolescents fument-ils de plus en plus souvent du cannabis ? Quels sont les risques liés à cette consommation et comment réagir en tant que parents ? Réponses de Pascal Hachet, psychologue clinicien, praticien au Point Ecoute de Creil et...
Le sevrage au cannabis : une épreuve sous-estimée Publié le 12/10/2015 - 15h35: .http://www.e-sante.be/sevrage-cannabis-epreuve-sous-estimee/actualite/625

Tout le monde connaît les grandes difficultés que le fumeur de tabac rencontre pour arrêter de fumer. Les symptômes du sevrage au cannabis sont moins connus et pourtant ils sont également importants. A connaître avant de se lancer dans la consommation.
Cannabis : drogue et médicament? Publié le 01/07/2013 - 10h36 :.http://www.e-sante.be/cannabis-drogue-medicament/actualite/625

Le cannabis, dont l’usage « récréatif » fait débat, a aussi des effets thérapeutiques dont certains sont aujourd’hui bien documentés, notamment contre la douleur, les nausées et les vomissements, les spasmes et la perte de l’appétit.

SOURCE: .http://www.e-sante.be/cannabis-schizophrenie-lien-se-confirme/actualite/1387

Modifié le 06/01/2018 00:56:55

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
La participation aux forums est réservée aux membres du site.
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
  Devenir membre (30 secondes et gratuit)
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N�752143