FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
161 connectés : 0 membres et 161 visiteurs Voir la liste     








Aller à :  

Messages | Nouvelle branche de discussion | Répondre | Rechercher
SantÉ > l’homéopathie
Posté par spy le 25/06/2018 00:14:10

L’Ordre des médecins prend position contre l’homéopathie
^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


Journaliste Cécile Thibert 20/06/2018
L’Ordre des médecins prend position contre l’homéopathie


Pour la première fois depuis la publication de la tribune contre les médecines alternatives en mars dans Le Figaro, le Conseil national de l’Ordre des médecins a pris position contre l’homéopathie, sans lui fermer la porte.

Dans l’affrontement qui oppose les partisans et les détracteurs de l’homéopathie depuis quelques mois, le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) avait jusque-là gardé le silence.
Mardi, il a enfin pris position en diffusant sur son site Internet une «mise au point» en demi-teinte qui, sans condamner l’homéopathie, affirme sa désapprobation de cette pratique.
Il rappelle en outre qu’«il est interdit de présenter comme salutaires et sans danger des prises en charge ou des thérapeutiques non éprouvées».

C’est là le cœur du problème.
Depuis que l’homéopathie est apparue il y a environ 200 ans, aucune étude scientifique sérieuse n’est parvenue à prouver son efficacité.
Et pour cause,
ces produits sont fabriqués selon des principes farfelus hérités de la fin du 18e siècle.
Il s’agit de diluer plusieurs fois une «teinture mère» (préparation à base de plantes, d’extraits d’animaux ou encore de produits chimiques) jusqu’à en obtenir une quantité infinitésimale.
Résultat: il est impossible de retrouver ne serait-ce qu’une seule molécule de principe actif dans un granule.

Un communiqué bourré de contradictions
D’un point de vue scientifique, le débat est donc tranché depuis longtemps, comme l’ont encore rappelé en octobre dernier les Académies des sciences européennes en affirmant que «les revendications scientifiques de l’homéopathie ne sont pas plausibles et sont incompatibles avec les concepts établis de la chimie et de la physique».


Pourquoi donc est-il revenu sur devant de la scène en France? Tout a démarré en mars dernier, avec une tribune signée par 124 professionnels de santé publiée dans les pages du Figaro.
Les signataires - aujourd’hui au nombre de 2405, et pas seulement des médecins - y dénonçaient cette pratique jugée «non scientifique», «basée sur des croyances», mais aussi «dangereuse».
Ils demandaient en conséquence l’arrêt de son remboursement par l’Assurance maladie.

Sans prendre position sur la question du remboursement, l’Ordre des médecins a rappelé mardi que «le traitement préconisé par un médecin ne peut, en aucun cas, être alternatif aux données acquises de la science et à l’état de l’art».
Si l’on se risque à lire entre les lignes, on pourrait comprendre que les Sages intiment à leurs pairs de ne plus prescrire d’homéopathie.
L’Ordre précise également - et c’est la première fois - que la délivrance d’un tel traitement ne peut se faire qu’après avoir «délivré au patient une information loyale, claire, et appropriée».

En d’autres termes, le médecin doit dire au patient que l’efficacité de l’homéopathie est au mieux équivalente à un placebo, au pire nulle, avant de lui en prescrire.

Mais dans le même temps, l’Ordre ne ferme pas complètement la porte à cette pratique puisque selon lui, un traitement «peut comporter une prescription adjuvante ou complémentaire, médicamenteuse ou autre, que le médecin apprécie en conscience dans chaque situation».
Même quand cela est contraire au Code de la Santé publique?

«Au mieux un placebo et un gâchis des fonds publics», l’homéopathie est désormais déremboursée en Angleterre

Vers la fin du titre de «médecin homéopathe»?

Pour sortir de ces contradictions, l’Ordre préconise «une évaluation actualisée, impartiale et rigoureuse par la communauté médicale et scientifique du service médical rendu» par l’homéopathie.
Un projet qui pourrait être bientôt mis en œuvre, comme l’a souhaité la ministre de la Santé Agnès Buzyn le 24 mai à l’antenne de France Inter . >Jusqu’à maintenant, les fabricants de produits homéopathiques n’ont jamais eu à apporter la preuve de leur efficacité pour obtenir une autorisation de mise sur le marché, contrairement aux médicaments.
>Quant au potentiel effet placebo qui accompagne la prise d’homéopathie, son impact n’a jamais été évalué.

Malgré un communiqué pour le moins flou, les représentants du CNOM ont fait preuve de moins d’hésitation lors de la conférence de presse qui s’est déroulée mardi.
«Médecin homéopathe, ça n’existe pas», a asséné le vice-président de l’Ordre, le Dr Jacques Lucas.
L’instance s’est même positionnée en faveur de la disparition de cette expression sur les plaques des médecins, souhaitant qu’elles ne mentionnent que des spécialités reconnues.

La mention «homéopathie» resterait toutefois autorisée sous le titre de «médecin généraliste» ou «médecin cancérologue».

>L’ultime coup de semonce a porté sur les DU d’homéopathie, diplômes universitaires délivrés au sein de certaines facultés de médecines.
>«J’espère que les universités en tireront les conclusions», a mis en garde le président de l’Ordre Patrick Bouet en évoquant ces formations universitaires non reconnues au niveau national.


Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
La participation aux forums est réservée aux membres du site.
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
  Devenir membre (30 secondes et gratuit)
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N�752143