Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     
Aller à :  

Messages | Nouvelle branche de discussion | Répondre | Rechercher
Chutes des séniors : vitamine d et calcium
Posté par spy le 02/12/2018 22:17:52
Fractures : la vitamine D et le calcium sont inefficaces en prévention chez les seniors
^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


Un groupe d’experts américains estime qu’il n’existe pas assez de preuves pour démontrer l'efficacité de la vitamine D et du calcium pour prévenir les fractures chez les seniors.
Ils préconisent de prévenir les chutes grâce au maintien de l’exercice physique.

Chaque année en France, près d’un senior de 65 ans et plus sur trois chute, soit près de 3,6 millions de personnes.
Un accident de la vie courante qui peut avoir de lourdes conséquences: près de 70.000 personnes âgées sont hospitalisées pour une fracture de la hanche, et 9.000 décèdent suite à une chute.
Des milliers de seniors souffrent également de traumatismes crâniens, d’hématomes et de blessures au visage.

Pour prévenir les fractures liées à ces chutes, de nombreuses personnes sont tentées de prendre une ampoule de vitamine D et des compléments alimentaires à base de calcium. Une supplémentation qui n’aurait aucun bénéfice, à en croire les nouveaux travaux du groupe d’experts américains dédié à la prévention baptisé US Preventive Services Task Force (USPSTF) dont un compte-rendu est paru dans le JAMA.

«Il est vrai que ces molécules sont très importantes pour notre ossature. La majorité du calcium se trouve dans nos os, et la vitamine D est nécessaire pour le métaboliser et renforcer nos os», décrypte le Dr Alex Krist, vice-président de l’USPSTF.
Néanmoins, la littérature scientifique disponible ne permet pas de démontrer l’efficacité d’une supplémentation en vitamine D et/ou en calcium en matière de prévention des fractures.

Est-il utile de prendre de la vitamine D?

Chez les femmes pré-ménopausées, tout comme chez les hommes, les experts américains n’ont pas trouvé de faits probants pour confirmer les bienfaits supposés de ces molécules.
Ils ajoutent que la prise de 400 Unités Internationales (UI) ou moins de vitamine D par jour combiné à 1000 UI ou moins de calcium ne protège pas les femmes ménopausées contre les fractures.
Et augmenter les doses n’aurait aucun effet sur l’incidence des fractures.
Toutefois, «ces recommandations ne s’appliquent pas aux personnes âgées ayant des antécédents de chutes ou de fractures, atteints d’ostéoporose ou présentant une carence en vitamine D», soulignent les chercheurs.
De fait, chez ces populations plus fragiles, la vitamine D et le calcium permettent de réduire le risque de fractures.
Les autorités sanitaires françaises recommandent une supplémentation vitaminique avec au moins 800 UI par jour ou 100 000 UI tous les 4 mois.

-Mais mieux vaut initier cette supplémentation avec son médecin car ces produits ne sont pas anodins. -«Un léger sur-risque de calculs rénaux est établi, indique le Dr Krist.
-Des effets sur le système cardiovasculaire sont également supposés en cas de prise de calcium. --------Certaines études ont, en effet, mis en évidence un risque accru d’infarctus du myocarde et d’accident vasculaire cérébral (AVC).

Pour les membres de l’USPSTF, la stratégie la plus efficace contre les fractures est d’éviter les chutes.
Et pour cela, rien de mieux que l’exercice physique, écrivent-ils.

«Un médecin peut par exemple prescrire des séances de kinésithérapie pour regagner de la force musculaire, de la coordination dans les mouvements et une plus grande confiance en soi», décrit le Dr Alex Krist qui rappelle que de nombreux seniors limitent leurs sorties par peur de tomber.
La gymnastique douce comme le tai-chi, des exercices d’équilibre ou tout simplement marcher pour aller faire ses courses permet aussi de réduire le risque de dégringolades.

Les experts recommandent également les programmes de prévention adaptés en fonction des facteurs de risques de chaque patient.
En France, certaines caisses d’assurance maladie ou mutuelle proposent par exemple des ateliers de prévention couplant de l’activité physique à des conseils sur l’alimentation et la gestion des médicaments.
La malnutrition, l’automédication ou la prise de certaines molécules comme les benzodiazépines sont connues pour augmenter le risque de chute..

Chaque année, près de 20.000 décès sont recensés à la suite d’accidents domestiques, soit près de six fois plus que ceux causés sur les routes.
«Près de 70% d’entre eux concernent des personnes âgées de plus de 75 ans», précise Alain Bosetti, président du Salon des services à la personne qui se tient Porte de Versailles (XVe arrondissement de Paris) .

l’épineux choix du logement des seniors
=============================
Les habitations ne sont pas toujours adaptées à cette catégorie de population.
Cuisines, séjours, chambres et surtout salles de bain sont les pièces les plus dangereuses à l’intérieur des habitations.
Des travaux d’aménagement ou d’adaptation sont la plupart du temps nécessaires pour améliorer le confort et la sécurité de personnes qui «veulent vieillir chez elles», dixit Alain Bosetti.

C’est là qu’intervient généralement un ergothérapeute. Son rôle? Analyser vos difficultés, votre environnement pour déterminer les aménagements dont vous aurez besoin.
«80% des chutes se produisent dans la salle de bains», explique Anaïs Lagougine, ergothérapeuthe chez Soliha Yvelines, une association qui accompagne les particuliers dans leurs travaux d’aménagement. La raison?
Les personnes âgées connaissent des difficultés à enjamber leur baignoire.

• Votre salle de bains

Vous pouvez envisager de transformer les baignoires en espaces douches avec l’installation de matériels d’équipements tels que des barres d’appui, des sièges de douche ou encore des pare-douches, ces panneaux utilisés autour d’un bac de douche (ou d’une baignoire) pour éviter les projections d’eau sur le sol.
Réaménager votre salle de bains coûterait au moins 5000 euros, selon Soliha. Un coût qui n’est pas toujours à la portée de tous.
«Selon que vous soyez propriétaires ou locataires, vous pouvez bénéficier, de la part de l’État, d’une aide financière comprise entre 35% et 50% du montant des travaux, en fonction des plafonds prévus par l’Agence nationale de l’habitat.
Les locataires doivent obtenir l’accord de leur bailleur avant de pouvoir réaliser ces travaux.
La plupart du temps, les propriétaires donnent leur accord aux locataires mais refusent de les financer», explique Anaïs Lagougine.

• Un bon éclairage

La salle de bains n’est pas la seule pièce tant «redoutée» par les personnes âgées.
Les sols le sont également.
«La nuit, les chutes des seniors se produisent souvent sur les deux premiers mètres, à cause de pertes d’équilibre.
L’idée n’est pas forcément de leur montrer le chemin vers les toilettes ou la cuisine mais de les aider à s’y rendre», explique Xavier Guisthau, responsable de marché France Ouest d’Intervox. Cette marque du groupe Legrand propose des chemins lumineux pour faciliter les déplacements nocturnes sans que les personnes aient à chercher l’interrupteur (le produit est commercialisé 180 euros).
Des détecteurs de présence, installés au pied de votre lit ou en bas ou en haut de l’escalier, allument automatiquement la lumière lors de votre passage et s’éteignent lorsque vous retournez vous coucher.

• Vos sols

Autre astuce pour éviter les chutes:
si vous avez des tapis, pensez à les fixer au sol à l’aide de rubans adhésifs.
Si vous avez du parquet, il est préférable de le recouvrir de moquette ou de tapis munis d’antidérapants.
N’oubliez pas également de fixer au mur les fils électriques du téléviseur, du téléphone et des lampes.

• Votre escalier

Si vous prévoyez des travaux, vous pouvez envisager d’installer un siège élévateur. Sinon, contentez-vous d’une rampe solide le long de l’escalier. Elle vient en appui à la montée et réduit les risques de déséquilibre à la descente.
Dégagez l’escalier de tout objet pour éviter de trébucher. Vérifiez l’uniformité des marches pour éviter des déséquilibres.

• Votre cuisine

Des meubles de cuisines placés trop haut obligent à grimper sur un escabeau, ce qui augmente le risque de chute. Si vous le pouvez, essayez de les fixer à la bonne hauteur, celle des yeux. Pour éviter des douleurs lombaires, pensez à installer l’évier et le plan de travail à la bonne hauteur. Enfin, n’oubliez pas d’installer un détecteur de gaz ou de chaleur pour prévenir tout incendie.




Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
La participation aux forums est réservée aux membres du site.
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
  Devenir membre (30 secondes et gratuit)
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 157 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲