FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
112 connectés : 0 membres et 112 visiteurs Voir la liste     








Aller à :  

Messages | Nouvelle branche de discussion | Répondre | Rechercher
Starting love...
Posté par arthemis le 20/08/2004 07:48:15
Un départ pour une histoire d'amour, mièvre et fleur bleue. Comment on trouve des gens aux moments où on les attend le moins. Comment imaginez-vous la suite de cette histoire ? Proposez chacun votre fin...

Je me le rappelle parfaitement.
Il pleuvait. C’était un lundi matin et l’abri de bus débordait. En conséquence, mes habits étaient trempés et je ne rêvais que d’une baignoire remplie d’eau chaude. En plus, j’étais épuisée par la soirée d’hier, que j’avais passée à corriger les copies des élèves de ma classe de philo. On avait déjà vu plus palpitant.

Et je restais à ma place, à couler du nez et à pester contre ces bus et la RATP –qui m’avait dit la blague, déjà ? Ah ! Oui, Eric, lorsque nous étions encore ensemble. Excellente, la RATP, Rentre Avec Tes Pieds. Toujours en retard. Je fouillais dans mon sac à main et trouvais une raison de plus d’être de mauvaise humeur. Pas de mouchoirs, et oubliée, la carte de bus.
Je reniflais tristement, lorsque, agréable surprise, une main généreuse me tendit un mouchoir. Un Lotus à l’eucalyptus. Je m’en saisis et me tournai afin de remercier cette personne si avenante.

Je ne vis qu’un homme dont la capuche retombait sur le visage. Je distinguai seulement son menton mal rasé. Je bafouillai des excuses, mais lui me dit simplement :

- Ce fut un plaisir.

Allons bon. Un homme dans un jean usé, la barbe de trois jours et les ongles rongés avec une voix pareille. Et ce "parler bizarre" si étrange, si inadapté. Je n’étais qu’une femme seule, tristement célibataire. Je ne savais pas que quatre malheureux mots pouvaient autant me toucher.

Ainsi, il y avait encore quelques malheureuses personnes qui cherchaient le bonheur des autres à n’importe quel prix (notez qu’un mouchoir en papier, ce n’était pas particulièrement coûteux, mais c’était l’intention qui comptait).

Je savais que j’avais l’air particulièrement stupide, mais tant pis. Je me mouchais le plus discrètement possible. Quand j’eus fini ma délicate besogne, il ajouta :

- Vous devriez rentrer chez vous. Vous allez prendre froid.

Je lui adressai un sourire qui en dit long. Du genre : « Mais je suis seule, j’ai besoin de travailler, pour gagner de l’argent, vous savez, ce qui me sert à vivre dans mon appartement vide et triste. »

Finalement, à cause (grâce ?) à lui, je ratai le bus, ce maudit bus que j’attendais depuis une éternité. Je faillis fondre en larme, mais la perspective de passer la journée dans ma chambre, sous la couette avec un bon livre et un chocolat chaud me réconforta. Au fond, au moment même où il me l’avait suggéré, je savais bien que je n’irais pas au lycée.

Finalement, je ramassai mon sac, posé à mes pieds et qui avait pris l’eau (pourvu que les copies ne soient pas abîmées) et je remontai l’avenue.

En bas de l’immeuble, je composai le code et rentrai chez moi. Il m’avait suivi, aussi le fis-je entrer et lui proposai une tasse de café, tout en me demandant pourquoi je l’avais invité, ignorant tout de lui, pourquoi il m’avait suivi, ignorant tout de moi, et je me surpris à sourire.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Starting love...
Posté par micha le 20/08/2004 07:48:15
pas simple pour un gars de composé la suite d'une histoire dont l'héroïne est une fille pas facil de s'identifier o héro en fait !

->
-Une tasse de café ? Je ne veux pas déranger ! Ne croyait pas que je vous ai suivi intentionellement par ailleur... Pour tout dire, je n'ai pas la moindre idée de la cause de mon acte. Mais n'ayez pas peur.

Comment donc une personne au physique, ou du moins à l'apparence, si... rebelle peut etre, différente au minimum, pouvait s'exprimer si bien, et faire tant de cas de mes idées, de mes crainte ?

-J'avou ne pas savoir non plus pourquoi je vous invite... Prenez le en dédomagement du mouchoir !
-Alors ce sera avec plaisir, merci.

Il me suivit donc dans mon appartement... Il était derriere moi, et j'écoutais le moindre de ses bruits, le moindre de ses silences... Je voulais en savoir plus.
Pourquoi donc ?

-Nous y sommes, entrez. Je m'appelle Evi, Evi Hilg...
-Appelez moi Stéphane, si vous le voulez bien.

C'est étrange... habituellement, en retour d'un couple nom prénom, on renvoi un couple nom prénom... Peu importe. Il y a que je veux toujours en savoir plus sur lui, mais je ne veux pas le heurter.
Je respecterais ses tabous.

<-

Voilà, moi je m'arrete là Chacun sa suite, ou chacun à la suite des autres ?

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Starting love...
Posté par arthemis le 20/08/2004 07:48:15
Pas mal !!!

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Starting love...
Posté par head*ache le 20/08/2004 07:48:15
Egarée dans mes pensées, je farfouillais désespérement dans mon sac à la recherche de mes clefs...
"où sont-elles? où sont elles?"
Peine perdue, je ne les avait pas.
alors, je me tournais vers mon hôte et lui avoua lamentablement que nous ne pouvions pas rentrer.
"allons dans le parc."
cette perspective me réjouissait faiblement, la pluie frappant avec rage contre la vitre du hall. mais je n'allais pas refuser. j'avais envie d'être avec lui pour le moment. il émanait de lui une superbe bien rare chez les hommes de mon âge. son silence me troublait.
"soit."
le parc méritait peu cette appellation. il s'agissait uniquement d'un carré d'herbe entouré de quelques malheureux arbrisseaux. mais, au lieu de se diriger vers le kiosque à musique ( occupé bien plus d'ailleurs par les marchands de friandises et de café que par quelconque musicien) l'Homme (...) bifurqua sur la gauche et nous nous enfonçâmes dans le petit bois annexe, que je ne connaissais pas. il était habile, évoluant avec facilité parmis les ornières, les ronces et autres branches traîtresses. je regrettais déjà mon chocolat chaud et mon bain moussant. je m'enbourbais dans le sol marécageux. charmant!
"ce mec a une vision très personnelle du romantisme, je me serais contentée d'un café" et vlan, une branche ds la figure!
" ça va?"
"bienssssuuuur!" je suis sûre que mon mascara a foutu le camp. je dois être hypersex, avec mes joues noirâtres et mon oeil rouge..
... apres 20 minutes ( qui parurent durer toute une vie) d'une marche laborieuse, à peine troublée par les bruissements des fourrés sous la caresse du vent, je vis, camouflée sous une épaisse toison de bruyères et de genièvres, une tonnelle de verrerie décolorée. je m'approchais doucement, c'était très beau. je distinguais à l'intérieur, une causeuse et une table basse en fer forgé corrodé. un magnifique trésor jalousement gardé par la nature.j'allais questionner mon compagnon sur cette découverte quand il me pris par les épaule et me dit...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Starting love...
Posté par arthemis le 20/08/2004 07:48:15
"Il n'est pas impossible que je vous aie déjà rencontrée. Tout le mystère est ou, quand et comment, et surtout pourquoi je vous revoie aujourd'hui."
Je me frottais l'oeil et devait avoir l'air particulièrement ridicule. Il me sourit néanmoins, et je fus envahie d'un émoi encore inconnu.
Mon coeur paraplégique depuis des années se sentit survoler, devenir léger. Peut être était ce la pluie, le vert des feuillages ou l'eau boueuse du marécage qui noyait mes pieds.
Tout semblait écrit et prévu. J'avais en cet instant une envie folle, surréaliste : l'embrasser goulument, férocement, et me laisser prendre par ce désir fou, là, tout de suite, maintenant, sous la pluie, dans la boue ou contre un arbre.
Mais...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Starting love...
Posté par annfee le 20/08/2004 07:48:15
Bien évidemment, mon appart n’était pas rangé. Je me suis mise à ramasser les affaires discrètement (du moins c’était mon intention) tout en parlant de tout et de rien afin qu’il ne se rende pas compte de mon manège. Stupide naïveté, je sais, mais je n’ai pas pu m’en empêcher. C’est psychologique la peur du jugement de l’autre sur son antre.

Arrivée dans la cuisine après avoir déchargé mon fardeau par ci par là, ce qui a eu pour effet d’accentuer l’effet « il est temps de faire quelque chose après 15 jours de retraite spirituelle »

- Café ou thé ?
- Café, s’il vous plaît

- Alors, heu……vous attendiez le bus (Et merde, quelle réflexion stupide)
- Oui me répondit-il avec un sourire, mais sans pour autant venir à mon secours. Je ne savais trop comment m’en sortir sans paraître encore plus pitoyable. Il me laissa m’empêtrer joyeusement
- J’allais au lycée, ou du moins j’essayais d’y aller. (super intéressant ma fille ! C’est ça, continue ainsi si tu veux finir vielle fille)
- Vraiment ? Quelle matière étudiez-vous ? poliment intéressé
- Vous croyiez vraiment que je suis encore étudiante ? Vous m’avez bien regardée ? ne pus-je m’empêcher de m’exclamer.

Ce sourire encore et toujours, un peu goguenard, très doux et chaleureux, pour toute réponse.

- Je suis prof. Je peux vous poser une question ?
- Allez-y
- Pourquoi m’avez-vous suivi ?
- Votre bonnet.
- Pardon ?
- Votre bonnet.
- Mon bonnet, mais qu’est-ce qu’il a mon bonnet ?
- Il est mouillé. Il faut le faire sécher. Et vous aussi.

Avant que je ne sois revenu de mon effarement, le voilà dans la salle de bain en train de me faire couler un bain bouillant. Comme s’il était chez lui. Comme s’il avait toujours été chez lui.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Starting love...
Posté par micha le 20/08/2004 07:48:15
J'aime bien ce qu'a écrit Annfee, mais à priori, çà plait plus que chacun écrive la suite de l'autre, donc je prend la suite d'Ocarina !

->

Mais un grand éclair éclata tout à coup... Je n'avais jamais eu peur de l'orage, mais j'eu l'impression d'un extreme violence dans celui ci, cet éclair en étant l'apogé... Effrayé, je me jeta inconsciament sur lui, me blotissant à ses cotés... Rien de normal, tout celà est même bizarre, je ne comprend pas, c'est comme si cet éclair avait était fait pour çà...
Lui parut un peu étonné, enfin, je le suppose, avant qu'il me preine dans ses bras comme on prendrait un oiseau blaissé dans un but protecteur...
Moi, quand je me suis rendu compte de ma position, j'eu évidement honte. J'étais presque vieille fille, et ce par choix, et d'un coup, je me jette dans les bras d'un homme.
J'eu l'impression que les quelques secondes que je passa dans ses bras avant qu'il m'emmene dans cet... endroit, durerent une éternité, une éternité de bonheur.
Il me fit entrer dans cette tonnelle, en laissant délicatement son bras autour de mon cou...
Pourquoi donc n'avais-je pas peur, moi si craintive habituellement envers les mecs... Il me fait entrer dans ce qui pourait etre interprété comme une garçonière, mais je sais qu'il ne me veut rien... Je n'ai pas peur, je suis prés de lui, je le respire, je vis un moment qui est, pour je ne sais quelle raison, extraordinaire... Je suis heureuse, et pourtant il n'a rien dit, il n'a rien fait, il m'a juste trainer dans la boue, vers un lieu merveilleux...

<-

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
La participation aux forums est réservée aux membres du site.
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
  Devenir membre (30 secondes et gratuit)
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N�752143