FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
139 connectés : 0 membres et 139 visiteurs Voir la liste     








Aller à :  

Messages | Nouvelle branche de discussion | Répondre | Rechercher
Le problème de l'éducation nationale
Posté par saintange le 07/03/2005 00:00:56
J'aimerais soulever un problème. Je ne veux blesser ou attaquer personne, mais seulement mettre des mots sur ce que je ressens autour de moi, dans cette classe de terminale littéraire d'un lycée parisien d'où je viens, chez d'autres lycéens, futurs bacheliers, et même chez des collégiens. C'était il y a quelques mois, en novembre, mon dernier jour de cour. J'ai décidé de suivre les valeurs qu'on m'avait enseignées, qui sont contraire aux devoir que l'on m'imposait ici. Nous sommes libres. On nous a toujours appris que la liberté était une valeur précieuse. Nos ancêtres se sont battus pour elle et c'est, soit disant, une fierté de notre pays, qui semble perdre de vue certains idéaux. "Vivre libre ou mourir" : formule révolutionnaire inscrite au pied d'une statue au panthéon.


Défaillance d'un système éducatif

Venons en au fait : Le majeur problème de notre société se trouve dans l'éducation. Vous augmentez la répression ? Pensez-vous que ce soit la meilleure solution pour empêcher votre jeunesse d'être désœuvrée ? Ainsi, nous devrions bien nous tenir par peur de la répression. Par peur... Bel avenir en perspective. Des adultes irresponsables s'il n'y a ni lois ni répression des fautes derrière eux. Nous ne devrions agir que par peur de l'emprisonnement ou de l'amende (quelle horreur ! On toucherait à mon argent ?). Ainsi vous pensez que le bien se trouve dans la peur. Pourquoi refusez-vous de regarder la source ? La source de tout ?
La source, c'est l'éducation nationale qui la tient entre ses pattes serrées. ET tout le monde s'accorde à le dire. L'école est obsolète, déphasée, branlante... On nous y apprend à y agir par devoir alors même que ces devoirs sont en opposition avec les valeurs que l'on tente de nous inculquer d'abord. On nous apprend à être libre, idéaliste, original, franc, généreux, à avoir des passions et des rêves. Et la seconde d'après, l'école, appuyée souvent par les parents car elle est l'Ecole, l'institution qu'il ne faut pas remettre en question, nous force à être des moutons égoïstes, fatalistes, hypocrites... Et vous vous plaignez de voir une jeunesse démotivée. Comment pourrait-il en être autrement ? Qu'y pouvons-nous ? Est-ce à nous même de nous former ? Peut-être devrions nous le faire. In nous trace un avenir qui ne nous correspond pas... Par sécurité...


La sécurité et le mur

Votre chère sécurité... C'est bien elle qui vous enferme dans un système que vous détestez, que vous subissez. Je vais vous dire ce qui se passe. Nous sommes face à un mur. Nous ignorons ce qu'il y a derrière, et pour cela, nous refusons de le détruire... Par sécurité. Pourtant si derrière ce mur, qui nous cache du soleil, se trouvait un monde plus beau ? Nous préférons ne pas envisager cette possibilité. Je vais vous dire ce qu'il y a derrière ce mur. Il y a un escalier qui monte. Tout au bout, très loin, presque invisible, un monde de perfection. Si l'on se retourne, on s'aperçoit qu'on a déjà monté pas mal de marche, et chaque palier a ses zones d'ombre et de lumière. Et plus on monte, plus on est proche de la lumière, en haut, tout en haut, où ne nous pouvons porter notre regard. Le palier où nous sommes, pourtant, lu, est plongé dans l'ombre : ce mur trop grand le cache de la lumière. Mais il possède une petite porte. Et la franchir seul est trop dangereux : le chemin vers le prochain palier est plein d'ennemis. Mais qu'y a-t-il sur ces paliers suivant ? Pour quoi partir, si nous ne le savons ? Il n'y a encore rien. Car c'est à nous de construire, ensemble, ce qu'il sera, de le décorer à notre goût, de l'embellir. Et plus nous serons de bras à vouloir l'embellir, plus ça ira vite. Et si des experts en décoration veulent bien suivre, ce sera encore mieux.


Moi et mon frère

Je vais vous raconter mon histoire, qui me fait écrire ces mots. Je n'ai que dix-huit ans. Cela devrait discréditer mes dires, n'est-ce pas ? Pas assez d'expérience... Oui, peut-être, mais pas assez corrompue. Encore pleine d'idéaux, d'espoirs, de bonnes choses. Comme sur tous les jeunes et les enfants, c'est sur moi que repose l'avenir du monde. Mais c'est vous qui nous formez... à votre image, alors que vous devriez innover. Au fond de nous tous, nous savons ce qui est bon ; Mais vous, adultes "réfléchis" êtes freinés par la peur. Nous l'avons moins, cette peur. Nous avons plus d'espoir. Et ne dites pas que c'est un espoir inconsidéré. Nous avons avec nous une force que vous avez oublié.
Je suis actuellement dans mon dixième établissement : deux maternelles en province dont une à la campagne, une primaire publique, une primaire privé, un collège public, un collège privé, un internat, puis à mon arrivée à paris, trois lycées privés. J'ai donc un aperçu assez général de l'enseignement... Et bien ils sont tous pareil. Bien que dans le publique, le fait est que l'on s'amuse lus et qu'on apprend moins que dans le privé. Ils sont tous pareils, car on y apprend les mêmes choses. Les mêmes doctrines. Et surtout la même dynamique : le bac. Trois lettres magiques, clé qui soit disant ouvre toutes les portes. Certes ni celle du bonheur ni celle de la richesse en soi. Et moins encore, celles de la générosité, de l'originalité, de l'idéalisme, et surtout, surtout de la liberté. Car il s'agit surtout de la clé qui ferme la prison de nos vies. En deux mots : en entre environ 3 et 18 ans, le but ultime est le baccalauréat. On ne va pas à l'école pour apprendre, s'enrichir, se cultiver, évoluer. Non. On y va pour une sorte de morceau de papier qui vaut de l'or aux yeux de note société. Combien de "c'est pour mes parents que je le passe" ai-je entendu ? Combien ? "Je ne veux pas les blesser" ; je le dis moi-même, raison pour laquelle je suis forcée de le passer en candidat libre. Et j'ai beaucoup de peine en pensant que ma décision récente d'arrêter les cours au lycée les déçoit. Comment ne peuvent-ils comprendre que ce lycée nous englue ? Qu'il nous empêche d'avoir ce qu'ils désirent tant que nous ayons ? Si les décevoir est le sacrifice à faire pour un avenir plus beau, je paye le prix. Et je sais que je récolterais mes fruits : ils seront fiers de moi. Mais une voix considérée comme normale ne peut, en toute logique, mener nul part.
Depuis le CP, mon frère a des difficultés scolaires. Il est dyslexique. Et pourtant je me souviens bien de ce qu'il apprenait, mine d'informations en tout genre, dès mon plus jeune âge. Quand nous avions lui 8 ans et moi 6, nous avons repris un guide quant à l'identité de deux divinités grecques. Il était dit "surdoué". Mais dyslexique. Bref, mon frère : un garçon intelligent, cultivé, dont tout son entourage s'accorde à dire qu'on ne peut le haïr, très juste, trop juste, (peut-être est-ce sa faiblesse. Oui, il semblerait que dans ce monde être juste est une faille.), Et dont l'aïkido a formé un esprit droit, serein et plein d'honneur. On l'a poussé à suivre une voix normale ; il a raté son bac. Aujourd'hui son esprit artistique s'épanouit dans la photographie, qu'une école lui apprend malheureusement à la manière... Scolaire. Mais il jouera une pièce de théâtre dans quelques mois et a créé une association de jonglage et pyrotechnique pour des jeunes. Il semble trouver sa voix, enfin... Mais !! Il gagnera mal sa vie, dit-on, le pauvre, pauvre, a redoublé deux fois, et n'a pas ce qui aurait fait de lui un homme : le bac !


Le formaté parfait et le pauvre artiste

Il est donc un de ces rebuts de la société... Pauvres artistes, pauvres intermittents du spectacles... Vous avez raté votre vie. Vous êtes des ratés... Comment oser dire cela ! Comment oser le penser ! Comment les montrer de la sorte du doigt ! Ils sont les seuls méritent de cette société, les seuls à créer, à innover, à réussir à s'extirper de votre gouffre où nous devrions tous foncer, plonger, en bons moutons de panurges ! Pourriez vous m'expliquer pourquoi la meilleure personne du onde n'a pas les égards de notre société ?
D'autre ont à vos yeux un appas plus digne : l'argent, la "réussite sociale". Ceux là feront de grandes études. Avec pour seul mérite d'être des travailleurs acharné. Pas de réflexion. Que la suivie d'un code, de principes, sans rien, finalement, de personnel. Bravo ! Formatage réussis. Eux ont tous les honneurs. Est-ce là vote justice ? Est-ce là celle que l'on enseigne aux enfants ? Est-ce là la voix du bien que l'on nous somme de suivre ? Et bien alors, en effet je n'ai rien comprit et j'aurais du poursuivre le formatage. Désolée.
J'ai été renvoyé de mon lycée l'an dernier pour avoir suivit des valeurs que l'on m'avait dit, et que je jugeais bonnes : la libre expression, la franchise... A vrai dire, j'ignore pourquoi j'ai été exclue. Je ne fais que supposer. Le fait est qu'ils ont inventé un prétexte pour se débarrasser de moi. D'abord entant que déléguée, puis entant que simple élève. A pâque mes résultats n'étaient pas bons. J'avais des migraines qui m'obligeaient à aller à l'infirmerie. On m'accusait de mentir, évidemment, de jouer la comédie. Les migraineux comprendront ma souffrance. Seuls eux le peuvent. Convoqué par un professeur, j'ai té prévenue que je devais me reprendre... Ce que j'ai fait. Première en français et de bonnes notes dans toutes les matières. Mais j'étais toujours de trop. Je faisais parti des non moutons. Ça n'allait pas. Alors ils m'ont mit dehors. Un autre exemple de la justice que l'on devrait apprendre à l'école ; et bien moi je le refuse.


Choisir vivre la liberté

Voilà. Aujourd'hui, j'ai décidé de suivre mes idéaux, pour m'en sortir, non sans égratignures, mais libre. Je joue du piano dans un groupe de musique qui commence à marcher. Mais surtout dans lequel je m'épanouis. Comme j'aime souvent le dire, je suis une sorte de gitane. Bien que je n'ai pas encore trouver la terre qui me conviendrait, bien qu'il n'y en ai peut-être pas, j'ai ma maison sur mon dos. C'est juste quatre mur et toit. Quatre mur de musique, et un toit d'amour. Par ce que j'ai cette chance, aussi, d'avoir trouvé quelqu'un pour m'abriter de la pluie. C'est peut-être qu'une maison comme ça, une maison de dos, mais ça me protège un minimum. Et puis au moins je m'y sens chez moi. Puisque je n'ai pas de terre à moi... Il faut faire avec. Alors je voyage, ma maison sur mon dos, mon courage sur le cœur, pour trouver une belle terre ensoleillée où poser définitivement mon bagage. Et ça viendra. Et si ça ne vient pas, je la construirais de mes mains. En attendant, si on ne me laisse pas vivre ainsi, pleine de valeurs, d'espoirs, d'idéaux, je ne voix pas l'intérêt de vivre ! Si seulement vous vous rendiez compte que le bonheur ne se trouve pas dans l'antiquité que vous avez construite... Je vais vivre. "Vivre libre ou mourir" ? Je vais vivre ! Vivre dans la lumière du soleil, loin de l'ombre de votre mur. Je n'ai pas de haine. Que de l'espoir. Espérez la liberté !

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le problème de l'éducation nationale
Posté par damsy34 le 09/03/2005 14:37:55
Faut pas le prendre mal mais on dirait un mauvais devoir de philo... des idées mais pas de formes, il y a un semblant de plan mais ca part dans tt les sens et ca en devient indigeste. Tu restes sur la forme et ne va pas au fond de tes idées...
et puis , si je peux me permettre juger tout une societé sur ton unique experience c'est assez moyen. Attention ne me fait aps dire ce que je n'ai pas dit , biensure ton histoir ea de l'importance mais ce n'est pas la societé qui est mise a mal dans ton article , ni l'education nationale, mais l'image que tu t'en ai fait a partir de mauvaises experiences...
Quand a te faire remercier de ta presence dans ta classe... il n'y a pas de fumée sans feu... et si il n'y avait reellement aucune raison valable a te forcer a te presenter en candidat libre tu as des droits (oui oui ces bouts de phrases rassemblé en code qui vont , eux aussi a l'encontre de ta petite idée de la "liberté"... d'ailleurs a ce propos tu as du un peu secher les cours de philos) et il faut les faires respecter!

Qd au systeme scolaire je serais tenté de dire que tu n'es pas obliger de tout prendre pour paroles d'evangile !

les grands mots dont tu uses me font doucement rigoler. Tu parles de liberté de justice ou encore de sens artistique sans reelement en peser les consequences.


"Le formaté parfait et le pauvre artiste

Il est donc un de ces rebuts de la société... Pauvres artistes, pauvres intermittents du spectacles... Vous avez raté votre vie. Vous êtes des ratés... "

Qui a dit ca ??? Je pense que tu deformes des idées de reformes contemporaines là ... Ce n'est pas parcqu'on touche a des allocation chomage ou autre qu'on ne considere plus une branche de la societé!

"Comment oser dire cela ! Comment oser le penser ! Comment les montrer de la sorte du doigt ! Ils sont les seuls méritent de cette société, les seuls à créer, à innover, à réussir à s'extirper de votre gouffre où nous devrions tous foncer, plonger, en bons moutons de panurges !"

alors faudrais dabord ce mettre daccord sur la notion d'art , si pour toi c'est l'absence de regles, de cadres dans une matiere comme semble l'expliquer ton texte ca me parrait difficile... faut bien instorer des normes (meme si elle ne sont partagé que par nous ) pour emmetre un jugement... Meme en photos (et oui ce sont des etudes "scolaires" y a pas le choix quand il faut aprendre des normes pour ce comprendre , meme en photo c'est le cas).
Et puis si tu prend ca au sens travail minutieux (art, etimologiquement, venant d'artisant) Le droit ou la medecine ou tout autre choses bien executé en font parti.
Si l'art c'est inové alors les sciences dites dures ou les sciences molles le sont aussi... une simple etude epystemologique te permettrai de comprendre que la science avance par paradygme/ revolution succesive, les personnes comme Einstein ou Descartes pour ne parler que de la physique (mais ca se verifies dans ttes les matieres ) ont inové en proposant des idée nouvelle , ca peu en faire un art si on en prend la definition proposé au dessus.

Conclusion : l'art c'est un travail bien fait et original selon des "normes" fixé par la societé donc ta critique sur ttes les autres activités hors monde des intermittents et , d'une non justifié , de deux fait encore plus preuve d'intolerance que celle que tu montre du doigt envers ce dernier groupe.

Meme ma critique est bordelique tellement tu abordes de sujets dans un texte si petits.
Ton probleme est philosophique et pourtant tu te contente d'une explication et fondé sur des exemple de la (ta ??!!?? ) vie quotidienne.
Dommage...
Et oui tu manques de maturité pour aborder un tel sujet , mais tu as entierement le droit de t'exprimer dessus... le probleme c'est qu'a ne suivre aucun code comme tu le dis , et bien ton article en devient boardelique au possible (un peu comme mon post , mais qui a l'excuse d'etre fait en deux minutes et ne s'adresse qu'a toi ).
Le premier but de l'ecole c'est de permettre au gens de se comprendre entre eux (et ce jusqu'au bac )... a mediter pr ton article

(j'en ai meme la flemme de corriger les fautes et de donner un ordre moins chaotique a ma critique telement ce texte n'en vaut pas la peine.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le problème de l'éducation nationale
Posté par funf le 09/03/2005 22:21:22
damsy
jcrois que t'as pas bien compris le texte, tu cite justement ce qu'il/elle rejette

ma foi, cette descution jlai deja eu avec pas mal de monde et oui , je te comfirme, les moutons sont une realité, et oui, on derange mais on vit qu'une fois

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le problème de l'éducation nationale
Posté par geena le 09/03/2005 22:22:38
il y a du vrai dans ce que dit damsy...en effet dans l'idéal c'est bien beau d'etre "totalement libre", mais l'es-tu réellement? comment faire plus tard pour nourrir ta famille si tu traverses une periode difficile? ceci n'est qu'un exemple trouvé en 2min, mais je ne pense pas que la vraie liberté soit de dire "merde" a toute forme d'autorité, car la tu te fermes des portes au lieu de t'en ouvrir...
cela dit : si tu trouves le bonheur dans ce que tu fais alors tu as bien agi. mais fais quand meme attention avec les phrases extremes du genre les "moutons de panurge"...ne sous-estime pas l'ennemi ma chere! sur ce bonne chance pour ton avenir, j'espere qu'il sera ensoleillé!

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le problème de l'éducation nationale
Posté par seul le 10/03/2005 00:19:56
Je voudrais dire merci au petit ange qui a écrit cet article.

A geena que l'auteur de cet article, elle ne dit pas merde à toute autorité, car une autorité elle en a une. Son âme, et son coeur.. et elle utilise son cerveau utilement (ou au moins avec cette volonté ce qui n'est pas le cas de tout le monde.

Ce qui vous retient dans la compréhension de ce qui se trouve dans ce texte, car au fond il faut y regarder de plus près, ou plutôt de plus loin, c'est que ce qui vous retient dans vos raisonnements, sont tout d'abord vos peurs, peurs peurs peurs, toujours.. ce n'est pas une vie ça d'avoir peur. Ainsi vous allez vivre dans la peur, autant dire sous la contrainte !? Pas pour moi merci...

Vous avez tellement bien appris à 'formater' les choses, comme elle dit, que vos formattez aussi les gens.. c'est normal, il ya quelques idéalistes sans avenirs et de gros voraces répugnants qui réussissent à s'en mettre plein les fouilles..
Et puis, vous trouvez que les discours politiques qui sont prétendument là (les politiques) pour améliorer le monde .. vous trouvez qu'ils sont bien conçus, qu'ils ont un but, des 'idéées' ? .. hein, franchement !?

Et non, geena, elle ne sous-estime pas 'l'ennemi'.. ben tiens, les autres humains sont des ennemis c'est classique de l'endoctrinement ça, course course, gagner gagner, être le meilleur.. le meilleur ! Ya pas beaucoup de place ici alors faut se faire sa place au soleil.. mais ce ne sera jamais qu'un soleil glauque.

Vous avez remarqué que vous êtes programmés pour atténuer les propos d'espoir, atténuer les propos de haine etc.. donner du plus au moins et du moins au plus.. ça s'appelle normaliser ça ! Comme si la vive ne pouvait être autre chose qu'une suite de réaction prédéfinies, qui tend à nous faire penser 'c'est dur, mais c'est comme ça, c'est la vie..' . Dites à votre esclave que c'est ça la vie quand vous êtes pleins aux as à côté de lui.

Cette personne là a de l'espoir, c'est quelque chose de grandiose, vraiment.. et je voudrais vraiment la féliciter du fond du coeur ! Et lui dire 'tu n'es pas la seule'.
Aux autres : vous ne mesurez pas à quel point vos réactions sont prédéfinies... on vous apprend que c'est naturel en tant que jeune adulte de vouloir changer le monde mais qu'au fond il est toujours là parce qu'il est bon... mais non, ce n'est pas parce qu'on nous dit que le changer n'a jamais réussi que c'est irréalisable !




La plus grand réussite actuelle est de faire tellement croire aux gens qu'ils sont libres, qu'ils finissent par croire sincèrement que c'est vrai.. mais l'est-on, libre ? non.. on doit se conformer à la société qui semble parfait vu que c'est une obligation de s'y conformer. La meilleure dictature est celle qui fait croire qu'elle n'en est pas une, qu'elle rend libre et heureux.. et on impose à coup de bombes ces idées là, de liberté.. ça sonne faux, vraiment.
Autre chose, si la société occidentale tient le coup encore un peu, c'est parce qu'elle livre du confort à domicile, en guise de liberté, du confort, du 'plaisir'. Seulement ça s'arrête peu à peu.. De toute façon la Terre ne tiendra plus.. tout celà va s'arrêter tôt ou tard, et le train-train quotidien ne sera plus suffisant à se dire que ça continue comme avant, même si chaque jour ressemble au précédent.

Bisouss, désolé si ce commentaire est peut être aussi long qu'un article, je ne me rends pas bien compte. Celà dit il faut s'éloigner le plus possible du monde pour comprendre ce qui se passe réellement. Et penser à tout celà pour chacune de nos opinions si l'on veut qu'elle concordent, puisque vous parliez de cohérence des idées...

La raison est parfois un poison, le coeur est toujours une oeuvre..

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le problème de l'éducation nationale
Posté par killerman le 10/03/2005 09:07:53
je trouve ton article super tu dis exactement ce que je pense et en mieux merci de ne pas subir cette autorité de s'en soustraire il faut changer l'education avant tout.
on apprend exactement les memes chose que nos ancetres mais ce n'est pas cela que nous devons apprendre c'est comment construire un monde meilleur.
c'est impossible d'evoluer si notre education est copiée sur celle de nos parents.
et pensez en 2050 si nous recevons toujours le meme systeme d'education compte tenu des decouvertes qui seront faites d'ici la ils auront encore plus de choses que nous a apprendre.
et c'est cette meme education qui fabriquent le plus souvent les mals au dos les scolioses etc ...
qui n'a jamais souffert de cela.
a bon entendeur salut

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le problème de l'éducation nationale
Posté par saintange le 11/03/2005 13:41:56
merci pour tous ces commentaires constructifs...

j'aimerais surtout repondre, plus pour m'expliquer qu'autrechose (bien que "seul" l'ai déjà fait en parti en ce qui concerne le "changement de point de vue" à damsy.

tout d'abord merci de cet critique si sincère.
la philo est en grande partie l'art de la dialectique, rien de plus, et je ne cherche pas à faire de la dialectique ni à conveincre qui que soit, et, merci, j'étais très bonn en philo ! mais là je ne fais pas une disserte, j'expose ce que je ressent... c'est vrai, je ne vais pas au fond des chose, je ne voulais pas écrire un bookin. mais surtout, du haut de mes 18ans, comment pourais-je faire plus que présenter ma vision des choses? je ne la pense pas fermée, ni toute faite, ni basée sur mon unique expériance (bien qu'en grande partie c'est certain), encore moins sublective, sinon je ne l'exposerais pas. masi il est vrai que je n'ai pas la... "maturité" des plus vieux. et c'est justement la dessus que je me fonde. je ne prétend pas l'avoir. mais je pense cepandant que c'est une force ou du moins un point de vu interessant.

en ce qui concerne le bordel, dans la construction, je l'ai dit, je ne cherche pas à faire un devoir de philo. en ce qui concerne ma vision.. quoi... à t'endendre dire, je dirais "annarchique" au sens vulgaire, non, nul part je ne mentionne quoi que ce soit contre une structure. seulement, je m'insurge contre Cette structure. ce qui ne veut pas dire qu'il ne peut en exister d'autre, heureusement, sinon... c'et mal baré. de même, je suis sorti du cadre. j'ai trouvé un autre cadre. mais le mien.
"elle ne dit pas merde à toute autorité, car une autorité elle en a une. Son âme, et son coeur.." ça c'est assez vrai, seul... c'est l'autorité de ma pensé, mon autorité propre, masi ça ne peut être par exemple une autorité colective, malheureusement, à moins que nous n'ayons tous qu'un seul ceour, ce qui ammenerais à une m^me sensiblité... ce serait triste. masi si déjà chacun avait pour autoité propre celle du coeur, nous fairions des autorités communes plus juste à mon sens... enfin, c'est un autre débat.
tu parle des droits en disant qu'ils vont àl'encontre de ma "petite idée de la liberté". non. je suis très heureuse d mes droits, héhé, quelle idée? à moins que j'ai mal compris comme je le pense ce que tu as dit. j'a écrit un jour dans un sorte de chate personnelle "ai tes propres lois, si elles sont justes, tu n'auras pas à suivre celles des autres". je suis rvenu là dessus. il faut faire des conssetion à moins de partir vivre en hermite, ce qui est aussi un droit le plus total.

ah, non,ne me dites pas "réponse pas du tout organisé", on se croirait à l'école, et j'ai l'impression qu'on corrige une de mes copie, ce à quoi je ne suis plus habituée... par contre, j'aime qu'on me dise ce qui ne va pas dans ce que j'écrit avec un maximum d'objectivité. j'a tout de même aimé ta réaction qui allait assez dans le sens de ce que j'ai écrit. c'est là ou funf avait raison.

quad à nourir mes enfants, geena, n t'en fait pas, malgès ce qu'on dit, il y a des gens qui vivent de l'art. et pas seulment des "lories"... (c'est un exmple comme ça. je connais pas assez pour dire, mais c'est pour donnerun nom à une généralité, enfin vous voyez quoi...) et je compte bien en arriver là (heu pas à lorie, hein...) imaginez... vivr de sa musique.. c'est aps une idée splendide, ça?... j'ai été surprise en voyant que des gens ne partageaient pas cet avis... comment ça se fait? vous savez vous?

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le problème de l'éducation nationale
Posté par geena le 11/03/2005 18:26:44
wahou
je suis etonnée a quel point des gens retournent mes arguments contre moi...je rectifie donc le tir : je ne voulais pas du tout te descendre chere saintange! j'admire ta courageuse décision et je respecte bien tes arguments dans ton dernier message.je crois avoir mieux compris ton point de vue qui n'est pas tout a fait le mien, mais apres tout c'est tant mieux comme ça non?seul a été tres aggressif(ve) avec moi, injustement car je ne demandais qu'a comprendre.c'est chose faite.
quel que soit votre choix de vie, soyez heureux!
bisous

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le problème de l'éducation nationale
Posté par damsy34 le 11/03/2005 20:22:35
ecoute je serais ravis d'en parler plus "serieusement" via msn ou aim

Damsy34@aol.com pr aim
Sephiroth34200@hotmail.com pour msn

Vouala, je vais pas refaire un speech de 40 pages desolé (ou heureusement pour d'autre lol) mes etudes ne m'en laissant pas le temps pr le moment ++

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le problème de l'éducation nationale
Posté par bugbug le 19/03/2005 11:59:10
Il y a tellement de choses que je trouve fausse(et que j'ai du mal a comprendre) dans ton arcticle, je vais essayer d'abréger.Damsy35 a déja dit pour moi pas mal de chose juste.
"on nous force à être des moutons égoïstes, fatalistes, hypocrites..." excuse mais je suis au lycée et je vois pas du tout de quoi tu parle.donne des exemple.
Il faut arreter de tout voir en noir.
"vivre libre ou mourrir", moi aussi je suis atachée a cette formule et c'est pas pour autant que je déteste l'école.L'école nationale est une chance car elle est gratuite et permet a tout le monde d'avoir acces a des études gratuite(contrairement au etat unis,ou l'enseignement sup est payant pour etre de qualité. Elle va me permettre de faire le métier que je veux et sans elle j'aurai été bien malheureuse. C'est ca le liberté de choisir ou non d'aller a l'école.Et c pas inscri ds la constitution que les parent ou autre, on a fermer leur gueule qd tu fais qqch qui ne leurs semble pa just.Mais tu est qd mm libre de le fair..

"ET tout le monde s'accorde à le dire. L'école est obsolète, déphasée, branlante... " Dit pas n'importe quoi.Ya pas tt de mde ki di ca.Et donne des exemples ca ne me parle pa du tt.

Il fo arreter de voir la vie en noir.Tout critiquer a tort et a travers, ca ne forme pa une société équilibré.Moi aussi g eu envie de tt balancer et de tt critiquer parfois.Mais il fo voir la réalité en face et je crois bien que les pb de l'ecole nationale ne s'arretent ka des kestion de suppression de poste et autre..
J'aurai aimé en ecrire plus mais g pas le temps aujourdhui et je croi bien ke c un dialogue de sourd.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le problème de l'éducation nationale
Posté par saintange le 23/03/2005 15:16:00
à mon avis tu n'as pas comprit ce que j'ai écrit, ou tu n'en a pas capté l'essence et le fond...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le problème de l'éducation nationale
Posté par mystique_777 le 11/07/2005 19:17:40
Je tiens à exprimer dans un tonnerre d'applaudissement mon admiration sincère envers la personne qui a écrit cet article. Je m'adresse directement à cette personne pour lui dire: "tu as compris ce qu'elle était la vie, et non pas ces rambardes inégalitaire qu'a construit l'homme!Il n'est pas parfait, et y voit trop peu pour se dire Dieu! Je suis malheureusement dans ce cas, où j'ai redoublé deux fois ma seconde, non pour question de compétence ou d'intelligence, mais le système ne me convenait pas et me faisait peur! J'ai une cousine en fac de droit, qui a fait une dépressions car elle ne sortait plus, ne mangeait presque plus pour réussir ses examens; ces révisions pouvait se finir à 3h du matin pr se lever à 6h...
Maintenant je suis en Bep volontairement, je pouvais passer en premiere générale, mais j'ai sacrifié mon image (eh oui, quand vous annoncez vous allez en BEP, les gens ont une autre vision de vous et vous prennent pour un déchet de la société pour me consacrer plus de temps à ce qui m'est le plus chère et donne un sens à ma vie, la musique. Le simple fait de prendre ma plume et d'étaler des notes ou des mots inventés par le coeur, tu te retrouve dans ce fameux tourbillon de rêve, volant au dessus de ces barrières qui cachent le soleil comme tu dis.
Je te donne mon adresse,nellylatrech985@hotmail.com, et j'espère pouvoir partager d'avantage de mot sur ce sujet ou tout simplement parler de philosophie, une passion qui je crois nous avons en commun.
A bientôt

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le problème de l'éducation nationale
Posté par saintange le 13/07/2005 16:12:29
on est d'accord pour la musique ! au fait, je tien a dire que j'ai eu mon bac, et oui, malgrès le fait que j'ai arrété les cours. et c'est dnas les matière que j'ai vraiment travailler seule du bébut à la fin (litterature et art, qui étaient des matières nouvelles) que j'ai eu les meilleures notes (12 et 15, et 16 en art facultatif). voila. trouver l'erreure...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le problème de l'éducation nationale
Posté par adams.d le 25/07/2011 14:15:35
Je viens de tomber dessus... Je suis choquer que tu es écrit cela en 2005 !!! Et que rien ai changer.
J'ai 20ans, et à ton âge je voulais déjà arrêter l'école mais j'ai pousser jusqu'à entrer à la Sorbonne Paris IV - Licence de Philosophie, et rien.
Excepter un cours où le professeur est vraiment excellent.

Je compte créé mon école et je pense réellement que ça pourrait te plaire, c'est tout à fait en accord avec ce que tu as dis et je pense qu'après 6ans, tu as due avoir d'autres idées et j'aimerais partager les miennes avec toi "SAINTANGE".

Je vois que tu n'es pas inscrit mais bon, sait-on jamais... Peut-être tu tomberas dessus: Adams.Diarra@gmail.com

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
La participation aux forums est réservée aux membres du site.
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
  Devenir membre (30 secondes et gratuit)
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N�752143