Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     
Aller à :  

Messages | Nouvelle branche de discussion | Répondre | Rechercher
Perversions
Posté par ida le 16/04/2005 00:00:56
Le fétichiste admire d'une façon exagérée et sans aucune réserve une personne ou une chose mais la plupart du temps une personne à travers une chose lui appartenant, la définissant, la symbolisant au point que la chose devient plus importante que la personne elle-même. C'est le cas du fétichisme du pied, de loin le plus répandu : nul n'osera oublier cette pantoufle de Louise Colet que Flaubert caressait à la lumière d'une bougie après avoir réécrit pour l'énième fois le deuxième chapitre de L'éducation sentimentale et à laquelle il dédie de nombreuses pages de son journal (c'était des pantoufles noires avec une broderie en rouge) et qui avaient été achetées par le mari de Louise lors d'un voyage de plaisir au Vietnam.

Poussant sa perversion à l'extrême, le fétichiste peut très bien se passer du propriétaire de l'objet de sa passion. Il faut donc faire bien la différence entre l'amant qui vole furtivement une culotte de sa maîtresse pour l'adorer en silence les soirs où elle ne veut ou elle ne peut pas aller le voir et l'homme qui n'a pas de maîtresse et qui n'éprouve aucune envie d'en avoir une : cet homme n'a pas besoin d'une personne permanente ou intermittente pour satisfaire son instinct sexuel. Il lui suffit d'aller dans un magasin, rayon sous-vêtement où il achète des bas noirs et des soutiens gorges avec profusion de dentelles, le tout agréable au toucher mais complètement dépersonnalisé. Et pour cause : ces pièces sortent directement de l'usine, sentent le nylon et ne seront jamais portées par une femme, indépendamment de son ethnie. Ce fétichiste est appelé "fétichiste à l'état pur", et ses principales caractéristiques sont que les odeurs naturelles de la femme le dégouttent et ses sécrétions le font vomir notamment si elles sortent du vagin. Son trip c'est l'objet immaculé, dépourvu de toute trace de l'humain. Et il n'a aucune envie d'aller voir un psy pour devenir comme les gens dits "normaux" parce qu'il est heureux comme il est et qu'il ne fait du mal à personne. Est-ce que les gens dit "normaux" sont heureux ? Se demande-t-il. Non, en général ils font semblant pour ne pas s'éloigner du troupeau car un éloignement du troupeau, même très léger, ça fout la trouille.

Maintenant que vous avez réactivé vos connaissances en matière de fétichisme, dont le fétichisme du pied est de loin le plus répandu et comporte deux types de malades : le fétichiste pur et l'impur, nous pouvons entrer dans le vif du sujet : le fétichiste du mot. Il s'agit à peu près de la même chose mais avec des mots à la place de pieds, bas, strings léopard, pantoufles, etc.

Le fétichiste du mot manifeste sa perversion par exemple, en tatouant le pseudo de sa bien aimée un peu partout : sur tous ses cahiers, sur des billets, des tickets, des bulletins de notes, des feuilles de sapin tombées de l'automne mais le bout de sa langue peut-être aussi percé par un piercing portant le nom de sa petite chérie. Quand il est seul chez lui, il prononce à voix haute les phrases les plus ingénieuses, les plus intelligentes que l'élue de son cœur ait pu prononcer. Il essaye d'en dévoiler le mystère, de décortiquer tous les sens possibles, de déplacer les smyles pour voir ce que ça donne s'ils se trouvent sur internet. Il visualise l'image acoustique de ses mots, à elle, au moment où ils sortaient de son clavier en plastique, il se représente dans son esprit l'énervement de ses petits doigts, la lueur de ses yeux excités, l'émotion de sa gorge immobile. Il idolâtre cette conne. Cette déesse a son piédestal en sang au centre de son cœur où il s'incline pour lui démontrer la ferveur de sa dévotion. Cela est doux. Et suffit largement à toute sorte de jouissances : physiques, cérébrales, spirituelles.

Mais le fétichisme du mot, malgré ses ressemblances ne doit pas être confondu avec la bibliophilie, cette perversion rare dont on ne parle pas ou presque. Par manque de documentation scientifique, je préfère de vous la présenter à travers d'un extrait tiré du roman A la recherche du plaisir voulu (paru chez Gallimard) de la romancière et journaliste Mente Use, dans lequel celle-ci met en scène une femme atteinte de bibliophilie. Le voici :

"elle masturba vigoureusement son livre : le dos, la couverture, les pages ; mais ce qui la mettait hors d'elle au point de manger de bouts de papier cru alors même qu'elle redoutait les épaisses diarrhées vertes du lendemain, c'étaient les illustrations en couleurs. Avec une cigarette de la marque gauloise, prouvant ainsi sa francophilie -comme quoi l'accumulation de maladies est possible- allumée et achetée spécialement pour ces activités nuisibles mais délicieuses, cette non fumeuse opérait de petites brûlures sèches sur les images et les photos et au moment où la blessure infligée au papier commençait à exhaler un délicat odeur d'incendie, elle atteignait le premier orgasme, qui se déclanchait inexorablement par les bouts de seins. Ensuite, elle arrachait les pages une par une, commençant toujours pour la première dans le but d'en arriver à la dernière. Toutes les vingt pages, elle tombait en pâmoison. On comprend pourquoi ses préférés c'étaient les pavés : au-delà de 600 pages, l'extase ne connaissait plus de limites : le voyage interstellaire était assuré et elle ne pensait pas au retour, elle ne pensait à rien, vu que sa tête était devenue le superbe vide universel. Ce mardi gras, pourtant, elle fit quelque chose d'inaccoutumé : elle prit du deuxième rayon de sa bibliothèque La sculpture et l'architecture chez les anciens grecs, un petit essai qui n'arrivait même pas aux 60 pages mais dont les illustrations lui promettaient des voluptés nouvelles. Avec un cutter, Claire charcutait des colonnes grecques de pierre calcaire d'un très beau poli et des capitaux corinthiens taillés sur leurs quatre faces et des plafonds et des cupules et des voûtes ; tout en gémissant de plaisir elle guillotinait des Vénus et des Apollons en marbre de Carrare ; et que dire de ces pauvres Eros desquels il ne restait plus que des flèches sans arcs ?

La seconde avalanche de vagues orgasmiques correspondait à ce que, dans un repas, nous appelons "le désert". Elle s'attaquait alors aux exergues, aux notes de renvoi, aux annexes et aux bibliographies, tout en accordant aux plans et graphiques la valeur de cerise sur le gâteau. Sur ces parties privilégiées Claire laissait tomber des gouttes de cire brûlante et au moment où celles-ci refroidissaient sur les pages imprimées sa bouche se remplissait d'une copieuse salive, signe d'une imminente explosion de paradis qui se projetait comme une fusée de la terre à la lune et vice-versa."

Bon, le but n'est pas non plus de vous taper le livre en entier. Mais si ça vous intéresse, il coûte 27,50 à la FNAC. Et si vous vous êtes rendu compte, en lisant cet article, que vous êtes atteint de fétichisme du mot ou de bibliophilie, n'hésitez pas à faire le nécessaire pour guérir au plus vite : la vie est trop courte pour se permettre d'être malade.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par nösgöth le 16/04/2005 01:59:12
héhé, perversion, décadence.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par tsouki le 16/04/2005 03:42:50
c'est déjà mieux que tes articles sur dieu......

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par maskevousonegaze le 16/04/2005 05:06:06
Oula !!!
Je commente au fur et a mesure paske G pas bcp de neurones en fonction.
"Nul n'osera oublier" Doucement l'ami la ça peut heurter la sensibilité des plus jeunes tout ça ! Et vive la confiture !
Heu c'est quoi le probleme des ethnies ? Il me semble pas que ça change l'odeur ni la configuration ?!(on maurait menti ?)


Heu elle va se faire mal avec le livre la...

KOI mais c'est de la PUB !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Je m'insurge ! Comment oses tu !
T'a de la chance que ce soit de la pub pour un livre !!!!

Non je deconne... excusez mes emportements successifs !

Ok je sors.....

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par labiche le 16/04/2005 11:07:04
Lol, et toi t'es atteint du fétichisme de trucs à la con. Non, je déconne, c'est intéressant. T'aurais dû ajouter l'idôlaterie (avec le pape par exemple...) qui est très lié au fétichisme. Et je pense que la bibliophilie doit pouvoir s'étendre à d'autres objets.....
Et tu dis que ces gens atteints devraient se guérir? Pourquoi? S'ils sont heureux comme ça. Ils font de mal à personne (ah si aux livres !!).

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par jerome0901 le 16/04/2005 11:40:20
Mais... Faut pas confondre bibliophilie physique et bibliophilie intellectuelle !! Personnellement, je me vois mal faire un plan SM avec un livre (ni avec qui que ce soit, d’ailleurs).

Et les bibliophiles qui « font l’amour » avec leur livre en ne leur faisant pas de mal et en ne se masturbant pas, tu en penses quoi ? Tu oublies ceux qui lisent comme si une histoire se déroulait sous leurs yeux, sous leurs mains, devant soi, ainsi que ceux qui sont habités, ou qui habitent, le monde créé par le pouvoir de l’écrivain et de l’imagination du lecteur.

Finalement, ces bibliophiles-là font l’amour avec qui ? Le livre, l’auteur, ou eux-mêmes? J’attends ta réponse avec impatience, afin de pouvoir me cataloguer assez rapidement !

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par azalia95 le 16/04/2005 19:24:12
J'hallucine, celon toi, les bibliophile, feraient l'amour avec leur livre.
Moi par bibiliophile, j'entend "celui qui aime les livres" ou "celui qui collectionne les livres".
donc je trouve ton article un peu con. Après, ce n'est que mon avis, pas celui de tout le monde.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par ida le 16/04/2005 19:33:02
jerome0901 : oh là là… je prétends pas avoir le dernier mot sur un sujet si complexe… les bibliophiles dont tu parles, j’en fait partie, et ça m’intéresse pas qu’on me colle une étiquette dessus !... je pense pas que je fais l’amour avec un partenaire, livre, auteur ou lecteur, mais plutôt que je deviens l’amour. Je suis le lecteur et le lu. c’est donc une communion…

labiche : l’idolâtrie était implicite…


azalia95 : quand on aime son chien, on l’embrasse ; quand on aime l’alcool, on se saoule la gueule…pourquoi on ferait pas de même quand on aime ses livres ?


Ida : on s’en fout de la pantoufle de Louise Colet…

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par azalia95 le 16/04/2005 19:49:40
Ok quand on aime son chien, on l'embrasse (pareil pour un chat, ou tout autre animal, exception faite de quelques uns que j'embrasserais pas), quand on aime l'alcool, on se bourre la gueulle, et quand on aime les livres, on les dévore, on les lit à toute vitesse (je me positionne dans ce cas là, mais ça me viendrai pas à l'idée de faire l'amour avec un livre, avec le héros du livre dans un rêve pourquoi pas, mais avec le livre lui-même...)

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par jacquesv le 17/04/2005 13:03:52
ida,
J'ai l'impression que tu me vises là, mais je ne me laisserai pas faire !!!!

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par chandlermbiing le 17/04/2005 23:39:28
tiens, un article sur le fétichisme et pas une seule allusion à dieu!!! à part peut-être la déesse au piédestal en sang en forme de coeur.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: perversions
Posté par jerome0901 le 18/04/2005 17:56:29
azalia : quand on lit un livre, on s'en fait sa propre perception, une sorte de monde que l'on construit dans sa tête, et dont on est le seul témoin. un monde dont le seul substrat est le livre matériel, avec ses pages et un peu d’encre.

donc, quand on aime vraiment un livre, notre propre monde intérieur fait comme communion avec ce monde-là, crée par l'auteur. ce qui revient en quelque sorte à « faire l’amour » avec ce livre.

ida : d’où le fétichisme bibliophile et les dérives perverses.

tout le monde : je me trompe ?


p.s: au fait, pourquoi est-ce que tout le monde parle toujours de la fascination d'Ida pour Dieu, et jamais de celle qu'elle a pour Flaubert ??

Modifié le 18/04/2005 17:59:54

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par jacquesv le 18/04/2005 19:44:10
Flaubert est "un cas euh, spécial"

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Vepersion (oui, les vespres)...
Posté par chaminou le 20/04/2005 20:19:56
Wourf, wirf ! Miaou !!!

Il y a quelques petites fioritures qui m’intriguent, dans ton article !

1. Tu parles du fétichiste à l’état pur, dans le sens où il fantasme par le biais, je cite presque, de strings léopards et de bustiers « sexys » en dentelle rouge vif… Ce qui est très intéressant dans la mesure où j’ignorais cette pathologie quasi-paradoxale (bwourf ! Du michant nylon qui pue le neuf ! Quelle horreur)… Mais tu ne peux t’empêcher d’évoquer l’idée de « normalité » vue selon notre société occidentale pour repartir vers un fragment de l’allégorie de la caverne (les gens sont heureux parce qu’ils s’aveuglent, etc, etc), ce qui ressemble fortement à du délayage (même si le sujet est passionnant

2. Ce passage (« Le fétichiste du mot manifeste sa perversion par exemple, en tatouant le pseudo de sa bien aimée un peu partout : sur tous ses cahiers, sur des billets, des tickets, des bulletins de notes, des feuilles de sapin tombées de l'automne :o) mais le bout de sa langue peut-être aussi percé par un piercing portant le nom de sa petite chérie ( ?!!!). » m’a bien fait rire. J’en viens d’ailleurs à me demander où est la supercherie là-dedans, et si ce type de perverophilie peut réellement (à un degré moindre, bien évidemment : le piercing de mon bichounet Pierre-Emmanuel ferait sans doute un peu lourd pour ma p’tite langue de chat), exister.

Quant au roman, euh… Hem. M’est avis qu’il doit s’agir d’un succès marketing et, comme ils ne savent plus quoi inventer pour satisfaire les esprits les plus pervers ;o)… Et puis, 27,5 € pour une médiocre description de fantasme sans fond…… Bof : autant faire un gros câlin à l’annuaire du Puy-de-Dôme !

Chaminou*

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par jerome0901 le 21/04/2005 17:21:18
>> Chaminou: où est-ce que tu veux en venir exactement ? Tu ne savais pas que ces perversions existaient? Et bien, sache qu'elles existent : nombre d'hommes seuls fréquentent les rayons de lingerie féminines pour assouvir leurs fantasmes, et il existe même des cas pathologiques dans lesquels la masturbation est préférée à l’acte lui-même.

Mais on s’en fout. Le sujet, c’est la perversion du livre, qui est une extension de ces perversions. Un fetichisme. Et le fetichisme existe, tu peux me croire. Les esprits malades peuvent inventer n’importe quoi.

Ce qui est intéressant, c’est l’image à laquelle elle se rapporte. Que cette perversion (celle du livre) existe réellement, vrai ou pas vrai... et alors ??

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par jacquesv le 21/04/2005 20:33:21
Tant que nous y sommes, pourquoi de pas appeller la philathélie une perversion??

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par jacquesv le 21/04/2005 20:35:18
Oh, que nous sommes purs et orthodoxes avec lePanzerkardinal comme pape..

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par jacquesv le 21/04/2005 20:42:51
Etrange, mais ida n'a pas encore demandé pourquoi Flaubert etait un cas spécial: le saurait elle déjà?

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Mouiiirf...
Posté par chaminou le 22/04/2005 20:17:38
Pour moi, il y a perversion et perversion! Certaines m'étonnent, c'est tout! Le terme serait alors à redéfinir (...)

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par jacquesv le 22/04/2005 21:33:00
à partir du moment où une "perversion" ne gène personne, estce encore une "perversion" en fait? Plutôt un tic ou une particularité, je dirais

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Perversions
Posté par cdizen le 30/04/2005 22:20:53
Tu t’intéresses aux perversions,
notamment au fétichisme, à la bibliophilie.
Tu m’a appris quelque chose …
Tu notes : « … Elles (les perversions) pourraient
écoeurer les non pervers, mais malheureusement
notre humanité est faite aussi de quelques malades
et de certains déséquilibrés. Ne les oublions pas »

la proportion est-elle juste ?

N’est-ce pas l’occasion d’étendre un peu ces notions ?
Sont-elles si rares ? N’y aurait-il pas beaucoup à dire ?


Dans le fétichisme, je vois une « fixation » dans le
sens où la recherche du bien-être passe par un point
constant.


Je te propose une question simple.

Comment appelle-t-on l’attitude consistant à – tout -
interpréter ou évaluer positivement (c. à d. amenant
un bien-être) en fonction de son pouvoir de domination
ou de sa compétitivité sur le marché économique ?
Le capitaliste n’est-il pas un fétichiste de l’argent
(ou un drogué ?
L’ « être » humain qui veut obtenir ou « avoir »
« toujours plus » n’est-il/elle pas un(e) fétichiste
ou un(e) droguée du T. P. ?
Le capitaliste ne cumule-t-il pas les 2 fixations ?
Ce type de dépendance ne concerne-t-il que
« QUELQUES MALADES» et « CERTAINS
DESEQUILIBRES » ?

N’est-ce pas la « fuite en avant » la plus simple
et la plus compréhensible de la part d’humain(e)s
qui sont par essence en manque et déséquilibre ?

Les biologistes ne s’accordent-ils pas sur le fait
que la vie implique le manque et le déséquilibre
(relatifs).
-La moindre cellule ne suit-elle pas le principe
d’homéostasie.
-L’homo sapiens ne suit-il pas suit le principe
de plaisir (et non pas de bonheur !). (Dans un
vrai paradis il n’y aurait plus aucun besoin, donc
réaction, action, mouvement, animation, vie)
(Réactualisée, la parabole du péché originel peut
aussi se lire comme le principe de plaisir et ses
conséquences)

Il se fait que notre cerveau est formé de trois
parties : le cerveau dit reptilien (le plus archaïque
et vital), le cerveau limbique ou émotionnel ou
mammalien qui gère les plaisirs, les automatismes,
le néocortex qui permet d’accéder à l’imagination,
l’anticipation.(V. Internet pour obtenir des précisions)
Les animaux sans néocortex n’ont évidemment
pas ce genre de « perversion ».

Si les gens que tu décris apparaissent effectivement
étranges, sont-ils plus ou moins malades,
déséquilibrés et surtout dangereux que les
capitalistes ? ! Que ceux qui vont passer leur vie à
chercher à aller « toujours plus » loin par tous les
moyens, quitte à négliger les principes de
précaution, à dévaster l’environnement, à
fabriquer des moyens technologiques capables
de stériliser la planète (effet de serre, bombe
nucléaire, nouvelles maladies après mutation
provoquée, etc.) ? !

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
La participation aux forums est réservée aux membres du site.
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
  Devenir membre (30 secondes et gratuit)
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 48 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲