Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     
Aller à :  

Messages | Nouvelle branche de discussion | Répondre | Rechercher
2 ans et 3 mois
Posté par pitouilli le 20/08/2004 07:50:57
Si vous voulez entendre une histoire d'amour qui ne sait plus comment finir, attardez vous quelques instants ici...

Tout a commencé un jour d'automne, où j'allais en cours. L'histoire est banale, comme d'habitude quand on habite en ville. Je l'ai vu à la rentrée de classe de 1ere, et je n'ai eu d'yeux que pour lui. Tout s'est finalement concrétisé un soir de janvier de la même année, j'avais froid, nous nous étions promenés pendant des heures le long des quais de la Seine à se parler sans se regarder. C'est en me raccompagnant chez moi qu'il m'é déposé un baiser si doux et si chaste que je m'en souviendrai toute ma vie. Je me sentais si petite et si protégée dans ses bras, c'était l'homme le plus beau à cet instant.

Nous étions dans la même classe, et nous sommes peu à peu coupés du reste de la classe. Nous ne vivions que pour nous deux, nous ne pensions que pour nous deux. Ma vie tournait autour de lui. Quelques mois après nous nous sommes dit "je t'aime", et plus tard, nous avons fait l'amour. Nous avons passé un été magnifique, où nous étions seuls tout le temps à profiter l'un de l'autre.

A la rentrée, quelque chose s'est cassé. C'était l'année du bac, l'année du stress, l'année où l'on tente de freiner les excès. Vers avril-mai, je me suis dit qu'il était temps de se mettre au travail. Je le voyais, il ne réussissait pas, il n'avait pas de facilités et ne voulait pas se faire aider. Il se cachait derriere le fait qu'il était fatigué pour ne pas travailler, et je lui en voulais, et je me sentais responsable.

Le jour des résultats, je tremblais de peur pour lui. Quand il m'a dit que je l'avais du premier coup, j'ai fondu en larmes parce que je savais qu'il avait l'oral. Le soir même, j'ai voulu fêter mon bac quand même, et il m'en a voulu. Pendant son week-end de révision, il n'a pas voulu me voir, il me répétait que j'étais qu'une pute de le laisser comme çà, qu'il fallait que j'assume ce que j'avais fait. Je précise que je n'avais rien fait de plus qu'aller le fêter avec des amies.

Finalement il n'a pas eu son bac. Il s'est mis à déprimer, à dire que c'était de ma faute, que je l'avais empecher de travailler, de s'amuser... Le reste des vacances se sont très mal passées, je culpabilisais tellement. C'est à partir de ce moment que je n'ai plus éprouver de désir pour lui, il me faisait peur.

Quand l'année à recommencé, j'étais en fac et lui repiquait dans le même lycée. Il m'a dit dès le début de l'année que la relation allait reposer sur mes épaules, que c'était à moi de tout gérer. JE me suis dit que c'était facile parce qu'à la fac on n'a pas trop de boulot ni d'hueures de cours. Erreur! Tès vite je me suis rendue compte que le système ne me plaisait pas, que je ne trouvais pas ma place. Peu à peu, je me suis renfermée, je ne lui parlais plus de rien, et lui continuait à tout me mettre sur le dos.

Peu avant Noël, je suis entrée en dépression, et mes crises d'angoisse ont commencé. Je ne savais plus qui j'étais, je commençais à devenir complètement folle, la vue des gens me terrorisait. Pendant les vacances, j'étais sous tranquilisants, les jour passaient vite, j'avais perpetuellement la fievre. Je l'avais au téléphone de temps en temps et il m'a vraiment remonté le moral.

Quand je suis revenue, il m'a fait une scène pour une raison stupide. Puis il est rentré en cours, moi j'avais mes partiels dans tout çà, je n'avais que quelques vagues souvenirs. Pour lui, çà s'est très mal passé en famille.. Je venais de passer 2 partiels et il me tombe dessus le week-end, en me traitant de tous les noms et en me frappant, chose qu'il n'avait jamais faite. Je ne savais plus quoi penser, j'avais honte pour lui, de ce qu'il venait de faire. Ensuite il m'a dit que je n'étais qu'une égoïste, et que ma dépression n'était que du cinéma. Là j'ai décidé de dire stop.

Pendant un mois et demie, j'ai tout fait pour l'oublier, je pleurais tous les soirs. Et un jour il me rappelle comme une fleur en me disant qu'il a changé. Quand je vais le voir, il me raconte ses beuveries avec ses potes, son rapprochement "amical" avec une fille de sa classe. Que devais-je penser? J'ai décidé de lui laisser une autre chance.

Depuis que l'on s'est remis ensemble, je ne sais plus quoi penser. Je vis dans l'abstinence parce que je n'ai pus confiance en lui. Un jour, je rangeais sa chambre et je tombe sur un mot qu'il a écrit à son "amie". Il lui disait "je t'aime", qu'elle était "la plus belle". Il lui expliquait que je recommencais à m'installer dans la relation, que si je continuer à faire "la grève du sexe", il irait voir ailleurs. Je peux vous dire que sa chambre je l'ai quelque peu dérangée après.

J'ai parlé par la suite avec sa soeur, elle m'a expliqué combien il allait mal et que je devais etre compréhensive. Alors une fois de plus je lui ai pardonné, mais cette fois-ci par pitié.

Alors entre mon psy qui me dit que je ne suis plus amoureuse, et mes amies qui me traitent de conne trop faible, qu'est-ce que je dois penser? Si quelqu'un a pris la peine de lire jusqu'au bout, j'aimerais avoir son avis...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
La participation aux forums est réservée aux membres du site.
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
  Devenir membre (30 secondes et gratuit)
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 99 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲