Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     
Aller à :  

Messages | Nouvelle branche de discussion | Répondre | Rechercher
Moi, sucidaire
Posté par dashredendblack le 06/09/2006 23:59:44
Aujourd'hui, après une matinée bien pourri comme toutes les autres, j'ai essayé le shit ! A votre avis, pourquoi ? Ce phénomène est de plus en plus visible dans la société, de nombreuses personnes comme vous et moi on déjà testé. C'est un phénomène qui devient tabou, je vais vous expliquer ma raison... Pourquoi j'ai goûté cette merde... Pour commencer ma petite histoire sombre commençons par me présenter, j'ai malheureusement et seulement 15ans. Age bien pourri que d'avoir 15 ans sa je peu vous le dire car on n'a aucune liberté ! Mais mes 16ans ne sont pas loin ... Je suis du sexe féminin et aime les hommes (de nos jours je trouve cela important de le citer) Je suis... Comment dit on déjà ?... Schizophrène ... Etonnant ? Assez du moins pour ceux qui m'entourent car il ne le savent même pas a part mon frère et ma mère. On dirait pas comme ça... Si vous me croisez dans la rue, on ne s'en douterais pas... Même mes meilleurs amis ne sont pas dans le "secret". Comme quoi nous ne connaissons que très peu de choses des gens qui nous entourent. Mon docteur m'a révélé une chose assez étonnante, je dirai même plutôt extraordinaire ! Que vous ne supposeriez même pas. Car en faite, vous qui me lisez, vous etes aussi schizophrène ! C'est délirant ! N'est ce pas ? Et oui nous sommes tous des schizophrènes ! Seulement la différence qui nous sépare c'est que je le suis a dose plus élevée et comme je suis soi disant en pleine "adolescence athipique" c'est la total crise ! Vive l'anarchie ! Je parie que vous ne le saviez même pas que vous étiez également schizophrène ?


Pourquoi ?

Alors, pourquoi suis je comme cela ? Pourquoi cette différence avec vous ? Tout simplement parce que je ne supporte plus le monde qui nous entoure, il est trop brute, trop sec comme si vous aviez soif à en crever. Il fait trop de mal, il est horrible je le déteste. Si c'etait un objet je l'exploserai en mille morceau je le torturai je le taperai de toutes mes forces jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien. Ce monde dans lequel nous vivons me fait ressentir comme une sorte de dégoût et de mépris, je le hait et il me hait. Je voudrais y crever des milliard et des milliard de fois. Et cette râle qui me semble m'être imposé je la recrache tout les soirs en pleurant comme une pauvre bête assoiffé d'envi de meurtre, de sang et de rage. Une envi d'hurler m'envahit, cette gène je la ressent je la vie... J'y goûte et j'y prend un certain plaisir en même temps mai ça sans le vouloir forcement. Mon problème, ce sont donc mes idées noirs. Ses idées noirs qui m'envahissent le soir, sans frapper, elles entrent dans mon inconscient et prennent plaisir à me rendre folle, folle de meurtre. Elles m'envahissent d'idées sombres, d'images de sang... Et le pire dans tout ça, c'est les gens qui m'entourent. Pourquoi les gens sont con et ne comprennent rien ? Pourquoi ne voit il pas le mal être en moi et le mal qui m'émmete ? Tant de questions sans réponses... Conclusion simpliste de ses questions : le monde est pourri. Pourtant je me sen bien, j'assume ma personnalité, je l'aime bien, je m'y sent bien mais le problème c'est les autres...


Mes vrais amis

J'ai fait une rencontre qui a changer ma vie en 3eme. Je me suis fait de vrais amis. Des amis que l'on garde pour toute vie, des amis pur et dure. On peut dire qu'on ne fait pas ce genre de rencontre partout ça je peut vous le dire ! Des vrais amis !! Je dois même avouer que j'ai rencontré l'excellence. J'ai passé une année merveilleuse, rempli de délires de joie et de bonne humeur... Mais le rêve a pris fin ; un jour sombre, un jour en fin juin... Quand je suis rentrée dans mon nouveau bahut, j'ai bien rencontré des têtes sympas que je connaissait déjà mais problème, de tous ses gens aucun n'etait l'un de mes amis d'avant. Aucun ne correspondait à ma politique d'amis idéale ou d'amis qui auraient put ressembler à ce que je cherchais. Mon psy m'a dit que j'était trop difficile sur le choix de mes amis, que je devais accepter plus les défauts des autres et que je devais me contenté des gens que j'avais autour de moi. Sur ce point il n'a pas tort, mais tout les gens qui m'entourent c'est plus fort que moi je ne peu pas... Je ne peu pas m'en faire des amis car ils ne sont pas comme je veux...


Mes médicaments

Je dois vous avouer que je prend des médicaments pour mesoigner'. Voici les effets indésirables : troubles associant des tremblements, une rigidité et ou des mouvements anormaux, somnolence, insomnie, indifférence, anxiété, variation de l'humeur, agitation, maux de tête, vertiges, confusion, convulsions, sensation de vertige, accélération des battements de cœur, trouble du rythme cardiaque pouvant être grave, nausées, vomissement, perte de l'appétit, troubles digestifs... Je vais pas vous copier toute la liste des effets négatifs... Moi, j'ai juste l'anxiété, la fatigue, les vertiges quand je me lève trop vite, le manque d'appétit, des troubles de la vision et des variation d'humeur. Je peux vous dire que quand j'était à 10mg j'étais un vrai zombie ambulant...
Pour représenter ma schizophrénie je vais vous expliquer ça en image. Avec le 10mg c'est comme si vous marchiez sur une planche en bois, il faut faire attention ou on met les pieds mais ça vas, c'est assez facile a part que vous etes totalement nazes. Avec les 5mg, c'est un tronc d'arbre, je peux facilement retomber et chuter mais j'ai réussi à passé le cap et je suis passé à 2mg à cause de la fatigue. Et là je m'en rend conte que je ne marche plus sur un tronc d'arbre mais sur un petit fil extrêmement fin qui risque de sa casser à un moment ou un autre ou qui risque de me faire perdre l'équilibre. C'est inquiétant vu comme cela et je peux vous dire qu'a deux mg il faut s'accrocher car mes idées noirs peuvent revenir le soir si je ne fais pas assez attention. Parce que oui, ces médicaments sont censé calmé mes idées noirs.


Mes idées noires

Mes idées noirs me prennent généralement le soir. Sans le vouloir c'est une série d'images d'horreurs qui défilent dans ma tête. Le problème c'est que je ne peux pas les contrôler. Elles viennent, m'envahissent comme un poison tuerait un homme. Elles me font souffrir le martyr et inconsciemment j'en prend un plaisir secret. Le plaisir de souffrir est assez intense, j'aime ou je ne sais pas si c'est vraiment moi qui aime, ses images et ses scènes d'horreur qui se construisent dans ma tête. Chaque soir, une nouvelle histoire d'horreur commence, c'est un cycle vicieux qui ne semble pas vouloir se finir. J'ai beau taper dans mon oreiller rager dessous mes couverture, rien à faire. Elles sont là présentes, aimant et cherchant à me faire souffrir.


Dormir ou mourir ?

J'ai comme une envie de pleurer. Mais pourquoi les larmes ne coulent elle pas sur mon visage ? Pourquoi suis je comme cela ? Pourquoi pourquoi ? Je veux crever. Je veux finir mes jours là tout de suite. Je veux me pendre, avaler des médicaments ou je sais pas quoi mais je crever, mourir car je sais que la je serais heureuse... Je veux quelque chose que je n'arrive pas à décrire. Ce n'est pas de l'amour, ce n'est pas contrôlable. Les accidents sa arrivent. Alors pourquoi pas me jeter de mon toit ? Pourquoi pas en finir une bonne fois pour toute. Pourquoi pas dégager ma haine que j'éprouve pour le monde entier ? Ma rage qui se consume comme une cigarette ? Pourquoi pas l'éteindre ? Ce serait si facile ! Mais au fond je sais que des gens seront tristes pour moi. Mais je m'en fou, je veux crever une bonne fois pour toute et ce ne sera pas plus mal. Pour une fois je ferrais quelque chose de bien dans ma vie. Et je ne pense pas que je le regretterai. Je veux mourir mais je n'arrive pas à passer à l'acte. Pourquoi ? Alors dans ses cas là, je baille et je me dis que j'ai envi de mourir. Ma mère m'a dit que mourir ne prend qu'un r parce que on ne meurt qu'une fois. Moi je faisait tout le temps de la faute de mettre derparce que pour moi, je meure tout les soirs. Dormir est une façon de mourir. Tu oublies tout et parfois c'est très pratique, mais quand tu te réveille tu te rend conte que t'es toujours la et que tu sers à rien. C'est pour ça que j'adore dormir et que j'aimerai m'endormir et ne pas me réveiller. C'est tout ce que je demande et pourtant j'y arrive pas ! Pourquoi pas prendre des cachets qui m'endormiront une bonne fois pour toute ? Pourquoi ne pas passer à l'acte ? Décidément je n'y arrive pas. C'est plus fort que moi. Quelque chose me dit de ne pas en finir et une autre m'épuise en me disant le contraire. Ce sont deux forces dans ma tête que je ne contrôle pas. Deux forces, mais qui arrivera à me décider à la fin ? Laquelle des deux gagnera la combat ? Laquelle me décidera un jour à franchir la cap ? Je n'en peu plus je veux que sa cesse et pour de bon ! J'en ai marre de me poser toutes ces questions. Je veux dormir et ne pas réveillé alors bonne nuit ! Et non je ne suis toujours pas endormit ! Je ne suis pas fatiguée physiquement mais mentalement. Alors je n'arrive pas à m'endormir. Et je crie ! Je crie au ciel mon désespoir. Pourquoi tant de haine en moi ? Je crie mon désespoir, la haine dans mon cœur. Mais aidez moi ! Je meurs ! Vous en le voyez pas ? Je meurs... Je vous en supplie aidez moi... Je meurs à petit feu.


X facteur de ma déchéance...

Je ne vous est pas raconté qui était X ! X c'est le commencement de ma chute ! C'est un très grand facteur du commencement de ma déprime !! Grâce à lui je suis morte aujourd'hui... Je l'aimai éperdument, j'en étais folle amoureuse et notre histoire a duré trois moi en été 2005 c'était comme un rêve avec lui et pourtant un jour il m'a dit c'est fini ! Il a arrêté car il y avait que du sexe entre nous soi disant et qu'au fond il pensait qu'il ne m'aimait pas... ça été le déchirement en moi, j'en était tellement amoureuse que début septembre la perte de mes amis qui étaient dans un autre lycée et cette séparation avec X ont été le commencement de ma chute. Ma chute vers l'enfer. Ca fait maintenant un an que je ne suis plus avec X et pourtant je peux vous dire qu'au fond de moi, je l'aime toujours ! C'est quelqu'un d'extraordinaire et je l'aime. Par contre il y a deux mois maintenant j'ai fais une chose dont je ne suis pas fier et lui non plus ! On a couché ensemble alors que j'étais bourrée et lui conscient dans les toilettes des galeries Lafayette, c'etait un après midi où il m'avait proposé de se voir, je pensais pas que cela allait ce finir comme sa ! Et si j'avais su je n'aurai pas bu ! Mais voilà il a profité de moi quand j'étais vulnérable... Il m'a avoué par la suite qu'il s'en voulait énormément d'avoir trompé sa copine et qu'il ne ferait jamais plus ça de sa vie car il l'aimait... La ils sont toujours ensemble, la fille n'est bien sur pas au courant de ça et ils continuent d'être heureux tout les deux. Alors que moi de mon coté je suis si mal... Mais bon, ça X s'en fou !


Mes scarifications

Tien parlons de mes scarifications ! Il m'arrive souvent dans les moment lourd de me scarifier. C'est facile et ça produit un bien fou. On déchaîne notre haine en vers le monde entier en simplement arraché votre peau. On exprime notre râle, notre souffrance intense. Tous s'évacue. Je prend souvent mon opinel pour me scarifier. Il est toujours bien coupant, sa facilite les coupures sinon on doit appuyer et sa fait plus mal ! Sur le coup on est content, sa nous fait du bien après sa commence à piquer. Si je fais ça c'est parce que ça m'aide à oublier. A oublier toutes les conneries du monde qui nous entoure... Ce monde qui me pourrit la vie !


Ma vies après

Ma vie reste une chose lugubre, gisante sur le sol attendant qu'une main la libère la délivre la soulève et l'aime. Mais au fond, qu'attendrai je réellement ? Peut être que j'attend le prince charmant ? Mais je ne crois pas qu'il existe, malheureusement. Sinon il ne veut pas de moi ou alors il est mort. Tout comme moi. Parce que moi je suis morte ou je suis partiellement morte. Dans ma vie morte, je m'imagine être un ange de la mort, aux ailes noires, je prend les âmes des vies qui n'en veulent plus, des âmes égarées. Je suis leur soulagement, leur fin, je leur donne ce qui est pour moi, le bonheur éternel.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par personnage de rêve quelconque le 07/09/2006 01:00:08
(Bon, visiblement, les commentaires ne sont activés qu'après un certain temps après la publication... enfin je suis pas là pour critiquer le site ).

Je t'ai envoyé un message, en attendant, j'espère que tu l'as reçu (il apparaît bizarrement pas dans la fenêtre des messages envoyés, alors que j'ai bien reçu la notice de confirmation d'envoi... enfin bon).

Je vais plus ou moins recopier ce message ici, pour faire contrepoids avec ton article, pour ceux qui liraient et seraient interessés...

Ainsi:

'lut,

Je viens de lire ton article "Moi, sucidaire", et je trouve pas de lien pour poster un commentaire, contrairement aux autres articles... donc je t'envois un message privé...

Déjà, t'écris plutôt bien, niveau émotions... t'as déjà pensé à raconter plus en détails ta situation, dans une nouvelle? C'est pas que ça changera grand chose au monde, donc vraisemblablement pas grand chose non plus à ta situation (je vais pas te dire qu'en parler fait du bien... le soulagement est tellement temporaire, qu'on se demande souvent si ça vaut le coup... et parfois, écrire te fait davantage réfléchir sur la situation, et tu finis par la voir encore pire qu'avant ^_^, mais ça peut toujours être intéressant...

Ensuite, dans ton article, je vois un manque assez flagrant de recul, par rapport à l'existence... T'as l'air de tout prendre au premier degré, comme tous les moutons du système, alors que ta situation reste parfaitement exceptionnelle...

Tu t'interesses un peu à tes rêves? (en dehors de "tes idées noires", en soirée... je parle des rêves pendant que tu dors). Tu connais le rêve lucide? Te rendre compte que tu rêves, pendant que tu rêves, et pouvoir faire ce que tu veux... voler, traverser les murs et fenêtres, faire apparaître ou disparaître des objets, te téléporter, goûter plein de trucs, voir des paysages magnifiques et ultra colorés, etc, etc.

Non seulement les rêves lucides te permettraient de pouvoir te défouler, sans risque (tant que tu confonds pas les deux, certes, mais y'a un paquet de tests pour savoir si tu rêves ou non, que tu peux facilement combiner...), mais surtout, l'expérience du rêve lucide permet d'appréhender plus facilement, la notion de réalité absolue, à savoir, notamment, que les rêves ne sont pas moins réels que ce qu'on appelle "la vraie vie"... pareil pour tout ce que tu peux imaginer...

Du coup, ce qu'on appelle "la vraie vie", ne devient qu'une partie très limitée de la réalité... Bien sûr, elle est pourrie et d'une médiocrité absolue, et c'est vraiment frustrant et oppressant de vivre dans ce système, mais ça ne restera toujours qu'une partie limitée de la réalité...

Il y a beaucoup d'autres choses que ce que tu vois au quotidien...

Tu t'interesses un peu à la Science Fiction ou au Fantasy? T'as déjà vu des dessins animés japonais récents? (je parle pas des vieux trucs genre Club Dorothée, je parle de dessin animés orientés ado/adultes, qui existent dans tous les genres...).

Si t'as envie de sortir un minimum de l'oppression du système, il te faut une vision d'un monde plus attrayant... T'as déjà pensé à te créer un monde personnel? Comme dit plus haut, l'imaginaire produit autant de réalité que n'importe qu'elle autre source... J'ai un paquet d'amis imaginaires... ^_^;

Il te faut vraiment une vision plus globale de l'existence...

En dehors du principe de réalité absolue, il y a aussi le principe d'incertitude globale, qui dit qu'on ne peut être sûr de rien... (sauf exceptions évidentes, bien entendu).

En gros, ça permet de dire des trucs marrants, comme "il n'y a de preuve à rien"... (la terre est une boule? personne ne pourras jamais le prouver, peu importe les méthodes utilisées... les dieux? s'ils existent, eux-mêmes ne peuvent faire que douter de leur origine et de leur nature, peu importe ce qu'on dira ).

Ca permet aussi de ne plus avoir à se préoccuper de tout un tas de questions, du genre l'origine, la fin, la nature, les buts... tout simplement parce qu'on ne pourras jamais être sûr de quoi que ce soit à ce propos, alors autant imaginer ce que tu veux ^_^ (de toutes façons, la curiosité, avant la soif de savoir, est surtout, la soif de savoir avant les autres... si on ne peut être sûr de rien, tu peux être sûr -exception évidente- que personne ne saura avant toi, puisque personne ne pourras jamais en être sûr).

Il y a également le principe d'existence absolue, qui dit qu'on ne peut qu'être... En gros, le néant, en tant que rien, n'existe pas... en le concevant, tu lui donnes une existence tout à fait complète... donc si le néant existe, on ne peut qu'être

Ensuite, il faut comprendre que tout ce qui se passe dans le système, n'est pas directement lié à l'argent, au sexe, à la popularité, à la religion, où à n'importe quoi du genre... Devant tout ça, il y a la peur de la solitude. Tu peux tout ramener, à la peur de la solitude. Absolument tout.

Bien entendu, la solitude, en soi, n'est aucunement mauvaise, mais c'est pas pour ça qu'il n'est pas légitime d'avoir peur de la solitude, bien qu'on ne puisse qu'être, et qu'on puisse être sûr de l'existence et de la réalité de toutes tes expériences...

Avec tout ça, tu peux commencer à avoir une vision globale de l'existence. A toi de créer le système de protection qui te convient.


Pour le reste de ton article...

Tu t'identifies assez clairement au mouvement "dark"... à force, tu finis par le suivre comme un mouton, sans pouvoir en sortir... Si t'aimes ça, fais comme tu veux, mais si tu veux en sortir, il faut que tu reprennes en main ton individualité...

Déjà, aimer la douleur, c'est pas forcément négatif, tant que ça reste un minimum contrôlé... Je fais souvent de la visualisation (faire travailler son imagination plus ou moins indépendamment du monde "extérieur", avec des scènes genre plein d'insectes qui me recouvre le corps, et que j'écrase à moitié en faisant le moindre mouvement... ou alors me retrouver dans un long tube, la tête en bas, les bras le long du corps, sans pouvoir bouger, la tête dans la boue, avec des bestioles qui me courent sur le visage, et la pluie qui tombe dans le tube, jusqu'à ce que le niveau de l'eau commence à monter

Enfin c'est pas vraiment que j'y prenne plaisir, mais ça reste des expériences amusantes, que je fais tout à fait volontairement... Après ça, on se sent bizarrement bien mieux qu'on pourrait le penser

Concernant la mutilation de ton corps, je trouve pas ça bien raisonnable... Ton corps, c'est une partie de toi... c'est jouer le jeu du système, que de te détruire... si t'y trouve un plaisir, je pense plutôt que c'est ton système personnel de protection qui est mal réglé ^_^;;

Concernant l'amour, tu peux te créer un monde imaginaire qui prendrait en compte ce genre de problème... Dans mon cas, j'imagine simplement un groupe de personnages (une dizaine -tant qu'à faire ), qui me suit à travers les vies... avec ces personnages, on rencontre plein de monde, on participe à plein de choses (je m'intègre souvent à des histoires que je lis ou vois, mais aussi à la vie quotidienne)... et vu qu'on reste relativement libre, niveau sentiments (enfin c'est plus complexe que ça, niveau relations, mais au final, on est de toutes façons tous libres, par nature...), on va parfois "voir ailleurs"... parfois, les personnes rencontrées restent avec nous et rejoignent le groupe... parfois, on finit par se séparer... Dans ton cas, ce X pourrait très bien être une de ces rencontres... ça n'enlève rien à ce que t'as vécu, mais cette vision des choses t'apportes une certaine stabilité...

Concernant ta haine, c'est surtout en réaction à l'oppression et à la manipulation, qui émanent du système, sans pour autant que tu possèdes la stabilité nécessaire à pouvoir te détacher de ces problèmes... Une fois que t'auras une bonne vision globale de l'existence et de la réalité, et que t'auras un monde personnel riche, avec un système de protection stable, ça disparaîtra en partie (ça m'empêche pas d'éprouver une haine certaine, quand je lis ou vois tout un tas de choses qui se passent, mais ça reste contrôlé, et je sais que c'est très loin d'être la totalité de l'existence).

Concernant le système actuel, encore une fois, ce n'est qu'une partie très limitée de la réalité... Et puis il y a énormément de possibilités...

Tu as déjà imaginé que tu étais dans un rêve? dans une simulation de vie? que tout était influencé par tes pensées? Si ça se trouve, à penser négativement, tu influences matériellement le système actuel, de façon négative...

T'as déjà réfléchi à un idéal politique? mélange de pas mal d'idées actuelles, mais en les poussant à leur idéal...

Par exemple:

- au lieu de l'argent et au lieu de l'échange, tu as le don... en gros, tu produis (matériel ou intellectuel), ce que tu veux, tu gardes ce dont t'as besoin, et tu donnes le reste... et tout le monde ferait pareil (entoute liberté;

- au lieu de la propriété intellectuelle, au lieu des licences pseudo-libres, tu as la simple reconnaissance que les idées sont libres et strictement indépendantes de leur "auteur"... (le principe d'incertitude globale te dit, de toutes façons, qu'on ne pourras jamais être sûr que quoi que ce soit, soit l'oeuvre de qui que ce soit...);

- au lieu de décisions unilatérales, de représentants, de participation aux décisions ou aux débats, au lieu du vote (qui finis toujours par ignorer une partie des votants, par définition, et entre autre... -manipulation des votes, s'ils sont secrets, défaut de réflexion, etc.), tu as la discussion jusqu'à accord complet... et avec un minimum de recul, tu te rends rapidement compte que croire que l'accord complet est impossible, n'est qu'un vulgaire préjugé...

- au lieu de l'école manipulatrice et oppressante, la liberté totale de l'apprentissage... en gros, dès le plus jeune âge, tu peux, quand tu veux, accéder à des lieux où tu aurais, à disposition, du matériel, des connaissances, et d'autres personnes qui savent (sans qu'ils s'agissent de personnes enfermées dans le cadre "d'enseignant"... il s'agirait juste de personnes qui souhaitent partager leurs connaissances, tout en les développant -on apprend toujours...), ou souhaites apprendre...

- au lieu du travail stressant, abrutissant, et dans beaucoup de cas, dangereux, tu as le libre choix de ce que t'as envie de faire, quand tu veux... ça rejoins rapidement le principe du don, dans le sens où peu importe ce que tu fais, tu pourras profiter pleinement du système (ce qui n'a rien de gênant, dans le cadre d'une société saine et paisible).

- au lieu d'un système familial rigide, chacun pourra faire ce qu'il veut, dès le plus jeune âge... si quelqu'un souhaite quitter le domicile familial, pour une quelconque raison, ça ne doit poser aucun problème...


Enfin c'est déjà une bonne partie d'un système politique idéaliste... (pas besoin de trop préciser les choses... c'est dangereux de trop préciser, de toutes façons -il faut rester souple).

Si tu te dis que c'est impossible à réaliser, que c'est une utopie (et?), en dehors de tout ce qui concerne l'incertitude globale, on peut facilement se persuader que vu la masse abominable d'énergie, dépensées à faire toutes les conneries imaginables, dans le monde actuel, (je t'épargnes les exemples, je suppose que tu en connais déjà pas mal, même si je suppose quand même que tu n'es pas forcément versée dans le conspirationnisme, qui regorge de théories plus dégoutantes les unes que les autres ), on aurait pu créer dix fois, un monde absolument idéaliste, du début à la fin


Du coup, que faire, maintenant? Une fois que tu as une bonne vision globale de l'existence, et un bon système de protection, il faut bien trouver quoi faire, si tu veux rester dans ce monde.

Je dis pas que c'est facile, surtout si t'as encore que 16 ans (j'en ai 20, j'ai passé mon bac y'a deux ans, et même si j'en ai pas encore finit avec les conneries de l'éducation, je vais bientôt pouvoir trouver du travail, quitter le domicile familial, et souffler un peu...), mais ton système de protection t'aideras au moins à ne pas couler (au pire, tu connais une solution possible... c'est pas mauvais de savoir qu'on peut vraisemblablement se suicider, et même y penser... en général, ça te permet de mieux te détacher de l'existence... -même si l'incertitude est globale, et que si ça se trouve, tu peux pas te suicider, ou alors tu reviendras dans une prochaine vie, plus ou moins semblable, mais ça serait quand même bête ).


T'as une idée de ce que tu pourrais vouloir faire? Si t'as une vision un tant soit peu idéale de ce que tu veux faire, ça ne pourras qu'améliorer la société, si tu la réalises...

Personnellement, je vais commencer en tant que webmestre (développement de sites Internet), orienté accessibilité (consultable par un maximum de personne, peu importe qu'elles aient un bras cassé, qu'elles soient aveugles, ou simplement fatiguées ^_^), utilisabilité (simplicité d'utilisation, encore une fois, pour un maximum de personnes), et ergonomie (site pratique et efficace).

Je vais bientôt me remettre à développer mon site personnel, en créant un système de gestion de site au maximum idéaliste (sachant que, dans un premier temps, je serai obligé de dépendre du travail des autres, pour le serveur, le langage de programmation, etc., mais je supporterai )... sur mon site, je pourrai parler de mes idéaux...

Ensuite, selon les occasions, je m'orienterai probablement vers la programmation purement logicielle, en développant un système logiciel idéaliste, complet... ^_^


Pas forcément grand chose de très indispensable, de base, mais l'informatique reste un monde intéressant, qui m'a apporté beaucoup... De toutes façons, je sais très bien que cette société n'est qu'une partie très limitée de la réalité, donc autant faire ce que je veux, tant que je suis là, plutôt que d'essayer de changer le monde trop rapidement, en bâclant les choses...

Ca m'empêche pas de réfléchir à un système politique idéaliste, ce qui est bien le principal... Si ça se trouve, je suis dans un rêve... est-ce qu'il est si critique que cela, de me fatiguer à changer le monde, dans ce cas? Bien sûr, j'espère que mes idées, pourrons changer les choses, mais je suis pas pressé... (je suis de toutes façons très flemmard ).


Encore une fois, je dis pas que je nage dans le bonheur, mais j'ai atteint un bon niveau de stabilité, grâce à tout ce que j'ai dis dans ce message, et ça me permet d'apprécier ma vie, même si j'aimerai mieux être dans une société paisible, pleine de verdure, avec les zoziaux qui chantent, etc. ^_^


Voilà, voilà...


J'espère que ton système de protection actuel ne te braqueras pas, en me lisant Faut être souple et ouvert d'esprit, si on veut avancer ^_^


Si t'as envie de me répondre, n'hésite pas ^_^ Je traîne pas mal dans mes projets, et dans mes études (j'ai un examen samedi matin, j'ai encore la moitié du cours à voir et comprendre -des maths, et même si en théorie, j'aime bien, je déteste la façon dont c'est enseigné Enfin je m'inquiète pas trop, j'ai besoin de 10/20 pour valider l'unité d'enseignement, et le contenu du cours est pas complètement incompréhensible ), mais ça me pose pas de problème de te lire et de te répondre, si t'as envie ^_^ (écrire me permet de renforcer mes idées ).


Sinon, cyao ^_^

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par personnage de rêve quelconque le 07/09/2006 12:41:55
Re-salut,


Quelques autres choses, en plus de mon premier message, tant que j'y pense:


Concernant tes médicaments, je vais pas te dire d'arrêter, mais il est bon que tu reprennes le contrôle de ton corps. En ce sens, évite tout ce qui est drogue, trucs à fumer, alcool & co, selon ce que tu fais... Tu ne ferais que rajouter une niveau de complexité, sur une réalité qui n'en a certes pas besoin... De toutes façons, tu sais très bien que tous ces effets sont temporaires, alors à quoi bon? Pour les médicaments, vois avec ton psychiatre, ce qu'il attend très précisément, pour qu'il puisse dire que tu n'en as plus besoin, et concentre toi sur l'achèvement de cette fin.

Il est important que tu te détaches bien de ce que peut dire le psychiatre. Encore une fois, je vais pas te dire de tout lâcher, parce que je te connais pas précisément, mais il faut vraiment prendre du recul. Par exemple, en ce qui concerne la schizophrénie, dans beaucoup de cas, voir la chose comme une maladie est absolument néfaste. Dans ton cas, il s'agit vraisemblablement d'une conséquence directe de l'état de la société actuelle, en ce sens qu'il suffit que tu change de point de vue sur le système, pour que les phénomènes disparaissent. Il ne s'agit que de troubles passagers, simplement plus concentrés que pour le reste de la population. Ton psychiatre n'a pas l'air trop éloigné de ces idées, d'après ce que tu dis, mais vu ton état, tu n'as pas l'air de prendre ça très positivement, donc t'as plutôt interêt à étudier davantage la question.

Il est en général dangereux de mettre des noms sur trop de choses, dans le cadre de la société actuelle. Arrête de parler de schizophrénie, ce n'est qu'un nom. Les noms permettent trop souvent d'être appliqués à tout et n'importe quoi qui n'apparaît pas trop différent, et l'objet finit par devenir dépendant de ce nom, sans pouvoir s'en détacher.

Nous ne sommes pas tous schizophrènes, nous expérimentons simplement des choses non peu communes. A nous de décider comment nous appréhender ces expériences.

Tes images d'horreur, si tu les prends mal, même si tu dis en éprouver un "plaisir secret", auront toujours un effet néfaste. Tu n'es pas obligée d'intensifier le plaisir que t'éprouves, tu peux simplement essayer de t'en détacher. Laisse les couler. Si tu lutte, elles resteront plus longtemps. En rêve lucide, si la lucidité n'est que moyenne, ton inconscient fait tout pour t'empêcher de faire ce que tu veux Tu veux te téléporter en imaginant que le point d'arrivé est derrière une porte? la porte est fermée a clé, et tu ne penses pas à l'ouvrir Tu veux aller voir tes voisins d'à côté? tu traverses le mur, et tu te retrouves dans une zone entièrement transparente ^_^ Tu veux parler à un personnage de rêve? tout le monde a disparu

Il est bon que tu interagisses plus amicalement avec ton inconscient. Que tu joues avec lui. Il aime ça, jouer

Pour tes images, si tu veux t'en détacher, arrête de les fuir, et de vouloir les faire disparaître. Tu ferais mieux de les dévancer. Dans mon premier message, j'ai parlé de visualisation. En soirée, allonge toi sur ton lit, bien tranquillement, et commence à imaginer, volontairement, et sans appréhension, des situations absolument atroces (fais attention à ce qu'il n'y ait pas d'objets durs trop près du lit, tu auras probablement des reflexes musculaires parfois assez brusque, mais c'est tout à fait normal, donc laisse les couler bien tranquillement, et mets toi en position de spectateur).

En dehors d'avoir la tête en bas dans un tube qui se rempli d'eau, sans pouvoir bouger, ou bien d'être recouvert d'insectes, tu peux imaginer, par exemple, tomber dans un précipice, les mains et pieds attachés dans le dos, avec de longs pics en acier, à moitié rouillés, qui t'attendent en bas... Evite de te concentrer sur des personnes, mais tu peux toujours t'imaginer te battre violemment, ou des trucs comme ça, si ça t'interesse. L'important est que tu observes bien toutes tes réactions, tous tes sentiments, toutes tes émotions, sans les rejeter. Il s'agit d'une partie de toi, peu importe que cela appartienne à ton toi intérieur (ce que tu reconnais comme étant réellement toi), ou qu'il ne s'agisse que de simples données, dans un espace bien délimité, proche de toi, plus par association basique avec ton expérience passée, plutôt que parce qu'il s'agisse réellement de toi. Tu n'as pas besoin de chercher à les assumer, il s'agit simplement de données. Si elles font partie de toi, et que tu ne dois donc pas les refuser et te bloquer, il ne s'agit que de données extérieures. Il est généralement préférable de s'en détacher, et de les laisser couler paisiblement. Si tu te bloques, ton inconscient s'amusera à les laisser mijoter bien longtemps, à ta conscience, ce qui n'a aucun interêt


Concernant ce que tu peux faire, tu es en quelle classe? Ca se passe comment exactement? Tu n'as pas d'amis, mais est-ce que tu as d'autres problèmes, à l'école? Tu as quel genre de notes, en moyenne? Tu penses que tu peux étudier un minimum seule?

Si sortir, et voir le monde, tous les jours, aussi médiocre qu'il est, te fatigue, je te conseille de quitter l'école, et d'étudier à distance. Pour le lycée, tu as le CNED (Centre National d'Enseignement à Distance, http://lycee.cned.fr/). Ils te filent des cours écrits par Internet, peut-être avec des livres en plus, et tu peux les contacter par email, téléphone, et courrier papier, pour toute question, pour les corrections d'exercices, etc. C'est pas gratuit, mais je suppose qu'il doit bien y avoir possibilité d'arrangement, dans ton cas, si ça fait trop cher. Essaie d'en discuter avec tes parents et ton psychiatre.

L'apprentissage à distance te permettra de travailler à ton rythme, dans l'environnement que tu veux. Chez toi, dans une bibliothèque, ou n'importe où. Tu pourras approfondir ce qui t'intéresse, obtenir une aide personnalisée sur les points que tu comprends pas, etc., tout en restant relativement bien integrée, puisque tu continues à avoir une discussion avec les profs, et que tu avances bien dans tes études. Si t'as des problèmes scolaires, n'hésite pas à passer ta première et terminale en trois ans... ça se fait très facilement avec le CNED (discute en avec eux). Après le bac, t'as le CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers, http://www.cnam.fr/), qui te permet également d'apprendre à distance, mais également en présentiel, avec pas mal de formations possibles, dont des classiques diplômes, avec le même contenu que l'université. (Personnellement, je ne me suis pas inscrit au CNED, vu que je n'ai quitté le lycée qu'en terminale, après avoir raté mon bac, donc j'avais déjà tous les cours... j'avais essayé, ensuite, d'aller à l'université, mais j'ai arrêté après quelques mois, et j'ai finit par trouver le CNAM, qui, même si loin d'être idéal, me convient plutôt bien...).

Si tes parents où le psychiatre voient d'un mauvais oeil que tu t'éloignes des foules, c'est qu'ils ne voient pas correctement la chose. Tu continueras à disctter avec les enseignants, tu continueras à sortir (rien que pour aller faire les courses, si tu veux, pour aller au cinéma, pour te ballader un peu...), et tu continues tes études. Ce n'est pas ça qui t'excluera de la société. Ce n'est pas un renfermement sur soi, ni une fuite. Il s'agit simplement de t'éloigner un minimum des problèmes quotidiens (non pas qu'ils disparaîtront complètement, et puis les problèmes continueront de toutes façons de se produire ailleurs, mais étant donné que tu n'auras plus d'obligation d'aller à l'école, tu verras les choses de façon un peu plus tranquille -l'obligatiobn est toujours néfaste), pour mieux préparer ton futur.

N'hésite pas à t'intégrer à une ou deux communautés virtuelles. Evite les espaces avec trop de discussion, comme ce site, et les espaces trop engagés, genre conspirationnisme, parce que tu te retrouveras au milieu de tous les problèmes de la société Bien sûr, y aller parfois, est utile, pour te défouler un peu, en exposant ta vision du monde, mais ça doit rester exceptionnel et bien contrôlé. Discutter permet de renforcer tes idées, voir d'en découvrir parfois de nouvelles, mais ça reste limité.

Selon tes goûts, je te conseille les jeux vidéo en ligne, les dessin animés japonais, et/ou l'informatique en général. Combiner les trois est tout à fait possible, même si ça risque de faire beaucoup d'un coup

Personnellement, j'ai fait environ un an de jeu de tir -Team Fortress Classic -, puis un an de jeu de rôle -La 4ème Prophétie-, et je me suis finalement mis aux dessin animés japonais, depuis environ quatre ans ^_^). Avec tout ça, il y a également eu pas mal de lectures dans le genre fantasy et science fiction, même si j'en lis beaucoup moins qu'avant, depuis que j'ai redécouvert les dessin animés japonais. Et comme dit dans mon premier message, je m'oriente vers le travail de webmestre, puis programmeur logiciel, donc j'ai de bonnes connaissances en informatique ^_^

Le jeu de tir m'a permis de me défouler, tout en conservant une discussion limitée avec les autres joueurs. Le jeu de rôle m'a permis de jouer un peu plus tranquillement, en découvrant un monde de fantasy, avec images (je connaissais déjà bien, par mes lectures, et quelques films, mais se ballader dedans, c'est autre chose ), et de discutter de façon un peu plus poussée avec les autres, sans pour autant tomber dans des domaines trop engagés (enfin il y a des sujets très engagés, dans les jeux de rôle, comme partout, mais ça reste très fun ). Finalement, les dessin animés japonais m'ont permis de développer de façon exponentielle, mon monde personnel, en me permettant de découvrir tout un tas de mondes, de réalités, de situations. Ils te permettent également de développer tes compétences sociales, par simple observation (avec un minimum de recul, bien entendu ), et de découvrir une autre culture, bien différente de la notre -enfin je te connais pas précisément -, celle du Japon. De son côté, l'informatique en général te permet de contrôler, plus ou moins complètement (tu dépends généralement des autres logiciels, et du matériel, ce qui est parfois très frustrant, que les problèmes ne viennent pas de toi, mais bon...), des actions et réactions, jusqu'à un monde complet, ce qui peut être très excitant ^_^

Bien entendu, pour toutes ces activités, il faut prendre du recul, et bien comprendre que c'est loin d'être idéal. Des problèmes, il y en a partout, et même si, les premiers mois, tu ne les vois pas forcément, ils finissent toujours par apparaître...


Dans mon cas, l'ambiance dans les jeux de tir s'est dégradée, avec les joueurs qui trichaient, ceux qui étaient beaucoup trop forts pour le serveur, et abusaient de la situation, et surtout, avec les serveurs qui tombaient en panne régulièrement, et la société (GOA), qui s'en foutait complètement, si ce n'était pas entièrement volontaire... J'étais dans un petit clan sympa, bien souple, mais je suis parti, pour ça et d'autres raisons, vers La 4ème Prophétie.

Pour le jeu de tir, l'important est de trouver un jeu fun, sans trop de règles, et de trouver un serveur avec du monde, mais pas trop, et un niveau global relativement équilibré.


Pour La 4ème Prophétie, c'était l'ouverture d'un nouveau serveur, donc pas mal de débutants, et quelques anciens sympathiques, donc les premiers mois étaient vraiment excellents. Ensuite, quand il a commencé à y avoir pas mal de monde, les mêmes problèmes que pour TFC, à savoir tricherie, mauvaise ambiance entre les joueurs, et serveurs en panne régulièrement (GOA, toujours, forcément ). J'ai donc également finit par partir, j'ai testé quelques autres jeux de rôle, genre la beta de Dark Age of Camelot, et quelques jeux gratuits, mais je retrouvais rapidement les mêmes problèmes, donc j'ai laché.

Pour le jeu de rôle, il faut trouver un jeu relativement récent, pour pas qu'il y ait trop de gens qui connaissent le jeu à fond... et éviter les jeux trop bourrins, sinon y'a trop de problèmes entre ceux qui jouent pour enchaîner les monstres et les autres joueurs, et ceux qui veulent simplement s'amuser, en discuttant tranquillement... Dark and Light, qui doit être en beta ouverte, payante, s'il est pas encore sorti officiellement, a l'air plutôt pas mal... Le monde est gigantesque, et ils disent que l'exploration est facilitée, pour ceux qui le souhaite. Sinon, y'a un paquet d'autres jeux. Selon tes goûts, il y a également quelques jeux dans lesquels les combats entre joueurs ne sont pas possibles. En général, c'est très largement préférable, pour l'ambiance du serveur, même si c'est loin de tout régler... Il y a un Final Fantasy en-ligne, comme ça, je crois bien. Sinon, si les jeux en 3D iso te gênent pas, il doit bien y avoir quelques serveurs La 4ème Prophétie, configurés pour interdir les combats entre joueurs...

En dehors des jeux en ligne, il y a aussi un paquet de jeux de rôle en solo, qui peuvent t'apporter beaucoup, niveau fantasy. Si t'aimes les vieux jeux en 3D iso, il y a, sur SNES (émulation *tousse*), Illusion of Time (Illusion of Gaia, aux USA), Terranigma, Tales of Phantasia, Chrono Trigger, et bien entendu, les Zelda et Final Fantasy. Tu peux faire des périodes jeu en ligne, et des périodes jeu en solo, selon ton humeur...


Pour les dessin animés japonais, après environ deux ans, j'ai commencé à voir certaines limites. Depuis, j'en vois de plus en plus, et je ne supporte plus que très difficilement, les animes orientés guerre/combat, histoires sentimentales trop lourdes, et quelques autres trucs du genre... mais il y a encore bon nombre de nouveaux animess que j'apprécie, au moins en grande partie. Au final, il faut bien se rendre compte qu'il s'agit d'êtres humains, derrière les scénarios

Quoi qu'il en soit, il y a des dessin animés dans tous les genres, et pour tous âges. Il est préférable de bien parler anglais, pour pouvoir regarder les animes en VO, sous-titrés en anglais, mais la communauté française de fansub a l'air de pas trop mal avancer (certaines groupes sont au niveau de ceux anglais). Le point critique, c'est de ne jamais regarder d'animes avec les voix en français, ou en anglais Il est impossible d'apprécier un anime, sauf exceptions qui se comptent sur les doigts d'une main, avec le doublage français ou anglais Si tu regardes en VO sous-titré en anglais, tu amélioreras en plus ton anglais, et tu découvriras le japonais (tu pourras t'intéresser à l'écrit, si tu veux, mais ça reste absolument ignoble y'a pas seulement des milliers de caractères, il y a surtout un paquet de caractères qui se ressemblent beaucoup, pour l'oeil non averti -tout ça probablement volontairement, en plus, donc c'est bien frustrant ).

Si tu veux des conseils niveau animes, n'hésite pas à m'en parler... j'en ai regardé... beaucoup ^_^;;;;;


Pour l'informatique, le domaine est vaste... Je te conseille de t'intéresser aux logiciels "libres" (GNU/Linux, notamment), pour te soulager de tout ce qui est piratage, et pour pouvoir participer comme tu veux... Pour le contrôle, tu peux te mettre à la programmation Web ou logicielle... au moins tester, pour voir si ça peut te plaire ^_^


Enfin bien sûr, il ne s'agit que d'exemples... il y a d'autres communautés en ligne, mais encore une fois, je te déconseille les communautés avec trop de discussions sur la vie quotidienne, sauf à titre exceptionnel...


Internet te permet de discutter et d'échanger, sans trop t'investir, mais en te laissant libre de le faire, si tu le veux. Cela devrait t'enlever une importante pression, sans pour autant te détacher de la société (quiconque te dit qu'il s'agit de s'enfermer sur soi, n'y connait rien), même si encore une fois, ça ne résoud pas tout.


Voilà, voilà.


Franchement, sortir du cadre purement scolaire, c'est vraiment le mieux que tu peux faire, dans le cadre de la société actuelle, et ça aide vraiment. Ca te soulage d'une oppression quotidienne vraiment intense, ce qui te permet de voir les autres problèmes de façon plus détachée. Et ça te permet de t'investir de façon plus complète, dans d'autres activités, et d'avancer à ton rythme, au lieu de subir le rythme imposé par le système, absolument mauvais pour presque tous.


Cyao, faut vraiment que je me remette à mes maths, pour samedi

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par personnage de rêve quelconque le 07/09/2006 14:32:24
Derniers petits trucs

Le psychiatre, les médicaments, les problèmes, etc., ça reste très incertain. Si t'es en train de rêver, tout ça ne signifie plus grand chose, même s'il s'agit bien entendu de réalité, et d'existence. S'il ne s'agit pas de tout accepter, il ne faut jamais se braquer. Il y a beaucoup de choses dont tu ne pourras pas te détacher complètement, il est donc critique que ton système de protection et tes idéaux, te permettent de rester souple. Si t'es dans un rêve, tout ça, c'est finalement toi. Le psychiatre n'est pas une personne si extérieure que cela (même si ça reste une existence indépendante, dès l'instant où tu la conçois), et les médicaments n'ont pas forcément d'effet direct, bons ou néfastes. Tout ça peut très bien venir de toi, donc il ne faut jamais se braquer

Par exemple, je sais que les fruits et légumes sont bourrés d'insecticides et pesticides, mais ça m'empêche pas de les manger, pour la plupart, avec la peau, tout simplement parce que pour moi, ça fait partie intégrante du fruit, et que de toutes façons, personne ne pourras jamais prouver le moindre effet, alors autant laisser couler, pour mieux se concentrer sur le futur. C'est pas parce que je suis largement orienté nature, produits frais et naturels, que ça m'empêche d'aller dans un fast food, ou de manger des trucs préparés et/ou surgelés, à titre exceptionnel...

Tu peux parfaitement t'éloigner de pas mal de choses, sans qu'il s'agisse d'un quelconque braquage... Par exemple, j'ai pas utilisé de savon, ni shampoing, ni dentifrice, depuis environ deux ans... ça m'empêche pas de me savonner les mains, à titre exceptionnel, quand j'ai des traces qui s'enlève que difficilement seulement avec de l'eau, puisque je reste souple... (à titre informatif, ça m'empêche pas d'avoir une très bonne hygiène... je me lave tous les jours ou tous les deux jours, selon mon activité, et puis je me lave les mains chaque fois que nécessaire... de toutes façons, personne pourra jamais prouver quoi que ce soit, à propos d'une quelconque relation de cause à conséquence, associée à n'importe quel sujet... tant que ça me convient, de manière tout à fait raisonnable, il n'y a aucun problème...).


L'important, c'est vraiment de te détacher des problèmes. Ne pas les ignorer, parce que c'est toujours bon d'acquérir des connaissances variées, mais ne jamais te braquer. Ca t'empêche pas d'éprouver des sentiments marqués, par rapport à ce que tu veux, mais il faut toujours garder à l'esprit que ce n'est finalement pas grand chose, par rapport à l'existence.


En ce sens, il est clair qu'en ce qui concerne les drogues, les trucs à fumer, l'alcool, etc., on ne pourra pas non plus prouver quoi que ce soit, sur un quelconque effet négatif direct... enfin après, c'est une question de sentiments... comme j'ai dit dans mon deuxième message, je vois tout ça comme beaucoup trop temporaire, et comme l'ajout d'un niveau d'incertitude, sur la réalité, qui, encore une fois, n'en a certes pas besoin... et puis après, t'as tout l'argent qui gravite autour, toutes les théories conspirationnistes, et tout un tas d'autres trucs, notamment l'état des personnes qui consomment, même si tout ça, encore une fois, ne signifie pas grand chose, dans l'absolu... Ca me fatigue rapidement, et ça ne m'a de toutes façons jamais attiré, puisque je vois d'autres expériences, comme beaucoup plus intéressantes, directes, et simples... notamment le rêve, lucide ou non, par exemple, et la simple réflexion philosophique ^_^


En dehors de ça, je voudrai te conseiller un auteur de musiques, chansons, et textes, qui est particulièrement axé sur le défoulement intelligent, mais très vulgaire... Il s'agit de Jean-Louis Costes... Il propose gratuitement, les mp3 de ses chansons, sur son site Internet: http://costes.org/mp3.htm (attention, c'est vraiment vulgaire et cru, -les chansons, et le site, images y compris-, mais ça reste vraiment des chansons excellentes, pour se défouler).

Bien entendu, il ne s'agit pas de s'accrocher à ces chansons (qu'il faut bien entendu prendre avec un maximum de recul, en ce qui concerne les paroles -ce sont des paroles défoulatoires, sous forme artistique, il ne faut pas y voir quoi que ce soit d'autre, à part, bien entendu, les raisons de ce besoin de défoulement, qui découlent des paroles). Il s'agit juste de faire sortir une pression trop forte. Ca s'écoute pendant quelques heures, bien tranquillement... avec un casque... (fais gaffe de pas trop t'abîmer les oreilles ^_^), avant de les supprimer... (enfin n'hésite pas à lui acheter des trucs, mais je te déconseille de les conserver trop longtemps... ça s'écoute, ça s'analyse, et puis on passe le cap, en ayant gagné beaucoup )


Cette fois j'ai à peu près tout dit Cyao ^_^

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par floflop le 07/09/2006 16:10:13
moi aussi la vie est pas roze tu n'es pas la seul a souffrire.
Je suis en dépression, (ce serait trop long a raconté.
la vie c'est cela des hauts et des bas courage
je parle en conséquence de causes

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par floflop le 07/09/2006 18:14:59
moi aussi je vie ce que tu vis ma ts = coma mais j'ai décidé de vivre car la vie est belle malgré le chagrin.

Tu peux trouver en toi la force d'aimé et d'espéré.

En nous les forces de la vie

"La vie, la vie changeante comme le cie, la vie claire, puis orageuse, la vie sauvage cruelle, comme l'ouragan, la vie, ses éclaires dans la tempêtes, et sa grandeur et sa majesté, parce qu'elle est l'hommes et l'univers."

"Car vivre, c'est être dans le monde avec joie.
" C'est vouloir cette joie. La maintenir. Refuser de se laisser envahir par les herbes grises de la tristesse. Vivre c'est s'engager à agir. Vivre c'est être soi. C'est résister et aimer.
"accepter et refuser. vivre, c'est créer."

martin gray (qui lui a beaucoup souffère aussi)

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par jordane1 le 09/09/2006 15:15:58
Salut, je viens de lire ton message. Il ne faut pas que tu te laisses envahir par ta tristesse. Je sais que c'est plus facile à dire qu'à faire, mais je sais de quoi je parle.
Depuis la primaire, j'ai été rejetée par tous mes camarades d'école, et j'étais si naïve que certains se servaient de moi. Au moment où je te parle, mes aprents sont au bord du divorce, il se dispute sans arrêt, mon père nous envoie promener mes soeurs et moi pour un oui ou pour un non et je dois bientôt passer mon bac.
Pourtant, j'ai décidé de me battre. Pourquoi? Tout simplement parce que je sais que même si en ce moment c'est un peu dur, la vie me réserve encore plein de choses, de belles choses. Je ne parle pas seulement du grand amour auquel je ne crois pas non plus, mais de rencontres, d'amitié, du sourire d'un bébé, du bonjour d'un passant qu'on ne connait pas...toutes ces petites choses là qui semblent si dérisoires mais qui nous rappelle qu'on existe et que le monde conserve du bien.
Tu ne pourras transmettre tes idéaux que si tu vis, et pour cela il faut que tu te battes. Je ne me suis pas laisser aller à la déprime, et maintenant j'ai des amis extraordinaires (pas beaucoup, mais je sais que je peux compter sur eux). De plus, en dépit de tous ce qui m'arrives, je pense à tous ces malheureux qui meurent de faim, et je me rends compte que je ne suis pas la plus défavorisée par le sort. J'ai envie de les aider, d'améliorer autant que je le pourrai ce monde. Donc, je me bats. Et je vis.
J'espère vraiment que tu vas retrouver goût à la vie, à 16ans, tu as beaucoup à découvrir. J'ai 17ans, j'ai donc à peu près le même âge que toi. C'est souvent plus facile de parler avec des gens qui ont le même âge que soi. Alors si tu veux parler, y a aucun soucis, je suis là. Si tu veux, je t'envoies un message perso avec mon adresse mail.
Jordane

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par dashredendblack le 09/09/2006 17:17:24
merci c'est gentil... ark je sais pas quoi dire !!!
Tout ce que vous me dites me fait beaucoup réfléchir...
Quand j'ai écrit cet article, c'était il y a un an! Depuis les choses se sont un peu améliorés... Mais cet été elles m'ont fait rechuter!! Alors tout ce que vous me dites je le prend très à coeur...
Merci...
Dash

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par fleurs des champs le 10/09/2006 20:47:45
Je suis d'accord avec "personnage de rève quelconque" sur le fait qu'il faut que tu prennes sûrement plus de recul sur ta vie, que tu vois les choses en grand, que tu ai un but dans lequel te donner un fond...
Par contre je ne pense pas que s'isoler du monde soit la bonne solution... Je pense plutôt que c'est une manière de vivre dans une bulle, s'enfermer sur soi, et même si c'est très rassurant à court terme, ça ne conduit qu'à la mort plus lente à lond terme (même si tu ne pense peut-être pas au futur déjà...).
Enfin voilà mon petit point de vue, mais tu en fait ce que tu veux... Et bon courage quand même...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par personnage de rêve quelconque le 10/09/2006 22:53:05
>
> Par contre je ne pense pas que s'isoler du monde soit la bonne
> solution... Je pense plutôt que c'est une manière de vivre dans
> une bulle, s'enfermer sur soi, et même si c'est très rassurant
> à court terme, ça ne conduit qu'à la mort plus lente à lond
> terme (même si tu ne pense peut-être pas au futur déjà...).
>


Comme dit dans le message où je parle d'un certain éloignement des foules, tu n'as pas bien réfléchi au sujet ^_^ Tu ne fais que répéter un préjugé

En ce qui concerne l'enseignement à distance, tu restes en contact avec les enseignants et les autres apprenants (même si tu ne participes pas beaucoup, le lien est là.

En ce qui concerne Internet, tu es au coeur de l'information, et en contact tout un tas de monde, proche et moins proche. Tu inities des conversations avec de parfaits inconnus, des dizaines de fois par jour, pour parler de tout un tas de sujets.

En ce qui concerne les jeux en-ligne, pareil.

En ce qui concerne les dessin animés japonais, tu découvres une culture très différente de la notre (les animes contiennent énormément de références culturelles, en plus de la langue), et tu découvres surtout tout un tas de mondes, de personnages, de situations.

En ce qui concerne l'informatique en général, si tu veux en faire ton métier, tu prends une longueur d'avance sur les autres, en y passant davantage de temps (comme pour toute autre activité qui peut se transformer en métier).

En ce qui concerne l'isolement par rapport monde (enfin par rapport à la société, ça peut se faire, en partie (jamais complètement), si tu pars dans un coin perdu, et que tu vis en autarcie plus ou moins complète (ce qui n'a rien de négatif, chacun sa vie)... mais ce n'est certes pas le cas ici. Je parle de s'éloigner un minimum des foules, en trouvant des occupations où le contact est un peu moins oppressant (sans que ça libère sérieusement de quoi que ce soit... si tu choisis bien ta communauté, tu pourras éviter certains problèmes, mais les divergences d'opinions se ressentent à peu près autant que dans la "vraie vie"... -il va vraiment falloir que je trouve un autre terme, parce que celui-ci n'a strictement aucun sens ), pour mieux se concentrer sur ce qu'on souhaite faire, plutôt que ce qu'on te dit de faire.

Bien entendu, encore une fois, cet éloignement reste très limité, en ce qui concerne la facilité d'exprimer sa volonté. On reste dépendant des parents, si on habite encore au domicile familial, des outils utilisés (et en informatique, c'est un point majeur, et particulièrement problématique), des voisins, des gens qu'on voit, tout à fait normalement, quand on sort (à moins de se la jouer hikikomori, mais la différence n'est pas si importante), des lois, des problèmes extérieurs, des problèmes au domicile, etc, etc.


D'autre part, tu parles d'un enfermement sur soi, mais c'est une expression pleinement incertaine. Si nous sommes dans un rêve (et qu'on considère le rêve comme la conception d'une unique entité, peu importe ce que tu fais dans la société, ça ne restera toujours que des interactions avec toi-même

Et quelle valeur attribuer aux relations avec d'autres? (si on exclu l'imaginaire, qui conçois des entités ayant une existence propre, largement indépendante) Dans l'absolu, qu'elle est l'utilité?

Qu'est-ce qu'on fait dans le monde?

Ecole oppressive, travail oppressif, souvent risqué, boîte de nuit, répétition de préjugés, drogue, tabac, alcool, guerre, recherche scientifique orientées vers la destruction, pollution, manipulation, mensonge, conspiration, argent, habitudes alimentaires, de sommeil et de vie déplorables, stress, médicaments inutiles et dangereux, recherche de la popularité, pornographie, religion, sectes, publicité, cosmétique, mode, habillage, propriété intellectuelle, violence, brutalité, hiérarchie, discrimination, haine, rancoeur, regrets, jalousie, télévision, radio, sport, police, armée, armes, junk food (surgelée, irradiés, micro-onde et plats préparés y compris), engrais, insecticides, pesticides, peurs, destruction des forets, des espaces naturels, immeubles, bétonnage, bitumage, élevage intensif, agriculture intensive, expériences sur les bêtes, viol, enlèvement, racket, spam, virus, phishing, vol, chirurgie esthétique, coiffeur, taxes, impôts, lois, règles, droits, vote, tyranie, monarchie, barrages, installations électriques, centrales nucléaires, armes de destruction, voitures, moteurs polluants, bruit, égocentrisme, éthnocentrisme, élitisme...

... il faut que je continue? Pense à tout ça, et reviens nous dire ce que tu penses d'une personne qui s'éloigne à peine de la société (tu parles d'un éloignement, au milieu de plusieurs centaines de milliers de personnes, voir plus, dans les grandes villes...), parce qu'au lieu de supporter pleinement, sans aucune raison, elle cherche à éviter certains de ces problèmes (sans pour autant s'en éloigner plus qu'un peu, et en continuant de participer à beaucoup à ces problèmes).


Pour ce qui est de se rassurer, ça reste très limité... surtout quand on comprend qu'à peu près tout ce qui se passe sur Terre, n'est qu'une conséquence de la peur de la solitude, et des tentatives pour tenter de s'en protéger.

Si c'est inconscient dans beaucoup de cas, va poser la question à une majorité de gens qui boivent de l'alcool, qui se droguent, qui fument, qui suivent une religion ou une secte, pour donner quelques exemples. Ils ne te parleront pas forcément de solitude, mais ça restera assez proche.


Pour ce qui est du futur... est-ce que tu vois réellement, dans presque tous ceux qui s'agitent frénétiquement, dans la société actuelle, une quelconque vision, d'un quelconque futur, autre que l'évolution logique du présent qu'ils entretiennent et font évoluer, de la pire manière qui soit?


S'éloigner, un minimum, de la société (encore une fois, ça restera toujours très très limité, n'a rien de bien particulier.


En ce qui concerne l'impression de passivité, (même si encore une fois, vu ce que trouvent à faire, les personnes plus "actives", je ne vois pas bien le problème), le léger éloignement de la société permet, en général, de pouvoir penser plus librement, grace à la légère diminution de l'oppression quotidienne, et donc, d'avoir une vision plus globale de l'existence, grace en plus au placement un peu plus spectateur que la normale (non pas que le reste du monde bien moins spectateur, pour une écrasante majorité de personnes), ce qui, dans le cadre de beaucoup de métiers, et plus généralement, de la vie quotidienne, est un avantage certain, par rapport aux moutons de tous bords.

Je ne dis pas que toute personne qui s'éloigne un peu, en profitera réellement, mais ça reste un point important.

La passivité n'est pas négative. Et puis elle n'a rien de permanent.


Bon, et puis je vais arrêter là, parce que je recherche justement à devenir un peu plus actif, maintenant que j'ai des bases un peu plus solides qu'avant (ça fait certes des dizaines de fois que je dis ça, mais c'est pas pour ça que je stagne, -bien au contraire-, alors je finirai bien par y arriver ).


Cyao.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: moi, sucidaire
Posté par personnage de rêve quelconque le 11/09/2006 03:14:55
(double post -le premier s'affichait pas, après plusieurs heures... :/ bizarre... pas un problème de cache de mon côté, en tous cas...)

Modifié le 11/09/2006 03:16:04

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: moi, sucidaire
Posté par ushiwa.sasuke le 11/09/2006 09:54:19
Conseil : lis et suis attentivement ce qu'a dit personnage de rêve quelconque...

Je suis un peu comme lui, niveau jeux on line, emulation, dessin animés japonnais(d'ailleur je vais commencer des cours ^^) et niveau imagination aussi rever s'inventer des histoire et toute sorte...

Ca fait un bien fou et tu oublies tout pendant un moment, il y a seulement toi et tes idées...

POur le jeux On-line je te conseil WoW (World of Warcraft) très bon jeux, pas mal de possibilité et très beau niveau graphique...pour les dessins animés japonnais quelque grand classique comme Naruto (I love Sasuke ^^) Bleach, Saint Seiya, Hajime no Ippo, Angel Heart et encore plein d'autre...

Sur ce bonne continuation !

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par leka le 09/11/2006 03:29:36
salut tout l'monde, j'ai lu l'article et les commentaires (sauf ce de personnage de rêve, trop long désolé lolà

ce qui me pousse a laissé un commentaire, c'est que simplement tout ce que tu dis je l'ai pensé un jour... et je le pense encore de temps en temps.

moi aussi j'allais mal, dans ma peau et pour beaucoup de raison... comme toi, moi aussi j'ai essayé le shit (pour aller dans l'ordre de ton article) et, 5 ans plus tard, j'en ai besoin pour me sentir bien... (j'ai 18 ans aujourd'hui, j'te laisse compté

a l'époque j'étais comme toi, vraiment comme toi... tout les jours je pensé au suicide, je n'voyais plus d'autre issu, j'ai vu une psy et on ma prescrit des médocs. Les scarif's, j'ai aujourd'hui un beau paquet d'cicatrices sur le corps entier (surtout sur les bras)

si je te parle a présent, c'est en connaissance de cause crois moi.

le truc, c'est qu'on "guéri" sans le savoir, et qu'une fois qu'on est "guéri", on oubli même pourquoi on était malade... y'a pas de solution magique, si j'écrit ce n'est pas pour te dire quoi faire, mais au contraire pour te dire ce qu'il ne faut pas faire! (avec du recul, y'a trop de truc que je regrette... et je si je peux aidé...)

les scarifs, ca te marque a vie... des fois je regrette d'avoir fait ça, quand les gens autour de moi vois les marque sur mes bras... ou même parfois je les regarde comme des photos, et ça me rapelle une tonne de souvenir...

ensuite, une grosse erreur que beaucoup de gens font quand il se sente mal dans leur peau, c'est de trouvé un substitut a son mal être. y'a la drogue, l'alcool, le tabac (c'est mon cas et aujourd'hui, je ne décroche plus) mais aussi, ce créer un monde, s'isolé, "vivre dans un monde imaginaire" (je pense surtout au jeux vidéo, jeux en ligne ou autre, qui pourrait prendre une trop grande place, devenir une sorte de drogue)

a éviter aussi de s'leurrer et d'se dire que tout va bien alors qu'tu vas mal.

je pourrais continuer mais bon, je pense que pour le moment y'en a assez.

les seuls conseils que je pourrait te donner pour avancer, sa serait tout simplement de sourir a la vie! prendre conscience que s'foutre en l'air pour une histoire d'amour, ça n'en vaux pas la peine (je sais bien qu'c'est dur m'enfin...) (j'ai moi aussi failli m'foutre en l'air pour une fille... avec le recul je le regrette)

franchement, crois en toi et en la vie, tu sais p'têtre pas ou elle te mènera, mais le mieu c'est quand même d'aller voir par toi même non? c'est a toi seul de déterminer si tu veux souffrir ou non, malgrès tout les coup dur que la vie te feras, tu verra on s'en sort toujours...

et quand tout vas mal et que tu sais pas quoi faire, le plus intelligent, c'est quand même de ne rien faire!

voilà, j'espère que c'que j'ai écrit te fera réfléchir un petit peu (même si pour toi tout vas peut être mieu aujourd'hui)

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par dashredendblack le 09/11/2006 18:35:58
merci pour ton commentaire !!!
Cet article date !! sa fait plus d'un an...
je suis on peu dire "guerit" !
Mais ce que j'ai vecu à été très difficile!

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par mirr le 04/01/2007 18:40:28
Etrange.
J'ai connus les mêmes symptomes que toi, un peu plus étalés, un peu différents, et moins violents.
Je suis plus schizo que la moyenne, moi aussi, en tous cas il me semble. Ou du moins je l'ai été, à 15 ans, aujourd'hui je ne ressens plus rien de cette "crise". Mon père est schizo et la plupart des personnes de ma famille paternelle sont shtarbés. Donc, c'est venu à moi ... Je me rappelle des moments où je me déchirais entre la haine, l'envie de détruire le monde, et l'amour, l'envie d'aider tout ce qui était autour de moi ...
Auparavent, quand j'avais 12 ou 13 ans, j'avais eût la même vision de toi du monde. J'avais pas d'amis (j'en ai toujours pas d'ailleurs mais j'ai des gens avec qui je m'entend bien à l'extérieur du lycée). Je pleurais dans la cour de récré, parfois, je me cachais. Je pleurais juste parce que le monde était comme ça... Je pleurais pour tous les gens qui souffraient.
Un peu après mes quinze ans, il y a un an maintenant, je croyais avoir rencontré la femme de ma vie ... 3 mois plus tard, elle me quittait. Elle a ensuite tout fait pour se venger de moi ... Elle y a bien réussi. Et moi je culpabilisais ... Je culpabilisais. De l'avoir fait souffrir, d'être entré dans sa vie. Comme toi je voulais me faire souffrir ... J'ai fait une tentative de suicide ... Mais quand je voulais me mettre en face du train, la vie me rattrappait, je n'arrivais pas à avancer. Je ne pouvais pas. Je n'aurais jamais pensé resentir ça.
Comme j'avais dit à mon ex que j'allais me suicider, je voulais lui parler un dernière fois, lui faire mes adieux.. par SMS .. Ben, elle a pas vraiment apprécié, naturellement. Elle m'a descendu plus bas que terre. Je voulais souffrir ... Finalement je n'ai jamais rien fait, je ne me suis pas scarifié. J'ai plutôt obéi à mon besoin de faire du bien en commençant à militer à Greenpeace.
Et voilà ... Aujourd'hui, je vis sans aimer la vie, sans pour autant la haïr comme c'était le cas avant.
Mais je ne suis pas mort. 'déjà ça.

Dans l'article d'à côté, là, tu disais que tu t'éloignais de ceux que tu croyais être tes vrais amis ... Fait moi confiance, t'en trouvera d'autres. Mais si tu éprouvais au plus intime de toi ce qu'est la tolérance ... Si tu comprenais que si les Hommes sont différents, vraiment différents, ce n'est pas pour cela qu'ils sont mauvais, même s'ils se foutent sur la gueule ... Peut-être que tu l'as déjà compris, ou crois le comprendre, mais il faut le ressentir au plus profond de soi. Seulement alors tu pourra vraiment t'intéresser aux autres, réellement. Il me semble. Mais peut-être que je confond trop ton problème avec le mien ...

Bonne continuation !
Si tu veux qu'on garde contact ...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par mirr le 04/01/2007 18:55:20
[Et dire que je disais que tu savais pas ce qu'était une névrose ... Mea culpa ! XD]

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par dashredendblack le 04/01/2007 19:48:50
mirr : oui je le veux (qu'on garde contact)
lol

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par jacquesv le 05/01/2007 02:08:57
dashredendblack,
J'avais raté ton article, c'aurait été dommage: il est excellent et poignant! 10

Tu vas mieux depuis, j'en suis content

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par jacquesv le 05/01/2007 02:11:54
personnage de rêve quelconque,
Merci pour ces réponses: je les ai lu avec plaisir

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par jacquesv le 05/01/2007 02:14:14
personnage de rêve quelconque. Ce membre n'existe pas.

Dommage

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par jacquesv le 05/01/2007 02:20:01
Article et discussion de niveau inhabituellement haut

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Moi, sucidaire
Posté par dashredendblack le 05/01/2007 12:18:15
jacquesv : merci c'est gentil

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
La participation aux forums est réservée aux membres du site.
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
  Devenir membre (30 secondes et gratuit)
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 143 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲