Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     
Aller à :  

Messages | Nouvelle branche de discussion | Répondre | Rechercher
Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 28/03/2007 00:36:14
Petite tentative de débroussaillage dans cette jungle obscurantiste des poistions les plus extrêmes et dangereuses...


En tant que déviance légère

La construction de l'identité sexuelle d'un individu se fait lors de son enfance. C'est durant cette période critique de développement que le conscient et l'inconscient se bâtissent, qu'ils prennent leurs repères. C'est durant cette période également que s'opère la majeure partie de la socialisation. C'est dans cette première tranche de vie que le complexe d'Oedipe et son pendant féminin sont cruciaux dans le devenir de l'individu. L'enfant doit reconnaître, consciemment et inconsciemment, son parent de même sexe comme rival et identifiant, et son parent de sexe opposé comme partenaire reproducteur logique. Dans le cas où ces premières indications sont faussées (absence du père ou de la mère, éducation hyperféminisée pour une fille, ou pour un garçon, éducation hypervirilisée pour un garçon, ou pour une fille), le "radar biologique", chargé de canaliser les hormones et de rationaliser les émotions, est faussé, ce qui peut faire aboutir l'individu à une déviance sexuelle telle que l'homosexualité, dans tous ses degrés (de la simple curiosité à la profonde attirance physique). De plus, lorsque l'on est si habitué à un sexe, et que son pendant nous est totalement inconnu, on trouve une bien plus grande sécurité à utiliser un appareillage connu. Ainsi, dans cette situation, l'homosexualité peut être une forme de sécurité.
Dans le cas d'une éducation hyperféminisée, la fille se retrouve dans un univers homogène duquel l'homme est exclu. Le mâle, ainsi réduit à l'état d'étranger, devient un danger mystérieux et menaçant poussant la fille à rechercher la sécurité de rapports lesbiens ; tandis que le garçon, lui sera emprunt de "l'être" féminin auquel il s'identifiera, et recherchera donc comme partenaire reproducteur les humains du sexe opposé à l'identité qu'il s'est construite, c'est à dire un homme.
Dans le cas d'une éducation hypervirilisée, les effets s'inversent : le garçon sera effrayé par l'animal féminin, tandis que la fille attendra la princesse tant convoitée par son entourage masculin. Dans le cas de ces deux déséquilibres, l'individu ayant des repères tronqués sera davantage bi-sexuel qu'homosexuel, avec tous les problèmes que cela entraîne en matière de stabilité psychologique et d'insertion sociale. En effet, de cette ligne de conduite ambiguë ressortira une impression de confusion, de chaos, impropre à toute fixité constructive dans les rapports avec les autres.
Parce que l'équilibre est difficile à trouver entre fille et garçon, nombreux sont ceux qui ont des tendances bi-sexuelles, refoulées plus ou moins bien par la socialisation subie par l'individu. En effet, si l'on prend l'exemple d'un jeune garçon élevé en milieu hypervirilisé, son hétérosexualité pourra se construire grâce à la permanence de modèles très cadrés, des clichés fortement marqués par l'hétérosexualité naturelle de l'Homme, avec le risque cependant d'en faire un machiste, sans garantie qu'il n'y ait pas de révélation d'homosexualité à un âge plus avancé. Si ce constat d'impuissance flagrante peut paraître pessimiste, il faut rappeler que la fréquence de ces ambiguïtés sexuelles est rare, car la nature, à travers les hormones sexuelles et l'appareillage biologique, l'emporte la plupart du temps sur les hésitations psychologiques.
Dans les cas de misogynie, misanthropie, machisme ou féminisme, c'est parce qu'il n'y a aucune considération pour le sexe opposé qu'il se fait une profonde cassure entre homme et femme, empêchant tout rapport amoureux bâti sur le respect. L'homosexualité est alors la seule forme légitime d'amour possible.
Pour l'homosexualité en tant que déviance, il est à isoler un cas à part : l'homosexualité narcissique. Dans l'expression de celle-ci, le déviant considère ses partenaires de même sexe comme projections de lui-même. En leur faisant l'amour, c'est à lui qu'il fait l'amour. Cette déviance se traduit souvent par la recherche de partenaires beaux et jeunes (davantage qu'on l'est soi-même). Rappelons que Narcisse, jeune homme mythologique d'une grande beauté, repoussait toutes ses prétendantes, n'aimant que lui, cherchant à se fondre dans son reflet. Il périt noyé en tentant d'étreindre son reflet, comme on fait l'amour à notre âme soeur. Il fut changé en fleur, symbole particulièrement pertinent puisque la fleur s'épanouit en tendant vers le soleil, allégorie de la perfection. Le mythe de Narcisse exprime cette recherche de soi-même en les autres, cette volonté de recevoir toute l'affection et l'adoration que l'on éprouve pour soi, cette recherche d'un autre soi qui soit plus parfait que nous. Cette déviance narcissique de l'homosexualité est donc la concrétisation du mythe conté par Ovide il y a tant de siècles. Cette forme d'homosexualité serait davantage une pathologie visant à l'appropriation de la beauté dont nous nous croyons dépourvue qu'une forme d'amour et toute l'infrastructure d'échanges enrichissants que cela induit. Ce n'est donc bien souvent qu'une course stérile n'aboutissant qu'à une autodestruction lente et douloureuse, puisque systématisation d'une hypertrophie de l'ego, donc perte des réalités et des repères.


En tant que déviance lourde (vice)

L'Homme est l'individu le plus contradictoire de la création. Comme tout être vivant, il privilégie naturellement sa propre survie et son intérêt. Pourtant, cet intérêt qu'il poursuit toujours le conduit souvent à se sacrifier, voire à souffrir ou mourir. Ce paradoxe apparent est dû à la dualité de l'Homme, dans lequel s'affrontent deux forces opposées mais complémentaires dans un effrayant combat dont l'issue pourrait se révéler aussi tragique que la fin de l'Humanité ou bien aussi glorieuse que la sage et pacifiste hégémonie humaine sur l'univers. Ces deux forces peuvent être décrites en les caricaturant quelque peu schizophréniquement comme la présence en un seul corps d'un animal bestial assoiffé de domination et mû par ses instincts, et d'un être spirituel et social aspirant à la paix et à l'amour entre les êtres. Dans la plupart des cas, ces deux élans se contiennent mutuellement et font de l'Homme une créature chétive et néantissimement inutile. Mais parfois, ces deux êtres se complètent, collaborent à l'édification d'un être humain meilleur. Et quelques fois, c'est la bête qui remporte le combat, et la lumière que l'on porte au fond de nous s'éteint. Cela s'exprime par la perte des valeurs que l'humanité se fixe comme idéales : on en vient à faire souffrir les autres pour notre propre plaisir. Nous jouissons de ce qui effraie les autres. L'homosexualité dans ce cas n'est qu'une forme de perversité, au même titre que la scatophilie, la zoophilie, ou encore la pédophilie et le viol en général. C'est parce qu'elle n'est pas naturelle ni normale que l'homosexualité attire.
En effet, dans le cas de ces déviants pathologiques, ce n'est plus que l'expression de l'animal-Homme, qui cherche par tous les moyens à assouvir ses moindres besoins et caprices, sa soif de domination, sa perversité et son attrait pour l'interdit, parfois couplés à un délire d'avilissement sado-masochiste.


En tant que choix

Une autre possibilité, souvent découlant des déviances légères évoquées plus haut, consiste en un choix volontaire, assumé et proclamé d'une forme de sexualité "anormale". Souvent, lors de l'adolescence ou des années qui la suivent, dans le corollaire du refus du système de société bâti par nos ancêtres, le jeune cherche à se construire, à se comprendre en s'opposant aux normes établies. Dans ce cadre d'émancipation identitaire, la revendication homosexuelle agit comme une provocation pour tester les adultes et leur système, pour tester les limites, et souvent même se mettre soi-même au défi. Car rien n'est plus insupportable et difficile pour un jeune que de se résigner à n'être que comme tout le monde, un adulte en devenir, cet adulte même qu'il abhorre. Cette crainte de l'avenir qui s'exprime ainsi rejoint parfois d'autres conduites auto-destructrices ou avilissantes telles que l'automutilation, le suicide, la consommation de drogue, la prise de risque sous toutes ses formes.


En tant qu'éventualité

Le dernier cas d'homosexualité envisageable, le plus légitime sans-doute, c'est lorsque cette homosexualité est accidentelle est n'a été rendue possible que par la rencontre singulière de deux êtres parfaitement complémentaires. En effet, l'Homme étant un être incomplet car animal social ayant besoin de communiquer, il recherche constamment la présence d'autres individus auprès desquels il peut à la fois se sentir exister et légitime, mais aussi avec lesquels il puisse partager ce qu'il est. Or, l'opacité entre les êtres conduit à une incompréhension latente entre les êtres, opacité renforcée par les tabous sociaux. Donc cette quête d'une communauté, parce que l'édification de liens sociaux efficaces et épanouissants est des plus épuisantes et accaparantes, se mue le plus souvent, dans le sillage et la tradition de l'instinct de reproduction, en la recherche d'une "âme sœur" complémentaire qui conjuguera à la fois un système similaire de pensée, des qualités compensant nos forces et faiblesses, et contentant également notre besoin d'utilité et d'interdépendance.
A partir de là, si la socialisation est peu marquée par des modèles sexués, l'amour n'a ni visage, ni sexe, et n'est qu'un esprit : l'homosexualité dépend alors des circonstances et des personnalités (c'est alors une homosexualité ponctuelle dans la plupart des cas, fondée sur des sentiments très profonds puisqu'ils ont permis de passer outre les barrières psychologiques et sociales).
Ainsi, l'hétérosexualité, dans le fonds, puisqu'elle n'est justifiée que par le souci de reproduction ou la curiosité pour un être différent sexuellement, perd de sa normalité lorsque la reproduction devient accessoire. Et dans un monde ou la parentalité est un choix, où il n'y a plus de dynastie et d'héritage à préserver, où l'on peut s'épanouir de diverses façons autres que l'édification d'une famille, l'homosexualité occasionnelle - ou plutôt l'impertinence de la question du sexe dans les rapports amoureux - peut être considérée comme un degré supérieur de l'évolution humaine.


Synthèse

Ainsi, si cette réflexion n'engage que moi, elle introduit au moins une notion essentielle : il n'y a pas qu'une sorte d'homosexualité. Il y a en quelque sorte autant d'homosexualités qu'il y a d'individus, chacune empruntant tout ou partie aux catégories ébauchées ci-dessus. Et c'est dans cette diversité que l'homosexualité doit être pensée.
Beaucoup d'homosexualités sont des expériences de souffrances, en partie parce qu'elles relèvent davantage des premières catégories que de la dernière. Beaucoup d'homosexuels se mettent en danger, souffrent et meurent pour s'être obstinés à se vouloir homosexuels, ou hétérosexuels, ou bisexuels, alors qu'ils avaient sans doute encore un bout de chemin à faire sur la voie de leur identité sexuelle et psychologique.
J'imagine déjà certains commentaires de mes détracteurs, notamment en ce qui concerne ma vision pathologique de l'homosexualité pour les trois premières catégories, et de ma vision en apparence apologique de l'homosexualité dans ma dernière catégorie. Je répondrais à ceux-ci qu'ils ne m'ont pas compris. Pour ce qui est des expériences homosexuelles pathologiques, je n'accuse pas les individus de folie ou de perversion, mais seulement la façon dont ils envisagent leur sexualité, qui est la conséquence de malentendus et conduit à de trop grandes souffrances pour des individus fragilisés. Quant à l'apparente apologie que je fais de l'homosexualité, c'est un malentendu si vous me comprenez ainsi. Ce que je prétends, c'est qu'avec l'évolution de nos sociétés, la reproduction ne peut plus légitimer l'hétérosexualité, d'une part à cause de la dérégulation des normes et traditions sociales, et d'autre part pour les techniques de plus en plus asexuées de procréation. Ainsi, je ne claironne pas l'avènement de l'homosexualité bienheureuse, mais l'ère d'une humanité ayant dépassé les clivages sexuels ou autres pour aller à la rencontre de l'autre.
Pour information, je suis en ménage avec une jeune femme géniale qui correspond à tout ce que j'avais rêvé et avec qui je suis des plus heureux. Mais je crois sincèrement que si elle avait été un garçon, nos tempéraments si complémentaires et nos points communs auraient pu nous conduire à une relation homosexuelle tout aussi épanouie. Ce que je soutiens, c'est que, peu à peu, une sexualité sans clivages se développe, et que l'on tente abusivement de cadrer sous des termes absurdement réducteurs de bisexualité, trans-sexualité, hétérosexualité ou homosexualité. Mais c'est un nouveau type d'amour qui se développe, au-delà des impératifs hormonaux et reproductifs, au-delà des traditions sociales et historiques.
Mais si j'ai voulu publier cette réflexion, ce n'est pas tant pour les homophobes que pour les homosexuels qui se déclarent ici avec provocation ou ceux qui souffrent en silence. J'espère pouvoir les aider à mieux se comprendre, mieux s'accepter et mieux vivre leur sensibilité, afin qu'ils puissent être, simplement, sans s'ancrer dans mes trois premières catégories, en étant libre d'aimer avec le cœur, et non avec la peur.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 28/03/2007 08:28:20
Je réalise un peu tardivement que j'ai oublié d'apporter quelques précisions introductives à cette réflexion. Je les fais donc suivre.

Tout d'abord, je me dois de préciser pour les esprits chatouilleux que ces facettes constituantes de l'identité sexuelle que je relève sont des hypothèses interprétatives qui se veulent synthétiques d'idées éparses et non d'intérêt qu'en combinaison pour aider ceux dont l'identité sexuelle est problématique à mieux réfléchir à ce qui les fait.

Par ailleurs, autre précision essentielle, les mécanismes que je mets en avant sont environnementaux et, surtout, agissent de manière inconsciente : il n'y a donc surtout aucun jugement moral ni de condamnation à comprendre de mes réflexions. Il s'agit d'une entreprise de réappropriation des mécanismes inconscients qui structurent les comportements sexuels afin de tenter de les vivre de manière plus épanouie.

Ainsi, si je n'en parle pas, il est évident que je ne néglige pas les facteurs génétiques qui favoriseraient telle ou telle sensibilité sexuelle (taux d'hormones... par ex).

Je rappelle encore une fois que cet exposé ne se veut ni exhaustif, ni parfait, mais qu'il vise simplement à reconsidérer les typologies sexuelles en dehors des clivages habituels et, surtout, à permettre à ceux dont la sexualité est souvent douloureuse d'avancer un peu sur le chemin de leur vérité.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: homosexualités : mode d'emploi...
Posté par kawai le 28/03/2007 10:21:27
Il n'y a aucun jugement moral dis tu ... pourtant les termes que tu emplois sont très connotés. Tu évoques des déviances légères ou lourdes voire des vices ou des perversités.... Des termes que l'on retrouve employés par des psy ou des religieux... L'utilisation du mot "déviance" rappelle que l'homosexualité n'est pas dans la norme donc serait anormale.
Les termes de vice et de perversité renvoient à des idées de bien et de mal et là on est à fond dans la morale...
Il ne te manque plus que l'utilisation du terme d'abomination qui est souvent utilisé en ces temps de mariage gay sur les sites chrétiens ...

Modifié le 28/03/2007 10:24:15

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 28/03/2007 10:27:44
Le terme de norme, dans ma réflexion, renvoie simplement à ce que la majorité appelle norme, à savoir l'hétérosexualité. Dès lors, la déviance se constitue par rapport à cette norme sociologique.

Et quand j'entends vice et perversité, c'est au sens psychanalytique. Car nombre de comportements sexuels ont des origines pathologiques.

Et si tu lis ma denière partie, tu constateras que je ne discrédite pas l'homosexualité ni ne la condamne, bien au contraire : et c'est en écartant les sexualités "troubles" et problématiques que l'on pourra comprendre et accepter les alternatives à la sexualité traditionnellement hétérosexuelle.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par rocketgirl le 28/03/2007 13:13:48
je trouve consternant que les gens doivent absolument tout expliquer, perso je suis hétéro et c est comme ça, j ai des amis homosexuels et je cherche pas d explication, c'est des choses qu'on a en nous, Ok ton texte explique tout ça mais il a tendance a mettre un "fautif".
J'aurais que deux truc a dire, pour les hétéro qui se demande comment font les homo, ben ils sont heureux et c'est tant mieux, les sentiments qu'on a pour une personne sont pareil dans un couple homo ou hétéro
Pour les homosexuels, moi je conseillerais de pas se prendre la tête je sais que c'est dur par rapport aux autres je vois bien mes amis qui souffrent, mais vous prenez pas la tête le tout c'est qu chacun soit heureux et ça peu importe la façon de l'être tant que ça ne fait pas de mal.
Parfois il faut savoir ne pas chercher d'explication et laisser les choses comme elles sont.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
pour moi la déviance je la cherche encore
Posté par gaylibre le 28/03/2007 15:31:37
je suis gay c'est une sensibilité que j'ai depuis le début j'aime les garçons d'un amour sincère et l'amour ne peut etre une déviance seul la sexualité peut etre une perversité je peux comprendre que je suis d'une sensibilité femme et homme même si c'était une erreur de la nature c'est pas vraiment grave le tout c'est de s adapter et s'aimer comme on est ! et j'espère que les heteros puissent nous aimés d'une amitié sinsère sans voir en nous quelque chose de monstrueux, se que je comprends très bien! mais je vois que la personne qui viens de laisser un message au-dessus de moi est en harmonie avec tout le monde, merci rocketgirl pour ta vision de ne pas se casser la tête pour savoir qui est fautif ou pas...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 28/03/2007 18:32:10
Je crois que, encore une fois, je manque de clarté... Pfff. C'est dur de communiquer !

Mon intention, ici, n'est pas de créer une nouvelle source de catégorisation afin de recréer des normes et des monstres à punir !

Si vous lisez ma troisième partie, au contraire, bien au contraire, vous verrez que je prône une sexualité libérée du poids des catégories étouffantes et arbitraires dont on assomme les individus : homo, hétéro, bi ? Bien souvent, ça n'a pas de sens.

Je sais que nombre de personnes souffrent de leur sexualité, soit parce qu'elle ne suit pas la norme, soit parce qu'elle la suit malgré leurs désirs et malaises, soit parce qu'elle est de nouveau capturée par un mot (bi, homo...).

C'est dans le but d'essayer de fournir des armes à ces êtres en souffrance que j'ai écrit cet article, afin de les aider à comprendre d'où et comment pouvaient leur venir leurs désirs, ce qu'est leur sexualité.

Je n'accuse personne, et j'ai déjà précisé que tous ces mécanismes sont trop inconscients pour que la responsabilité incombe aux personnes.

Ce que je veux, c'est que chacun puisse construire son identité sexuelle au plus près de ce qui lui va, et non en se bridant d'une catégorie à l'autre.

Mais c'est vrai que, derrière tout ça, je ne peux m'empêcher de penser qu'il n'existe pas plus d'hétérosexualité que d'homosexualité ou de bisexualité : pour moi il y a des pulsions sexuelles pour des corps de femmes, des corps d'hommes, pour se reproduire... Presuqe autant de pulsions que de situations et de personnes, quoi. Je pense sincèrement que l'homosexuel homme a simplement rencontré davantage d'hommes qu'il désire et avec lesquels il se sente à sa place que de femmes, mais que ce pourrait très bien aussi être une femme. Pour moi, la sexualité est une question de rencontre, tout comme l'amour qui la légitime et la stimule et alimente.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par banzaii le 29/03/2007 01:51:10
Encore un très bon article de Windowman...
Rien à relever pour ma part, les commentaires empêchent toute protestation.

Un dix.
Bien mérité.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 29/03/2007 08:38:09
Banzaï ? Je suis étonné de ta totale acceptation du contenu ! Il y a pourtant un gros tabou, comme pour mon article du FN, et comme le sera mon article sur la xénophobie. Il est tabou de parler d'homosexualité car cela touche à l'identité de tous. Or, je soutiens que la sexualité, dans un sens, évolue vers une suppression de la norme... ce qui implique que nous sommes tous susceptibles d'avoir des relations sexuelles avec des partenaires de tous sexes !

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par ushiwa.sasuke le 29/03/2007 17:09:52
C'est vraiment un très bon article 1000x mieux que le précédent...

Tu emploies des termes quand même assez compliqué mais dans l'ensemble le message est passé...

Encore bravo

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par chronik_world le 29/03/2007 21:05:38
Excellent article. Il est très difficile de faire abstraction de toute idée sociétaire et préjugé, mais là vraiment chapeau. Je me considère comme hétérosexuel (phrase qui en psychologie indiquerait déjà des troubles potentiels de l'identité sexuelle^^) mais par choix, réflexion et acceptation. Je comprend tout à fait qu'un choix inverse du mien soit préféré, réfléchi et accepté lui aussi. Mais tu ne te réduis pas à ce simple cas et fais une analyse psy concise, précise et complète. Tu réponds à des questions que beaucoup de jeunes, troublés par cette décision (ou indécision) de la sexualité, se posent, de manière limpide et tes reflexions sont très pertinentes. Vraiment un très bon article^^.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 30/03/2007 12:00:28
ushiwa, lorsque tu dis 1000x mieux que le précédent, tu parles de mon dernier article, ou bien du dernier article paru sur ce sujet ? lol !

Parce que pour le coup, je ne sais pas comment le prendre ! lol !

Mais j'aimerais bien avoir l'avis de ceux qui se sentent homosexuels, ou qui se sentent en souffrance par rapport à ces clivages sexuels...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
réponse d'un homosexuel
Posté par gaylibre le 30/03/2007 15:08:46
l'article est pertinent il y a beaucoup d'informations, il exploite tout les possibilités du pourquoi on est homo, mais je me retrouves pas forcément, je suis peut-etre un homosexuel de pure sang moi je n'ai jamais eu à me poser de question j'ai toujours aimé les garçons je n'ai aucune sensibilité pour le sexe opposé, tu traite plus sur le cheminement qui pousse à la bisexualité ou homosexualité pour moi c'était déjà dans les gènes se n'ai n'y mon parcoure n'y mon environnement n'y même mon éducation je suis un homo depuis le début, tout simplement

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: homosexualités : mode d'emploi...
Posté par popogate le 30/03/2007 18:08:01
windowman, je pense que c'est un très bon article (j'ai quand même mit du temps à le digérer). Voit-tu, je me souviens que lors de ma prime jeunesse, j'étais déja attirer par les garçons. Je les regardais, je les trouvais beaux,... (je regardait également les filles mais pas de la même façon je pense).
A l'adolescence, je me suis renfermer, se conformer aux normes, (il falait suivre le troupeau), mais je me souviens que je me foutais royalement des filles mais alors royalement et que malgrès ma "normalisation", je ne pouvait m'empecher de penser à mes camarades. Ce sentiment refoulé me faisait mal, mais mal au coeur, à l'ame,... .
Et puis un jours, je me suis dit que je devais vivre ma vie et non celle de mes parents, de mes amis,... . Je l'ai difficilement vécu aussi, bien que bon comédien, le costume ne m'allais pas du tout. pour vivre heureux, vivons cachés disait l'adage, et ben c'étais trop dur pour moi. Je me suis déscidé à en parler (mon coming out). la libération, je suis heureux aujourd'hui.

Tous ça pour dire que ma soufrance ne venait pas de ma sexualité mais du faite que je n'assumais pas mon choix face aux tiers.

Dans quel catégorie me ranger.... je ne regarde même pas les filles, c'est ni pathologique, ni une déviance, (je suis sorti avec des filles, j'en ai souffert et les ait fait soufrir malgrès moi car c'était une torture). Non je crois que mon cas est comme celui de gaylibre, il vient de mes gènes et de mon choix de vivre ma vie.

Modifié le 30/03/2007 18:10:37

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par gaylibre le 30/03/2007 18:46:30
Oui Popade j'ai connu un peut le même parcourt que toi, sauf que je ne suis pas sortie avec des filles cela m'aurais été impossible... je suis du petite commune dans les montagnes du haut jura.
il y avait un seul gay de reconnu dans mon coin et il était pour les gens de mon village une chose que l'on regardait de loin alors moi aussi j'ai voulu etre à ses coté pour qu'il ne soit plus la bête étrange et depuis se moment là je n'ai plus jamais eu le sentiment d'être sallis...j'avoue que mon coté très ouvert tout en étant pas provocateur fais peur aux homo de mon village! il se cache tous et je les comprends bien. surtout les plus jeunes.
puis parte à 16ans vers des plus grande ville pour faire leur étude et ne revienne jamais, nous somme un peu condamné à vivre dans des grandes villes si non on fini comme moi seul et n'arrivant pas à trouver une affinité avec les hetero ma vie social est inexistence!!

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 30/03/2007 22:15:34
Je veux bien vous croire, sincèrement, mais une partie de moi doute encore, notamment devant le choix d'un tel pseudo, gaylibre...

Comme je l'ai précisé, je pense qu'il existe des terrains génétiques facilitateurs, mais j'ai du mal à croire à une pure homosexualité, tout comme je trouve peu convaincante la pure hétérosexualité.

Mais ça, je pense qu'on aura beaucoup de mal à avoir une compréhension suffisamment fine du phénomène pour le comprendre avec exactitude...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par patrick le 31/03/2007 01:48:22
Très bon article.
Juste un petit éclaircissement : le mal être de nos sociétés vient de la catégorisation des individus selon des critères sélectifs que l'on se fixe arbitrairement et qui contribuent à la méfiance et au sectarisme, genre : les gros, les blacks, les homo, les petits, les t-shirt rayés, les oreilles pointus ou les doigts de pieds écartés. La recherche d'une explication à l'homosexualité est tout à fait louable. Mais n'est-il pas réducteur de catégoriser aussi l'homosexualité (et voir même dangeureux) ? Existe t-il des catégories d'hétérosexuel ? Y a t-il une déviance hétérosexuelle ? y a t-il une explication à l'hétérosexualité ?
Comme tu le soulignes dans ta synthèse, il existe autant de type d'homosexualité que d'individus, ce qui est à mon avis le point essentiel de ton article. Et cette grande diversité clos le débat d'une explication quelconque à l'homosexualité. Les relations humaines sont, dieu merci, d'une complexité phénoménale et chaque individu en soi est régis par des rouages encore plus compliqués. J'ai longtemps chercher à comprendre qui j'étais et pourquoi. Pourtant, je refuse de résumer mes choix de vie, mes orientations et mon identité à une simple éducation trop masculine ou féminine, à une absence de père ou à un narcissisme exacerbé.
Très bon article

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 31/03/2007 15:38:09
Attention ! Je n'ai pas voulu en soi catégoriser les homosexualités, bien au contraire, j'ai voulu proposer des hypothèses explicitant les différents phénomènes à l'origine de la sexualité. Ma seule volonté ici, c'est justement de briser les catégories et de permettre à tous ceux qui souffrent de ne pas trouver de catégorie qui leur corresponde de mieux se comprendre eux-mêmes et s'accepter.

Ainsi, je pense qu'il existe certains homosexuels qui affichent leur homosexualité avec trop de fanatisme pour que je puisse les croire sincères : c'est une façon de forcer son identité.

La seule chose contestable dans ce que je prétends, c'est qu'il n'existerait plus, et de moins en moins encore, de catégorie sexuelle dans les relations amoureuses. Pour moi, toutes les combinaisons sont possibles en fonction des rencontres, des parcours, des désirs, envie et besoins.

Les relations humaines ont beau être complexes, il est nécessaire de chercher à se comprendre pour mieux s'accepter et mieux avancer. D'ailleurs, l'omme a besoin de catégories pour comprendre le monde, mais il lui faut aussi développer une intelligence de la déviance afin de se servir des catégories pour nuancer et comprendre, et non pour classifier.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par gaylibre le 31/03/2007 19:01:47
es moi! celui qui affiche son homosexualité avec trop de fanatisme?????
je penses que je suis un homosexuel mais aussi un grand malade qui ne trouve plus de pudeur, c'est peut etre le condamné qui est devenu un peut trop désinhibé.... gaylibre c'est mon pseudo depuis plus de 10ans et comme je veux pas me perdre avec les pseudo j'utilise toujours le même pour mon compte bancaire...mais je vous assure que je ne suis pas fanatique juste libre, mais j'ai 34ans j'ai vécu pas mal de difficulté vous êtes encore jeune moi aussi j'ai connu les même état d'esprit les doutes le mal etre même surement plus que vous mais entendre que je ne suis pas sincères ça me blesse

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 31/03/2007 22:45:11
On est sincère en fonction de ce dont on a conscience, et on n'est responsable qu'en regard des choix rationnels que l'on fait. Or, je n'évoque que des phénomènes inconscients pour suggérer des pistes de réflexion pour comprendre ses doutes et sa douleur.

Je n'ai à aucun moment suggérer que tu pouvais ne pas être sincère. On peut se tromper sur soi-même en toute sincérité, mais ce n'est mais ce n'est même pas ce dont je parle à ton égard !

Tout ce que j'ai pointé du doigt (virtuel), c'est qu'un pseudo est par définition une image de soi pour autrui, qui identifie l'être virtuel qui se cache derrière ; or, en choisissant comme pseudo gaylibre, tu ne te définis que par ta sexualité et ta disponibilité sexuelle, ce que moi, personnellement, je trouve à la fois réducteur et malsain, puisque provocateur en soi.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par gaylibre le 01/04/2007 11:18:15
oui je comprends que le pseudo pour toi est l'identité virtuel est tu as surement raison, cela me réduit en quelqu'un qui n'existe que pour sa sexualité un peu comme un obsédé du sexe, ou comme tu le dis aussi une pure provocation...
mais tout simplement les seul fois ou je devais utilisé un pseudo était des site de rencontre j'ai trouvé se pseudo simple qui dit se qu'il veut dire en sorte que je suis gay et libre de cette sexualité lourd à porter...puis avec le temps il est devenu simplement repère sur internet pour tout les sites qui demande un pseudo c'est juste un pictogramme pour me rappeler facilement de mes identifiant et il est vrais que j'oublie qu'il peut interpréter ma personnalité mais il ne faut pas le voir comme ça...autre chose vous parlez de sexualité ou choix de sa sexualité d'une par pour moi je n'ai pas eu le choix même si tu penses que l'on a toujours le choix c'est tout simplement une vérité rationnel, et l'amour pour vous c'est inexistant nous somme réduit qu'à de la sexualité c'est pour la ka réducteur

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 01/04/2007 20:55:05
Je n'ai parlé de choix qu'à un moment, lorsqu'il s'agit de provocation. Et encore, la notion de choix est relative car presque inconscient, plus mécanisme de défense intuitif que réelle stratégie.

On n'a pas réellement le choix de ce que l'on est, mais rien n'empêche de tenter de se comprembre et de décider autant que possible ce que l'on veut devenir.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par rouby le 09/04/2007 02:27:34
windowman pour écrire des choses pareilles tu dois etre un homosexuel refoulé, mais qui aime les femmes pour de faux...et qui rêve d'amours "nouvelles"...en ce sens qu'elles te donneraient le pouvoir de "mordre l'oreiller"...désolée pour l'expression...je serais curieuse de connaitre ta réponse à cette suggestion de ma part...comme dirait Diam's, "passe moi le cric la bombe lacrymogène que je la crève sa BM..." ("Confession nocturne"...cqfd...

princesse rouby

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 09/04/2007 11:12:03
Rouby, j'ai bien peur que les douceurs de ta cour ne te permettent pas de me cerner si facilement. Il se trouve que je ne refoule a priori rien, et que je suis en accord avec moi-même.

Si pendant mon adolescence mon malaise identitaire et sexuel, ajouté à ma solitude et à mon ouverture sensuelle et esthétique pour les corps en général m'avaient laissé dans le flou quant à ma sexualité, cela n'a jamais été une incertitude pour moi que l'homosexualité me rebutait bien davantage que l'hétérosexualité. C'est donc assez naturellement que je me suis attaché sincèrement et profondément à une femme merveilleuse avec laquelle je vis depuis près de quatre ans.

Je ne crois sincèrement pas être homosexuel, dans le sens ou j'aurais une préférence pour le corps des hommes. Cela dit, la sexualité étant pour moi secondaire, je n'exclut pas de pouvoir tomber amoureux d'une femme ou d'un homme selon la situation et larencontre elle-même. Mais il se trouve que je suis très bien avec ma chérie et que je ne ressens ni l'envie ni le besoin d'aller voir ailleurs, que ce soit pour me flatter de séduire ou pour mordre l'oreiller...

Désolé de te décevoir dans la haute idée que tu te fais de ta perspicacité...

L'article lui-même, aussi imparfait soit-il, livre ma réflexion sur le sujet, et tente d'ouvrir une voie médiane de tolérance entre le rejet et la classification restrictive. A ceux que ça intéresse d'en tirer parti pour mieux se comprendre et mieux se vivre.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 09/04/2007 11:16:20
Oups ! Casper est passé par là !

Modifié le 09/04/2007 11:24:30

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par gaylibre le 09/04/2007 11:46:57
moi étant homosexuel 100% je croix pas à ton hétérosexualité dés la première phrase que j'ai lue de toi plus ta photo si c'est bien la tienne mon vraiment convaincu que tu avais quelque chose de féminin que je retrouves sur moi est les homo en générale.... mais je ne t'attaque pas c'est juste se que je ressent est de toute façon c'est pas grave même si tu l'étais, tu as au moins la chance d'être bi moi je n'arrive pas du tout à avoir une sensibilité sexuel ou amoureuse avec une femme ça met impossible !!

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par rouby le 09/04/2007 12:37:20
je suis d'accord avec gaylibre...et windowman ne te sens pas obligé de m'agresser, je ne fais que donner mon opinion...maintenant si cela te pose un problème, te met mal à l'aise...regarde la longueur du message que tu réponds pour simplement une phrase de ma part...toute innocente en plus...je suis désolée si j'évoque quelque chose qui ne te plaît pas, à l'avenir je pourrais me taire...mais ce serait tellement mieux s'il pouvait y avoir dialogue, échange...pour moi tu es un homosexuel refoulé qui essaye de se donner l'impression qu'il a tout envisagé, que tout est clair pour lui...c'est un leurre...et avant leurre c'est plus leurre...

princesse rouby

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 09/04/2007 13:22:07
Oups ! Ma réponse a été gobée par Casper...
C'est rageant...
Même plus envie de la refaire...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 09/04/2007 13:32:27
Ah non, en fait, vous avez répondu plus vite que je ne le pensais ! lol !

Que ce soit bien clair : je n'ai honte de rien et suis sincère lorsque j'explique que je ne suis pas attiré a priori par les corps d'hommes, mais que je n'exclus pas la possibilité de pouvoir tomber amoureux d'un homme. Mais il faudrait que sa personnalité soit exceptionnelle.

Quant à ma réponse, si elle est longue, c'est que mes réponses sont toujours longue car je les veux claires (même si je manque souvent à cet objectif). Et si je me suis montré cassant, c'était justement par réaction à ta manière autoritaire et superficielle de me définir. Je ne suis pas plus homosexuel que bi. Je n'attache pas d'importance aux sexes dans leur ensemble et à la sexualité en particulier.

Quant à ma féminité, elle vient sans aucun doute de mon éducation essentiellement donnée par des femmes et des livres : d'où une absence totale de machisme, et de cette virilité violente et sanguine qui définit traditionnellement les mecs, ce dont je me félicite, même si ça m'a valu pas mal de souffrances.

J'assume ma féminité sans pour autant me sentir femme. Je suis un homme qui se sent affranchi de la barrière des sexes. Voilà tout. Et je pense me connaître assez et être suffisamment honnête avec moi-même pour vous répondre avec un très faible risque d'erreur que je ne suis pas un homosexuel refoulé. La définition qui se rapproche le plus de ma sexualité est celle développée à la fin de mon article, à savoir une sexualité de la relation, et non des corps.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Ouahou
Posté par lady nin le 09/04/2007 16:01:09
Yo yo yo yo yo
yo yo yo yo yo
yo yo yo yo yo
Bonjour, Yo.
Salut, Windowman. Bi-bi-bi-bi-biatch.
Je ne m'attarderai pas sur ton homosexualité refoulée puisque ça ne servirait à rien puisque tu la nies puisque tu la refoules.
Clair, pas clair? Clair, à la vitesse de l'éclair je t'ai foudroyé Windowman!
Accroche toi bien à ton caleçon, je vais te faire franchir le mur du çon. Et comme dit Marina de la Star ac', gare aux cons gare aux cons qui perdent leur cédille. Comme toi. Garde bien l'élastique de ton zlop en mains monsieur refoulé.

Tu reproches à la belle Rouby de te définir de façon autoritaire et superficielle mais que fais tu d'autre dans ton article? Tu ne fais que ça. Que ça!
citation :
-"Dans les cas de misogynie, misanthropie, machisme ou féminisme, c'est parce qu'il n'y a aucune considération pour le sexe opposé qu'il se fait une profonde cassure entre homme et femme, empêchant tout rapport amoureux bâti sur le respect."
Celle-là elle est belle comme connerie hein beau windowman.

Petit cours pour mister windowman dont la fenêtre sert à nous protéger du courant d'air qui souffle entre ses deux oreilles. Mettre sur le mm plan misogynie, machisme, misanthropie et féminisme ça me fait bien marrer Herr Fenster. Et surtout l'expliquer par l'absence de considération pour le sexe opposé. Il sait pas parler français ce gredin. Pas pd, pas pd, c'est tout ce qu'il sait dire.
La misogynie et le machisme ça se rejoint mais le reste est hors-sujet mon petit windowdow.
La misanthropie n'est pas l'opposé de la misogynie, c'est la haine du genre humain en général, il n'est pas question de sexes, tu as dû confondre avec la misandrie. On te pardonne grosse mauviette.

Et le féminisme c'est peut-être la plus belle coquille de ton texte qui est un vrai plateau de fruits de mer. Pour que tu ne contestes pas, je te donne la définition du petit Robert (qui était aussi, paraît-il, un homosexuel refoulé ) : "Attitude de ceux qui souhaitent que les droits des femmes soient les mêmes que ceux des hommes. Le féminisme politique des suffragettes. À partir de 1960, le féminisme se développe dans les pays occidentaux. Les revendications du féminisme". Je m'étonne donc que tu t'opposes au féminisme, toi qui prétends avoir été élevé par les femmes et les livres (apparemment pas ceux de Simone de Beauvoir, ignare) et je suis surpris de voir que tu expliques le féminisme par l'absence de considération pour le sexe opposé alors que pour moi, c'est exactement le contraire.
Bisous, monsieur cerveau mou.
Agathe.

PS, même ce que tu dis de la misogynie et du machisme est faux parce que souvent les femmes elles-mêmes contribuent à ce machisme et l'ont intégré.

Modifié le 09/04/2007 18:01:03

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par gaylibre le 09/04/2007 17:15:13
windowman tu est trop compliqué dans tés réponses pour qu'elles apporte quelque chose... tu tourne autour avec des définitions de plus en plus confuses.. il y a des moment ou il faut etre objectif pour avancer toi tu as donc choisi de ne pas avancer, plus long son tés réponses plus elle montre une ambiguïté, nous vivons à une époque ou l'on peut sortir du placard la société met toute ça bonne volonté pour que nous les homo nous puissions nous épanouir, je sais que le mots pd reviens vite mais il est une chose que les hétéro apprécie c'est la sincérité, mais des discoure d'intellectuel pour se croire laver de tout ces doute ne font que les amplifier et là les gens se sentent trompé il s'imagine que notre regard n'était que plus vicieux, alors bas les masques et tu verra que la dignité peut exister même pour nous les bi, homo, trams, folle est pour se qui concerne les folles je suis pas fière des homo qui sont les premiers à ne pas les acceptés pour ma pars je fais se que je peux pour les estimer et surtout leurs tirer mon chapeau pour leur courages d'être eux même... peut etre suis-je une folle refoulé !!

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 10/04/2007 10:25:15
Lady nin : c'est la seconde fois que je te croise sur un topic de ce site, et c'est la seconde fois que, sans légitimité, tu m'insultes. Je te rappelle qu'il s'agit d'un site d'échanges où il existe un minimum de règles de savoir-vivre et de respect. Si tu trouves ces règles trop pesantes, rien ne te retient ici. Autrement, je te suggère de tempérer non pas le fond mais la forme.

Par ailleurs, je te concède bien volontiers avoir été un peu rapide dans ma terminologie, et sans aucun doute maladroit. Mais comme tu l'as adroitement démontré, cela ne gêne pas du tout la compréhension puisque tu as su sans problème rétablir le sens que je cherchais à rendre par un vocabulaire maladroit. Je te remercie par conséquent pour cette correction méritée.

En ce qui concerne le fond même de ce que tu énonces, avec gaylibre, permets-moi d'en contester la valeur absolue que vous lui conférerez. Si vous prônez la tolérance pour les homosexuels, les transexuels, les bisexuels, etc., vous devez admettre et tolérer d'autres catégories qui ont tout autant de légitimité.
Par ailleurs, si vous appréciez d'êtres catégorisés afin de mieux vous identifier, cela vous regarde ; pour ma part, je cherche à dépasser les catégories pour tenter d'explorer les faisceaux de déterminismes et de phénomènes qui construisent notre identité sexuelle. C'est un travail d'analyse que je propose pas d'étiquettage. Je pense donc que vous avez mal saisi mon intention et le sens de mes propos - je suppose n'avoir pas été assez clair -.

Pour ma part, je pense qu'il est préjudiciable aux "déviants" de ne rien pouvoir expliquer ou discuter. Je comprends à quel point il est problématique de parler de ce qui conditionne notre sexualité. Si c'est génétique, c'est généralement affilié à une mutation pathologique, si c'est environnemental, c'est généralement considéré comme une défaillance éducative.

A refuser de réfléchir sur ce que sont ces différentes formes d'identités et de relations sexuelles, on fige un tabou préjudiciable à ces "déviants" que l'on cherche ainsi à défendre.

C'est un fait que ce qui s'éloigne de l'hétérosexualité est considéré comme anormal. Moi, humblement, au-delà des phénomènes génétiques ou environnementaux, au-delà de polémiques moralisatrices ou extrêmistes, je propose une voie médiane qui replacerait la sexualité dans son ensemble comme un champ possible de l'évolution, de la nécesstité de la procréation au plaisir, du plaisir au partage.

Je ne cherche en aucun cas à me défendre d'une homosexualité que je refoulerais ou dont j'aurais honte. Si vous tenez à tout prix à me classer abusivement dans une catégorie, il serait moins absurde de me dire bisexuel. Mais il n'en demeure pas moins que je ne suis pas attiré par les pratiques sexuelles avec d'autres hommes.

Enfin, la longueur de mes réponses ne révèle que deux choses : ma volonté d'argumenter et d'expliquer et mon incapacité à faire plus bref. Je doute qu'il faille voir autre chose qu'un style lourd dans cette façon d'écrire.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Malhonnête homme.
Posté par lady nin le 10/04/2007 11:18:12
Bouh comme c'est vilain d'être aussi malhonnête. Tu dis n'importe quoi Herr Fenster, vraiment n'importe quoi. N'essaie pas de te réfugier dans des arguments du type "mon argumentation fut peut-être maladroite, il n'en demeure pas moins que l'originalité de ma pensée compense amplement ces lacunes accessoires".

Je vais te donner un bon conseil.

Pour ce qui est du vocabulaire, tu vas prendre un bled ou un dico et puis tu vas le lire un peu avant de dire n'importe quoi parce que tant que tu n'auras pas fait ça, c'est comme si tu essayais de construire le palais de Versailles avec des bouses de vache.

Et comme ton problème n'est pas seulement ton vocabulaire mais aussi ta soi-disant "pensée", je te conseille de lire les trois essais sur la théorie sexuelle de Sigmund Freud pour que tu puisses enfin te rendre compte que ce que tu essaies de faire avec une prétention étourdissante a déjà été fait en mille fois mieux il y a un siècle.

Et je te précise que je ne faisais pas que corriger ton vocabulaire mais aussi ta "pensée". Tu expliquais la misandrie et la misogynie par une absence de considération pour le sexe opposé, ignorant que ces deux sentiments sont portés par des individus du deux sexes (en gros il y a plein de femmes misogynes et d'hommes misandres). Ce que tu dis est donc faux.
Je préfère t'expliquer les choses clairement parce que tu es d'une telle mauvaise foi que tu serais capable de nier des évidences pour continuer à te dire que tu es un génie.
Bisous, Agathe.

Modifié le 10/04/2007 11:19:02

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par gaylibre le 10/04/2007 11:40:13
Ok tu es hétérosexuel ou comme tu dis un homme d'une nouvelle génération qui à pour non champ de l'évolution...à vrais dire je n'y crois pas....pour te répondre sur la déviance génétique ou environnemental pour moi elle me semble génétique la déviance à pour définition "qui s'écarte de la normale" là je suis d'accord mais cette déviance est toute naturel se qui la défini comme non perverse et je penses que l'amour ne peut pas etre pervers c'est un sentiment noble le sexe lui pourrait etre compris comme pervers mais pour moi je le ressent comme un homme et une femme alors je dirais que cette déviance n'est en aucun ka une déchéance humaine mais une étape pour les humains à apprendre à etre tolèrent et les premier à en prendre bonne note se sont nous les homos est hélas il y a des gens de bonne famille qui invente des définition compréhensible que par eux même pour essayer de se blanchire c'est triste pour eux

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par popogate le 10/04/2007 14:28:16
le pauvre windowman, il s'en prend plein la tête pour pas un rond. je pense que son article, bien que incomplet (ne prennant pas encore toutes les possiblité en compte) est pas si mal que ça. Ne lui jeté pas la pierre, elle vous retombe dessu et oui.
lady min tu rentre dans le débat et tu attaque tous en vrac, je ne peu que te blammer de tes impersonnels commentaires car voila ce qui pourri et repourri se site, les attaques non argumenté et "violente" (tout du moins agressive). prend la meusure de l'article et du recul et n'en profite pas pour nous déversé ta haine.
Gaylibre, .... bon je pense qu'n le sais, tu est gay et tu es quelqu'un de libre (pas trop compliquer à comprendre). Ce que windowman veut expliquer dans cette article est juste un ensemble non exaustif d'explication de l'homosexualité. Comme je l'ai di dans un autre topics, a quoi ça sert. Ben ya des gens il faut qu'il explique tous, mais alors vraiment tous, il faut des explication rationelle,... Bon ben pourkoi pas. Toi comme moi nous ne somme pas dans les catégorie cité (réjouissons nous car faire parti des pomé des gens qui ont une déviance lourde, très peu pour moi). On est pas "normal", que kaslatien, je suis pas normal et puis voila, on veut me mettre une éttiquette, ben allez y faite.
Windowman, je pense que tu es sincère qand tu dit que ta sexualité passe au second plan. tu as raison l'amour est profond et personne ne peut l'expliquer (que cela soit pour un homme ou pour une femme). après que tu ne soit pas gay , .... c'est bien domage .... bon je dérape la.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 10/04/2007 15:23:42
Bien. Je m'y attendais. Et je ne m'en réjouis ni ne m'en plains.
Beaucoup de gens ont plus à gagner de considérer leur sexualité, même déviante, comme un fait implacable et au-delà de toute moralisation, de toute explication. Qu'à cela ne tienne. Cet article ne s'adresse pas aux adeptes de la foi mystique.

Mon intention était de donner des pistes de réflexion à ceux qui souffrent de ne pas être en accord avec eux-mêmes.
Moi, encore et toujours, je suis en accord avec moi-même. Si vous l'êtes également, tant mieux. Je ne peux rêver que d'un monde où personne ne se fait un problème de son identité ou de sa sexualité. Seulement, je ne suis pas naïf, je sais que nombre de gens, et de jeunes en particulier, souffrent de ne pas se sentir normaux. Et beaucoup ne trouvent pas satisfaisant de se faire étiquetter, ou de se sentir victime d'un fait génétique inévitable. A ceux-là, j'espère donner un début de réflexion.

Certes d'autres pensent mieux que moi. Mais ils ne s'expriment pas sur ce site. Chacun a le droit d'exprimer sa pensée ici, et d'en faire un article.
En revanche, l'agressivité, l'injure, la moquerie, sont prohibés de ce site, et ce quelle que soit la qualité du locuteur.

popogate : merci - je crois que tu prends ma défense ?! -.

Modifié le 10/04/2007 15:24:44

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 10/04/2007 15:29:12
Gaylibre : Pour info, d'ailleurs, je ne suis pas issu d'une bonne famille. Et je n'ai rien à gagner à prendre la défense des "homosexuels".
Et si tu relis mon article, j'écarte les sexualités réellement problématiques (comportant une dose de pathologie) pour justement laver et blanchir une sexualité au-delà de toute norme, comme pratique unique et salubre de l'Amour.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par gaylibre le 10/04/2007 17:44:34
oui windowman tu peux le dire! bon nombre d'entre nous avons souffert et souffrirons toute leurs vie dis toi que tu as bien de la chance de ne pas avoir cette déviance...malgré que je ne soufre pas de ma déviance sexuel même si c'est se qui est le plus choquant pour les gens je les comprends, c'est surtout le visuel qui me déprime le plus, il faut etre honnête le physique des homosexuels, sur tout une fois la jeunesse passé me dégoûte! moi même plus je vieilli plus je vois se mélange homme femme etre un désavantage physique réel et c'est pas la penne de me dire que c'est par se que l'on est mal dans sa peau je suis très pragmatique et je ne suis pas le' seul à le voir mais se qui me rassure pour les générations prochaines c'est que j'ai vue des homosexuel aussi agés que moi qui avaient plutôt eux l'avantage de se mélange homme femme j'ai étudié des milier de photos je suis très rationnel pour ma par c'est tout le contraire le coté féminin à pris le dessus je n'ai plus de virilité et je ressembles de plus en plus à une folle! est il faut pourtant que je m'y fasse! vous pensez que mes mots sont dure! oui c'est vrais mais je suis quelqu'un de très pragmatique et objectif et je penses qu'il faut le savoir pour pouvoir passer à autre chose si non on baisse la tête toute ça vie, mais cela n'engage que moi que cela soit bien dit
nous vivons à une époque ou il faut etre prudant avec les mots ça devient meme grave ! bref
excusez moi pour les fautes je souffre de dysorthographie et de dyslexie ça met très difficile d'écrire quelque ligne alors j'essaie d'aller toujours au faite

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
bougre de windowman.
Posté par lady nin le 10/04/2007 17:45:05
Je m'amuse déjà de te voir m'accuser de te critiquer violemment, comme si je ne faisais qu'exprimer ma haine et n'avais aucun argument à avancer.
D'ailleurs, mon grand loup, ça te permet de ne pas répondre aux critiques précises. Tu restes dans le flou, tu te caches derrière ton doigt.
Tu prétends que, "sans légitimité", je t'insulte. Encore une fois, c'est bien pratique pour ne pas répondre et en plus mes insultes ne sont pas bien virulentes, elles sont même softs si on les compare à ta suffisance insupportable et à tes poses ridicules.
Que je me moque, ah bah ça c'est sûr, et je ne le regrette pas. Tu ne mérites que ça, grand philosophe-imposteur.
Mais bon, bref, puisque tu veux de la précision, j'en remets une petite couche.

Bon. Freud est mort donc il va pas s'amuser à poster ici effectivement mais ça n'empêche personne d'aller acheter un exemplaire de ses bouquins, toi le premier.

Ce qui à mes yeux pourrit le plus ce site, c'est justement les petits écrits prétentieux des gens qui se placent dans la position de "moi ça va mais j'écris pour résoudre les problèmes des autres parce que je suis trop fort et en plus j'essaie (et je rate) d'écrire de façon presque classe pour impressionner les minettes".

Faut quand même le dire Herr Fenster que tu enchaînes tous les lieux communs pseudo-psychologiques que tu sembles avoir pêché dans l'édition 2006 des brèves de comptoir.

Une fois de plus, pour ne pas perdre les bonnes habitudes, je cite un de tes traits de génie :

"Le dernier cas d'homosexualité envisageable, le plus légitime sans-doute, c'est lorsque cette homosexualité est accidentelle"

Windowman alias le BHL rouennais pose la question de la légitimité de l'homosexualité. L'homosexualité est donc tantôt légitime, tantôt illégitime selon la catégorisation de monsieur Windowman-l'autorité-morale, le mec sur Terre qui vit sa sexualité de façon épanouie et qui donne des leçons à tout le monde.

Tu me fais bien marrer, continue, ne change rien, surtout n'arrête pas de te prendre au sérieux.

Je t'embrasse, Agathe.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par jacquesv le 10/04/2007 18:00:13
windowman,
banzaii a écrit le 29/03/2007 01:51:10 ce que j'aurais voulu écrire....

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par popogate le 10/04/2007 18:55:43
que c'est drole cette amertume dans le propos de lady min nan????
gaylibre je ne pense pas que l'on t'en veille pour les fautes, l'important c'est que le méssage passe.
Je comprend ce que tu veut dire et ton inquietude face à la "féminisation" des gay. Mais ce que l'on voit s'est la face caché de l'ice berg. De nombreux gays et lesbiennes vivent leurs petite vie sans rien demandé à pesonne mais on les connais moins ceux la. Je pense que la, dans le cas d'une féminisation, il y a déviance comme nous l'explique windowman, pas lourde pour deux sous nan, mais une déviance quand même.
Fräulein, tu vois que tu es agressive, je ne vois pas l'interêt il faut que tu nous esplique clairement et posément ton mécontentement.
Windowman: oui je te défend car même si c'est ta thèse et qu'il faut que tu la déffende, il ne faut pas exagéré quand même.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
yo man en route pour Zion
Posté par lady nin le 10/04/2007 19:51:55
Etre agressive ne signifie pas que mon agressivité est gratuite et donc ça n'invalide pas du tout ce que je dis. Surtout que je ne me contente pas de me moquer de lui. J'observe juste que vous préférez me dire "c'est pas bien comment tu parles" plutôt que de reconnaître les conneries écrites ici ou de les justifier si c'est possible.

Essayez au moins de répondre à ce que je dis.

Agathe.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Oyoyo
Posté par lady nin le 10/04/2007 19:53:58
Et ça me fait aussi marrer de voir le beau monsieur fenêtre s'abriter derrière ses "champions" de la mauvaise foi, discipline qu'il maîtrise pourtant.

Agathe

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par popogate le 10/04/2007 21:21:38
ha voila c'est plus posé la.
Je ne pense pas que windowman est tout a fait raison, pour les différents motifs invoqués par les autre topics, mais il a ouvert un déba intérressant avec une thèse venant d'une aproche scientifique et froid. Je ne pense pas que tous les cas soit à casé, et il s'en rend compte au fil des topics si tu li bien que la sexualité s'est une question de rencontre, de désir, d'affinité aussi.
Voila

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 11/04/2007 07:47:11
Lady nin, tu me fatigues. Je t'ai déjà répondu.

--> je n'ai jamais prétendu avoir un bon style. Au contraire, j'voue régulièrement et sincèrement qu'il est lourd et pédant.

--> Je t'ai bien volontiers concédé que, écrit un peu vite, cet article utilisait à mauvais escient certains termes, ce que tu as rétabli avec brio, et ce sans remettre en cause les implications dans mon argumentation. Par ailleurs, à ce propos, je n'avais pas éprouvé le besoin de préciser ou développer vu que cela me semblait clair, mais je citais tous ces mots, évidemment aussi bien dans le cas d'un homme que d'une femme, pour exprimer que, dans certains cas, les pratiques sexuelles déviantes étaient davantage la conséquence de pathologies identitaires que d'un réel ressenti de la rencontre ou de la sexualité. La critique légitime serait de dire: y a-t-il fondamentalement une identité sexuelle qui ne soit pas pathologique dans le cadre d'ne relation amoureuse, puisque l'amour, propre à l'amour, évoque une forme de psychopathie ?...

--> Concernant la catégorisation abusive et autoritaire que tu me reproches, il me semble avoir été clair. KJe lutte contre les catégories qui, insatisfaisantes, gênent et font souffrir plus qu'elles permettent de se connaître, puisque tout individu est le résultat d'un faisceu subtil de phénomène. Je me contente d'épurer la sexualité des pathologies évidentes pour limiter la polémique et ainsi pouvoir penser la sexualité comme ne nécessitant plus de normes.

--> enfin, oui, tu te montres agressive et insultante, là où je suis au mieux suffisant, mais de manière générale. Donc non, tu n'as aucun droit de te comporter ainsi, et si j'accepte volontiers tes opinions et réserves quant à mon style, ma personne ou mes thèses, et je ne pense pas mêtre montré obtus, je ne te permets pas de me parler aussi mal. Je te respecte en tant qu'interlocuteur et j'attends le même type de correction. Tu sempbles cultivées et brillante : ne mets pas tes talents au service d'une méchanceté gratuite qui n'assure en rien ta crédibilité et risque fort de te valoir l'isolement à terme.

--> Concernant le site en lui-même. Tu n'es pas la première, et de loin, à critiquer l'amateurisme souvent affligeant des auteurs d'articles. Là où tu te méprends, c'est que tu penses que ce site est un site d'information tenu à la qualité. C'est un site d'échange entre jeunes francophones qui veulent partager leurs expériences et idées de la vie. Cela s'arrête là. On ne cherche pas à épater la galerie ou faire un travail scientifique iréprochable, juste à se confronter et s'enrichir auprès des autres. Il n'y a pas d'autre présomption là dedans.

gaylibre : j'apprécie bien davantage le ton que tu emploies pour exprimer ton désaccord. Mais si tu te montres tolérant envers les sexualités étiquettées, peut-être peux-tu faire un effort supplémentaire pour envisager que, peut-être, il est possible qu'une frange des comportements sexuels corresponde à la vision que j'en ai... De toute manière, faute d'études sérieuses sur le sujet, on reste dans le domaine de la théorie.
Quant à ton ressenti de la dégradation féminisante des hommes homosexuels, peut-être pourrais-tu explorer la piste, non pas d'une homosexualité "illégitime" dans le sens où elle serait à mauvais escient, pathologique, mais celle d'un refus de ta virilité.

popogate : comme tu le fais remarquer dans ton dernier poste, j'essaie simplement de réfléchir à ce qui, dans le champ de ce qui est "contrôlable", détermine la sexualité, afin de tenter d'apporter un début de réponse aux nombreuses personnes qui souffrent de ne pas se comprendre.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
K par K remplace ou rénove au cas par cas.
Posté par lady nin le 12/04/2007 11:36:45
Cher monsieur fenêtre,

je t'écris pour te dire que quand je me suis attardée sur ton vocabulaire ce n'était pas pour corriger ton style même si, comme tu le dis toi même, "il est lourd et pédant", mais pour signaler que pour exprimer ta "pensée", tu employais des mots que tu ne connaissais même pas et que ça pouvait donner des doutes sur la pertinence de ladite "pensée".

J'espère que c'est clair comme un double vitrage tout neuf Herr Fenster.

J'aimerais exprimer mon désaccord sur un autre point. Quand tu dis "de toute manière, faute d'études sérieuses sur le sujet, on reste dans le domaine de la théorie" peut-être ne sais tu pas ce que c'est que la théorie. La théorie ce n'est pas dire des généralités dans le vide en prétendant "qu'il n'y a pas eu d'études sérieuses sur le sujet" alors que c'est juste que TU n'as pas lu d'études sérieuses sur le sujet. La théorie c'est pas dire ce qui nous passe par la tête sans s'être documenté comme tu le fais ici.
Ce que tu as publié ce sont des élucubrations.
Encore une fois je te conseille, avant d'écrire, dans ton intérêt, de te documenter sérieusement, de prendre le temps de la réflexion puis d'exprimer ce que tu en as tiré avec des mots que tu connais. C'est à ce prix que tu peux être intéressant mais ça demande un peu plus d'humilité et de travail monsieur fenêtre.

Et je sais bien que ce site est conçu pour des amateurs mais ça ne t'empêche pas d'avoir un minimum d'exigences de qualité ou au moins, en ce qui me concerne, ça ne m'empêche pas de dire que tu as écrit des conneries.

Comme là par exemple :

"Ce que je prétends, c'est qu'avec l'évolution de nos sociétés, la reproduction ne peut plus légitimer l'hétérosexualité, d'une part à cause de la dérégulation des normes et traditions sociales, et d'autre part pour les techniques de plus en plus asexuées de procréation."

Là encore tu nous démontres à quel point ta réflexion est inexistante. Selon toi l'hétérosexualité ne se justifierait que par des normes sociales ou la nécessité de se reproduire. Or selon toi on peut dépasser les normes sociales et la technique permet la reproduction sans coït, donc sans hétérosexualité. Mais tu ignores que la reproduction n'est pas une nécessité froide et objective mais un instinct. Il ne s'agit donc pas de la légitimer ou de l'invalider puisque c'est naturel.

Bon voilà, j'ai la flemme de te démontrer point par point toutes les conneries de ton texte mais je te demande juste d'être un peu moins feignant et autosuffisant quand tu écris. Gros feignant.

Agathe.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 12/04/2007 12:02:00
Tu sais, je ne suis pas obtus. Et nombre de points de ton argumentation sont pertinents. Mais, depuis le début, ce que je te réproche, c'est ton agressivité, ta provocation et la méchanceté de tes propos. Après, sur le contenu, c'est évidemment un débat que je souhaite, où toutes les contributions et opinions sont ouvertes.

Comme tu le fais justement remarquer, ma réflexion est loin d'être suffisante et nourrie. Cependant, elle a le mériter de tenter de dépasser la question du "çay bieenn !/çay mâââââl !". Après, les insuffisance de mon article invitent naturellement au débat. Et c'est à ce titre que je t'invitre, au lieu de tes numéros d'insolence, à participer pour proposer des hypothèses, donner des informations... bref débattre et non pas seulement jouer au chamboule-tout.

Pour le quiproquo sur les mots, je t'ai déjà concédé mon erreur et la justesse de ta correction. Que veux-tu de plus ?

Quant au fonds de ma pensée, lorsque je dis qu'il n'y a pas d'études sérieuses, c'est une fois de plus par maladresse pour expliquer qu'on n'a pas de certitude. Pas encore. Toutes les hypothèses sont donc possibles mais à considérer comme des hypothèses.

Pour ce qui est de ma rapide évocation de la perte de légitimité de l'hétérosexualité, c'est évidemment simpliste de dire que seule la volonté de procréation et les normes sociales en faisaient un modèle.
Bien évidemment, les instincts de survie et de procréation englobe la tradition et la volonté.
Ce que j'avance en revanchje, c'est qu'en évoluant, l'homme apprend à se connaître et à contrôler ses instincts. Dès lors, la relation amoureuse, au lieu d'être dynamisée par l'instinct de procréation, s'en démarque pour n'être plus qu'une relation d'épanouissement mutuel à l'échelle émotionnelle et sociale. Et c'est au titre de cette évolution que, effectivement, l'hétérosexualité perd sa qualité de norme pour n'être plus qu'une des formes de pratiques sexuelles liées aux relations amoureuses.

Le fait d'avoir ou non des enfants, dans le même ordre d'idée, perd également son statut de norme, puisque la reproduction sociale étant moins forte, la vie intellectuelle et artistique ayant un potentiel d'accomplissement et d'accessibilité plus grand, on n'a plus nécessairement besoin d'être parent pour exister, se survivre à soi-mêem, donner un sens à son existence et contribuer à la marche de la société.

Cependant, c'est évident que l'hétérosexualité comme la procréation restent les phénomènes massifs qui assurent la survie de notre espèce et le renouvellement des générations.

Et c'est dans ce sens d'ouverture spirituelle que j'ai envisagé cet article. Pas pour camoufler un pseudo désir refouler de mordre l'oreiller ou le besoin pathologique de rationaliser un phénomène qui me dérange.

A partir de là, mon style inélégant, mes maladresses d'expression, les faiblesses de mon argumentation, le manque de travail et de recherche qui président à la rédaction de mes articles, tares que j'avoue bien volontiers, ne sont que la preuve que mon raisonnement est un raisonnement parmi d'autres, et que comme tout France-Jeunien, je partage ce que je suis pour continuer à parcourir mon bonhomme de chemin.

Et, encore une fois, je suis profondément humble et j'aime débattre, confronter mes réflexions à celles d'autres personnes pour m'enrichir et progresser. Seul mon style est suffisant. Il ne me semble pas mêtre montré si obtus et méprisant quant aux avis qui divergeaient du mien. Il me semble même avoir admis la justesse de nombre de tes arguments.

Encore une fois, qu'atends-tu de plus avant de te montrer enfin respectueuse ? Je ne te demande pas de m'aimer, mais juste de faire un effort de sociabilité. Tu es sur un forum. Je ne t'insulte pas, ne m'insulte pas.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par jacquesv le 12/04/2007 16:07:14
Miller serait retourné chez June, mais doit se retourner dans sa tombe à cet instant

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Culturé ce jacquesv
Posté par lady nin le 12/04/2007 19:12:26
Bon tout d'abord, comme monsieur JacquesV qu'on n'a pas le droit de critiquer vu que c'est un administrateur est par ailleurs extrêmement cultivé, tellement cultivé et intelligent qu'il se sent obligé de faire des allusions fines et pleines de finesse, je vous passe de quoi comprendre son commentaire follement constructif et brillant.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ana%C3%AFs_Nin

Pas besoin d'aller chercher bien loin et puis surtout ça n'apporte pas grand chose mais il faut bien que monsieur V déballe un peu sa culture (et son mépris), lui qui sur son profil donne des leçons de tolérance et d'amour.

Moi au moins je ne me pose pas en pourfendeur de l'intolérance ni de quoi que ce soit. Seulement, quand on dit une connerie et que je la remarque, je ne reste pas muette.
Je ne me place pas non plus en exemple d'humilité comme le fait avec une prétention presque touchante le beau monsieur fenêtre dans son dernier post : "Et, encore une fois, je suis profondément humble". Il dit ça après m'avoir reproché mes "numéros d'insolence", comme le professeur fait taire l'élève du fond de la classe en le menaçant d'une heure de colle et d'un mot sur le carnet.

Ce qu'il me reproche c'est ma méchanceté, même s'il accepte ce que je dis. De mon côté, je devrais aussi ne m'intéresser qu'à ce qu'il dit et pas à son style. En gros, je dois arrêter d'être agressive mais lui, même s'il reconnaît être pédant, ne doit pas changer puisqu'il est comme ça. Et bien moi aussi je suis "comme ça" monsieur fenêtre, je n'ai pas envie de changer.


Je tiens aussi à te dire que je n'écris pas ici que pour me foutre de ta gueule mais AUSSI parce que tu me débectes, parce qu'à mon avis si tu voulais vraiment apprendre des choses, enrichir ta "pensée" comme tu aimes à dire, tu ferais mieux de procéder de façon un peu plus humble, tu devrais justement lire des ouvrages qui traitent de ce sujet (et ils existent) avant de partir dans tes délires égocentriques, tu devrais utliliser des mots dont tu connais le sens plutôt que de tenter de jeter de la poudre aux yeux.

Je ne suis pas convaincue qu'il est plus respectueux pour les lecteurs de se comporter en imposteur, de leur dire n'importe quoi n'importe comment en espérant qu'ils n'iront pas chercher plus loin plutôt que d'être parfois un peu agressive comme je le suis. Avant de me demander d'être respectueuse, essaie déjà de ne pas faire perdre de temps à celles et ceux qui te lisent, de ne pas compter sur leur connerie pour garder la tête haute, ne dis pas que des études sérieuses n'existent pas quand c'est juste toi qui ne les as pas lues, ne déballe pas de généralités sur le féminisme et la misanthropie quand tu ne connais même pas le sens de ces mots, évite de sortir des généralités sur la sexualité quand tu ne te fondes que sur ton expérience personnelle qui n'est pas forcément très riche.
Je sais que tu vas me dire "mais ce sont des critiques que tu as déjà formulées..." comme si tu les avais prises en compte. Ne crois pas qu'en me disant "tu as l'air brillante" ou "tu m'as démontré avec brio que...", je crois vraiment que tu es sincère. Ecrire ça te permet seulement de paraître humble en les réduisant à des broutilles dont tu prendrais note sans que pour autant, à tes yeux, ça ne change quoi que ce soit au sens global de ton article.
Je te reprécise donc ce que je dis : ton article n'est qu'un ramassis d'opinions personnelles fondées sur rien d'autre que ta maigre expérience (à moins que tu aies tout testé dans ta vie mais tu dis toi-même le contraire) et exprimées de façon pompeuse et inepte. Il est donc à la fois normal de critiquer point par point tes arguments mais aussi de contester le projet même de faire à partir de presque rien une théorie qui pourrait expliquer l'homosexualité, surtout en se plaçant en exemple d'équilibre et d'épanouissement alors que tu n'as aucune expérience de l'homosexualité.

Pour terminer ce commentaire déjà trop long, je cite un extrait de ton dernier commentaire, exemple de généralités creuses :

"Le fait d'avoir ou non des enfants, dans le même ordre d'idée, perd également son statut de norme, puisque la reproduction sociale étant moins forte (que quand? pour qui? pourcentage d'enfants d'ouvriers dans les grandes écoles...), la vie intellectuelle et artistique ayant un potentiel d'accomplissement et d'accessibilité plus grand (je croyais qu'il était de plus en plus dur de publier, que l'espace médiatique était bouché par des émissions à but essentiellement commercial, je ne vois pas de successeur à brassens ou jacques brel et là je pense que jacquesv sera d'accord avec moi), on n'a plus nécessairement besoin d'être parent pour exister (connais tu le statut des parents jusqu'à la fin du 18eme?), se survivre à soi-mêem (tout le monde n'en a pas forcément envie), donner un sens à son existence et contribuer à la marche de la société (est-ce un but de contribuer à la marche de la société?)."

Agathe.

Modifié le 12/04/2007 20:22:43

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 13/04/2007 17:13:21
"Ne crois pas qu'en me disant "tu as l'air brillante" ou "tu m'as démontré avec brio que...", je crois vraiment que tu es sincère. Ecrire ça te permet seulement de paraître humble en les réduisant à des broutilles dont tu prendrais note sans que pour autant, à tes yeux, ça ne change quoi que ce soit au sens global de ton article. "

Le pire, c'est que je suis sincère... Mais passons. Tu sais, je considère également ton intervention comme un enrichissement. Et si je reste intimement persuadé qu'il existe une sexualité sans normes et que cette sexualité, découlant simplement de l'amour entre deux personnes qui se respectent et s'apprécient, devrait se développer dans l'avenir, cela reste une opinion éminemment personnelle qui n'engage que moi. Cela dit, comme je n'en ai jamais entendu parler lors des nombreux topics sur le sujet sur ce site, je tenais à ce que cette idée soit formulée, à la libre appréciation des lecteurs.

Néanmoins, si mon sentiment à ce sujet reste fort, je t'assure pourtant que, à la suite de tes messages, je n'écrirais plus du tout cet article de la même manière. Cependant je l'ai publié ainsi.

Enfin, si je tenais à exprimer cette idée, je ne voulais pas non plus en faire un essai scientifique : je n'en ai ni le courage, ni la volonté, ni la compétence.

Je t'assure que mon style donne une image erronée de ma personne, et ceux qui me connaissent le savent.

Enfin, j'en ai assez de discuter avec toi, car ton agressivité me fatigue. Je tiendrai compte de tes remarques à l'avenir, mais ne compte plus sur moi pour argumenter. Tu vas dire que je cherche à passer pour une victime en refusant le dialogue. mais c'est pas grave. Nous savons tous deux que ce n'est pas le cas. Seulement, puisque tu ne m'aimes pas, il n'y a aucun plaisir à échanger.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par rouby le 16/04/2007 15:25:42
"puisque tu ne m'aimes pas, il n'y a aucun plaisir à échanger"


oh putain le pd...pd...

princesse rouby

PS : PD !

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par jacquesv le 17/04/2007 01:57:11
le cri de la "princesse" dépitée...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 18/04/2007 16:30:36

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par ferrand61 le 05/05/2007 16:28:37
Évidemment il est quasi impossible d'obtenir la reconnaissance de la maîtrise d'un tel sujet qui engage bien trop de zones d'ombres pour être analysé sans l'aide du "pif" et de circuits logiques incontestables !

Ce débat sur les formes de sexualité non liées à la reproduction pose plusieurs questions sur les mécanismes de perpétuation de la vie; le décryptage des attirances est je crois loin d'avoir fini d'intéresser les penseurs ...


"Je ne cherche rien à gagner" ( Windowman ). À part la satisfaction d'un monde meilleur autour, ah, ah ! L'altruisme n'est-il pas le plus noble des égoïsmes ?

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 06/05/2007 11:19:20
ferrand61, j'apprécie ton commentaire plus ouvert.

Personnellement, je pense que tu as raison. C'est parce qu'on a soi-même envie d'un monde meilleur qu'on lutte à l'améliorer.

Mais il y a une vraie urgence écologique, politique et sociale aujourd'hui, qui fait que l'amélioration devra se produire avec notre génération, sous peine de ne plus pouvoir grand chose à part se prendre le mur. Et, ma foi, prêcher la tolérance et l'ouverture spirituelle est l'action la plus ambitieuse que je puisse avoir à mon échelle virtuelle. Et je n'avais pas d'autre intention.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par ferrand61 le 08/05/2007 23:32:13
Le plus grand mal, après l'homosexualité * , est à mon avis le besoin de voyager, de se déplacer, prendre le large sur un engin polluant et atmosphère réchauffant.

Le cornet jetable en plastique, l'emballage de snack non biodégradable, le mini-berlingot, voilà ce que tout écolo appelle l'empire du mal.

La neutralisation de certains volcans serait également bienvenue. Renonçons à Mars, et rendons idéal le statut de Terrien. Construisons léger. Un ordinateur devrait devenir aussi épais qu'un autocollant. Une maison devrait être livrée dans un cube "intelligent" volant de 20 cm de côté.

Construisons une espèce vivante moins fragile inapte à souffrir, apte à jouir. Construisons l'insouciance sereine robuste infiniment (en)viable.

Jouons à Civilization ( call to power ).

De plus je m'estime apte à convaincre toute personne qu'apparemment hors-sujet, ce message a bel-et-bien été pondu en référence à l'article qui nous a réunis ici ( sur le ring & dans l'arène )

* et la bisexualité

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 09/05/2007 07:18:44
Euh... Y'aurait pas du foutage de gueule, là ?

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par ferrand61 le 09/05/2007 18:11:26
"Euh ... Y'aurait pas du "...

Nan, non. Non, par contre une sorte d'insouciance car, l'humanité est sensée, pour le cas ou elle survivrait à ses vagues de destruction/stérilisation homosexuelle massive, définir pour elle-même certains buts "honorables", et elle dispose de millions d'années au bas mot, pour cela, n'est-il pas ?

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par popogate le 12/05/2007 15:03:53
destruction/stérilisation homosexuelle massive la je ne voit pas tro....

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: homosexualités : mode d'emploi...
Posté par ferrand61 le 13/05/2007 02:00:18
"destruction/stérilisation homosexuelle"

La stérilisation de l'humanité du fait que tout le monde devient homo est très improbable. De plus les nouvelles techniques de procréation, windowman y fait allusion, semblent bien près de voir le jour ...

Bref cette formulation singe la plus primaire des paranoïas irréfléchies anti-homo. Jouer les malentendus tenaces pour se défouler.

oH, OH ! aHAHAHAHAAHHAHAHAHAHAHAH!

Déblatérer comme un parfait abruti, surtout dans un échange qui demande beaucoup de concentration/talent de lettré pour rester pertinent: si mes pétards verbaux tardent trop à plaire, il me faudra me résigner à me défouler en pratiquant une activité de grand engagement physique.


( Si quelqu'un un jour émet l'opinion que je traîte un sujet de manière aussi convaincante & intéressante que windowman, je m'en sentirai tout-à-fait honoré ... Que cela soit dit !! )

Modifié le 13/05/2007 02:46:37

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par lost child le 26/05/2007 18:25:42
Bon.
Je trouve cet article relativement bien écrit, intéressant. Certes il ne s'agit comme le dit windowman que de "théorie", mais je trouve que cela a le mérite d'être argumenté, bien écrit, avec une syntaxe parfaite.
Il est intéressant d'essayer de morceler l'homosexualité en plusieurs "catégories" afin d'en chercher la cause, si cause il y a. De plus les catégories sont bien développées, ce n'est pas avec suffisance que windowman a fait ça, mais avec humilité, comme simple exposé de sa pensée. Par envie de se confronter aux envies, pour tâcher de comprendre, d'expliquer, de recueillir des avis. Et il a bien raison de s'essayer à développer un sujet qui lui tenait à coeur pour l'exposer aux critiques afin de tâcher de le compléter, de le modifier, l'améliorer. Il est bien trop facile de critiquer quand on ne s'expose pas soi-même à la critique en n'écrivant aucun texte, soi parce qu'on n'a pas assez de coeur et de sensibilité pour arriver à faire quelque chose qui ait un visage quelque peu humain, soit parce qu'on n'a aucun talent (à part peut-être être méchant et intolérant, si l'on considère cela comme un talent).
Même si ce n'est pas parfait, car de toute manière la perfection n'existe pas, ça a le mérite d'avoir été tenté. Et ça ne dit pas "voilà c'est comme ça et pas autrement, c'est moi qui ai raison merde à tous". Non l'auteur accepte ses erreurs, accepte les avis qui divergent de lui, contrairement à certaines personnes fermées et méchantes que je ne citerais pas mais qui se reconnaîtront (la méchanceté se reconnait partout, surtout quand elle est aussi prétentieuse).

Après je trouve peu judicieux le choix du titre, et loin d'être approprié. "Mode d'emploi". Je ne pense pas qu'il y ait de mode d'emploi, de façon d'être. Peut-être as-tu raison en disant qu'il existe plusieurs homosexualités, je ne suis pas qualifiée pour te dire si tu as raison ou tord, mais il me semble que ce titre ne convient pas à l'article, surtout que l'homosexualité n'est ni un outil, ni un médicament, mais un état, un statut, soi tout simplement. Et on ne livre pas le mode d'emploi d'un humain, d'un état. Ce me semble bien plus complexe.

"Et si je reste intimement persuadé qu'il existe une sexualité sans normes et que cette sexualité, découlant simplement de l'amour entre deux personnes qui se respectent et s'apprécient, devrait se développer dans l'avenir, cela reste une opinion éminemment personnelle qui n'engage que moi. Cela dit, comme je n'en ai jamais entendu parler lors des nombreux topics sur le sujet sur ce site, je tenais à ce que cette idée soit formulée, à la libre appréciation des lecteurs."

Là par contre je suis parfaitement d'accord avec toi. J'aime cette conception des choses. Enfin si j'ai bien compris ce que tu voulais faire passer... ^^
Pour moi l'homme est "apte" à aimer les deux sexes. Il est "bisexuel", mais j'aimerais abolir ce terme, tout comme "homosexuel" et "hétérosexuel". Car ils n'ont aucun sens. L'homme possède certes l'instinct naturel de se reproduire, il va aller vers le sexe opposé afin de grandir les rangs de son espèce. Mais ce ne serait qu'un besoin primaire à satisfaire.
Ahh... j'ai du mal à m'exprimer. L'homme va aimer quelqu'un pour ce qu'il est, il aimera un esprit, une pensée. Lorsque l'on aime quelqu'un, certes nous aimons son corps, il est beau, ou elle est belle, mais au delà de ça il y a autre chose. Ce sont deux esprits qui s'aiment au delà d'enveloppes charnelles.
Lorsque nous naissons, nous avons un sexe "je suis un garçon" "je suis une fille", c'est quelque chose qui nous définit toute notre vie. On va vivre en fonction de notre sexe et notre sexualité va donc et bien... être réglée dans la plupart des cas en fonction de ça. Nous sommes entravés par des corps. Si nous naissions tous sans sexe, nous n'aurions plus que nos esprits pour nous dicter qui l'on aime, qui aimer. Nous n'aurions plus ces appellations (homo, bi, hétéro - sexuels). Notre enveloppe charnelle conditionne donc nos sentiments. Je suis une femme, je vais aller chercher l'amour du côté des hommes, de plus mon instinct primaire me dicte d'y aller car ainsi je fais perdurer l'espèce".
L'amour dicterait-il la "conduite" sexuelle s'il n'y avait pas tout le poids de la société, des traditions etc etc ?
Je tenais à l'écrire même si j'ai un long débat là-dessus qui m'a fait prendre conscience des nombreuses erreurs du raisonnement.

Néanmoins je peux dire que j'aime les femmes parce que leur corps m'attire et me plait. Mais c'est autre chose, je peux aimer un homme comme une femme du moment que leur esprit, façon d'être de penser me convient, me plait, me séduit. je suis tombée amoureuse de jeunes filles parce qu'elles m'ont séduites, "comme le feraient les hommes", si je puis dire. Et je les ai embrassées parce que je les ai désirées. Il y a donc une dissociation entre mon corps et mon esprit, mon corps désire et mon esprit aime. Après bien sûr qu'ils sont intimement liés. Mais je pense que l'homme peut aimer son sexe comme le sexe opposé car le désir et l'amour ne sont pas deux notions indissociables.

Ahah ferrand61 je te dirais : Vive Civilization, même si je suis trop nulle ^^

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par popogate le 27/05/2007 09:20:56
ça devient un vrai débat philosophique. Comme vous le soulignez, au dela de la sexualité, c'est aimer.
Il est vrai qu'il existe chez les gays (chez les lesbiennes je ne sait pas) beaucoup de gens qui ne recherche QUE le sexe, et j'en connais un tas. C'est gens la, moi même, je ne les comprend pas toujours et pourquoi pas penser que ce besoin de partenaire est une forme de mal être.
Dans ce cas, le problème, car c'est un problème devrait être analysé.
C'est vrai windowman nous a balayé la piste (aucune conotation péjorative). C'est bien fait, hexaustif mais bien ficelé car il reprend des grands axes.

Lost child, si je me base sur ce que tu viens de poster, ...tu vraiment formidable.... j'aime ce concept d'amour (que je partage avec toi). Le désir et l'amour sont des sentiments completement oposés mais qui sont liés car on ne tombe jamais ammoureux ( ) d'un corp (ce n'est pas de l'amour mais un désir) mais de l'esprit (qu'il soit vif, joviale, sérieux, réconfortant,....). Le problème vient de l'image plasticienne que l'on nous colle. Les femmes doivent être superbement bien roulée, les hommes grands et musclés. Dans tous les cas je pense que le problème de notre société concernant l'apropriation de soit vient des etiquettes que la société mais sur chacun d'entre nous.
Pour l'amour, c'est pareil. L'image veut que l'on aime le corp, chose de fantasme. Pourquoi les divorces sont nombreux, car le mariage est une déscision qui fut par nos parents, frangins,.... mal réflechie.
Le désir, c'est pareil (suivez le résonement). c'est l'image que la société veut bien en donner.
Bon ça reste mon raisonement mais je ne pense pas que tous soit faux.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 27/05/2007 09:43:30
Merci lost child. Mais je crois que j'ai dû manquer de clarté.

Mon objectif était de dédramatiser la question de la sexualité "anormale" en écartant toutes les façons qu'elle avait d'être pathologique, comme le note popogate dans le commentaire ci-dessus. Ainsi, je voulais proposer l'idée somme toute plus dérangeante mais moins problématique d'une sexualité "désexualisée", dans le sens où elle ne relèverait plus de l'identité sexuelle des individus, mais découlerait naturellement d'une relation de proximité. Autrement dit, je voulais proposer l'idée que, à notre époque et dans le futur, il était probable que l'hétérosexualité cesse d'être une norme psycho-sociologique (demeurant toutefois naturelle dans la logique de procréation), pour que la sexualité, sans tabous ni règles, ne soit plus que l'expression sensuelle de l'affection qui unit deux êtres, quel que soit leur sexe.

Ma démarche n'est donc pas tant de catégoriser des homosexualités que de choisir d'expliquer en quoi il est abusif de mettre des catégories. Pour moi, la sexualité doit aller vers une existence sans normes. Seuls doivent prévaloir le respect du partenaire et l'affection réciproque. Et il s'avère assez couramment que les pratiques sexuelles, conséquence de la psychologie des individus, soit pathologiques.

Ainsi, mon titre se justifiait par le fait que je voulais proposer aux personnes mal dans leur peau et à tout autre qui voudrait réfléchir là-dessus quelques réflexions pour comprendre d'où viennent les déterminants sexuels qui nous animent. Ce mode d'emploi, ainsi, s'offre commee boîte-à-outils pour aider à comprendre, et c'est en cela que j'en fais un mode d'emploi, même si j'ai alors l'air de dire qu'il n'y aurait qu'une bonne explication ^^. Là où, effectivement, je reconnaîs que le terme "homosexualités" est mal choisi, c'est que je ne traite pas réellement de l'homosexualité seule... "Sexualités" aurait été plus aproprié. Mais il se trouve que j'ai écrit cet article en réaction à de nombreux commentaires et "gestes" de personne qui se disaient ou croyaient homosexuels et en souffraient.

Pour résumer, donc, ma théorie c'st que, en excluant les sexualités pathologiques, l'amour prévaut sur toutes les normes (à condition qu'il y ait respect réciproque entre les partenaires (un véritable respect, et pas juste une déclaration de bonne foi)) et que la sexualité, n'est que la manifestation sensuelle de l'affection partagée.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par flougaussien le 20/11/2007 16:11:11
Je n'ai pas lu les autres commentaires ; ça me fais trop.

En ce qui concerne on texte, j'aime bien la conclusion avec l'idée "l'amour n'a pas de sexe".

Dans le reste, un petit détail me chagrine, qui n'est pas directement lié à l'homosexalité : tu as l'air de dire que "féminisme" est le contraire de "misogyne" ou "macho". Or le féminisme signifie juste "vivre en harmonie entre hommes et femmes, dans le respect d'autrui". Je sais, le terme est trompeur, et quelques féministes sont sans doute un peu trop "anti-hommes", mais ça s'arrête là.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Homosexualités : mode d'emploi...
Posté par windowman le 21/11/2007 05:57:46
J'avoue utiliser certains termes avec maladresse, mais l'essentiel de mon message, tu l'as compris ^^ Reste que je citais ces "courants" comme exemples de phénomènes parasitant la sexualité sans la légitimiter.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
La participation aux forums est réservée aux membres du site.
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
  Devenir membre (30 secondes et gratuit)
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 128 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲