Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     
Aller à :  

Messages | Nouvelle branche de discussion | Répondre | Rechercher
L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par canarchie06 le 20/08/2004 07:56:33
Et si tout ce que l'on nous a appris jusqu'à aujourd'hui n'était qu'une toile de mensonges destinée à nous transformer en petits moutons bien obeissants ?

SI L'IGNORANCE ETAIT MORTELLE
LES ECOLES SERAIENT DES CIMETIERES

Je dois avouer que j'ai un gros problème. Un problème insurmontable pour moi : je déteste l'école. Dit comme ça, c'est peut-être un peu cru. Choquant même. Mais c'est la stricte vérité. Je ne supporte pas le système éducatif. Je le hais, je le renie, je le déteste. Bref, si ça s'arrêtait là, j'en ferais pas un article. Non, non, je vous rassure. Le vrai problème c'est que je hais l'école mais j'y passe le plus clair de mon temps... Avouez que vous ne vous en doutiez pas ! Ce qui me permet de bien analyser la situation, de décanter mon point de vue. En fait, j'y peaufine ma façon de penser car je suis un témoin à part entière de la pire des mutilations qui nous soit infligées par le système étatique capitaliste et profondément inégalitaire qui est le notre, j'ai nommé :


LA PERTE DE SA PROPRE CONSCIENCE

C'est en entrant dans un de ces lieux inhospitaliers, vers l'âge de trois ans (souvenez - vous...) que commence un processus irréversible de bon bourrage de crâne. Bourrage de crâne doublé d'une bonne dose de répression des désirs. Qui n'a pas le souvenir du premier jour de classe, la larme à l'œil, prêt à hurler, quand sa seule envie est de retourner dans les bras de sa môman et que la maîtresse, dans sa très grande miséricorde essaie de nous rassurer :
-"OOOUUUUHHH... mais c'est qu'il a plein de grosses larmes dans ses noeils le bébé. C'est-y qui veut sa maman le bébééé ?? OOOOHH... mais c'est qu'y a plein de petits n'enfants ici qui vont jouer avec toi. T'es content hein ???"
Discours naturellement suivi d'un hurlement tonitruant qui signifie d'habitude qu'on est pas du tout d'accord...
Tous ces jolis évènements sous l'œil bienveillant et néanmoins ému de la maman en question, qui se demande à cet instant précis si elle va nous ramener dare-dare à la maison ou nous laisser entre les griffes de cette pédagogue à 2 frs.

Car si c'est bien de pédagogie dont il s'agit, il faut savoir que du premier instant où l'on pose le pied dans une de ces décharges du savoir, on est voué à en ressortir lobotomisé au point de ne plus savoir qui l'on est vraiment. La seule raison à tout cela étant de quitter le système éducatif docile comme un agneau, prêt à envisager son intégration à la belle, la grande, la magnifique société de CONSOMMATION qui est la notre. Ces oeillères nous cachant bien évidement nos propres besoins, nos envies légitimes : la liberté, l'altruisme, le besoin de s'affirmer en tant qu'individu propre, si différent de tous mais pourtant attaché aux autres par un lien incassable : le sentiment de faire parti d'un peuple, d'avoir des semblables qui partagent les mêmes émotions, les mêmes douleurs. Mi pais es el mundo, mi familia es la humanidad (mon pays est le monde, ma famille est l'humanité !). Mais au lieu d'apprendre à développer ces qualités, de chercher notre épanouissement, nous sommes voués à rester dans ce carcan où le seul mot d'ordre est de devenir plus fort que les autres pour ne pas être le "dernier". La peur de paraître ridiculement faible au regard de ses petits camarades. Car depuis la première année de maternelle jusqu'à la dernière année de Bac, la seule dynamique qui fasse avancer l'école est l'esprit de compétitivité ("Et mettre l'école sous le signe de la compétition, c'est inciter à la corruption qui est la morale des affaires". Ainsi, pensez qu'il existe des maternelles où les maîtresses notent déjà des dessins de gosses qui ont entre 2 et 6 ans. Sur quels critères ? Comment juger le travail d'un enfant de cet âge puisqu'il est basé sur l'imagination et l'innocence... Et imaginez que l'on blâme enfin cet enfant pour ce qu'il a produit...

C'est à mon avis très révélateur de ce que le système éducatif représente : un moule à produire des petites mains, des petits cerveaux prêts à se donner corps et âme pour avoir le meilleure rendement possible. Chair à usines, chair à canons. Le meilleur pour qui d'abord ? Et bien c'est simple, pour la patrie, pour les patrons. Mais que l'on demande à la population active si leur boulot (ou leur non-boulot, chômage oblige...) les intéresse et l'on se retrouve avec une majorité des interrogés qui répondent "NON". Étrange n'est-ce pas ?
Fruit d'une erreur de parcours ou d'un désintéressement profond pour ce que l'on a entrepris de faire ? A chacun de plancher sur la question...

Néanmoins, existe-t-il à notre portée une ou plusieurs alternatives à ce système véreux où l'esprit de caserne ? bien que caché sous d'habiles artifices ? est toujours l'une des valeurs sûres de cette "éducastration". Pour ma part, je n'en ai pas encore trouvé. En effet, suivant ses résultats, ses aptitudes, on propose à l'élève soit de continuer dans les voies quasi-seigneuriales (et aujourd'hui pénétrables...) de la fac; boite magique d'où l'on est censé ressortir auréolé d'un savoir universel, les diplômes sous le bras, la clef du travail assuré dans les mains. Je dis bien censé, car si les études prolongées vous permettaient de vous confectionner une place douillette chez les notables il y a une vingtaine d'années, c'est plus du tout le cas maintenant. A plus de 200 par amphis, dans des conditions plus que précaires, avec pour seule ambition d'arriver assez haut pour se permettre de décrocher le moindre petit job assez bien rémunéré dans n'importe qu'elle administration digne de ce nom, pour ne pas avoir à se faire de souci à la fin du mois. Et encore... ça, c'est pour les plus chanceux. Soit, si vos capacités à "travailler" à l'école ne sont pas à la hauteur de vos ambitions, d'opter pour l'apprentissage, ou les filiales dites "courtes" ou "techniques" qui vous aideront à atterrir technicien de surface ou plus objectivement "précaire/exploité à plein temps". Surtout pratique si toutefois vous tombez amoureux d'une employée de l'ANPE. Soyons réalistes.

L'école étant obligatoire jusqu'à 16 ans, chacun est forcément amené à se taper sa dose de conneries enseignée à coup de "matraquage spirituel". Pourtant, comme le dit Raoul Vaneigem : "Ce qui s'enseigne par la force rend le savoir craintif " et c'est maintenant que se pose la question de la violence à l'école quand dans un collège de banlieue, un jeune poignarde un pion dans le dos, pour un mot plus fort que l'autre. Mais cherche-t-on vraiment à trouver la solution à de tels agissements ? Bien évidement la réponse est NON. Et le seul remède sera de dresser un commissariat devant tous les collèges et lycées de France. Rappelons à l'occasion que la Haute-garonne expérimente comme deux autres départements de métropole, un plan permettant â tous les lycées d'êtres en relation directe avec le commissariat le plus proche. Vous en rêviez, Juppé l'a fait !
Bref, faut pas se leurrer, l'école est aujourd'hui plus que jamais fréquentée par des élèves démotivés, ne sachant plus où ils en sont, étant profondément écœurés par ce qui les entoure, ou bien se laissant aller inconsciemment par des profs ou des parents leur promettant un avenir doré moyennant un dévouement assidu et sans relâche au dieu "École''. De ce côté là, les objectifs mentionnés dans les bulletins officiels du ministère de l'éducation sont clairs : on ne demande pas de comprendre mais d'apprendre. Clair non ? Et c'est ici que prend vraiment forme, l'expression de "MOUTON", le plus sûr moyen d'avoir à faire à un peuple conscient de ses chaînes mais ne sachant pas comment les briser puisque n'ayant jamais appris ("Si l'école ça rendait les hommes libres et égaux, le gouvernement déciderait qu'c'est pas bon pour les marmots", Renaud).

Si en France et de par le monde les gens se rendent compte que quelque chose cloche mais n'ont ni la force, ni la volonté de savoir vraiment pourquoi, c'est tout simplement parce que derrière eux il y a des siècles de servitude aveugle qui ont fait et qui font que les hommes demeurent cloîtrés dans un monde ou leur seul repère est une organisation hyper-hiérarchisée se basant sur le profit, l'hypocrisie et l'aliénation des masses.
Et pourtant, que l'on mette à la portée de tous un système collectiviste, sans hiérarchie, où les gens pensent par eux-mêmes, pour eux-mêmes et l'on se retrouve devant des âmes vides, même pas capables de se rendre compte qu'ils ont la clef d'un autre futur dans les mains. Bref, hermétiquement fermés à ce qui est inconnu ou peu connu et trop souvent représenté par le "non-enseigné". Exemple : parlez de lutins à un supporter de foot, parlez d'Anarchie à n'importe qui, le résultat sera le même... Dans les deux cas on vous prendra pour un taré, on ira peut ? être même jusqu'à vous dire que "C'EST DE L'UTOPIE !". Ca coule de source : l'Anarchie, les expériences libertaires, ne sont mentionnées dans aucun programme d'histoire (à par pour dire que c'est le bordel, mais dans ce cas autant ne pas parler d'Anarchie qui est, je le rappelle aux abrutis : "la plus haute expression de l'ordre".) et je ne parlerais pas des lutins...


Évidement se pose là une question fondamentale : est-ce la société qui changera l'éducation ou bien l'éducation qui fera évoluer la société ? De toutes façons, l'une étant le reflet de l'autre, il est évident que nous n'aurons une éducation digne de ce nom que lorsque nous aurons pris les choses en mains et d'ici là, j'encourage vivement tous les écoliers, les collégiens, les lycéens et les étudiants de la Terre à se rendre compte des saloperies qui régissent le monde et au meilleur moyen d'y mettre fin : L'ANARCHO-SYNDICALISME .

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par nirvana27 le 20/08/2004 07:56:33
ohhh une anarchiste ! comme c mignon
crois tt savoir !!!

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par littlesusie le 20/08/2004 07:56:33
tu crois que c ki ki a fabriqué les ordi sur leskel on va sur le net?ta télé, les portable, les dvd, les chaine hi fi???ben se sont des gens super intélligen il sil y avé pa été la on passeré encore notre tem a samusé avec d bou de ficell pr passer le tem.
Jvoudré juste que tu timagine deu seconde une anné entiére san alé en cour tu feré koi???Tu seré votré ds ton foteuil...oua kel belle vie!!!
Enfin bon chacun son avis mais jcroi ki a quan méme un minimum de chose a savoir ds la vie et un minimum de tenu. ok le systéme éducatif est pourri mais sachan que certain dentre ns von y étre confronté encore qques anné otan penser a otre chose et relativisé..
Quan a moi je bosse en cour pa paskeu jvé faire plaisir a mes prof, a léta, etc...mai paskeu maintnan la vie ds lakel on est ne nou permet pa de se tourné les pouce. C ou tu bosse ou tu créve..et franchemen je pense a plu tar et g de men sortir méme si sa me plai pa ts les jour.....

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par maxime karma le 20/08/2004 07:56:33
Ton article vaut la peine d'être lu,mais je pense que c'est vrai que tu t'égards un peu.
L'école ne nous pousse pas à la compétitivité. Tout d'abord sache que selon une étude chinoise (dont certes je ne connais pas la fiabilité l'éduction française est classée comme la 165ème mondiale du point de vue de l'efficacité. Il est logique que certains pays pauvres nous passent devant tant leur nombre d'élèves es faible et privilégié. Mais il n'en demeure pas moins que si l'échec scolaire existe,c'est lui qui tue le système éducatif français. Si l'école nous poussait à la compétitivité on n'en serait pas là.
Ce qui est vrai c'est que dans un système où on donne à sa chance par l'éducation et le travail, on tente de se fabriquer un réservoir d'intellos dans différents domaines qui puissent attirer les investissements étrangers vers cette matière grise (aujourd'hui recherchée pour sa productivité. Le reste de la population qui n'a pas souhaité s'élever remplit les boulots restants (les plus courants et nombreux: services publics et privés). Le choix existe donc. Libre à soi de s'élever ou pas. Là où il est vrai que c'est oppressant c'est que le choix ne se fait bien large: entre être pauvre ou être riche il faut choisir, on ne nous laisse pas d'alternative (si ce n'est peut-être la mort).
Personnellement je ne me rappelle pas de mon premier jour d'école comme d'un jour terrible parce que je ne savais pas où j'allais. Mais l'école ne m'est jamais apparu comme un institut de "Marche ou crève". Il est vrai que me collège est une période particulièrement détestable, prolongée parfois par le lycée (mais pas nécessairement). Soit.
Effectivement le travail n'intéresse personne il nous est pourtant à tout âge paru indispensable. A l'état de Nature il faut bien se mettre o boulot pour construire une baraque et aller se nourrir,et comme notre besoin de faire évoluer notre confort es constant on s'attribue des fonctions dans la tribu. C'est bien plus pratique. A partir du moment où l'on choisit une fonction on choisit une spécialisation qui ne s'arrêtera plus d'évoluer. Ainsi nait selon moi la société. Toutefois ces spécialistaions sont inévitables et elles ont lentement amené le système que nous connaissons aujourd'hui et qui, à la différence de nos ancêtres, ne nous laisse plus le choix. Dès la naissance on nous fait savoir que dans la vie on aura une fonction et une seule dans cette immense fourmilière. C'est ce qui te gêne le plus je crois. Pourtant détrompe-toi, l'anarcho-syndicalisme ne nous sauvera pas du labeur et ne nous offrira pas un choix plus large que l'actuel.
Pour en revenir au "matraquage" de l'école, oui c'est vrai que le système est oppressant et qu'il nous met sur des rails qui nous conduisent à une vitesse folle vers un endroit que nous ne connaissons pas. Il est clair que ce pour quoi on est capable de rester attentif et passioné pendant des heures, l'école n'est pas capable de remplir tous les jours cette fonction. Mais elle nous ouvre des chemins nouveaux que nous n'aurions jamais pu connaître seuls, ex: la musique, la littérature. Ainsi l'école ne peut avoir cette vocation: nous satisfaire pleinement tous les jours. Néanmoins qu'est-ce qui le peut?
Ton article parait au final être un produit de propagande anarchiste qui a bien vieilli. Il y a cent ans les pays changeaient sans cesse profondément de régime, et l'on croyait tout possible et réalisable. Cependant les réalités de l'époque ne sont sont plus celles du jour . Un anachiste s'imaginait probablement plus libre sans système, mais pour faire quoi de cette liberté? Pour retourner à l'état de nature avec un confort un peu plus développé. Quand il aura besoin de refaire sa salle de bain ou sa cuisine, quand il aura besoin de changer son lit qui lui fait mal au dos, soit il va décider de subvenir seul à ses besoins (ce qui implique un travail fastidieux et harassant que seul les plus débrouillards et les plus polyvalents peuvent fournir, or nous ne sommes pas tous ainsi) soit il va se tourner vers quelqu'un qui peut lui rendre ce service parce que celui-ci sera spécialisé dans cette fonction. Et à ce moment-là le cycle hiérarchique,de quelconque forme qu'il soit, va redémarrer. Mais c'était les convictions de l'époque.
Enfin n'oublie pas la contradiction qui existedans la doctrine anarcho-syndicaliste, c'est que le groupe qui va s'occuper de regrouper les richesses pour les redistribuer va déjà représenter une forme d'autorité hiérarchique. Ya comme un binz là.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par neela le 20/08/2004 07:56:33
Moi j'Adore cet article! cest tout a fait ce que je pense! et sais-tu, il y a ,même des gens qui opnt des doctorats et tout le tralala qui pensent comme toi. oui oui! l'autre jour, pendant une entrevue, une jesaisputrop qui, qui avait fait des tas détudes disait que le système scolaire était un moule qui nivellait les tgens par le bas! comme tu le dis dans tes mots!
je suis 100% d'accord avec toi et en fait cet article m'a enchanté au plus haut point! des alternatives? moi non plus je n'en connais pas, car le système est bien fait: il ne laisse pas de chance à ceux qui réfléchissent.
en tout cas, encore bravo, tu écrit ce que je pensait, mais encore mieux.

val

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par filth le 20/08/2004 07:56:33
putain l anarchisme quelle connerie et quel effet de mode a la con je crois qu on vit dan le systeme le moins pire qui existe :-\

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par speedairman le 20/08/2004 07:56:33
Très Très Très interressant ton article !

Camille, je t'aime !

Enfin une personne qui pense !


Moi aussi j'en ai marre de ce moule, mais lutter seul contre ce systèeme est peine perdu, et on est condamné a faire parti de ces moutons si l'on veut vivre correctement... hélas !
Parfois je regrette même de ne pas etre né il y'a plusieurs milliers d'années, voire bcp +, quand est né le feu par exemple.
Les notions de partage et de libertés avaient alors un sens.
Aujourd'hu, comme tu le dis si bien, ce n'est que hierarchie, hypocrisie, violence etc.

On ne peut plus rester a rien faire chez soi ou dehors toute la sainte journée a revasser sans etre pris pour un faineant, et de toute façon, dans notre systeme actuel, ça nous meneraient à notre propre faim pisk personne ne s'interresserai a nous...

Jpeux donc je pense hélas répondre a ta derniere question :
"est-ce la société qui changera l'éducation ou bien l'éducation qui fera évoluer la société ?"
Ce sera la 2eme, l'education qui fera evoluer la société.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par speedairman le 20/08/2004 07:56:33
J'ajouterai que le probleme ne vient pas seulement de l'ecole mais plutot du système dans lequel on vit.
Et finalement, à l'école, on y apprends quand même bcp...
En effet, tu n'aurais jamais été capable d'ecrire aussi bien cet article si tu n'y étais pas allé.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par lysou38 le 20/08/2004 07:56:33
Je n'ai pas entièrement lu ton article mais je voulais juste te dire que tu as beau clamer haut et fort que tu n'aimes pas l'école, c'est grâce à elle si tu as pu écrire cet article, c'est grâce à elle que tu as pu trouver ces citations etc...

Et puis, tu as 16 ans non ?
Qu'est-ce qui te retiens ?
Quitte l'école ! ! !

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par jaguaar le 20/08/2004 07:56:33
Avaler tout ce qu'on nous sert comme des moutons, c'est très con......
Mais tout refuser systématiquement, ça l'est encore plus.....

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par le 20/08/2004 07:56:33
Pas mal, Jaguaar, je suis d'accord avec toi.
L'école, l'éducation, c'est à NOUS d'en faire quelque chose d'utile! Le bourrage de crâne, la compétitin entre élèves, tout ça est néfaste, mais la rebellion doit être constructive (la tienne ne l'est pas). L'école (le lycée si tu préfères) c'est une base, et souvent ça foire, donc c'est à TOI de trouver un moyen qui te convient pour apprendre (à l'école on apprend à apprendre, à réfléchir, et c'est déjà pas mal).

Laisse tomber l'anarchie, ça ne marche pas, on le saurait.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par bobbby le 20/08/2004 07:56:33
L'Anarchisme est une utopie complète. Toutes les applications pratiques qui en ont été faites ont été des échecs cuisants et sanglants et ont toutes mené (ou allaient le faire) à des dictatures. Je suis sûr que ce n'est pas ce que tu veux. Alors ce n'est pas tout de se croire plus intelligente que n'importe qui parce que tu sais ce qu'est l'Anarchie (cf ton article), il faudrait aussi s'interroger sur ce que tu as visiblement gobé sans réfléchir.
L'éducation anoblit l'Homme. Si tu t'intéresses un peu à la philosophie, elle n'entraîne pas la perte de notre conscience, bien au contraire. Moi à travers l'enseignement qui m'est donné, j'ai pu m'ouvrir l'esprit. Si toi tu n'y es pas parvenu, c'est peut être de ton côté qu'il y a un problème.

Allez, il te reste encore beaucoup de choses à apprendre (comme à nous tous), alors file à l'école !!

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par ynnaf le 20/08/2004 07:56:33
Bobbby je ss d'ac ac toi, l'école ça pe qd même nous apporT qqch même si avant C les baz...
pr ceux qui M pas l'école parce q ça les intéresse pas ce qu'on y a pprends dites vous bien que c'est pas fait pour...
exemple: je sais écrire(parler un peu moins qd même) español alors que je ss en 2nde j'en fait depuis la 4ème mais personnellement j'ai écidé de l'apprendre seule en +... pour ça je m'D d'internet et de tout ce que je peut trouV... si j'aV pas commenC cette matière je me serai pas découvert cette passion...
On C que notre ds sysmtM y a des tonnes de choses à revoir mais y a aucun système parfait dc essayons mé ce qu'il faut, C pas DETRUIRE ce système mais l'AMELIORER, mettre un peu de ciment là où y en a plus ou là où y en a jms eu pour éviter son effodrement!
les études c'est obliger jusqu'à 16 ans mé imagine que ça ne le soit pas hé bien la violence ne ferait qu'accroitre et l'ignorance aussi
autrement t'écris bien, bravo pour cette réflexion mais on ne pourra pas complétement changer le monde c'est impossible

(excusez moi pour mes abréviations! )

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par ke_nelly90 le 20/08/2004 07:56:33
ben vu ton orthographe ds la préface, on voit bien que t'aime pas l'école !!

l'éducation, ce n'est pas seulement l'école...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par mistervulk le 20/08/2004 07:56:33
Ah le paradoxe de nos sociétés!
D'un côté, un monde qui ne possède rien mis à part les guerres et les conflits en tout genre et qui ne rêve que d'une chose: avoir accès à l'éducation.
Et un autre monde où tout n'est que consommation et bien-être, et où l'éducation est perçue comme un fardeau.

Apprenez à voir le monde et ne restez pas dans votre petite vie douillette à vous lamenter sur des choses qui ne sont pas si dramatiques que ça!
Qu'est ce que l'école, et à quoi sert-elle?
A se former, aussi bien culturellement que socialement, à apprendre et en développer le goût, favoriser le progrès technique vecteur de croissance, à créer des grands esprits qui font avancer une nation.
Il faut donc cesser de raisonner en enfant, il est grand temps d'accomplir votre marche vers la mâturité!

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par jc25 le 20/08/2004 07:56:33
salut Camille,
Je viens de lire ton article et je dois dire que pour quelqu'un de 16 ans, tu arrive à mener un raisonnement avec pas mal d'adresse. Mais sur le fond, je ne suis pas d'accord avec toi.
Tout d'abord j'aimerais t'apporter quelques petites rectifications :
"l'Anarchie, les expériences libertaires, ne sont mentionnées dans aucun programme d'histoire". C'est vrai, dans aucun programme d'histoire mais bien dans le programme de philo de term ur la liberté, mais aussi sous forme de texte en francais en 1ere (thomas more, fourrier) ...
De plus, je ne sais pas ou tu vas en cours mais en ce qui me concerne, aucun prof ni aucun texte ne m'encourage à devenir un legume destiné a consommer. On m'encourage plutot à un intellectualisme abstrait, coupé de la réalité.
Je suis loin d'idéaliser le systeme educatif actuel. Je suis d'accord pour l'améliorer, mais dans ton article, tu te noies dans ton discours pro-anarcho-syndicaliste, qui est très joli, c'est vrai. Mais pourquoi les grands courants de pensée de l'anarchisme et du syndicalisme, qui mobilisent les jeunesses depuis des décénnies, n'ont jamais formulé UNE SEULE solution alternative à la société contemporaine ?
Critiquer sans proposer, NON...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par pinpon le 20/08/2004 07:56:33
Bravo Camille, tu es sur la bonne voie C'est facile à savoir, dès que tu remets en question le système, même très partiellement, tu as droit à une volée de bois vert de la part de tous ces petits gardiens du temple autoproclamés. D'ailleurs, en lisant leurs réponses, on s'aperçoit vite qu'ils n'ont strictement rien compris à ce que tu disais, ils ont juste ressenti que tu mets en péril le système sans lequel ils sont perdus. Sache que pour la plupart ils sont morts de trouille à l'idée d'avoir à penser par eux-même. Ils savent plus où moins que le monde ne tourne pas rond, mais ne veulent surtout pas savoir pourquoi ni toucher à quoi que ce soit. On ne veut pas savoir comment ça marche tant que ça marche. A l'école, à la télé, dans l'entreprise, on les programme pour justement ne surtout pas penser. Car quelqu'un qui pense, c'est quelqu'un qui cherche... et qui fini par trouver. Et ça, pour un système basé sur le mensonge et l'illusion, c'est très dangereux.

Ta démarche est positive, mais tu n'as soulévé qu'une partie du voile, sans forcément faire le rapprochement avec le reste, par conséquent tu es encore loin de la vérité qui est bien pire que ce que tu imagines. La question ne se pose pas en termes d'anarchie, de capitalisme, et tous les machins en "isme"". Ce sont des concepts propres au système, créés pour canaliser et limiter notre pensée. La liberté, les thèses libertaires jolies et savantes, c'est comme la religion : plus on nous y fait croire, moins on en a. La vraie liberté, il est inutile d'en parler. Seule compte l'action, une fois l'esprit libéré de tout dogme ou carcan idéologique. L'action est souvent révélatrice de la pensée. C'est sans doute pourquoi tant de gens préfèrent ne rien faire.

Quand je regarde notre monde, je me demande souvent comment on en est arrivé là. Devenir les esclaves d'une espèce qui nous est à l'origine inférieure, et finir esclaves de nous-même.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par lysou38 le 20/08/2004 07:56:33
Erwann Le Tenneur, au lieu de raconter n'importe quoi.
Cite-nous don,c un pays sans éducation, sans école, où l'Anarchie est maître et où bien sûr, tout fonctionne bien ! ! !

Je ne sais plus qui a dit ça, mais au lieu de passer votre vie à vous plaindre pensez à ceux qui rêveraient d'être à votre place, et qui parfois, perdent même la vie pour ça....

Mais bon, apparemment c'est à la mode de se la jouer rebel' ! ! !

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par filth le 20/08/2004 07:56:33
euh Erwann ouvre ton bouquind histoire,regarde ce qui se passe dans les pays en afrique ou en asie et rend toi compte de la chance que l on a on vit quand meme dans un systeme qui laisse sa chance a a peu pres tout le monde mais pour ça bien sur il faut vouloir pour reussir et aussi travailler pour ça .Alors oui y a des inégalités mais un systeme ou tlm est sur un meme pied d egalité ça ne peut pas exister pour la simple et bonne raison qu il y aura tjkrs quelqu un pour se mettre au dessus des autrres et pour gouverner,il y aura tjrs des "dominants " et des "dominé"(noté les " que j emploie) c est une loi qui s applique a pratiquement toute les especes animal et nous n y echappons pas alors pour un systeme egalitaire et sans hierarchie il faudrait changer la nature humaine.bon courage

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par moctezuma le 20/08/2004 07:56:33
si tu habitais en afrique tu serai plus occupé a te nourir etc
qu'a te poser des questions stupides
OUI le systeme éducations a des défauts mais fo pas oublier kan meme ...........( 3 pages d'argumentation plus tard) que c important blabla
voilà
et tout ceux qui vont a l'école ne sont pas des moutons
pff nimporte koi

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par bob razowsly le 20/08/2004 07:56:33
Ai pas lu jusqu'au bout, arrivé au milieu, j'ai compris l'idée de base: en gros, l'école, de la maternelle à la fac, c'est fait pour rentrer dans le moule de la compétition capitaliste.
Si c'était le cas en France, pour bien apprendre aux enfants ce qu'est le capitalisme, on aurait commencer par leur faire payer l'éducation. Aqui, elle est gratuite (pour peu qu'elle soit publique).
Ensuite, on privilégierai pas le travail en équipe. Oy vays, ce que je me suis fais chier à concilier les points de vue en TPE, exposés et autre conneries. J'en ai rien à battre, de ce qu'en pense les autres de ce que je fais, j'aimerai juste travaillé seul et à mon compte, à celui de personne d'autre. Cette pensée, libérale au possible, ne trouve hélas pas sa place dans le système éducatif français. Il faut travaillé ensemble, COLLECTIVEMENT, le mot est lancé.
En plus, le système de programme s'apparente tout à fait aux plans des pays socialistes, la hiérarchie scolaire à la nomenklatura de l'Union Soviétique (avec chefs, sous-chefs, maître, contre-maîtres,... une vraie bureaucratie, et je te parle pas du temps perdus dans tout ça).
L'école, capitaliste? Bullshit! Un reflet de l'état. Une sorte d'anarchie qui prétend encore ressembler à un système, méler de néo-rousseauisme de mes deux avec une domination de l'opinion générale des parents d'élèves, dont les revendications la plupart du temps ne s'appuie sur rien d'autres que des illusions et jamais rien de vraiment concret.
Et les profs dans tout ça. Si tu cherches une bonne planque, fait prof: t'es payé tout les mois, t'as des vacances quand tu veux, comme t'es fonctionnaire, tu peux même pas te faire jeter, tu remplis le programme si tu veux, comme tu veux, vite ou doucement, peu importe, de toute façon, à la fin du mois, t'es payé. En plus de ça, si t'es aggrégé, non seulement, t'as tout ce que je vien d'écrire, mais en plus, t'es intouchable. Petit job tranquil, quoi.
Je conseille grandement Annah Harendt, La crise de la culture, pour ceux qui voudrait en savoir en plus sur l'état de la culture moderne.
Attention, tout les faits que tu donnes sont vrais et scandaleux, mais l'analyse reste trop superficiel pour dire que l'école est à ce point capitaliste. Au contraire, on pourrait dire qu'il n'est pas assez libéral (pas capitaliste, libéral). Avec le poids que l'on donne au débat, adios la liberté de penser. Avec le travail en équipe, adios l'indépendance face aux autres. Avec la toute puissance de l'enseignant sur ses élèves, adios la liberté des élèves.

Bob Razowsky

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par pinpon le 20/08/2004 07:56:33
Oui, une école qui apprenne à réfléchir et penser par soi-même, plutôt que faire apprendre par coeur des faits qui ne sont pas tous avérés... Il suffit de voir le programme pédagogique d'une école pour savoir ce qu'elle veut faire de ses élèves : soit des gens cultivés, épanouis et autonomes, ou bien des citoyens-consommateurs dépendants, dépourvus de volonté, et programmés au service de certains.

Réponse aux zozos plus bas : Recevoir des leçons d'Histoire de la part de jeunes qui ont pour seule connaissance de l'Histoire ce que l'éducation nationale a bien voulu leur transmettre, c'est assez cocasse ! Mais vous avez raison : bouffer, chier, dormir, plutôt que se poser des questions stupides. Programmation reptilienne de base pour humain consentant. Prêts à accepter n'importe quelle connerie, tant qu'il y a pire ailleurs. Pathétique !

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par nastasia le 20/08/2004 07:56:33
Moi je pense qu'il y a du bon et du mauvais dans l'éducation, mais même si tu déteste l'école tu dis que son système est pourri et tout et tout.. ce système t'as quand même amené a penser par toi même, la preuve t'écrit l'article.. la primaire, le collège nous enseignent les bases de la vie, aprés on commence a dévelloper l'argumentation, la philosophie.. Je crois que c'est la société que tu n'aimes pas, et c'est certainement pas la faute a l'éducation. Tu t'es trompé de coupable. (si il y en a un)

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par filth le 20/08/2004 07:56:33
je note que tu ne repond pas vraiment erwann tu ne fais que m insulter

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par celeos le 20/08/2004 07:56:33
Dans l'ensemble je suis d'accord avec toi, à mon niveau d'étude (lycée 1er) je me demande ce que je fous là, à préparer un avenir que je ne connais pas et qui j'en suis sûr me pourira, seulement la maternelle est le primaire sont des passages importants pour la vie en communauté, dis toi bien que sans cela tu n'aurais pas été foutu de venir écrire ce que t'a écris, en attendant il est sûr et pour moi certain que le collège et le lycée ont pour unique but de familiariser les pauvres ados en moutons, la preuve en est l'abscence totale de pédagogie dans les lycées. Malheureusement on ne peut changer les choses en claquant des doigts.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par camarade le 20/08/2004 07:56:33
Pas ttrop mal cet article... mais tu oublie que sans l'école, tu n'aurait pas pu ecrire cet article et lire les commentaires.
Sinon, globalement t'as raison, on apprend que les "gentils" nous sont décrit comme habitant des etats unis, de la france, de l'allemagne... et que la bete noir de l'humanité, c'est ou c'etait l'URSS, la chine, Cuba... bref les pays communistes. Certes il y a eu des défault durant ces periodes, certains points sont volontairement occulté.
Egalement, pourquoi ne rentre-t-on jamais dans les détails des crimes fait par les chretien durant certaines periodes, alors que l'on s'attarde sur les crimes des autres religions... mais c'est un autre débat...
Aller je te conseille juste de prendre ton mal en patience, car moins on aime l'ecole, plus on a des mauvaises notes, et plus on y reste longtemps...
Aller courage.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par fyque le 20/08/2004 07:56:33
Halala, quel sujet épineux, qu'est-ce qu'on peut pas lire comme conneries dessus lol (enfin les conneries des uns sont parfois les vérités des autres ...)


Personnellement, je suis d'accord avec les problèmes que ton article soulève, mais pas avec la façon que tu as de les présenter ... enfin bon, d'accord sur le fond, mais pas sur la forme disons.

Avant toute chose, reprenons l'exemple des hommes préhistoriques cités plus haut : quels étaient leurs occupations ? Sans trop de risque, on peut répondre se nourir, ne pas se faire tuer etc ... Les besoins vitaux quoi.

Au cas où quelqu'un me lit et ne l'aurait pas remarqué, la société actuelle, notre société, est telle qu'il est possible de ne pas avoir à aller tuer des sangliers à main nu pour pouvoir mainger le soir, ni à chercher une grotte pour pouvoir dormir sans mourir de froid. Ainsi donc voilà régler nos besoins primordiaux, si je peux me permettre de les appeller ainsi.

Mais en échange, qu'est-ce qu'on doit faire ??? Avoir des sous. Les sous nous permettent d'avoir un confort de vie très attrayant, d'être reconnu comme quelqu'un qui "a réussi", etc etc .... Mais, que faut-il faire pour avoir des sous ? Ahhh oui, travailler, nous y voilà ...

Plus ton travail est intéressant pour la société, plus il l'a fait aller de "l'avant", plus tu as de sous. En gros, plus tu fais quelque chose de compliqué, qui demande que tu te fasses chier et te prends du temps, plus tu peux avoir un confort de vie élevé (enfin, je suppose qu'au fond ça doit être une idée dans le genre). Et ça, c'est une idée qui fait fort : tout le monde rêve de ce confort de vie, d'où l'envie d'avoir un maximum (on pourrait dire aussi un minimum raisonnable) de revenus.

Maintenant comment avoir une taf dans cette catégorie là ? Y' pas 36 solutions, faut avoir un minimum d'études. Il faut se faire "chier à l'école" comme on dit.
Et bien sur que cette école tant critiquée cherche à nous permettre de donner le meilleur rendement, puisqu'elle est réglée par les mêmes qui on régler le système décrit précedement ...

[...]

Soit rentable et tu gagneras la reconnaissance des tiens.

[...]

Ne voyez-vous pas derrière cette discussion l'inévitable question de l'Homme : Pourquoi vit-on ?


[Pas très clair dans mes idées sur la fin mais ça devenait relou ]

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par elfe.akiten le 20/08/2004 07:56:33
Euh article déplorable...

Je t'avoue que je me moque qu'en prenant ton article au quinzième degré on y découvre les signes d'une réflexion personnelle sur un vrai problème. (ce qui est pourtant le cas)...

La perte de ta propre conscience...COOL !! quand ca?? a la maternelle?? sic... tu t'en souviens de ta prof toi? ou t'as pris cet exemple dans "un flic a la maternelle?"

l'ecole nous lobotomise... je connais des personnes qui sans l'ecole n'aurais eu que la DDASS. et j'en connais d'autres qui s'il n'avaient pas eu l'ecole tel que tu la décrie... n'auraient pas découvert un métier qui leur plait...des personnes qui ont eu de la chance de ne pas être eduquées par leurs parents... mais la encore ce ne sont que de exemples...

ton vrai problème a toi, c'est qu'en nous bavant ta prose surchargée tu as surement fait plus d'effort pour soigner la forme que le fond. Donc oui tu utilise un style personnel mais écoeurant parce que trop chargé... J'ai eu l'impression d'être dans l'école que tu décris, tu sais, celle avec le matraquage des idées... il m'a fallu un intense effort de concentration pour rester sur ton texte...

Et pourtant tu es surement bourrée de bonne intentions,... comme l'école l'est à l'origine, et comme l'est aussi l'enfer...

ensuite, sur le fond... l'éducation a des problemes, c'est un fait... mais tu n'en parles pas réellement... tu déverse ta bile et au fond d'un paragraphe, de temps en temps, tu parles d'un exemple illustrant un vrai probleme... et tu fait de cet exemple isolé le nouveau mal du siècle...ce qui fait que je ne peux même pas être d'accord avec toi sur le fond.

maintenant ton discours décousu ressemble à un patchworks de phrases cinglantes sorties de leur contexte...
tu passes du coq à l'ane... aucune argumentation. (je l'ai deja dit ca) des exemples, des affirmations ... tu frappes tout ce qui bouge, lié de près ou de loin au système éducatif...

j'ai l'impression d'entendre le discours d'un prophète annoncant l'apocalypse.... "CROYEZ EN CE QUE JE DIS OU MOURREZ" tu pars d'un postulat qui sert de base à ton discours( l'ecole est pourrie)... c'est comme si tu disais "DIEU A CREE LE MONDE JE LE PROUVE CAR LE MONDE EST LA" ... l'ecole est pourrie à la racine, regardez il y a juppé qui sait plus quoi faire, il veulent nous lobotomiser ! crois-tu depuis le temps que si l'ecole nous lobotimisait, nous ferions face à cette violence dans l'ecole? le malaise n'est pas dans l'education... la societé rend l'ecole violente... et au lieu d'améliorer la société, on essaie d'améliorer l'ecole, mais c'est vain...

sinon, je te conseillerais volontiers de suivre des cours de psycologie et de philosophie pour comprendre les amalgames que tu fais entre education familliale, sociétale et scolaire...

...car moi je vis, je suis moi, individu qui a appris à penser à l'ecole...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par maxime karma le 20/08/2004 07:56:33
Fo y voir qu'un texte de propagande ici.

Même si le problème est légitimement soulevé c consternant de voir que ya encore des gens qui croient qu'en retournant à l'état de nature (cad un monde sans sysytème) on ne va pas évoluer à nouveau à notre stade (cf: Solaris de Soderbergh you ya une dicussion entre Clooney et sa femme à un dinné qui l'explique très bien)

Enfin perdre sa conscience à l'école (si toutefois on en a une), c pas pire que la perdre par ce que les parents nous font avaler: des doctrines anarcho-syndicalistes par exemple.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par canarchie06 le 20/08/2004 07:56:33
mon article n'a pas plu a tout le monde et heureusement, comme ça ya une sorte de "débat" qui se forme! je dis une sorte parce que beaucoup, et surtout elfe.akiten ont critiquer mon article sur sa forme, alors que tu peut me croire la forme c'est bien le quadet de mes soucis, l'important dans un texte c'est souvent le fond (me sors pas l'exemple poésie où la forme est importante! et oui je connait des trucs j'ai été à l'école!).
"il m'a fallu un intense effort de concentration pour rester sur ton texte..." c'est ce que tu as dit! et bien pour critiquer l'inutile t'aurais mieux fais de le zaper!

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par elfe.akiten le 20/08/2004 07:56:33
es-tu sur que je ne t'ai critiquée que sur la forme ?

as-tu bien lu mon commentaire ?
quand je dis que ton texte est décousu... ca veut dire qu'il n'y a pas de cohérence, pas de vraie réflexion ni de cheminement a suivre, tu nous assomes avec tes idées sans la moindre justification (... comme la pire des ecoles...) ce n'est pas tellement une critique sur la forme a mon sens

oui tu souleve par ci par là une ou deux problématique réelle mais tu ne fais que les effleurer du doigt sans les développer et sans meme en analyser objectivement les causes... ce qui revient a ma comparaison... "A GENOUX DEVANT LA TOUTE PUISSANCE DIVINE DU RAISONNEMENT DE CAMILLE ON C PO !!" car ton raisonnement est comme la voix de dieu : Impénetrable... et foutrement obscur.

enfin je te dirais que critiquer un article sur la forme est valable... tout simplement parce qu'un article indigeste... baclé... ou comme le tien perd tout son crédit... si tu exprime ton opinion. alors c'est à toi de faire en sorte que ton lectorat le comprenne... tu n'es pas nietzche je crois... peux-tu te permettre d'être éllitiste dans un texte contre l'education aujourd'hui??

parce que la seule chose que l'on retire de ton texte c'est une adolescente en crise... pas formidable, non?

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par thom le 20/08/2004 07:56:33
je partage totalement le point de vue que du developpe et confirme clairement qu'il s'agit d'une strategie d'asservissement dont les methodes deviennent de plus en plus expeditive (d'ou la petition des inrockuptibles sur la guerre contre l'intelligence).
J'ai passé la trentaine et le probleme etait encore plus vif a l'epoque ou j'etais lyceen.
Cependant, notre generation n'a pas hesité a descendre dans la rue en 86 contre la loi devaquet.
J'ai peur que les lyceens et etudiants d'aujourd'hui soient completement endormis et soient incapable de se rendre compte que plus ils chercheront de la reconnaissance vis a vis de la societe et moins ils en obtiendront...a la maniere de la carotte pour faire avancer la mule.!!
le gouvernement chirac de l'epoque a eu peur des manifs etudiantes de 86....aujourd'hui ils sont officiellement cynique et n'ont meme plus peur de le montrer!...

amicalement
thom

Ps: je fus anarchiste a une epoque, puis sympathisant extreme gauche...pour me rendre compte que finalement, je ne suis pas sur qu'il n'existe pas dans ces deux mouvances les stigmates que l'on peut legitimement reprocher aux autres tendances politiques, c'est a dire une forme de fanatisme incompaptible avec un necessaire respect de toutes les opinions...pour cette raison, je me suis naturellement tourné vers une forme d'humanisme qui helas est decriee avec hysterie par les pachidermes politiques

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par soso1416 le 20/08/2004 07:56:33
j'me demanderai bien ce que tu ferai aujourd'hui et ou tu en serai si tu n'avais pas été à l'école!
faut vivre avec le temps et sois contente d'avoir été à l'école parce qu'autrement tu serai une ignorante(façon de parler)!
c'est vrai que parfois on en a ras le bol de certains cours et on se demande à quoi cela nous sert mais il y a toujours des exceptions à la règle!
mais t'inquiètes t'as bientôt fini et là tu commenceras un aprentissage ou un truc du style et tu te rendras compte que l'école pour finir, c'était pas si mal!

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par bob razowsly le 20/08/2004 07:56:33
Il m'a semblé lire dans plusieurs commentaire que, en substance, ceux qui ne saont pas anarchiste ne savent pas ce qu'est l'anarchisme. Voilà.
Montaigne avait tenté de mettre en relation les divers régimes politiques qui avaient exister et diverses valeurs. Il avait attribuer à la république la vertu, à la monarchie l'honneur et au despotisme la peur.
Dès le XVIIIe, les philosophies, dérivées de l'humanisme, ont été poussés et ont abouti à la mise au point d'un modèle de société où les hommes seraient égaux. Ce modèle fut appelé par la suite le socialisme, achevé et manifesté par Auguste Comte, l'inventeur du positivisme et de la sociologie. Mais, au sein du mouvement socialiste, il existe des divergences: les uns prônent un contrôle total de l'état et un retour à la terre, les autres l'égalité des chances mais pas forcément des biens, ou forcés aussi. Parmi eux, dès 1830, on entend de plus en plus parlé d'un certain Karl Marx, qui affirme avoir trouvé une solution scientifique, par opposition aux "socialismes utopistes" qui existaient auparvant, y compris l'anarchie.
Car, en effet, le mouvement anarchiste a participé à toutes les Internationales, y compris la IIIe, celle de l'URSS. S'il fallait attribuer une notion à l'anarchie, Montaigne lui aurait probablement attribuer le désordre, les anarchistes du XIXe aurait parlé de liberté.
Parmi les premiers socialistes, il y en avait certains qui pensaient, à l'instar de Rousseau, antérieur, que nul n'avait le droit de d'exercer de pouvoir sur un autre individu. Les anarchistes réclamaient l'égalité des droits et des pouvoirs, ne laissant d'autre gouvernement que celui de soi-même pour soi-même. Cela sonne quelque peu individualiste, mais le caractère uniforme de cette volonté, CHACUN doit pour régner sur soi-même, est ancré dans l'idéal humaniste et positiviste du socialisme. Mais cela rompt complètement avec les pensées des philosophes depuis Socrates à Voltaire, y compris Rousseau, le père du socialisme (bien que peu le reconnaissent comme tels) et le divin Macchiavel (il ne siégeait pas vraiment au sommet de l'Olympe, mais c'est probablement d'une muse ou d'apollon lui-même qu'il tenait son inspiration, c'est mon avis).
En effet, qui règne veut régner plus. En supposant l'anarchisme effectivement appliqué, on peut supposer que très vite des juntes et des armées officieuses et occultes se formeraient, et prendraient le pouvoir. C'est le cas en Afrique depuis l'époque de la décolonisation (certains pays passent par 7 régimes en 30 ans!).
"Mais" me direz-vous, "qui a le pouvoir sur lui-même ne souhaite pas le donner à qui que ce soit". Certes, mais si l'on propose la fortune, une bonne place sociale et l'honneur, il n'est personne à ma connaissance qui n'irait se jeter dans les machoires de Cerbère lui-même. C'est ce qui se passe le plus souvent, d'ailleurs, dans les régimes officieusement anarchiques, officiellement un jour monarchique, un jour démocratique,...
Le plus fort est évidemment le pouvoir d'un seul homme sur tous les autres, surtout si celui-ci est divinisé par un culte de la personne et suffisamment de propagande. On remarquera que c'est d'ailleurs dans les périodes les plus troublés que naissent les dictatures. Ainsi, le régime nazi qui suit la crise des années 30 en Allemagne, ou César qui rentre juste à tant de Gaulle pour prendre le pouvoir au moment ou la triade s'entredéchire et où les tribuns ne savent plus où donner de la tête.
D'où la conclusion, qui, comme vous le voyez, est toutes justifiée: l'anarchie mène au despotisme.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par bob razowsly le 20/08/2004 07:56:33
Toutefois, concernant l'éducation, je me permettrai une citation:
"Point d'autre livre que le monde, point d'autre instruction que les faits"
Jean-Jacques Rousseau
Emile

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par <jess> le 20/08/2004 07:56:33
Est-ce que quelqu'un pourrait me définir l'anarchisme PRECISEMENT sans devoir recourir à une page entière comme Bob Razowsky? (pas une page entière Bob j'exagère mais j'ai pas la patience pour lire ton post
Sinon l'article est très bien et je trouve que c'est vrai que l'école est faite pour nous transformer en gentils petits consommateurs-producteurs mais bon ça sert quand même l'école si t'y vas pas tu pourras jamais te trouver un job ou quoi!

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par celeos le 20/08/2004 07:56:33
L'éducation est indispensable, et je crois que tu te trompe énormément en disant que l'éducation nationale nous forme à devenir de pauvre petits consommateurs, pour ma part, j'ai toujours remarqué l'intérêt spécifique de chaque chose dans l'éducation, un côté scientifique censé formé les jeunes à réfléchir, et un côté disons, plus littéraire, censé forger l'individu et ses opinions, le programme scolaire implante des textes ayant pour attrait la contestation, celle là même qui te permet de contester ce systeme, alors oui il est certain que l'éducation nationale (publique et laïque) a des lacunes, de grosses lacunes au niveau de l'intérêt supposé de ce qu'on apprends et au niveau pédagogique, donc la façon d'enseigner, mais le rejet en bloc est non fondé.
Pour ce qui est de l'anarchisme, pour réagir aux commentaires, je suis dsl mais je ne pense pas que les humains soient suffisament intelligent pour gérer une société qui n'a pas de base, il est sûr que le capitalisme est une absurdité supreme, mais l'absence de systeme empirerai les choses.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par bob razowsly le 20/08/2004 07:56:33
A l'anarchie ça m'intérresse:
Anarchie: du grec AN- préfixe signifiant sans, aucun
-ARCHOS: pouvoir (politique)

L'anarchie est un régime politique mis au point dès les présocratiques, et supposant l'abolition des pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires.
Et si j'écris longtemps, c'est pour apporter un commentaire justifié

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par freekazoid3 le 20/08/2004 07:56:33
enfin une personne ki ne se voile pa la face.
tout a fait daccord l'ecole n'est kune superchie ki nous prépare a être de bon consomateur de bon citoyen bref de bon esclave?
"pour ke l'esprit s'apaise il est nourri de liberté fictive
nous voila esclave sans chaine
mais ils sont bien loin les champs de coton
aujourd'hui sans contrainte on trime dans les champs de béton"

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par bob razowsly le 20/08/2004 07:56:33
Freekazoid3: fictive, ca rime pas avec chaine. essaie "la stupidité est faite captive".

A Murien-qui-a-toujours-la-flemme-de-se-connecter:
OK: alors qu'est-ce que l'anrachie?

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par zoulie42 le 20/08/2004 07:56:33
Ton article est certes bien construit mais je dois dire que je ne suis pas d'accord avec toi ... Tu n'as pas vraiment d'appui, de preuves concretes, et je trouve que tu es très pessimiste. Je te dis cela en toute amitié. J'aimerai simplement te dire ... Tu voudrais que la société évolue, tout comme je l'aimerai ? Le meilleur moyen est par l'éducation ... Tu connais certainement de grands noms qui ont fait des actions utiles ... ( je pense aux actions humanitaires, aux associations d'aide pour la lutte contre telle ou telle chose dans le monde ) Eh bien, toutes ces personnes sont des personnes très douées, intelligentes qui sont d'abord passé par l'école ... Aujourd'hui, si tu veux être active (/f ) faire bouger les moeurs, la société , faire changer ... Tu n'y arriveras jamais sans éducation. Regarde par exemple, els pays où il n'y a pas d'éducation, ils sont beaucoup plus arriérés ... L'éducation est la base de la société . Connais-tu un seul peuple ( meme les nomades... ) qui ne soumettent pas à leurs enfants une éducation ...? On ne peut faire avancer les choses que par l'éducation. Comment peux tu convaincre une personne ? Tu ne peux le faire que si tu as des arguments solides, qu'on ne peut contestés, et qui sont véritables. Et ou les trouveras tu ? Dans ton savoir, dans ta culture ? Et cette culture qui l'a faite ? Ce n'est pas la télé, ca ne vient pas tout seul... Tu les obtiens à force de travailler... Quand tu sors, quand tu as fini tes études, qui te pousse à faire partie de la société de consommation ? Réfléchis ... Qui ? Personne, il n'y a que toi-même pour y entrer. Alors si tu n'es pas assez forte pour t'en détourner, ne revenir qu'à l'essentiel eh bien, j'en suis désolé ... J'essaie de positiver ... C'est l'espoir qu'un jour je pourrai venir en aide, aider le tiers-monde, convaincre les gens, bref exercer mon influence et cela à des fins utiles qui constitue ma réelle motivation à poursuivre ems études. Sans elles, comment parviendrai-je à atteindre le(s) but(s) que je me suis fixé ?

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par méony le 20/08/2004 07:56:33
Pour L'omelette aux concombres : "Tout d'abord sache que selon une étude chinoise (dont certes je ne connais pas la fiabilité l'éduction française est classée comme la 165ème mondiale du point de vue de l'efficacité."
Tu c ya env 200 Etats ds le monde à si on est 165ème.... ya pa de coi se vanter !

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par thom le 20/08/2004 07:56:33
ce ne sont pas des conneries mais helas la stricte realité...enfin, pour celui qui ne se plante pas la tete dans le sable comme une autruche en feignant d'ignorer ce qui se passe meme a coté de lui...n'est ce pas doudou29?
a defendre le systeme, compte tenu de la haute probabilité de son effondrement bientot, c'est s'assurer le desarois le plus profond qui soit dans un avenir proche...
continu donc de faire aveuglement confiance au systeme doudou...mais il ne faudra pas venir pleurer quand celui ci aura rendu l'"ame"...et ca ne saurait tarder

amicalement
thom

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par thom le 20/08/2004 07:56:33
sous couvert d'un legitime droit a l'education, le systeme en place (profondement corrompu) en profite pour utiliser la structure qui dispense cette education en y introduisant un puissant, subtile, perfide et cynique programme de manipulation mentale a grande echelle...et pour parfaire le tout, il n'y a pas tellement longtemps...pour les garcons, la plus grosse secte violente qui soit finissait le travail de destruction mentale en pratiquant le rasage des cheveux (forme d'humiliation ou d'assujetissement de l'homme) , obligeait a marcher au pas et preparair a tuer...je veux parler de l'armee biensur. Des jeunes gens donc, qui au départ, etaient disputé par leurs parents quand ils agressaient leurs petits camarade de classe...aujourd'hui il n'y a plus d'armee, donc a present on autorise l'agression physique impunie dans les ecoles...
c'est une autre forme de manipulation mentale par la peur qui paralyse tout individu...l'empechant ainsi de penser aux choses reellement importante dans la vie.

amicalement
thom

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par billyboy le 20/08/2004 07:56:33
Tous les adolescents passent par cette crise face a lautorité: "vive l anarchie, j emmerde le systeme etc..."
Sauf que ce systeme vous rattrape tres vite, et que vous le vouliez ou non, vous participerais a ce systeme, aussi mauvais soit-il.
Dailleur, quoi de mieux que d etre DANS le systeme pour pouvoir le changer ? Ce n est pas en regardant ce systeme de loin , en le critiquant sans rien faire que les choses changeront.

Alors ma chere Camille, essaye de te faire eduquer par ce systeme tout en essayant de garder ton esprit critique, et apres seulement, quand tu pourra changer les choses, la tu auras tout mon respect.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: L'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par âme solitaire le 24/08/2004 03:53:22
Je sais pas si je dois rire ou si je dois pleurer face à ce que dit méony :
"Tout d'abord sache que selon une étude chinoise (dont certes je ne connais pas la fiabilité l'éduction française est classée comme la 165ème mondiale du point de vue de l'efficacité."
J'hésite entre les mots "naïve" et "stupide". Pardonnez moi ce language assez vulgaire.
Sachant que dans le monde, plus de la moitié des pays ne possèdent pas de système éducatif, et que tu annonces le nombre de 200 pays, comment peux tu expliquer que la France se retrouve 165ème alors qu'il n'y aurait même pas 90 places à pourvoir ? Moins de 30 véritablement ? Encore une preuve que ceux qui critiquent l'école sont ceux qui n'y foutent strictement rien.
Et ensuite l'institution deviendrait la puissance permettant de tous nous faire entrer dans le système capitaliste de consommation ? Annerie et niaiserie. C'est pas parce que je vais à l'école que subitement je vais me mettre à acheter des Nike à tous les coins de rue. Si j'achète quelque chose, c'est bien moi qui paye jusqu'à présent, alors si je suis assez stupide pour le faire, ça ne regarde que moi. Et certainement pas le système éducatif.
Il est drôle mais maintenant facheux de voir un tas d'élèves qui ne VEULENT PAS travailler, ne font rien, et finalement se retrouvent en échec scolaire critiquer le gouvernement ou le système éducatif.
Un conseil : Supportez les conséquences de vos bêtises (ou plutôt conneries) et arrêtez de tout rejeter sur les autres, principalement le système.
Et si celui ci est si mauvaix que ça, alors changez le. Il est facile de râler sans cesse...
Allez, je tente un peu de culture : La Fontaine, Conseil tenu par les rats :
Ne faut-il que délibérer
La cour en Conseillers foisonnent
Est-il besoin d'éxécuter
L'on ne rencontre plus personne

Traduction : beaucoup accusent le système et critiquent tout haut, mais personne ne lève le petit doigt pour le faire changer, peut-être que les critiques sont devenus fainéantes à force de ne faire que chauffer les chaises de classe.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: l'éducation : un bien grand mot, un bien grand mensonge
Posté par mystique_777 le 18/07/2005 22:58:19
Ton article est très bien construit et tu y utilise les bons argument, félécitation!Je partage tout point de vue, chaque mot et phrase que tu as dicté, mais cela servira t'il à faire évoluer les mentalités?Comme tu l'as cité, ceux qui participent à la société sont des moutons, et se voilent la face de peur de prendre un chemin qui leur est inconnu et ne savent où il les conduiront. Nous somme sous le sytème que j'appelle de "l'après guerre" et peut être même bien avant; c'est Napoléon qui a inventé Le lycée pour former son élite, et ça rejoint un peu le but de l'education nationale, créer les élites de la société. C'est marche ou crève. C'est plus facile de contrôler un peuple par son début, c'est à dire l'éducation, car quand celui-ci est fini pour enfant, tu ne peux plus rien y remedier. Cependant je suis d'accord sur un point avec billyboy, il faut que tu ailles dans le sens de la société pour mieux la manipuler et te retourner contre elle avec ton esprit critique. Utilise ses atout, soit plus malin(e), mais comment?Tu possèdes la clé de cette question, suis plutôt ton instinct, comment ressens tu les choses, mais sache que tout chemin, amène à un but, ni plus ni moins élevé que les autres, tant que tu en la volonté, la rage, de garder la tête à la surface et met toi bien dans l'esprit, que ceux qui seront autour de toi, contrairement seront noyé, et surtout, reste toi même!

Modifié le 18/07/2005 23:05:41

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
La participation aux forums est réservée aux membres du site.
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
  Devenir membre (30 secondes et gratuit)
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 169 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲