FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
119 connectés : 0 membres et 119 visiteurs Voir la liste     








Aller à :  

Messages | Nouvelle branche de discussion | Répondre | Rechercher
La Passion du Christ
Posté par cypher22 le 20/08/2004 07:56:56
Critique d'un film qui aurait pu être bien...

Dire que "La Passion du Christ" est LE phénomène ciné de ce début d'année est un euphémisme : une polémique de taré aux USA bien avant la sortie du film, un budget limité pour un succès exceptionnel (Harry Potter 1 & 2 sont battus, et Némo vient de se faire crucifier (mouarf...)), bref, il est de bon ton d'avoir son avis sur le sujet : antisémite ou pas ? Trop violent ou pas ? Mel Gibson est-il vraiment intégriste ou pas ? Monica Bellucci est-elle vraiment bête ou joue-t-elle à la cruche durant les interviews ?

L'histoire ? Les 12 dernières heures de la vie du Christ, donc pas forcément la période la plus fun de sa vie...

Pour replacer mon opinion dans un certain contexte, il faut savoir que si j'ai été imprégné de culture catho durant mon enfance, j'ai bien pris mes distances avec cette religion désormais... En gros, je n'ai rien contre la foi en une entité supérieure, mais les institutions religieuses (en général, pas seulement catho) ont tendance à me donner la nausée par leur intolérance, leur conservatisme, leur dogmatisme (je continue ou c'est bon ?). Tout ça pour dire que "La passion" n'est pas un film pop-corn que l'on regarde innocemment : chaque spectateur, selon ses convictions notamment, pourra avoir un regard très différent sur ce qui lui est montré à l'écran...

Tout d'abord, à propos de l'antisémitisme dont est accusé Mel Gibson, il est évident que le fait d'avoir rendu certains pasteurs Juifs aussi haineux vis-à-vis du Jésus n'est pas innocent... C'est cependant seulement ce point qui peut être sujet à débat, tout en notant que tous les juifs ne sont pas décrits comme ça dans le film (certains refusent de participer à ce simulacre de procès), que les romains semblent particulièrement violents également... Mais surtout on imagine bien que si les cathos avaient été à la place des juifs, ils n'auraient pas agi différemment. Et avec un peu de recul, on voit que le sujet du film n'est pas qui a condamné le "fils de Dieu" (Romains ou Juifs, on s'en tape, Jésus est mort pour l'Homme). Bref, la polémique que le film a suscité est moins la faute de Mel Gibson que du fanatisme de certains responsables religieux américains, preuve si on en avait besoin, que les institutions religieuses sont toujours prêtes à s'enflammer au moindre truc... (en France, le retentissement à a été bien moindre, l'Eglise catho prenant largement ses distances avec Gibson).

La Bible, de plus, est pleine de paraboles très intéressantes, et l'histoire de le Passion de Jésus est un sujet propice à de nombreuses réflexions. Que l'on y croit ou pas, on ne peut nier la sagesse de la Bible quand elle conseille les hommes à aimer son prochain – même son ennemi -, lorsqu'elle décrit Jésus se tournant vers Marie-Madeleine la "pécheresse" alors que son peuple la rejette, lorsque Jésus – le fils de Dieu – montre à ses disciples qu'il est prêt à laver leurs pieds... illuminé ou sage, gourou ou prophète, Jésus, il dit pas que des conneries (et comme dit M. Fred plein de sagesse "Jésus, c'est un pro du marketing : 2. 000 ans après, on parle encore de lui". Dommage que l'Eglise Catho adapte ces textes à sa sauce, en s'éloignant largement de certains messages... Paix, amour, et non-violence, que du bonheur...

Le début de "la Passion" s'annonce ainsi plutôt bien. On plonge direct dans le sujet, avec la trahison de Judas, la capture de Jésus, et son procès. On parvient à se détacher de tout ce que l'on a entendu autour du film et à plonger dans l'histoire. Mel Gibson se focalise largement sur le personnage du Christ, et le phénomène d'identification jouant à fond, la souffrance commence, autant pour Jésus, que pour nous. Jim Caviezel, à fond dans un trip mystique, impressionne dans ce rôle tout en retenue et sobriété. Jusqu'à l'issue du procès, tout va donc plutôt bien dans le meilleur des mondes : Jésus se fait latter de toute part, on assiste aux déchaînements de tous les péchés humains (lâcheté, haine, trahison, violence gratuite...) et à la philosophie de Jésus, totalement opposée à cette violence.

Mais la mise en scène de Mel laisse un sentiment bizarre : tout cela est très esthétisant, avec des très jolis décors et de la fumée artificielle, des ralentis "holywood style" dès que Jésus se prend une baffe, des trips mystiques plus "film d'horreur" que réalistes (le personnage en noir et son serpent)... Rien de bien gênant jusqu'au moment où le martyre de Jésus commence. Dès la séance particulièrement appétissante de flagellation, le film vire au pur trip SM, avec sang et chair qui gicle dans tous les sens et en gros plan. Aucune image ne nous est épargnée, on en prend plein la gueule et on a le temps de se bouffer tous les ongles. Cette scène, particulièrement trash donc, reste cependant très poignante... Mais le plus long reste à venir : le chemin de croix de Jésus... véritable chemin de croix pour le spectateur (tsouin tsouin *blague*) : à partir de là, Jésus complètement explosé de partout (il a même deux petites côtes qui lui sortent du bide !) traîne sa croix là où n'importe qui se serait effondré. Véritable Terminator du passé, il se relève à chaque fois pour tendre l'autre joue. Jusqu'au final vomitif où il est cloué sur sa croix (à ce titre, la France a toujours été réputée pour être plutôt cool dans sa classification des films, mais là, une interdiction aux moins de 16 ans aurait été préférable).

Le problème ici n'est pas de savoir si cette violence est réelle ou pas : on sait bien qu'une crucifixion n'est pas un moment fun. Mais contrairement à un film comme "Irréversible" - où la violence ultra-crue est justifiée par le fait qu'un viol n'est rien d'autre qu'un acte de pure barbarie – ici, la crucifixion du Christ est un acte hautement symbolique, le sacrifice d'un homme pour l'ensemble de l'humanité. Dommage, par sa mise en scène lourdingue et sanguinolente, Mel Gibson détruit définitivement la moindre touche d'humanité de Jésus. Aucune subtilité, aucune touche mystique, "La Passion" devient un pur film sado-maso grâce auquel le réalisateur envoie à la gueule du spectateur toute la culpabilité de l'Homme : "regardez ce que vous avez fait au fils de Dieu, et souffrez avec lui jusqu'au bout". Alors évidemment, on en ressort complètement bouleversé, mais plus parce qu'on a passé 2h à souffrir le martyre que par le message de Dieu.

Et là, le film déçoit largement : encore une fois, la Passion du Christ est une histoire propice à de nombreuses réflexions, si on ne la raconte pas au premier degré. La retranscription littérale de la Bible sur le support cinématographique demande une certaine adaptation, ce que loupe en partie Mel Gibson : trop de sang, trop de violence, trop de souffrance, trop d'effets tape-à-l'œil qui occultent largement le message de ce sacrifice. A part montrer à quel point l'homme est coupable (là, c'est réussit, si on est croyant, on a plus qu'à s'ouvrir les veines !!), Mel Gibson ne raconte rien d'autre au-delà de cette mort.

Et pourtant, le réalisateur assure dans sa direction d'acteurs : Jim Caviezel donc, est très très impressionnant, la Monica est très bonne (tsouin tsouin, *blague bis*) dans son rôle, ainsi que Maia Morgenstern dans le rôle de Marie. Les musiques sont très belles également, avec de grandes envolées lyriques limite too much parfois, mais ça impressionne dans le contexte. Les effets de flash back remémorant au spectateur de nombreux moments clés de la Bible (toutes les citations y sont !!"Aimez-vous les uns les autres", "ceci est mon corps", "avant le lever du jour par trois fois tu me renieras"... ZE best-of !) sont utilisés intelligemment. Autant d'éléments qui aurait pu faire de "la Passion" un très bon film... A part ça, on apprend aussi que c'est Jésus qui a inventé la table Ikéa (séquence plutôt drôle... parce que ridicule !), qu'il avait les yeux orange et qu'il était plutôt bien foutu le bougre.

Bref, "La Passion", c'est surtout beaucoup de bruit pour rien finalement ! Un film ultra-violent, dans lequel le spectateur subit les mêmes souffrances que le Christ (tout est relatif hein), mais qui foire (et c'est là où c'est très dommage) largement dans sa retranscription de tous l'aspect mystique de ce sacrifice... alors que c'est le principal intérêt du sujet (et vu la fin, on attend "Ze Passion 2 – la résurrection" avec impatience ! (*blague* pardon))

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par jeandelemichel le 20/08/2004 07:56:56
Ouais je suis d'accord avec toi, c'est beaucoup de bruit pour rien. Je suis également surpris par le fait qu'il n'ait pas été interdit au moins de 16 ans car un enfant de 12 ans qui va voir ça ressortira du film en état de choc. Par contre je n'ai pas souffert pendant 2 heures comme toi car seule 3 scènes sont réellement ultra violentes (pour moi). Je pense que tu aurais également dû parler du côté trop gibsonnien du film comme quand le Christ renait sur une musique très rock.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par lyram le 20/08/2004 07:56:56
bon en Suisse il est interdit au moin de 16... ma cousine de 12 est allée le voir en France et a du partir o quart, car elle ne supportait pas....
moi g vraiment apprecier el film et ca ne me derangerai pas de le voir encor 1 foi ou plusieur... si une foi vous lisez les evangiles d ou est tiré ce film vous verrez que les élément ont été tres bien transmit. Il est certe bien violant mais personnelent je pense que cela c'est vraiment passé comme ca... et que a la scène ou il se fait battre... je ne pense pas que c'est trop pousé... maintement a vous de percev oir le film a votre manière.
Mais ne vous fiez jamais(surtout pour ce genre de film) a l'opinion des autres personne....

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par nanosuperstar le 20/08/2004 07:56:56
faaut essayer d'imaginer aussi le calvaire du christ. Chuis pas vraiment croyante, mais faut comprendre qu'à cette époque les gens, surtout les romains, étaient ultra intolérent, d'où les scènes violentes.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par metro le 20/08/2004 07:56:56
Mon avis perso : je me suis fait chier pendant 2h00, c'est long et ennuyeux ce film, aucun suspense puisque tout le monde connait la fin , on apprends pas grand chose, c'est pas objectif ni réaliste, et finalement, HEUREUSEMENT qu'il y a cette scène de flagellation du Christ parceque moi c'est le seul truc qui m'a un peu fait sortir de ma torpeur. Quand on aime le gore, c'est un film assez marrant, mais faut vraiment pas aller chercher plus loin je crois. Evidemment je pense comme tout le monde qu'il aurait du etre interdit aux moins de 16ans. Beaucoup de bruit pour rien...ce film ne mérite pas une telle polémique autours de lui.
Pour Nanosuperstar : Les romains n'étaient pas particulièrement intolérants, la plupart des hommes d'états, officiers, etc, bref tous lesgens un peu cultivés n'étaient pas croyants même s'ils affichaient une fausse dévotion pour plaire au peuple. A mon avis, il y a aujourdhui dans le monde des états bien plus intolérents que l'étaient les romains, et comme je n'aime pas les sous entendus je les cites : je pense aux pays musulmans dont même les plus évolués conservent des prisonniers politiques.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par tipikcell le 20/08/2004 07:56:56
Tout cela est très vrai, très bien dit et très bien tourné (l'article). Mais par pitié arretez de dire dans vos commentaires ou même dans vos discussions que "ça s'est surement passé comme ça". Au delà de la considération religieuse, c'ets de la pur logique et du bon sens.
Je vais être cru et simple comme le film: quand on en prend autant dans la gueule on crève bien avant la croix. Au moyen age la flagellation était utilisée comme peine demort (ça partait en morceaux de partout), avec tout ce qu'ils utilise pour lui taper dessus (les lames et els crochets) un être humain normalement constitué se décompose comme un steack haché.
Niveau historique c'est une abbération (là c'est l'étudiant en histoire qui parle). Le forum romain où est amené Jésus, devant le consul (il n'y jamais eu de consul romain dans cette partie du monde mais passons) date à vue de nez d'aumoins trois, quatre siècle, alors que els romains ne sont en orient que depuis un bon siècle.
Mais le pire, c'est d'avoir fait d'Erode (le roi devant lequel est amené Jésus) une carricature de pédé vautré dans la luxure; ça sent salement le cliché "grec donc pédé", ce qui témoigne bien de la simplicité des idées de l'ami Mel.
Merci tout de même à lui de contribuer à l'athéisme croissant de la jeunesse!

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par tanaquil le 20/08/2004 07:56:56
Je commence d'abord par te féliciter parce que sur les forums ça devient rare de trouver des topics comme celui-ci; on ne compte pas que sur la quantité mais aussi la qualité, et là la qualité elle y est.
Je vais d'abord préciser que je suis chrétienne ( et pourtant je n'ai rien de la sainte nitouche dans un collège privé ). L'antisémitisme dont est accusé Gibson est tout de même présent, ou du moins, et c'est ça qui est grave, le film pourrait être interprété comme cela, et les nombreux gamins ( ou non ) qui n'ont aucune ou presque culture se feront une idée toute faite de la religion et "tomberont dans le panneau". il n'y a jamais eut de soldats juifs, et c'est une première erreur alors que le film comence à peine.
Le personnage en noir, avec son serpent, m'a aussi gêné, mais mon frère m'a assuré qu'il existe aussi dans les Evangiles, j'irai vérifier.
Ton expliquation de la flagellation est pas mal, mais tu insistes plusieurs fois dans ton texte sur le fait que l'on souffre beaucoup, et patati patalère, et qu'on se ronge les ongles argh... mais pourtant ces nombreuses scènes de violence gratuite ne m'ont pas plus choquée que cela ( je ne dis pas que ça ne m'a pas fait réfléchir et que j'ai regardé ça comme un divertissement); et en étant croyante, je ne me suis pas pour autant ouvert les veines, ce n'est qu'un film, le point de vue d'un homme et pas la réalité.
Je suis totalement d'accord avec le paragraphe nous disant que l'aspect symbolique de la chose est à peine visible sous ces litres d'émoglobine, mais pourtant, je n'aime pas ton utilisation du mot "mystique", ce mot ne me fait pas vraiment penser à la religion catholique, mais plutot à un culte où il y a de la fumée partout et une belle prêtresse pas très habillée prononçant des incantations.
Contrairement à toi j'ai trouvé les flash back trop hollywoodiens, et vraiment pas dans le contexte. C'est vrai aussi que la scène qui vise uniquement à nous montrer un jésus heureux et jeune avec sa maman et tout et tout et faire ainsi contraste avec le "présent" : il souffre intensément, couvert de sang et de blessures, et sait qu'il va mourir,est vraiment ridicule, alors comme tu le dit, jésus a donc inventé la table ikea et ça passe pas très bien chez tout le monde. Les yeux rouges du Christ sont bien sûr une grosse blague qu'on essaie de nous faire avaler ( Il est le fils de Dieu, alors pourquoi ne pas être différent et avoir des lentilles à la Dark Maul ? ).
Je conclus cela en disant que ceci reste un film, et absolument pas la réalité, que Jésus est mort pour nous et que ce n'est pas en me montrant un Christ sanguinolant que Gibson me fera penser exactement comme lui.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par fanfan le 20/08/2004 07:56:56
lol... bon article, ça y'a rien a dire. en revanche, je serais moins dur que toi. c vrai que y'a de la mégalomanie gibsonnienne la dedans et que on aurait pu enlever quelques litres d'hémoglobine, ça aurait fait moins de boulot aux maquilleurs, mais le film s'appelle "la passion du christ" et pas "la vie du christ avant qu'il se fasse crucifier", dc faut bien s'attendre a ce que le sang soit omniprésent. perso, a part qques scenes qui sont dure a supporter, g pas trouvé ça trop gore ou bien trop antisémite. ok, pilate donne envie d'etre un bon pote et on siffle les méchantes-autorités-juives- pas -gentilles- du -tout qui-veulent-faire-du-mal-a-Jesus mais après relecture des évangiles (eh oui, j'ai oublié de préciser que j'étais catho pratiquant), c pas éxagéré. c'est a la demande des juifs que pilate s'execute.

historiquement donc, gibson ne fait pas de faux pas, mis a part l'introduction de son personnage du diable qu'il a emprunté a une mystique du moyen age (il fout bien les jetons d'ailleurs) et on peut comprendre que ceratines autorités juives s'indignent mais bon, après, c'est de l'intégrisme.alors oui, techniquement le peuple juif est "déicide" mais c pas pour ça que les juifs sont maudits aujourd'hui. ce sont les hommes qui ont peché, pas les juifs en particulier. ils auraient été zoulous ou vikings, c'était pareil. ce sont des arguments d'intégristes religieux de dire que ce film est antisémite. (faut dire que on peut comprendre que les juifs n'aiment pas les gibson, le papa étant très dur... voir extrémiste meme!)

en fait un film que le spectateur lambda va trouver juste moyen, decevant ou mauvais meme, et que les plus croyants vont peut etre moins critiquer, come je le fait. pas mauvais mais pas un chef d'oeuvre, il ne reste plus qu'a voir "jesus de nazareth" et 'la derniere tentation du christ" pour avoir un avis plus complet sur la chose

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par tanaquil le 20/08/2004 07:56:56
oh, je viens de lire le commentaire de tipikcell_des_nuages et bien sûr je suis d'accord avec sa critique de la flaggelation exagérée et du Herode pédé ( et je rajoute aussi que Pilate passe dans le film pour un mec dépassé par les évènements qui laisse faire pour pas avoir une rébellion sur les bras, alors que même si il y a un peu de vrai là dedans, c'était aussi qu'une nouvelle religion signifiait un problème évident pour Rome).
Et puis je prie l'auteur et tipikcell de ne pas m'en envoyer plein la gueule, moi j'ai que 14 ans, toutes mes dents, et loin des joies de l'université.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par didou le 20/08/2004 07:56:56
Apprends à faire une vraie critique Voilà un modèle par Jean-Philippe Tessé :

"La Passion du Christ

D'abord, dégonfler la baudruche : derrière la caméra, ce n’est que Mel Gibson, mauvais cinéaste et grand contempteur du corps, qui en la passion du Christ peut idéalement assouvir sa passion pour les faces amochées (L'Homme sans visage) et les séances de tortures rustiques (le final de Braveheart). Certes, il faudra bien un jour se pencher sur son incroyable succès au box-office américain (il vient seulement d’être dépassé par un remake de Zombie et Scooby-Doo 2, l’honneur est sauf) et dès à présent sur les relents d’antisémitisme à la Pilate - Mel s’en lave les mains - qui le soutiennent. Puisque nous y revenons par ailleurs très vite (voir Chronic’art # 14, en kiosque début avril), on peut se concentrer sur le programme explicite du film, simple comme un coup de fouet : en 2h00, réduire le corps de Jésus en steak tartare à deux pattes. L’idéologie franchement sinistre du film est aussi là, sur le versant saignant, mais pas seulement.

Passons vite en revue ce qui relève tout bêtement de la médiocrité balourde de Gibson : ses visions fantastiques tout droit sorties du Jeanne d’Arc de Besson, notamment son diable albinos, sorte de Marylin Manson encapuchonné entouré d’une horde de gargouilles borgnes et rabougries ; la naïveté des flash-backs qui viennent teinter d’un roux rassurant l’agonie rouge du messie (séquences souvenirs : petits bouts de prêches, la Cène, le pain chaud, les pieds lavés, Jésus-charpentier révolutionnant les arts ménagers 2000 ans avant Ikéa en construisant une table haut format) ; les pathétiques ralentis roots sur les sandales foulant les graviers, qui évoquent irrésistiblement une parodie des Inconnus (en l’occurrence " Jésus II, le retour ". C’est consternant, c’est une mise en scène indigente, mais ce n’est pas le plus grave.

Gibson a tourné entièrement son film en araméen et latin de rue. Derrière ce tour de force, une crapulerie. Poser cette v.o. de l’extrême comme gage d’authenticité, c’est se dédouaner de tout : si le réalisme va jusque-là, alors comment imaginer que le film ne soit pas dans un rapport de stricte vérité avec son sujet ? Sur la forme, le logos gibsonien se résume à une formule d’instit’ pète-sec : "c’est comme ça, puisqu’on vous le dit (en araméen)". D’autre part, toujours à propos des mots, un comble : de la bouche du Christ ne sortent que deux types d’énoncés, des slogans best of ("Mon royaume n’est pas d’ici", etc.) ou des gémissements sous la torture. Or qui est Jésus pour les Chrétiens, sinon celui qui est censé apporter la parole de son Dieu, apporter une parole nouvelle ? Pour l’ex-Mad Max, c’est une plaie géante qui agonise en râlant. Le Christ de l’obscurantiste Gibson n’est pas une force de discours, mais un simple impact visuel, une image (de la douleur, de la rémission des pêchés, ce qu’on veut), surtout pas quelqu’un qui donne à penser, juste une paire d’yeux (son Jésus les a rouges) qui frappe et impressionne, archaïque et magique.

De toute façon le film entier est veiné d’un absolu déni de pensée, d’un refus horrifié de penser, pour ne pas dire d’une haine de la pensée au profit d’une pure et simple propagande audio-visuelle de la souffrance et de la contrition. Croire, ne pas comprendre, adhérer, c’est ce que réclame la foi, dira-t-on. Mais dans cette manière de revêtir le verbe d’un pouvoir occulte (comme le propose la messe en latin d’ailleurs) et de l’associer à ce qui se veut une expérience de la toute-puissance de l’image, il y a fondamentalement quelque chose d’autoritaire et de coercitif - pour rester poli. Sans compter que tout cela fleure bon le Moyen-Age (mais pas la mystique médiévale). Reste la question du gore. On dira plutôt : fétichisme des chairs meurtries, idolâtrie du corps en lambeaux, fanatisme SM, glorification sub specie aeternitatis de la douleur et du ressentiment. C’est à la fois primitif et intellectuellement repoussant (la haine du corps, encore). L’argument réaliste, comme toujours agité (le côté "based on a true story", sert là aussi de cache-misère : il s’agit encore une fois, au-delà de tout dogmatisme, d’intimidation pure et simple, à coups de talons. Mais "c’est-un-film-d’amour" martèle Gibson, au nom du malsain esprit."

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par saska le 20/08/2004 07:56:56
très bon article

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par miss_x le 20/08/2004 07:56:56
tres bon article.
ps : l'homme en noir, c'est SATAN

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par inconnu x le 20/08/2004 07:56:57
satan, c une femme en noir...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par miss_x le 20/08/2004 07:56:57
ba ... avec des griffes a la place des ongles et avec la queue du serpent k'on voi dans son nez ...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par tanaquil le 20/08/2004 07:56:57
sans vouloir vexer bretrand bonnefoi, le message de wooooooot aurait put etre un topic en lui meme et est bien plus approfondi.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par tutusin le 20/08/2004 07:56:57
je trouve ta critique du film très bonne, et celle péchée par woooots plus qu'hyperbolique.. C'est très facile de disséquer et caricaturer un film comme le fait son post, encore faut il que tout ce qui y est dit soit juste, et en l'occurence tout n'est que mauvaise foi gratuite.. on pourrait en faire autant de chaque oeuvre d'art si tant est que celle dont on parle ici en soit une.
Pour ce qui est du film donc, après l'avoir vu (non sans souffrance d'ailleurs,.. Mais de quoi êtes vous constitués ceux qui ont regardé celà tel un divertissement?) je reste tout de même perplexe sur certains points comme sur l'identité du personnage au capuchon noir qui lévite, disparait, réapparait sans que l'on sache vraiment pourquoi ni dans quel but.. sur le flash back montrant le beau Jésus et sa table haute ainsi que le dénouement de l'histoire.. en effet, si tout se VOULAIS être réaliste, alors la terre qui tremble et la réincarnation du bel-étalon-tt-nu-kon-voit-à-travers-sa-main cassent définitivement toutes mes éspèrances quant aux supers pouvoirs (ou au courage incommensurable) de Jésus qui porte sa croix dans un tel état.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par boopoos le 20/08/2004 07:56:57
je suis tout a fait d'accord avec ton article, le film ne retranscrit pas suffisamment le message du Christ et ne l'expose pas aux meilleurs moments de sa vie... Hors il faut se dire que ce qu'a vécu Jésus personne n'aurait pu le supporter, et malgré les passages inventés (cf.flagellation), je trouve que même si ça reste très sanglant , ça nous montre vraiment les souffrances endurées par le Christ, ce que, dans la religion (catéchisme) on a du mal à percevoir : on s'imagine souvent que jésus est monté tt seul sur sa petite croix ac sa petite couronne de lauriers gentiment posé sur la tête et que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. En tant que catholique (non pratiquante) ce film m'a pas mal fait pleuré devant de telles souffrances assez inhabituelles, surtout sur un être parfaitement pur et innocent... ralala le télévisuel de nos jours

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par isabellec le 20/08/2004 07:56:57
Personnellement, j'ai aussi été un peu déçue par le film. Tant de battage médiatique pour finalement pas grand chose. Même la violence n'est pas aussi forte que celle auquelle je m'attendais (bon c'est quand même sanglant et un peu horrible). Je trouve que Mel Gibson aurait d'ailleurs gagné à raccourcir cette longue scène de flagellation et à étendre un petit peu plus le dénouement de 15 secondes que tout le monde connait cependant.
Encore un film sur Jésus qui au final n'a rien d'original ! J'ai préfèré nettement le "Jéus de Nazareth" de Zeffirelli.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par tousmik.girl le 20/08/2004 07:56:57
Franchement ,moi je suis allé voir le film hier avec mon meilleur ami et je l'ai bien aimé.Il est vrai que le film est plutôt violent mais je ne pense pas qu'il aurait été préférable de l'interdire au moins de 16 ans(j'en ai 15 et je suis encore en vie après avoir vu ce film!!).Pour ma part je ne trouve pas que ce film soit LE film de l'année mais je ne pense pas non plus qu'il soit LE bide de 2004 donc cela ne sert à rien de s'acharner sur Mel Gibson car on pourrait en faire autant sur tous les films ! Après je pense que chacun perçoit ce film différemment,selon qu'il soit croyant ou non .Moi personnellement je ne pratique aucune religion mais ce film m'a bouleversé.BRAVO à Mel Gibson et aux comédiens parce-qu'ils ont eu le courage malgré les critiques qui allaient engendrer ce film.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par celeos le 20/08/2004 07:56:57
Moi j'ai pas du tout aprécié, c'est un film gore mais sans le côté humoristique, certaines vu sont belles, la réalisation est sympathique, ça tient bien la route, mais sinon, voir un gars perdre la peau, la paume des mains et enfin la vie, pendant 2h07, ben ça m'éclate pas. Pour ce qui est de l'aspect pseudo-antisémite du film, je ne suis pas du tout d'accord avec, il a présenté les faits avec un certain point de vue, c pas pour autant que ça inspire une accusation des juifs, c'est un film, une façon de raconter les dernières heures du christ.
Malgré tout un film qui me déçoit beaucoup, je m'en vais retrouver le fabuleux Braveheart.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: La Passion du Christ
Posté par yuna*angel le 20/08/2004 07:56:57
un film poignant, choquant, dur, tous ce que vous vous voulez mais moi en temps que chrétienne je trouve que ce film est certe trés gore et assez exagéré mais sans ce contexte d'éxagération qui aurait compris la cruautée des hommes et la tristesse des autres...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
La participation aux forums est réservée aux membres du site.
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
  Devenir membre (30 secondes et gratuit)
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N�752143