Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     
Aller à :  

Messages | Nouvelle branche de discussion | Répondre | Rechercher
Le Tombeau des Hommes
Posté par diurnambule le 26/06/2008 00:10:01
La guerre en Irak et une partie de ses conséquences

Les pertes humaines du côté civil Irakien
Il n'existe pas de décompte précis des morts civiles et seules des estimations sont disponibles, basées selon différentes méthodes. En octobre 2006, la revue médicale The Lancet estime le nombre de décès irakiens imputables à la guerre à 655 000.
Comparant les taux de mortalité dans les foyers de 1982 individus en 2006 (certificats de décès à l'appui) à des chiffres officiels de 2003, l'étude montre que la mortalité aurait doublé pendant la guerre, passant de 5,5 à 13,3 pour mille. Cette étude est néanmoins fortement critiquée par de nombreuses associations et organisations internationales, y compris par l'Iraq Body Count. L'une des critiques porte sur la sur-représentation des grands axes de circulation dans leur échantillonage.
L'Iraq Body Count Project ne compte que les morts civils répertoriés officiellement et dénombre entre 80 000 et 90 000 décès début 2008. Une autre estimation basée sur un échantillonnage plus important montre que le chiffre avoisinerait les 150 000 décès entre Mars 2003 et Juin 2006.
L'institut de sondage britannique opinion research business a estimé à plus de 1 000 000 le nombre de victimes irakiennes entre mars 2003 et Août 2007.

Voici maintenant les pertes humaines du côté de la Coalition
Le bilan annuel se décompose ainsi :
- En 2003 : 486 morts et 2416 blessés
- En 2004 : 849 morts et 8002 blessés
- En 2005 : 846 morts et 5947 blessés
- En 2006 : 822 morts et 6400 blessés
- En 2007 : 902 morts et 6084 blessés (une étude a démontré que 2007 fut l'année la plus meurtrière pour les forces américaines mais que les derniers mois de l'année montrent une très nette baisse des pertes)
Aux États-Unis, 25% des sans abris sont d'anciens militaires.

Extrait de l'encyclopédie Wikipédia "Guerre en Irak"


Tous ces morts pour quelle réelle raison plausible ET HUMAINE ?

Que vallait la vie de cet enfant ?







Les OGM (Organismes génétiquement modifiés)

En Italie et en Grande Bretagne des tests ont démontré que les souris utilisées pour le test des OGM avaient subi des modifications de leurs organes. Le chercheur Britannique Arpad Puszlai aurait aussi découvert un autre problème : Leur défense immunitaires sont affaiblies.
Comment peut-on de nos jours accepter ce genre de résultat en criant haut et fort que les OGM ne sont pas dangereux ? Le monde serais-t-il devenu assez abrutis pour nier des tests scientifiques au profit d'autres peut-être moins scrupuleux ?
Ce scientifique a ensuite été licencié quelque mois après sa découverte.
Des moutons et des chèvres sont mort après avoir goutté à leur pâture où était cultivé du coton génétiquement modifié.

Voici un lien menant sur un site vous exposant les risques de Pollution OGM dans le pays Français :
Risques OGM

Voici un lien menant à un site ou sont traduit des articles du Dr. Mae-Wan Ho (docteur mondialement reconnu) : OGM


Sont ils tous des menteurs ? Pour quelles raisons mentiraient-ils ?

Pour quelles raisons parlent-t-on de la faim dans le monde à cause d'un soi disant manque de production alors que nous avons réellement de quoi nourrir actuellement toute la population mondiale ? (voir extrait suivant)


Pendant que vous lisez, les OGM continuent, eux, de se disperser dans votre nourriture...








La faim dans le monde

D'après la FAO (Food and Agriculture Organization), 16500 enfants meurent de faim chaque jours dans le Monde (sur environ 26000 personnes tout age confondu et sans compter ceux qui continuent de souffrir) soit 9 490 000 personnes par an.
Cella pourrais être évité en arrêtant le gaspillage de la nourriture et cella n'est pas utopique !
A titre d'exemple, aux Etats-Unis, d'après la FAO pas moins de 30% de la nourriture du pays finit dans les ordures !
Leur population était en 2007 d'environ 300 000 000 d'habitants ce qui veut dire que ce qu'ils jettent à la poubelle chaque année correspond à environ l'équivalent d'une population de 90 000 000 d'habitants (soit 10 fois plus que le nombre de personnes qui meurent de faim chaque année) !
Cet exemple concerne les Etats-Unis mais le gaspillage existe aussi partout dans le monde.

Si la faim dans le monde existe, c'est uniquement parce que nous ne nous préoccupons pas réellement de ces 16 500 enfants qui meurent chaque jour, OUI SEIZE MILLE CIND CENT ENFANTS QUI MEURENT CHAQUE JOURS DE LA FAIM...


Cella n'est qu'un début...

Ne pensez vous pas que si le monde était fait de gens bien nous n'en serions pas là ?

Ne pensez vous pas que les sois disant "gentils" qui s'occupent soit disant de nous à travers le monde pourraient faire mieux s'ils le voulaient réellement ?

Ne pensez vous pas que si, nous tous, serions moins égoïstes et un peu plus courageux d'affronter chaque jours les réalités du monde au lieu de jouer les juges sur des opinions que nous sommes parfois incapable de sérieusement défendre en raison de notre refus de nous renseigner sur ce qu'il se passe réellement, nous n'en serions pas là ?

L'humanité doit-elle se rabaisser à des commentaires du genre "on ne peux pas tout changer" "ce n'est pas aussi facile" "chacun ses problèmes" "les scientifiques racontent n'importe quoi et nous inquiètent pour rien" ? Dois-t-elle s'incliner devant les mêmes horreurs où parfois, dans notre histoire, une poignée de nos ancêtres se sont battus contre elles pour un monde meilleur ?

Moi pas...

Mais seul on ne fait pas grand-chose et si tout le monde attend que les héros du passé refassent surface, nous allons tous y passer...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le Tombeau des Hommes
Posté par mr bibi le 26/06/2008 15:39:50
Que proposes-tu ?

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le Tombeau des Hommes
Posté par windowman le 26/06/2008 20:03:27
Heureusement que : Zarkoooooo est arrivéééééééé !

Avec son topgigabomba grenelle de l'environnement qui chie de la mesurette à deux balles vitesse Concorde afin de réduire le bonheur des citoyens pour le plus grand profit des gens vraiment importants dans le monde, pas nous, quoi, ceux qu'on des yachts pour l'accueillir en vacances ^^ Trop d'la balle qui rebondit ^^

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le Tombeau des Hommes
Posté par xray le 28/06/2008 11:00:44
Depuis 5 000 ans ! Quoi de neuf ?
http://blog.ifrance.com/echo-agnostiques

N’AYEZ PAS PEUR !
On n’est pas de la police.
http://regardeavue.com/index.php/2006/05/21/10-sans-casque-ni-bouclier-temoignage-dun-ex-officier- de-police

On assure la surveillance.
http://www.raidh.org/Telephones-portables-sur-ecoute.html

Croyez en dieu ! On s’occupe du reste.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le Tombeau des Hommes
Posté par *blow* le 28/06/2008 11:32:02
Sympa tes liens

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le Tombeau des Hommes
Posté par christina83 le 28/06/2008 11:53:25
L'Homme est un loup pour l'Homme, c'est pas nouveau. Je pense qu'on doit être l'une des seules espèces au monde à s'entretuer entre nous et à pouvoir générer autant de haine.
Si seulement pouvais y QUE avoir ces 3 problèmes! Mais non, l'être humain s'est enfoncé dans un merdier pas possible dont il est aujourd'hui quasi impossible de se débarrasser.
Pourquoi les grands dirigeants du monde ne font quasiment rien pour aider les populations les plus démunies? Mystère...

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le Tombeau des Hommes
Posté par cdizen le 29/06/2008 14:12:54
Des évidences (ou non) sur les mots, les formes ? !
(Le masculin neutre sera employé

Ne serait-ce pas de par la grâce d’une configuration de confusions soigneusement entretenues (donc omniprésentes !) que nous nous croyons au dessus des animaux ? !

Le bien, le bon, le vrai, etc., ne sont-ils pas sans cesse utilisés tout en n’étant pas pratiqués ? !

Le mot et la chose, la forme et le fond et le fonds se rapportant par ex. à « l’amour », « la mort », etc., peuvent-ils avoir le même sens et impact sur des enfants, des adolescents, des adultes ?

1) L’animal vit en se servant du cerveau (de ses caractéristiques) !
Elles varient selon les espèces !

-Parmi les plus primitives, chez les reptiles (par ex.), figurent les instincts de survie et de reproduction ! D’où l’appellation « cerveau reptilien » donnée à la partie la plus ancienne du cerveau des homo sapiens (h. s.).

-Les mammifères sont dotés d’une seconde composante nommée « système
limbique » ou « cerveau mammalien » ou « des émotions ».
Il enregistre, mémorise tous les événements ou situations rencontrés en les affectant d’une sorte de coefficient selon la sensation agréable ou non ressentie. S’il est chargé de la quête des plaisirs, il est seulement analogique ! La forme n’est-elle pas privilégiée ? !

-Les h. s. bénéficient en plus d’un « néocortex » qui leur permet d’imaginer, d’anticiper, d’abstraire, de raisonner beaucoup plus puissamment en analysant, en se préoccupant du fond.

2) L’h. s. utilise-t-il le néocortex correctement ?
-Tous les animaux se sont adaptés - automatiquement - au « cycle » des saisons. Leur survie en dépendait !
Comme eux, il a peur de la mort.
Jadis, il tuait ses adversaires après les combats.
Son néocortex l’amena progressivement à préférer l’esclavage plus rentable.
-Mais jusque maintenant, il n’a pas réussi à accepter la fondamentale « notion de cycle » de la marche et de l’évolution de l’Univers ! (La preuve est évoquée ensuite)
* En réaction, il a commencé par inventer des religions conduisant à « l’immortalité » et (tant qu’à faire !) au « paradis » !
* Celles-ci ne tenant pas suffisamment la route, dérivant vraiment trop en système d’exploitation au profit des dominants, des « rationalistes » parvinrent à la bousculer mais entreprirent d’échafauder un scénario inspiré du précédent par symétrie : par ex. la parabole « L’Homme créé à l’image de Dieu » se déclina en « L’Homme est un dieu en devenir » et le dualisme se transforma en système binaire !
* La politique « Toujours plus » (t. p.) s’épanouit au moins selon deux objectifs.
-Il est impérieux de t. p. progresser pour vaincre la mort, atteindre l’immortalité et le paradis terrestre.
-Les vainqueurs, légitimement désireux de sécurité se mirent à accumuler avant de devenir victimes de l’addiction « T. P. » (V. la « Bourgeoisie », le « Capitalisme » et la « Société de consommation » ; v. a. la mondialisation, la future conquête de l’Espace !)

3) Les conséquences létales de son inadaptation au Monde !
-Inutile de s’appesantir sur la négligence du « principe de précaution » et les retombées industrielles technologiques : la destruction de l’environnement !
-Au départ et en relation directe avec les désordres rappelés précédemment, il brille d’abord par son aveuglement, donc le refoulement de sa condition ! (Les « authentiques » chrétiens ne démentiront pas puisque la Bible au ch. 13-13 év. s. st-Matt ou au ch. 8-10 év. st.-Luc le spécifie et même prédit « the end »
-Au lieu d’intégrer « LE CYCLE », de l’aménager au mieux, donc de rendre les plus positives possibles (confortables et « dignes » la vieillesse et la mort, il s’arc-boute sur la première phase, se focalise sur la « jeunesse », ne veut pas réfléchir sur lui-même, philosopher, méditer, atteindre la maturité et devenir adulte à la recherche de la sagesse !
-Les observations de Freud (au début du 20ième siècle) sont-elles obsolètes ou t. p. actuelles ? ! N’a-t-il pas t. p. tendance à suivre le « principe de plaisir » plutôt que le « principe de la réalité » ? ! Lequel est-il géré par le cerveau mammalien ? !
-A-t-il tué symboliquement « le père » ou reste-t-il coincé dans le statut « d’adulescent » ? ! Au milieu du commerce et des marchands du Temple, a-t-il fait le tri entre l’apparence et la réalité ? !

4) La conclusion ne coule-t-elle pas de source ? !
Si au 1er degré, l’h. s. peut regretter ce contexte et cette ambiance de fin d’ère (qui l’inquiète mais qu’il a provoqué en toute inconscience) ; au second degré, ne joue-t-il pas parfaitement un rôle « positif » puisqu’il est en train de contribuer pleinement à la complexification du monde vivant via un changement prochain d’ère, une fois dépassé le crash mondial (nettement avant la fin du siècle) accompagné d’un élagage massif (par ex. de ~ 90 % si on se référait à la régulation naturelle de l’espèce des lapins et lièvres qui s’est manifestée par le déclenchement de l’épidémie de la myxomatose) ? !
A chacun(e) son don selon ses moyens !
Lumière et obscurité, froid et chaud, naissance et mort, dieu et non dieu (v. diable, satan), plus et moins, beau et laid, aveugle et voyant, sourd et écoutant, stupide et néocortical, vont de pair ! Détruire, c’est aussi initialiser une construction !
N’offrons-nous pas t. p. non pas des arguments mais des actes réclamant impérativement un renouveau, une renaissance ? !

N. B. Des extra-terrestres (maniant forcément l’humour) nous examinant ne seraient-ils pas hilares en découvrant que, comme des gosses, nous sommes prêts à nous étriper pour vivre un peu plus longtemps alors que nous sommes persuadés que tout se terminera par l’échec complet : le néant (sans approfondir plus) ? !
Se battre, être capable de toutes les lâchetés, les trahisons, pour gagner « x » années, organiser « un cirque invraisemblable » pour aboutir à rien … ; quel qualificatif plus juste que le mot à prendre au sens propre, c. à d. reptilien : « connerie », peut décrire le processus ? !

Dit autrement, est-il possible de rencontrer des êtres (et surtout des « mâles » faisant des pieds et des mains pour connaître le sort de Sisyphe ? ! Pour demeurer éternellement dans l’enfer terrestre ? ! Eh bien, oui ! Mais ne se voyant pas puisque aveugles, plus ils sont de fous et plus ils rient !

Plus objectivement, chacun(e) se contente d’essayer de végéter dans sa petite bulle d’air ou goutte d’eau ou (tel un don Quichotte !) de se battre à l’intérieur et aussi contre les points avoisinants démesurément grossis en confondant les notions d’élément et d’ensemble, de détail et de structure !
* Mais une évaluation comparative de notre génome et de celui du chimpanzé vient de prouver que nous n’étions que des bonobos boostés !
* * Ils relèveraient aussi un autre détail désopilant : les formes des publicités qui ne peuvent s’empêcher de soi-disant valoriser un article ou produit en l’accompagnant d’une belle silhouette féminine, c. à d. en se basant sur la prééminence du cerveau des émotions !

A propos du passage des homo sapiens aux hommes vrais ! (Complément)

Comment cela se passera-t-il ?
-Par mutation génétique ?
-Un schéma beaucoup plus « naturel » est envisageable.

1) Des individus qui ne savent pas saisir les évidences les plus omniprésentes (la
notion de cycle) ne peuvent pas, quelle que soit leur bonne volonté, raisonner logiquement, prétendre être fiables.

2) C’est ainsi que la civilisation s’est construite sur la peur de la mort via l’invention
des religions (puis au Moyen-âge, sur la peur de l’enfer introduite par l’Eglise pour aider la Noblesse à mieux rendre « taillables et corvéables à merci » les serfs et le peuple) et l’institutionnalisation de « l’exploitation de l’h. s. par l’h. s. ».

3) - Comme l’adolescent doit se transformer pour devenir adulte (relativiser l’intérêt du « principe de plaisir » et affronter le « principe de réalité », tuer symboliquement « le père », si l’on se réfère à Freud), - comme l’h. s., faute d’avoir pu assimiler à froid la « notion de mort », va devoir la rencontrer à chaud, c. à d. expérimenter que -dans certaines conditions- la mort est sans contestation possible préférable à la souffrance extrême, la torture sous la barbarie (de « destroyers », de gens pétant les plombs ou n’ayant plus rien à perdre et ayant soif de vengeance), l’agonie dans un contexte inadapté (dans des hôpitaux plus que saturés et en faillite), etc.

Les survivants inaugureront une NOUVELLE ERE où l’idée « TOUJOURS PLUS » sera aussi démystifiée puisque, par définition, tout
« bêtement », la vie ne peut se concevoir que dans le manque et le déséquilibre. (Dans un paradis idéal sans aucun besoin, il n’y aurait plus de réaction, d’action, donc de mouvement, d’animation. C.q.f.d. -V.a.l’ouvrage de Henri Laborit « Biologie et structure »

*** Cet écrasement contre le mur des réalités devrait se produire avant qu’il ne soit trop tard, avant que la maintenance de l’habitabilité de la planète devienne impossible, c. à d. nettement avant la fin du siècle.

### Curieusement, une étude statistique sur l’Histoire de la Terre et son évolution (à partir d’exemples d’événements, d’espèces animales, etc.) entreprise par ces chercheurs renommés (Laurent Nottale, spécialiste des fractales ; Jean Chaline et Pierre Grou, branchés sur les sciences du vivant) a aboutit à une hypothèse : si nous suivions une trajectoire empruntant à celle s’appliquant aux exemples choisis, nous devrions affronter une remise en question globale de nos modes de vie avant 2080, telle la transformation du néolithique. V. l’ouvrage « Les arbres de l’évolution » Hachette Sciences-littératures 2000 qui a connu un certain succès lors de sa parution.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le Tombeau des Hommes
Posté par diurnambule le 30/06/2008 16:45:38
cdizen,

Beau commentaire, même s'il est en partie hors sujet (mais existe-t-il seulement des limites à la psycho?)

Je ne suis pas psychologue (ni une personne qui à étudié la phylo) mais je pense avoir compris ce que tu as écris. Cependant comme le fonctionnement electronique d'un ordinateur peut être complexe, son utilisation l'est cependant moins pour beaucoup plus de monde. Cella aussi est parfois essentiel et suffisant.

L'amour, le respect, la peur sont des sentiments que l'ont peut expliquer par la psychologie mais cet amalgame n'a pas besoin ("pas forcément" d'être décortiqué. Ceux qui détruisent, qui n'ont aucun honneur, qui vivent dans leurs bulles (ou pas), ne font pas l'unanimité de l'humanité. Qui sont les sages qui pensent au respect de la vie (et pas de la leur uniquement et principalement)? Eux n'ont pas à subir de changement "radical" grâce à une nouvelle ère...
La destruction totale n'est pas inévitable, un système peut être remanié de facon à détruire l'essentiel.
C'est, à mon avis, sur cella qu'il faut travailler. Comment sauver le monde, comment donner un sens à l'humanité, sans pour autant qu'ai lieu une catastrophe.
Une réponse reste possible.

C'est comme dans une classe d'enfants. Si la moitié est turbulante, le reste n'à pas à en subir les conséquences (mais cella est souvent au départ inévitable à moins d'avoir pris ses précautions). La classe ne doit pas obligatoirement être remaniée mais uniquement éduquée. Le problème dans le monde c'est que l'homme veux être "libre" de faire le bien comme le mal et que le mal se cache trop souvent derrière ce que nous achettons en supermarché ou en services... (parfois trés loin derrière). Une partie des hommes à perdu son humanité... Ou bien seulement elle ne l'a jamais totalement été... Et cella s'aggrave peut être, avec des capacités de destruction multipliés par 1000...

Merci pour ton commentaire

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le Tombeau des Hommes
Posté par cdizen le 01/07/2008 17:09:20
Des commentaires sont demandés ! OK !
(Il m'était aussi demandé mon âge. Oui je vais bientôt avoir 64 ans et suis heureux de ne pas pouvoir vivre la fin de l'ère quoique peu importe, vue de l'après-vie ...

Voici une autre mise en perspective qui apparaîtra peut-être plus nette ?

Le problème de la quadrature du cycle de la vie !

(Les contradictions entre le principe de plaisir et le principe de réalité, entre le cerveau des émotions et le néocortex) (Le masculin neutre sera employé

Freud, au début du 20ième siècle a explicité la tendance des homo sapiens à suivre le premier au détriment du second.
Il est chargé de la quête des plaisirs. (Il faut bien vivre ! Et pourquoi pas le plus agréablement possible !) Il enregistre et mémorise les événements qu’il rencontre en les connotant selon qu’ils sont ressentis plus ou moins agréables ou désagréables. Ensuite, son mode de fonctionnement consiste à se laisser attirer par les types de plaisirs déjà éprouvés, avec la possibilité d’un effet de renforcement ….
Il s’avère aussi que la réaction d’un cerveau analogique est plus rapide que le processus analytique du néocortex, elle-même plus lente que celle du cerveau reptilien activant l’instinct de survie ou de conservation (respiration, alimentation, reproduction, etc.)
Les rôles des trois parties principales du cerveau ont été proposés par MacLean vers 1660 avant d’être affinés.

Le constat
Les observations de Freud sont-elles obsolètes ?
Les ressorts de la « Société de consommation » sont-ils cassés ? !
Les publicités (particulièrement en France) ont-elles abandonné l’exhibition d’un symbole féminin, notamment une silhouette féminine, pour valoriser l’apparence du produit affiché ? !
Les thèmes scientifiques, documentaires, font-ils les beaux jours des médias, de la télévision, des radios ? !
Les taux d’écoute (et les diffusions) de la musique, du sport (au sens le plus large !) sont-ils en baisse ? !

Le cerveau des émotions est plus sollicité et plus réceptif et réactif que le néocortex.

Le problème vital de l’espèce des homo sapiens (h. s.)
Comment, sinon harmoniser, équilibrer suffisamment les activités des trois parties du cerveau pour que les effets de l’une ou des deux ne deviennent pas délétères (V. H. Laborit et A. Koestler) ?
L’h. s. ne se trouve-t-il pas à souvent sous une double contrainte (double bind) ?
Quelques exemples.
-Le plaisir compensatoire du fumeur et le risque de cancer.
-La bonne chair, voire la gourmandise, et le surpoids, le cholestérol et autres productions dangereuses pour la santé.
-Les excès de l’alcool, des drogues, du jeu, du sexe, etc.
-le respect des règles de la sécurité routière.
D’un côté, on demande aux gens d’aller « toujours plus » (t. p.) vite, de se conduire dangereusement pour réussir t. p. dans les affaires, obtenir des contrats, gagner à la Bourse, donc de prendre des risques calculés !
De l’autre, une fois dans la voiture, l’automobiliste devrait automatiquement se déconnecter, débrancher certains neurones, devenir le gentil mouton qui suit paisiblement le troupeau ou le joyeux touriste qui farniente sous le parasol dans un transat. à l’abri du soleil en attendant l’apéritif !
Ce hiatus qui continuera à provoquer x morts par an n’est-il pas la partie émergée de l’iceberg qui va bientôt se réchauffer et remettre, son effet étant conjugué à d’autres au moins aussi importants, en cause l’habitabilité de la planète ?

La conclusion n’est-elle pas facilement décelable ? !

Seul un crash mondial provoquant par ex. la disparition de 9o % de la population ne déclenchera-t-il pas une vraie prise de conscience suivie d’un changement d’attitude réel ? !
(Les 90 % ont été choisis en référence avec une régulation naturelle qui permit à une espèce en danger de disparition (les lapins et les lièvres) suite à une épidémie (la myxomatose) aux survivants de repartir immunisés)

Il est envisageable que si cette nouvelle ère se présentait, c. à d. si la progression t. p. envahissante des pollutions en train de t. p. hypothéquer l’avenir de la Terre était stoppée nette par un cataclysme (v. le syndrome du Titanic) avant qu’il ne soit trop tard, nettement avant la fin du siècle, l’h. s. évolue et devienne enfin un « homme vrai ».
Il se serait aperçu d’abord que la vie dans n’importe quelle condition n’est pas souhaitable (il aurait assisté à des carnages, à des atrocités perpétrées par des individus n’ayant plus rien à perdre et ivres de désirs de vengeance, capables de tout pour survivre un peu plus longtemps, comme d’autres carnassiers)
Il aurait eu tout le temps de méditer (donc pour une fois, de réfléchir tranquillement et de faire le point au milieu des ruines), de comprendre les rôles des trois parties du cerveau : de maîtriser la puissance animale de l’instinct de survie, la dangerosité des implications non prévues des pulsions émotionnelles.
Dans ce contexte, il reprendrait contact avec la réalité, avec la notion de cycle, avec la naissance et la mort nécessaire dans le processus évolutif du monde vivant via la complexification. Cette fin serait alors positivée et rendue « digne » (le mot n’est pas la chose et ce terme n’a jusque maintenant jamais été officiellement reconnu puisque l’h. s. n’est pas libre de quitter le séjour selon son soi-disant « libre-arbitre » !)
Il abandonnerait la posture de l’« adulescent » ou de l’adolescent chronique aussi optimiste que prétentieux, présomptueux et non fiable.
Il ne se prendrait plus pour une entité crée à l’image du Dieu chrétien, ni pour un dieu rationaliste en devenir !
Il tuerait (v. Freud) symboliquement le « père » (les religions entre autres) et se prendrait plus pour lui-même (V. l’évaluation comparative du génome de l’h. s. et du chimpanzé qui releva une différence inférieure à 2 %)
Son appétence pour la sexualité serait alors temporisée par l’assimilation et le dépassement de son ancienne condition !
A noter que ses ancêtres avaient inventé les religions par besoin impérative de sécurité, que les paysans bergers ayant confectionné le recueil de contes et légendes maintenant célèbre (la Bible) étaient plus qu’intuitifs, avaient déjà approximativement saisi notre destin bouché par notre aveuglement et surdité et bêtises (v. év. s. st.-Matt, ch.16.16).
Par ex., n’avaient-ils pas évoqué le principe de plaisir via la parabole du péché originel ? ! Dénoncé la non observation de l’amour du prochain (le seul valable) ? ! Menacé en prédisant la catastrophe ? ! Terminé (comme Freud) par le pardon général d’êtres ne sachant pas ce qu’ils font, totalement inconscients ? !
N. B. La date 2080 de la remise en cause générale de nos modes de fonctionnement est celle retenue (par prudence ou excès) dans l’hypothèse résultant d’une enquête statistique sur l’évolution de la Terre par Laurent Nottale, Jean Chaline, Pierre Grou (des chercheurs renommés). Elle est consignée dans « Les arbres de l’évolution » Hachette Sciences … 2000.
Dieu ou non, Jésus Christ, Bible divine ou non, contrairement à ce qu’on a l’habitude de dire, cela change-t-il quelque chose ? !
(Le masculin neutre sera utilisé

Ou bien l’Univers est absurde et alors pourquoi demeurer en vie une seconde de plus si jamais on n’est pas seulement un animal agi par l’instinct de survie tel le lapin (par ex) ? !
Ou bien, l’Univers est cohérent mais incompréhensible pour nos petits cerveaux !
D’autant plus que la récente analyse comparative de notre génome et de celui du chimpanzé vient de prouver que la différence était inférieure à 2 %, que nous n’étions que des bonobos boostés !
Cela n’empêche pas de vivre ! Les homo sapiens ne se suicident pas volontiers !
Il est vrai que le néocortex permet d’imaginer un peu, de se raconter des histoires, telle celle du père Noël ou celle consignée dans la Bible.

Il n’est pas question d’analyser inutilement chaque partie de la Bible puisque les événements historiques, au fil des siècles, ont démontré que les massacres les plus divers (croisades, guerres de religion, Inquisition, couverture de l’esclavagisme pendant des siècles, etc.) ont toujours été perpétrés au nom de Dieu via la parole infaillible du pape ! De plus, que la Bible soit divine où le fruit de paysans bergers très intuitifs et observateurs, n’a-t-elle pas raison de proclamer :
Ch. 13. 13 de l’ Ev. s. St- Matthieu … « C’est pourquoi je leur parle en parabole ; parce qu’en voyant ils ne voient pas, et qu’en écoutant ils n’entendent pas, ni ne comprennent point »
Ch. 8. 10 de l’ Ev. s. St-Luc. Le Christ s’adresse à ses disciples « Pour vous, il vous a été donné de connaître le mystère du royaume de Dieu ; mais pour les autres, il ne leur est proposé qu’en paraboles ; afin qu’en voyant, ils ne voient pas, et qu’en écoutant, ils ne comprennent point », (Trad. De Lemaître de Sacy, Ed. Laffont)
1) Est-il possible de nier que les homo sapiens se conduisent comme des aveugles, sourds, obtus ? ! Et tout n’indique-t-il pas que tout va forcément s’accentuer jusqu’au crash mondial (avant la fin du siècle) ? !

2) La parabole du péché originel, une fois décryptée, réactualisée, est-elle très éloignée de notre tendance à suivre le « principe de plaisir » ? La quête de ce plaisir n’est-il pas géré principalement par le cerveau des émotions (dit encore limbique et mammalien) ? Celui-ci n’est-il pas « analogique » et non pas « analytique » comme le « néocortex » ?
Les ressorts de la « Société de consommation » ne sont-ils pas l’exploitation tous azimuts des manques, frustrations, par l’offre de plaisirs momentanés compensatoires mais s’estompant dès que dégustés et provoquant l’envie de recommencer en plus intense avant de se transformer parfois en tombée en dépendance ? !
Dans ce cadre précis, ne se retrouve-t-on pas piégé(e) … ? !

3) Dans le même contexte, le seul véritable amour logique , celui du prochain qui n’a aucune raison d’être de valeur différente , qui se traduit aussi par " Tu aimeras ton prochain comme toi-même ", ne se réduit-il pas à celui de l’amour à deux, voire des proches ? ! Et cette pratique discriminative, sélective, n’est-elle pas obligatoirement à la source des privilèges, injustices, rancoeurs, désirs de vengeance, conflits, guerres ? !

4) Dans ces conditions, si jamais on prend un peu de recul (ce qui est loin d’être fréquent ! Voir l’introduction !), comme il est encore « toujours plus » observable et écrit, si tout ne peut qu’aller à vau-l’eau, comment pourrait-on ne pas prononcer « Pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font ? !

5) En bref, nous nous comportons comme des gosses (des « adulescents » qui rêvent éveillés, qui ne se maîtrisent pas, qui se prennent pour des grands mais ne savent pas analyser correctement, ni faire une sérieuse abstraction ; qui ont le besoin impérieux de suivre un guide ou père, à moins qu’ils ne dispatchent dans tout et n’importe quoi faute de structures suffisantes, traumatisés par une éducation déficiente (v. le cercle fermé, l’impasse, la boucle délétère !)

6) Choisit-on d’être « X » ou « Y » ou « Z » ? ! D’être « intelligent(e) », « lâche », « salaud » (pour reprendre une séquence d’une démonstration de Sartre), blanche, de vivre au 13ième siècle, etc. ? !
Non, évidemment ! Mais certain(e)s affirmeront le contraire !
Dans tous les cas, en plus des paraboles sur les aveugles et sourds et obtus, l’év. s. st.-Matt. Ch. 5-3 : « Bienheureux les pauvres d’esprit, parce que le royaume des cieux est à eux »
aboutit à la même conclusion. Et comme pour Freud, la fin du scénario contient « Pardonnez leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font » !

7) En demeurant logiques avec nous-même(s), nos réactions face aux injustices qui émaillent cette planète sont multiples. Diverses déductions s’en suivent …
-Content d’être privilégié, on peut décider d’en profiter au maximum.
-Si on est « épicurien » on trouve le plaisir suprême en dégustant sans excès dans le raffinement.
-On peut être passionné, se lancer « toujours plus » vers les plaisirs en tant que « flambeur ».
-Plus simplement, on peut se laisser aller et diriger par le cerveau des émotions et tenter de satisfaire dans la foulée toutes les envies qui se présentent (Ce qui est pris est pris. La chance peut ne pas durer !)
-Plus prudent, on peut mener sa barque de manière (pour un bourgeois) dite « habile » ; ne pas trop dépenser, ne pas oublier de capitaliser.
-Néocortical ou ayant l’état d’esprit du héros de la saga chrétienne, on peut suivre sa logique et réagir, protester, lutter contre les aberrations inacceptables, intolérables. Dans ce cas, fatalement, on aboutit en prison ou plus, notamment lorsqu’on s’affiche dans les pays les moins démocratiques ou les plus oppressifs.
Dans les deux éventualités, on arrive à la même détermination et solution positive.
En tant que personne « rationnelle », on peut ne pas accepter d’être « lâche » et « salaud » et donc doit réagir quelles que soient les conséquences prévisibles (V. la démonstration de Sartre basée sur la théorie de la « liberté existentialiste » et la « mauvaise foi ».
On ne peut pas perdre : ou bien, il n’y a rien après la mort et donc pas le moindre regret de quitter un monde vivant dans l’exploitation de l’homo sapiens par l’homo sapiens, horrible, absurde ; ou bien, l’accès à la phase suivante sera facilitée et donc un gain !

8) Une autre approche a été retenue.
Sans le manque et le déséquilibre, la vie n’existerait pas : sans aucun besoin (pas de respiration, pas d’alimentation, etc., pas de motivation, de réaction inutile, d’action, de mouvement, d’animation, de vie !).
Les bébés se retrouvent paumés, voire démunis, ont d’abord besoin de leurs parents et d’être « éduqués » pour survivre.
L’éducation fournit des préjugés qui s’imprègnent (aucun bambin né de parents parlant le français n’a demandé à être élevé selon le langage chinois !).
Un peu plus tard, il est amené à expérimenter, parier, miser, échafauder des tactiques puis des stratégies pour essayer de vaincre les obstacles qu’il rencontre, pour gagner, atteindre la victoire contre des ennemis (êtres qui n’ont pas les mêmes projets que lui … et le gênent)
Tous ces termes évoquent le monde du Jeu qui, pour bien fonctionner, doit instituer peu de gagnants, beaucoup de perdants, toutefois cohabitant pacifiquement dans « l’espoir », avec un peu de chance, de s’en sortir …
La proportion des gagnants /perdants ne doit pas être trop grande ni trop faible sinon le désintérêt s’installe. Dans ce cas, le jeu s’effondre. Un autre est élaboré et prend la relève.
Il se fait que le « principe de Pareto » (d’abord le résultat d’observations –v. Internet-) qui concerne le commerce, l’économie (appelé encore règle des 20 % / 80 %) a été validé scientifiquement et s’applique dans la physique des fluides (V. Internet), correspond en partie avec la situation de l’espèce humaine. Il a été utilisé, étudié, n’est pas apparu hors- sujet mais l’inverse (V. Internet)
Je considère que le schéma du « Jeu de la vie » selon le principe de Pareto où des joueurs se disputent sans fin pour gagner …, pour être les premiers, pour dominer, comme des ENFANTS, est très réaliste. Il a l’avantage d’intégrer l’intuition des bergers paysans relatée dans la Bible (d’essence divine ou pas) puisque, une fois le jeu terminé, le déséquilibre apparent perd son sens et disparaît …
De plus, si l’apocalypse n’est qu’une image parabolique, le changement de jeu est maintenant une nécessité avant la fin de l’habitabilité de la planète.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le Tombeau des Hommes
Posté par psylock le 01/07/2008 18:39:38
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Tu es un héros !!!
Merci, merci, merci, merci!!
Bravo, bravo, bravo, bravo, bravo, bravo, bravo, bravo, bravo, bravo, bravo, bravo, bravo, bravo, bravo, bravo, bravo, bravo, bravo!!!!!!!!!!!!
Et ausi bravo!!
Et puis enfin aussi !!!!!!

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: le tombeau des hommes
Posté par diurnambule le 02/07/2008 09:25:43
cdizen

Concernant le fait qu'un homme "est ce qu'il est", sachant ce que je suis (en mal) et ce que je m'éforce d'être (en bien), je pense que beaucoup de monde pourrais faire des efforts... Tout le monde peut changer, même avec les pires pulsions, s'il possède un idéal. Reste à savoir si cet idéal est positif pour moi, pour toi, pour les autres...
La vie est un jeu? C'est bien un mot humain "jeu", si on peut considérer que vivre et souffrir en est un. Mais cella est d'un point de vue externe. Si l'on considère la vie comme un jeu, c'est comme dire d'une pierre qu'elle joue à "1 2 3 soleil".
La vie peut etre certe considérée comme un jeu, mais le côté "jeu de compétition" n'est pas inévitable pour la vie. C'est, a mon avis, ce qui pose problème aujourd'hui. Une partie des hommes est incapable (ou s'en fou éperdument) d'avoir un idéal de société égalitaire ou la conccurence ne se fait que par honneur et mérite. L'homme veux manger l'homme, s'élever au dessus de lui même, sans pour autant le mériter. Celui qui possède des richesses aura beau avoir du mérite pour y être arrivé, il n'en aura jamais plus que lorsqu'il aidera celui qui vaux autant que lui (en tant qu'être vivant). Mais ce mérite, de nos jours, tout le monde s'en fou un peu... Et une des raisons vient du fait que le point de vue est le mien, mais chacun peut décider de ce qu'est pour lui le mérite.
N'est ce pas grave de nos jours de douter qu'une autre personne puisse considérer que le mérite vient d'abord de l'aide et du respect que nous avons envers les autres?
La vie peut être un jeu, mais un jeu de société ou tout le monde à ce qu'il mérite ne vaudrais-t-il pas mieux que celui de la compétitivité sans raison ni honneur que nous avons aujourd'hui?
Laissez les gens mourrir de faim, enrichissez vous seul, faite de l'argent avec de l'argent sur le dos de ceux qui travaillent et j'estimmerais être à ce moment là le dernier des "humains" (enfin...).

psylock

Qui est un héros? Il n'y à de héros que lorsque le monde tombe. De nos jour il est trés facile d'être un héros (si on peu appeller ça être un héros...). Il suffit pour cella d'être "humain". Je précise que j'utilise le mot "humain" pour définir un être "supérieur" (je ne sait pas comment le dire autrement) à l'homme, qui fait des choses au delà de ses pulsions animales, qui met de l'honneur dans ce qu'il fait, qui est capable de s'améliorer non pas par nature, mais par raisonnement pour ce qui est bien pour lui et la société, le monde qui l'entoure.

Modifié le 02/07/2008 10:08:57

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le Tombeau des Hommes
Posté par cdizen le 02/07/2008 19:47:52
J’ai décomposé ton texte en questions …

-1 Au nom de quoi un être vivant devrait faire des efforts ?
-2 Tout le monde peut-il changer ?
-3 Pourquoi aurait-il un idéal ?

Biologiquement, la motivation n’est-elle pas le carburant de la vie ?
Cette énergie n’est-elle pas composée de manques et de déséquilibres ?
Chez la cellule, le « principe d’homéostasie » assure sa survie, C’est l’esquisse de l’instinct de survie. (Des renseignements intéressants se trouvent dans des bouquins de Henri Laborit, biologiste philosophe à ses heures, connu en particulier via le film « Mon oncle d’Amérique » où sa théorie était illustrée, « Eloge de la fuite » et « Biologie et structure »

Chez les animaux non dotés de néocortex, ni de cerveau des émotions ou limbique ou mammalien, non capables d’abstraire beaucoup, l’orientation des efforts est basique et géré par le « cerveau dit reptilien ou primitif »

Chez les mammifères, l’apport du cerveau des émotions est celui que tout le monde a pu observer …
L’abstraction est-elle remarquable ? ! Non puisque le cerveau des émotions est analogique et non pas analytique. Il gère la recherche des divers plaisirs ou moments de bien-être.

Si le néocortex est le privilège des homo sapiens (h. s.), il n’en reste pas moins que la différence entre son génome et celui du chimpanzé est inférieure à 2 %.

Il me semble que l’h. s. n’ait toujours pas réussi ni été encouragé à utiliser au mieux et à entraîner ce « plus ».

Symétriquement, plus l’on recule dans le temps, plus les structures hiérarchiques n’évoquent-elles pas l’organisation du monde animal ?
Les religions ne sont pas apparues soudainement mais ne sont que le prolongement de coutumes plus vieilles …

4 Si cet idéal existait, pourrait-il être commun ?

Cette hypothèse ne suppose-t-elle pas l’existence de règles générales ?

Dans le « jeu d’échecs », par ex., tout est clair et le gagnant (Le masculin neutre est employé !) est le plus méritant ou plutôt doué.

La vie sous cette perspective serait-elle « mieux » ou plutôt un enfer apparemment monstrueux (pour nos petits cerveaux) ?

De plus, ce scénario n’est pas une fiction puisqu’il se retrouve précisément dans le règne animal où la régulation est assurée par la « loi de la jungle » ou du plus fort.

Excepté que la lecture de ce synopsis n’est pas remise en question par les acteurs !

Au contraire, ce principe de rapport de force se rapproche de celui du monde matériel et donc est « naturel »

Les « humanistes », les rationalistes », les « progressistes », en toute inconscience parce que totalement imprégnés par la culture de la civilisation judéo-chrétienne, notamment par la parabole « L’Homme a été créé à l’image de Dieu » (avec un D), puis par l’image symétrique « L’Homme est un dieu en devenir » (avec un d !), ne restent pas moins persuadés que l’Homme est le chef-d’œuvre de l’Univers alors qu’ils prouvent à tout instant, et maintenant de manière « toujours plus » (t. p.) délétère qu’ils ne sont assurément pas ce qu’ils croient être mais seulement des h. s. !

Ce passage qui a dû être noté dans les mails précédents, ne fait que souligner une évidence : le monde de fonctionnement de l’Univers est quasiment cyclique, épisodiquement interrompu par des moments de rupture, de complexification suite à des mutations.
La vie ne peut être que cyclique, donc avec un début et une fin.

* * * Tout être muni d’un néocortex actif ne peut que constater ce fait et donc réagir en conséquence :
-considérer et aménager le plus intelligemment possible chaque séquence du cycle !
–Surtout, ne pas privilégier la naissance et rejeter (ou avoir peur de) la vieillesse et la mort ! ! !

5 Tout est dit !

Plus schématiquement :
-le cerveau reptilien de h. s. est toujours prédominant.
-L’h. s. ne deviendra « homme vrai » que le jour où le néocortex prendra l’ascendant et aménagera sa vie de manière « humaine » et non plus sur le système d’exploitation des
h. s. par les h. s.
-Comment se produira ce processus de complexification ?

6 Mon hypothèse.

-L’h. s. n’a pas su déchiffrer le spectacle quotidien de la Terre, perturbé par la peur, le refoulement de la mort (V. Freud).
Il n’a donc pas analysé –à froid- sa situation.

-Il devrait arriver à dépasser ce blocage vital avant qu’il ne soit trop tard, c. à d. que sa politique ou fuite en avant « T. P. » (vite vers le paradis terrestre de par la grâce des progrès scientifiques t. p. puissants !) rende inhabitable la planète.

-Comment ? Le plus simplement possible, comme pour des gosses (ou des adulescents), par « la preuve par neuf » !

Quand le climat, l’environnement, le tissu social mondial, seront suffisamment dégradés, les h. s. se retrouveront absolument démunis, presque nus, sans futur, en voulant « à mort !» aux décideurs, aux nantis, aux riches, prêts à tout pour survivre ou au contraire ayant envie de jouer les kamikazes. Et il adviendra pour une majorité que survivre dans de telles conditions, au risque de mourir dans la barbarie, la torture de « sauvages », apparaîtra plus horrible que mourir en se suicidant dans le calme.

Les quelques survivants (pour une raison ou une autre), au milieu des ruines, auront alors toutes les possibilités de concevoir la future vie « humaine » !

7 IL Y A JEU ET JEU !

Dans tous les cas, le créateur du jeu n’est pas nécessairement de la même dimension néocorticale ou intellectuelle que les joueurs. V. les espaces vectoriels où on démontre que le sens et la solution d’un problème dépend parfois des dimensions des espaces retenus.

L’h. s. crée des jeux pour les chiens, singes, etc., sans que ceux-ci soient conscients de leurs structures …

Il est clair que si le Jeu de la vie était compréhensible et basé sur l’intellect, il y aurait discrimination totalement illogique !

A noter que les paysans bergers ayant constitué le recueil de conte et légendes ne se sont pas laissés piégés : Voir le « Sermon de la montagne » : Ev. s. st.-Matt. Ch. 5-3 : « Bienheureux les pauvres d’esprit, parce que le royaume des cieux est à eux » et autres « Bienheureux … »

D’un autre côté le « principe de Pareto » appliqué aux jeux (v. les mails précédents et Internet) montre qu’il faut environ 20 % de gagnants et 80 % de perdants, quels que soient leurs talents ! V. sur Internet « Les mathématiques de la fortune. Mettez 500 singes dans une salle des marchés » ! ! !
Et lorsque le déséquilibre s’accentue trop, tout explose !

8 « Pourquoi serait-ce un jeu de compétition ? »

La réponse n’est-elle pas évidente ? ! La peur de la mort n’incite-t-elle pas à être dominant ? ! Chez les animaux, ne se combat-on pas pour devenir chef ? ! Et chez les plus évolués, cette supériorité n’est-elle pas remise en cause à chaque occasion favorable ? !

9 Le mot « héros » a été utilisé puisqu’il fait partie du vocabulaire des romans ou sagas.

10 Si on pose comme définition de l’homme :
« L’être qui fait des choses au-delà de ses pulsions animales, qui met de l’honneur dans ce qu’il fait, qui est capable de s’améliorer … par raisonnement …pour le monde qui l’entoure », peut-on ne pas répondre que cet « homme » n’existe pas encore ? !

-N’est-il pas agi, la plupart du temps, dans les cas de danger, par son cerveau reptilien sous la pression de la peur de la mort ? !

-Qu’est-ce que l’honneur ? Sinon sous-entendre l’existence du libre-arbitre ou liberté (qui n’est qu’un leurre parmi d’autres) (Et si elle existait, Sartre racontait « Jamais nous n'avons été plus libres que sous l'occupation allemande. » Mais il est resté vivant !)

-Ne passons-nous pas, tous, notre existence à aider les autres, et encore plus les 4 milliards de démunis sur 6 ? !

-Les colonnes d’attente dans toutes les villes de gens venant verser de l’argent pour les plus défavorisés, les refus d’acheter des articles luxueux ou non indispensables de manière à augmenter les dons ne sont-ils pas la loi implicite qui nous gouverne ? !
C. Q. F. D. !

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le Tombeau des Hommes
Posté par diurnambule le 03/07/2008 09:39:40
Je doit être un extra terrestre alors...
Avant je n'avais pas peur de mourrir. Maintenant je n'ai pas envi de mourrir car c'est bête, il n'y à rien à faire aprés. De plus, ma vie est tellement passionnante que ça m'énerve de me dire qu'aprés je ne ferais plus rien. Comment améliorer le monde une fois qu'on est mort?
L'on à beau tenter d'expliquer en détail la psychologie mondiale, au fond, nous sommes tous pareil sur certains points mais en même temps tellement différents...
Quant au fait d'aider les autres, ce sont ceux qui en n'ont plus qui doivent aider ceux qui en n'ont moins.
Concernant cette loi implicite qui nous gouvernerais, ou est tu allé chercher ça? Si tout le monde était si solidaire, il n'y aurais pas tant de mort chaque jours, c'est un fait.

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
Re: Le Tombeau des Hommes
Posté par cdizen le 03/07/2008 15:58:10
Commençons, comme la plupart, par nous réjouir de la libération d’Ingrid Bétancourt (une sorte d’héroïne du 21ième siècle, à l’inverse de Bécassine Ségolène !)
(D’autres, par un système de défense psychologique indispensable pour eux ou elles, sont demeuré(e)s indifférent(e)s, froid(e)s …Le masculin neutre, dorénavant, sera employé

Si j’étais le créateur du Jeu, je soulignerais que, quelle que soit l’opinion d’une personne, il n’y a pas beaucoup de problèmes : il suffit pour que le jeu fonctionne bien que :
-les joueurs aient envie de jouer, s’activent, réagissent (et non pas le contraire) ;
-un désir de compétitivité, voire une certaine animosité, mène la danse.

Impossible de s’écarter de ce schéma ! Chaque chose en son temps !

En fonction du vécu, des expériences, de leurs interprétations, du tempérament, etc., on a envie de t. p. jouer ou encore jouer ou crois avoir fait le tour de la question !

Quant à l’expression : « Avoir peur ou ne pas avoir peur de mourir », ne serait-elle pas plus claire si elle commençait par « Croire que …… » ? !

Les h. s. ne font-ils pas que croire que … en toute inconscience ? !
Comme ils ne se connaissent pas mais croient se connaître (v. les trois parties du cerveau …), les pataquès ne se succèdent-ils et s’empilent-ils sans fin ? !
Sauf que les anciennes lois, principes moraux, qui s’imprégnaient automatiquement via une éducation très catégorique, sont en train de perdre leurs auras, leurs valeurs ; de montrer leurs soubassements iniques, stupides, basés sur des sortes de racisme (élus de Dieu rassemblés dans la Noblesse, ecclésiastiques de pères en fils) et sexisme, etc. !

(Je viens de survoler tout ce que j’ai déjà noté et qui répond aux remarques mais …)

La vie d’Ingrid Bétancourt était
« passionnante ».
-Le destin ou le Jeu lui a attribué 6 ans de prise de recul.
-La fin de cette expérience aurait pu être autre.
-La suite de son séjour terrestre sera encore plus riche.
-Et comme elle croit en Dieu, elle savait qu’elle n’avait rien à perdre (dans tous les cas).

D’autres, sûrs d’eux, tels les papes, les rationalistes, pour des motifs leur semblant fondamentaux, ont déclenché
-les croisades,
-l’Inquisition,
-l’utilisation des découvertes scientifiques en négligeant le principe de précaution, la déforestation à grande échelle dans le mépris de la biodiversité, etc..
-D’autres fanatiques ont même réussi à installer le nazisme ! (Adolphe devait croire !)

La personne qui ne veut pas mourir est en fait attachée à un contexte qu’elle connaît. En tant que conservatrice, il lui est impossible de se « détacher » (V le Bouddhisme plaçant en exergue le détachement, la souffrance de l’attachement, …). En bref, c’est une droguée (de la vie) ! (Ou une dépendante de l’instinct de survie …)
Cela n’évoque-t-il pas aussi l’ « enfer du jeu » (notamment celui de la vie !) ? !

*Les h. s. qui ont voyagé dans les pays pauvres ont été surpris par l’accueil hospitalier des habitants n’ayant presque rien et prêts à tout offrir (nourriture et case)
Comme ils sont habitués à vivre au jour le jour, obligés de se contenter de profiter de l’instant, ils offrent volontiers pour communier, honorer le présent.
Les Occidentaux, qui ont pu échafauder des tactiques ou stratégies pour « gagner » de la sécurité, ont amassé des provisions ou de l’équivalent en argent avant de devenir parfois des drogués, c. à d. des capitalistes !

**Beaucoup déclarent « Si tout le monde était solidaire » ou « Si chacun faisait un effort », comme l’enfant peut imaginer qu’en rassemblant beaucoup d’échelles on peut monter sur la Lune
QU’EST QUE LE SENS DU MOT
« SOLIDAIRE » ?
-N’exige-t-il pas une capacité d’abstraction dépassant le seuil habituel, donc « anormale » ? !
-N’est-il pas irréfutable que l’h. s. n’a pas compris le sens de la vie, notamment sa caractéristique « cyclique » ? !
-N’est-il pas incontestable qu’il ne connaît pas le mode de fonctionnement du cerveau ? ! (V. les textes précédents)

-* * * Au nom de quelle « cohérence » (puisque les h. s. tournent comme les bambins dans une sorte de grand parc avec barreaux les empêchant de s’échapper de l’enfer du jeu de la vie, en s’agitant, se battant, etc., comme tous les gosses …), pourraient-ils devenir soudainement « responsables » ? !
Des « hommes » ? !

Pas besoin d’être le héros de la saga chrétienne pour conclure « Pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font » !

Une autre preuve inutile : Si Freud a très bien explicité le rôle primordial de l’Inconscient dès le début du 20ième siècle, notre irresponsabilité latente, quels sont les h. s. qui ont pris conscience de cet état et ne l’ont pas refoulé ? ! Qui ont cherché à analyser (personnellement) leurs comportements, leurs tendances ? !

Un supplément amusant !
Que penseraient les gens de la politique d’un fabricant d’automobiles axée sur la conservation d’un modèle initial donné (de manière à économiser des frais de recherche …) et son amélioration perpétuelle par la substitution épisodique de quelques pièces ? !
Ne l’opposeraient-elle pas aux observations de Darwin sur l’évolution de l’Univers ? !

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
La participation aux forums est réservée aux membres du site.
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
  Devenir membre (30 secondes et gratuit)
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 125 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲