FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
FRANCE-JEUNES : TOUTE L'ACTU PAR LES JEUNES !
 Sondage :
 Connectés :
129 connectés : 0 membres et 129 visiteurs Voir la liste     








Aller à :  

Messages | Nouvelle branche de discussion | Répondre | Rechercher
Le choix dialectique de Corneille NANGAA à la présidence de la CENI
Posté par richie ronsard le 13/02/2018 00:00:01
La République Démocratique du Congo compte 8 Confessions religieuses dont les Chefs se concertent et travaillent ensemble dans une plateforme depuis 1992. Les différentes lois sur le fonctionnement des Institutions d'appui à la démocratie mettent en évidence le rôle que doivent jouer les Confessions religieuses dans ces Institutions.

En ce qui concerne la CENI, la loi stipule que, le Président de cette institution doit venir de la Société Civile. C'est en conformité à cette loi que Mr l'Abbé Malumalu a été désigné Président de la CENI. Cette loi dit aussi qu'en cas de remplacement d'un membre du Bureau de la CENI on doit suivre la même procédure qui a présidé la désignation de la personne à remplacer. C'est en vertu de cela qu'avec la démission de Mosieur l'Abbé Malumalu en 2015 atteint d'un cancer, il revenait aux Chefs des Confessions religieuses de la RDC de désigner son remplaçant.

Seulement cette fois, avec ce changement en tête, la RDC va connaître l'une de ses plus grandes révélations de tout le temps, Corneille NANGAA. Un humain décent, d'une très bonne moralité, apte à vendre des idées, et d'une technicité rare en Afrique.

En Afrique, je mets quiconque à défi de prouver qu'il existerait présentement sur le continent plus de trois personnes qui ont la maîtrise de la chose électorale comme monsieur NANGAA (...), disait un Expert Bulgare lors des assises du Dialogue du 18 octobre 2016.

NANGAA, mais qui est-il ? D'où nous est-il donné ? Comment sommes-nous parvenu à arracher ce talent parmi tant d'autres ? Quel chemin sa nomination a -t-il suivi ?

Depuis 2005, parfois en avant-plan mais beaucoup plus en arrière-plan la plus part de temps, Corneille NANGAA a opéré sur le champ électoral en République Démocratique du Congo. Il est parmi les artistes qui rentrent dans la danse en 2005 aux côtés de feu monsieur l'Abbée Apolinaire MALUMALU pour donner au peuple Congolais des élections historiques de 2006 conduite avec beaucoup de professionnalisme par la CEI de l'époque. Depuis lors, sa marche ne faisait que commencer aux côtés de celui qui sera plus tard son mentor. Monsieur l'Abbé MALUMALU va le traîner partout dans son sac et il restera dans la soute du très distingué Abbé Malumalu jusqu'à la mort de ce dernier.

Parmi les éléments qui causent l'attachement de l'Abbé à NANGAA c'est peut-être la forte capacité de rétention et d'adaptation de celui-ci.

Dans la soute de l'Abbé, Corneille NANGAA ne croisera pas les bras. Après le retrait temporel de l'Abbé à la tête de la CENI remplacé par Mgr. Daniel Ngoyi Mulunda, il prendra à bras-le-corps les circonstances avantageux pour enrichir davantage son expertise en matières électorales, et il va cumuler des prix notables jusqu'à être certifié Expert BRIDGE. En 2007, Il est nommé Coordonnateur du Réseau du Savoir Electoral en Afrique central. Son nom est aussi associé à la Fonction Publique Internationale. Respectivement, Corneille NANGAA est Directeur-pays au Niger, entre 2010 et 2011, de la Fondation Internationale pour les Systèmes Electoraux'IFES'', il occupe ensuite la même fonction en Côte d'Ivoire entre 2011-2012. Il est ensuite recruté par l'Institut International pour la Démocratie et l'Assistance Electoral'IDEA'et (iii) le Programme des Nations Unies pour le Développement'PNUD'qui lui charge de former les futurs agents électoraux en Côte d'Ivoire, au Niger, au Gabon, en République de Guinée, au Ghana, au Kenya, au Burundi, au Cameroun et à Madagascar.

En 2015 son mentor, l'abbé Malumalu, est reconduit à la tête de la CENI après qu'il ait piloté avec succès des élections mémorables en 2006, les premières dans l'histoire récente du Congo. En 2015, Malade, l'abbé MALUMALU déposé sa démission. Il est atteint d'un cancer qui lui frappe d'incapacité. A cette époque-là Nangaa occupe encore au sein de l'organe la position de Secrétaire Exécutif National (SEN). La CENI, constituée telle qu'elle est, le SEN c'est l'homme à tout faire. Le véritable cuisinier. Il pilote à lui seule le bloc opératoire entier.

Pour la désignation du successeur de Monsieur l'Abbé Malumalu, les Chefs des Confessions religieuses ces derniers rempart vers lesquels notre peuple se tourne en temps de grands enjeux se sont successivement réunis en date de 12,19,20 et 21 octobre 2015 pour définir les critères de désignation d'un successeur à Malumalu et pour procéder au choix de la personne capable.

La Plateforme des Chefs des Confessions religieuses opère depuis 1992. Ses traces informelles sont mêmes à trouver avant cette année. Sa présidence est confiée à l'Eglise Catholique, et la Vice-Présidence à l'ECC. Depuis 1992, aucun développement dans le pays n'a échappé à la bénédiction des Chefs des confessions religieuses. Remplacer Malumalu, cet homme qui incarne une bibliothèque vivante dans les affaires électorales n'est pas chose facile. Après avoir piloter des élections qui ont recueillies une note très favorable en 2006, MALUMALU fonde l'Ecole de Formation Electorale en Afrique Centrale (EFFEAC) où NANGAA est Directeur de programme à l'Ecole de Formation Electorale en Afrique Centrale'EFEAC''. Pour son remplacement à la tête de la CENI, toute la nation espère que l'école de MALUMALU aura produit des prototypes similaires.

Pendant que la Nation entre en danse pour connaître le successeur de Malumalu, la Commission Justice et Paix de l'Eglise Catholique organise un test à cette fin pour jauger les meilleurs profiles. Un seul profil en ressortira capable d'aider le pays à travers le fleuve, Corneille Nangaa YOBELUO. Cette candidature est sélectionnée par l'Eglise Catholique par le biais de sa Commission Justice et Paix.

Le vendredi 09 octobre 2015, cette candidature est signalée/présentée à l'Eglise du Christ au Congo (ECC) par l'un des trois Secrétaires Généraux de la CENCO ainsi qu'aux autres Confessions qui l'on accepté au vu de son dossier consistant. Les autres Confessions religieuse noteront aussi qu'avant que cette candidature leur soit révélée, la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) l'avait déjà signifié au concerné.

Mercredi 21 octobre 2015, les Confessions religieuses désigneront à l'unanimité et à la satisfaction de tous Corneille Nangaa comme leur candidat Président de la CENI en remplacement de Monsieur l'Abbé Malumalu. Pendant ce temps la pression monte dans le pays. Le vide occasionné par la démission de monsieur l'abée MALUMALU quoi que pour des raisons médicales commence à créer la malaise. L'affaire dans le pays prend de plus en plus les tournures d'une crise qui se veut politique. Nangaa déjà à son jour de gloire ? Non. Un problème se pose pourtant. Il importe d'indiquer en passant qu'au moment de la désignation, le dernier jour, la CENCO a voulu remplacer sa première candidature par celle du Professeur DIMANDJA.

Malgré l'insistance de trois délégués de la CENCO qui président alors la réunion et qui en assure le rapportage, les autres Confessions religieuses ne céderont pas à cette requête tardive et non soutenue. Mais, qu'est-ce qui pouvait bien motiver un tel revirement à 180 degré de la CENCO ? Cette manœuvre soulève des inquiétudes au dedans de la Plateforme. Entre temps, le temps presse et la nation n'acceptera pas de bonus supplémentaire. Mais, l'homme qui se fait glisser en dernière minute pour prendre la place du candidat idéal n'a aucune expérience en domaine électoral et donc ne remplit pas les critères préalablement définis. Aussi, cette candidature est présentée à la dernière minute sans suivre le chemin proposé par l'Eglise Catholique elle-même et adopté par les autres Confessions religieuses, elle qui assume pourtant la présidence de la Plateforme. Un autre élément, cette même personne venait d'être désigné par les Confessions religieuses à de hautes fonctions dans le Conseil Economique et Social. Et donc, sa nouvelle désignation à la CENI allait créer un désordre au sein du CES alors que les Confessions religieuses ont, en leurs seins, d'autres personnes compétentes. Finalement, à la satisfaction de tous NANGAA passe President de la CENI. NANGAA, c'est aussi cet homme qui a dans son actif près de vingt ans d'expérience professionnelle dont onze en démocratie et élections aussi bien au niveau national qu'international. Expert BRIDGE depuis 2010. Parmi tant d'autres éléments qui milite pour le maintien de la candidature de Corneilles NANGAA, son ancienneté dans le business. Il savait où il voulait aller. Ce n'était pas un nouveau dans le business.

Ce n'est que lorsque l'homme est capable de regarder les choses telles qu'elles sont, sans illusion ni duperie à l'égard de lui-même, qu'il se dégage des événements une lumière grâce à laquelle on peut discerner la voie du succès. Pour les autres Confessions religieuses face à cette désignation la patience vaut son pesant d'or.

Le désignation de NANGAA à la présidence de la CENI s'est révélée être un choix dialectique. Le temps a fini par démontrer que qu'il était et restera l'homme de la situation, et donc l'homme du moment présent. Sa parfaite connaissance de la question électorale fait qu'il peut apporter de la lumière partout où cela est nécessaire.

L'attente n'est pas un espoir vide. Elle a la certitude intérieure d'atteindre son but. Seule cette certitude intérieure donne la lumière qui conduit à la réussite. Mais, un mal gangrène l'Afrique depuis sa genèse. Lorsqu'on doute des compétences de quelqu'un et qu'on le voit par la suite réussir on sonde aussitôt à détruire son oeuvre pour que la poutre ne recouvre pas notre œils. On déploie tout son arsenal pour stopper l'action bienfaisante de son prochain.

Au moment je rédige cet article, Corneille NANGAA vient de doter la République Démocratique du Congo d'un fichier électoral inclusif, fiable, et digne de foi, de plus de 45 millions électeurs; d'un calendrier électoral inclusif qui à jamais éclaircit l'horizon sur des élections historique; d'une Machine à voter, les premiers lots arrivés à Kinshasa le mardi 09 janvier 2017; d'une Loi Electorale; et le processus de stabilisation des cartographies opérationnelles de la RDC entamée en 2011 est achevée (On sait désormais encre à la main que le Congo compte 26 provinces, 145 territoires, 32 villes, Communes 310, Secteurs 470, Chefferies 264, Groupements 6095, Villages 88670, Centre d'Inscription 17850. Ces agrégats sont d'autant plus importantes qu'elles correspondent dans la plus part de cas à la subdivision administrative et aux circonscriptions électorales), et très bientôt le Congo disposera d'une loi sur la répartition de sièges. Ainsi, tout Congolais peut tirer de l'air fraiche et dire que la roue vers les élections est décidément devenue irréversible.


La Machine à voter, cette imprimante à impression de bulletins de votes est sans pareil dans le monde. Elle permet d'opérer le vote doublement. Elle est électro-manuelle et est une innovation à faible coût. Le comptage aussi est électro-manuel. Cela a répondu au besoin de trouver des mécanismes de réduction du budget des élections. Avant la date butoir de 23 décembre 2018,80% des électeurs auront toucher cette machine et la tester. La cascade de sensibilisation est en cours. En décembre dernier, ce prototype congolais de la Machine à voter a été la star lors d'une exposition à Belgrade en Bulgarie au Forum Mondial des Commissions Electorales. Il est attendu que très bientôt d'autres pays basculeront vers ce qu'ils qualifient déjà de Congo Voting Machine. Après sa brillante présentation aux deux Chambres du Parlement Congolais, quelques parlementaires ont préféré attribuer à ce prototype congolais le nom de NANGAA machine. D'un ton très humble, celui-ci a demandé qu'on parle plutôt de MALUMALU machine.

L'attachement de Corneille NANGAA aux idéaux de l'Abbé Malmalu ne fait aucun ne doute. Il lit sa vie au recto comme au verso. Il est toujours aussi pensif de son maître décédé en Belgique en 2016 de suite d'une longue maladie et qui n'a laissé à la République pour cadeau que NANGAA. A la CENI, cette salle neuve vous séduit mais au-dessus de ses épaules est écrit SALLE ABée APOLINNAIRE MALUMALU en hommage à celui qu'on peut décrire aujourd'hui de père des élections en RDC. Mais, certaines têtes en veulent à cette machine. Ils se sont depuis engagées dans une campagne de démolition de cette innovation applaudie un peu partout. Certains l'accusent malicieusement de vouloir introduire un vote électronique. Mais, le vote électronique est notamment caractérise par l'absence du papier de vote. En RDC, les ordinateurs ne sont pas en réseau, et même les réseaux ne sont pas fiables. Avec la Machine à voter, le système n'a pas changé, bien au contraire, c'est un élément de garantie additionnel. A la fin du vote, la machine produira ses propres décomptes et le comptage manuel aura aussi son propre compte. Tour à tour les deux résultats seront comparés. La perfection voudrait que les deux résultats soient égaux. En cas de conflit, le résultat du décompte manuel est retenu pour résultats définitif. Mais à l'heure actuel, les chances de conflits entre la machine et l'urne sont égales à zéro. L'urne ne reçoit que les bulletins imprimés à partir de la machine à voter comportant déjà le choix de l'électeur. En 2011, la République Démocratique du Congo a organisé les pires élections de son histoire qui a endommagé la crédibilité des dirigeants élus jusqu'à lors. L'une des inepties de cette élection ce sont les rumeurs qui accusaient certains candidats de disposer des bulletins de vote vierge à domicile. Avec la machine à voter, il y'en aura simplement pas. Pas de bulletin de vote en amont avec les coordonnées des candidats. La machine à voter note de la première à la dernière impression de bulletin. Démarre à l'heure programmée et devient inactif en temps prévu. Des éléments de crédibilité pour des scrutins attendus dans un contexte unique.

La question qui me vient à l'esprit au moment où je rédige cet article c'est celle de savoir ce que serait devenue ce pays avec un apprenti président de la CENI en tête. Qu'est-ce que le temps si court aurait fait de nous ? Avec cet homme de NANGAA en tête, la RDC s'approche de plus en plus de ce qu'ils attendent de mieux, des élections. Sa prestation n'a pas trahit les aspirations de ses pères des Confessions religieuses. RL

Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
La participation aux forums est réservée aux membres du site.
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
  Devenir membre (30 secondes et gratuit)
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Deviens membre (0€)
Pourquoi être membre ?
Poste tes articles !
Mot de passe perdu ?
Identification :
Login :
Pass :


News Lettre

Recevoir tous les nouveaux articles dans ta boîte à lettres ? Tu ne prends aucun risque, c'est résiliable à tout moment !
E-mail :


NEWDESIGN    DÉCLARATION CNIL N�752143