Non connecté. Connectez-vous ou devenez membre (gratuit).Recherche rapide :     
Aller à :  

Messages | Nouvelle branche de discussion | Répondre | Rechercher
6 découvertes par hasard ....
Posté par spy le 12/06/2018 23:16:37
6 découvertes scientifiques majeures faites totalement par hasard

Alexander Fleming et la pénicilline


Nous sommes en 1928 et le docteur Alexander Fleming travaille sur l’action antibiotique du lysozyme. Il cultive ainsi des bactéries staphylocoques pour mener à bien ses expériences. Il décide alors de prendre des vacances bien méritées. A son retour, il a la mauvaise surprise de trouver ses boites de pétri recouvertes de moisissure… La faute sans doute à son voisin de paillasse qui travaille sur le penicillium notatum. Alors que Fleming s’apprête à jeter les boites, il s’aperçoit qu’il existe une zone circulaire ou le staphylocoque, au contact de la moisissure, n’a pas poussé.
La moisissure produit donc une substance possédant une action antibactérienne puissante…
La pénicilline est née !


Percy Spencer et les micro-ondes

Nous sommes en 1945. Percy Spencer est ingénieur sur des radars antiaériens et il travaille sur un magnétron. Le magnétron est un dispositif permettant de produire de l’énergie électromagnétique.
À cette époque, les magnétrons servent à utiliser la génération d’ondes courtes pour détecter les appareils en vol.
Gourmand, Percy Spencer a dans sa poche une barre chocolatée. Alors qu’il travaille, il s’aperçoit que le fonctionnement du magnétron a fait fondre la barre chocolatée dans sa poche ! Il décide alors de tenter l’expérience ultime : placer des grains de maïs pour vérifier son hypothèse : et le résultat ne tarde pas à venir : il obtient du pop-corn !
Il pense que l’exploitation de ce phénomène peut être important et dépose un brevet dès 1946.
Le micro-ondes est commercialisé dès l’année suivante.

Alfred Nobel et la dynamite

Les scientifiques le savent depuis la moitié du XIXe siècle : la glycérine nitrée possède des propriétés explosives mais a un large inconvénient : elle est très sensible aux chocs. Certains gouvernements décident même à cette époque d’interdire de travailler sur cette substance, tant elle est dangereuse. En 1967, Alfred Nobel renverse accidentellement de la glycérine nitrée sur une surface rappelant le Kieselguhr.
Alfred Nobel découvre alors que cette roche si elle est mélangée à la glycérine nitrée, la rend beaucoup plus stable : la dynamite voit le jour.

Roy Plunkett et le Teflon

1938. Roy Plunkett travaille sur les substances réfrigérantes. Pour cela, il place des bouteilles en acier dans de la glace contenant du tétrafluoroéthylène. En ouvrant la bouteille, il s’aperçoit qu’une poudre blanchâtre s’est formée dans le récipient et n’attache pas à celui-ci. Du tetrafluoroéthylène s’est formé au contact de l’acier en formant du poly-tétrafluoroéthylène (PTFE) qui sera ensuite renommé téflon.
Les propriétés antiadhésives du téflon sont aujourd’hui utilisées dans de nombreux domaines comme l’optique, la chimie, l’architecture ou la cuisine.

Wilhelm Röntgen et les rayons X

1895. Wilhelm Röntgen étudie le rayonnement cathodique des tubes de Crookes. Ces tubes sont utilisés pour étudier la lumière et le magnétisme. Alors que Röntgen travaille sur les tubes, il s’aperçoit que si le tube est couvert d’un carton noir, des rayons le traversent et viennent faire briller un écran peint avec du platinocyanure de baryum.
Röntgen en déduit qu’il existe des rayonnements qui peuvent traverser la matière. Il reproduit alors l’expérience en intercalant du papier, des livres et même des meubles !
Il décide d’appeler ces rayons « rayons X » en référence au X qui représente l’inconnue en mathématiques. William Röntgen compris également l’importance considérable de ces rayons pour la médecine en prenant un cliché de la main de sa femme.
Pour ses travaux, Willhem Röntgen a reçu le premier prix Nobel en 1901.

Stéphanie Kwolek et Kevlar

1965. Stéphanie Kwolek est chercheuse pour la société DuPont et travaille sur une nouvelle matière à base de fibres qui seraient plus résistantes que l’acier ou le nylon. La solution qu’elle obtient semble curieuse et elle la laisse de coté. Cette substance, sera baptisée quelques temps plus tard Kevlar et sera commercialisée en 1972.
La fibre synthétique de kevlar est résistante à la chaleur, à l’étirement ou au cisaillement. Les gilets pare-balles sont d’ailleurs fabriqués avec du kevlar.


Rapport d'abus     Modifier     Supprimer    
La participation aux forums est réservée aux membres du site.
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
  Devenir membre (30 secondes et gratuit)
Devenir membre (30 secondes et gratuit)    Mot de passe perdu ?
Recevoir la lettre d'information :
Connectés :
    0 membres et 176 visiteurs

Blog de France-jeunes, ...OlDesign    CNIL: 752143.     |]  ▲